Analyses

Par année de publication

    • Coronavirus : Quel impact sur la Culture?

      Mardi 5 mai 2020
      A votre avis

      Les faits. A l’heure où nous écrivons ces lignes, la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB) a débloqué 8,4 millions d’euros pour couvrir les annulations de spectacles et autres pertes liées à la crise du coronavirus dans le domaine culturel. Sans beaucoup de précisions. Les contrats seront-ils honorés ? La nouvelle saison pourra-t-elle reprendre ? A quand de nouveau les salles de théâtre et de cinéma bondées ? Quid de la réouverture des Musées ? Le secteur culturel nage en pleine incertitude et les inquiétudes sont réelles. Plusieurs acteurs de terrain, en première ligne, nous donnent un aperçu de leur situation.

    • Dominés et racisés face à la question juive

      Vendredi 10 avril 2020
      Antiracisme

      Largement influencées par les Cultural Studies et les études de genre, des nouvelles formes de féminisme et d’antiracisme sont apparues, bien décidées à en finir avec l’universalisme qu’elles associent aux « blancs » et à leur domination. Ces mouvements et ces personnalités partagent aussi la fâcheuse tendance de se heurter à l’antisémitisme qu’ils ignorent ou qu’ils alimentent.

    • Pessah : "Une tradition ancienne qui nourrit l'âme de la génération qui innove"

      Mardi 7 avril 2020
      Judaïsme laïque

      Ce mercredi 8 avril 2020, les Juifs célèbrent Pessah en organisant le Seder en famille. En raison du confinement lié au Covid-19, la fête de Pessah prend une signification plus profonde. Cette fête célébrant la liberté doit aussi permettre aux Juifs laïques de mieux saisir l’importance des symboles à vocation profane et universelle contenus dans la tradition juive.

    • Honni soit qui Malines pense ou l'immense fatigue de la Shoah en Flandre

      Jeudi 2 avril 2020
      Analyse/Mémoire

      Depuis 1945, le nord de notre petit pays vit dans le déni et la bonne conscience. On connaît la chanson : si une certaine Flandre se jeta à corps perdu dans les bras du nazisme, ce fut avant tout par amour de la patrie, bref par pure naïveté ; d’où le souci croissant, là-bas, de pardonner l’impardonnable -la collaboration (cf. affaire Tinel)- et, ici, de salir, voire de nazifier les victimes même du nazisme.

Pages