Israël/Belgique

Les trois plus grands romanciers israéliens appellent la Belgique à reconnaître la Palestine

Mardi 9 décembre 2014 par Nicolas Zomersztajn

Amos Oz, A.B. Yehoshoua et David Grossman ont adressé le 7 décembre 2014 une lettre ouverte aux parlementaires belges les appelant à adopter le projet de résolution de reconnaissance de la Palestine.

 

Fervents patriotes et valeureux combattants pour la paix, les trois grands noms de la littérature israélienne ont décidé de se joindre aux 800 signataires d'une lettre envoyée aux députés belges pour qu’ils votent la résolution de reconnaissance de la Palestine cette semaine. D’autres personnalités prestigieuses ont également signé cette lettre, dont un Prix Nobel et plusieurs Prix Israël.

« Nous, les citoyens d'Israël qui veulent la sécurité et la paix, sommes préoccupés par l'impasse politique et l'occupation persistante (...) qui a conduit aux conflits avec les Palestiniens et torpillé toute les chances possibles de parvenir à un accord (…). Il est clair pour nous que les chances de survie d'Israël et de sa sécurité dépendent de la création de l'Etat de Palestine, sur la base des frontières de 1967 ainsi que la reconnaissance par Israël de la Palestine et la Palestine d'Israël », peut-on lire dans cette lettre.

« Votre décision de reconnaître l'Etat de Palestine participera à la promotion des chances de paix et encouragera Israéliens et Palestiniens à résoudre le conflit », conclut la lettre.

Cet appel n’est pas lancé par une bande d’antisionistes hostiles à leur pays. Bien au contraire, cette demande formulée entre autres par ces trois grands écrivains israéliens s’inscrit pleinement dans le projet sioniste d’un foyer national pour le peuple juif. Si l’Etat palestinien ne sera pas créé dans les années à venir, Israël deviendra progressivement mais sûrement un Etat binational où les Juifs deviendront minoritaires.

Et qu’on ne vienne pas faire la leçon de patriotisme à Amos Oz, A.B. Yehoshouha et David Grossman : ils aiment leur pays, ils se sont battus les armes à la main pour le défendre, et le plus jeune d’entre eux, David Grossman, a même perdu son fils lors de la dernière guerre du Liban en 2006. Mais c’est surtout en donnant à l’hébreu ses lettres de noblesse que ces auteurs mondialement connus ont honoré Israël.

Aujourd’hui, c’est la lucidité qui les pousse à s’adresser aux parlementaires belges car à l’instar de Shabtaï Shavit, directeur du Mossad entre 1990 et 1996, ils sont vraiment inquiets pour l’avenir du projet sioniste et s’interrogent sérieusement sur l’aveuglement, la paralysie politique et stratégique du gouvernement Netanyahou. 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Francis SCHWAN - 9/12/2014 - 12:17

    Puissent ces penseurs peser sur la conscience de nos représentants

  • Par serge_1 - 9/12/2014 - 13:02

    C'est des intentions du PS et du SP dont il faut douter.

  • Par allegra - 9/12/2014 - 14:18

    Sauf que si les députés belges votent cette résolution, ce ne sera certainement pas dans l'esprit d'Amos Oz, A.B. Yehoshoua et David Grossman, avec le désir d'augmenter les "chances de survie d'Israël" , ou parce qu'ils ont à coeur "l'avenir du projet sioniste" comme il est dit dans l'article. Ils sont majoritairement anti-israéliens ou au mieux indifférents à Israël. La plupart ne connaît d'ailleurs pas grand chose au conflit...Mais Israël est vu comme le grand Satan. C'est comme si ces écrivains, qui ont effectivement à coeur les intérêts d'Israël et la paix, instrumentalisaient ces députés français ou belges qui se foutent pas mal d'Israël.
    "sur la base des frontières de 1967" Justement demandez à ces députés belges quelle était la situation des "frontières" avant 1967. Qui administrait les territoires palestiniens selon eux ? Je suis sûre que les résultats seraient étonnants.

  • Par dr.Sonia Pos, a... - 9/12/2014 - 15:58

    Messieurs, mesdames

    Je suis pleinement d'accord avec les auteurs Israéliens dont j'admire les oeuvres et les point de vue politiques. La politique de Netanyahou, un homme aveuglé par sa rancune et sa peur, est une honte pour l'Etat d'Israel et fait tort à tous les Israéliens et les Juifs qui voudraient coopérer avec les Palestiniens et respecter leurs droits humains.
    J'espère que ces auteurs s'adresseront aussi aux Néerlandais, juifs ou pas, vivant dans les Pays-Bas
    je les remercie de leurs efforts constants au service de la paix malgré leurs deuils personnels. si lourds à porter.

    Je les remercie du fond de mon coeur de se montrer si courageux.

    dr.Sonia Pos, Amsterdam

  • Par Hermine Leboutte - 9/12/2014 - 16:50

    SAUF QUE... CES TROIS GRANDS NE REPRÉSENTENT PAS CEUX QU'ILS DISENT REPRESENTER, À SAVOIR : « Les citoyens d'ISRAËL »

  • Par pierre - 9/12/2014 - 18:14

    Première nouvelle : ils ne sont pas citoyens israéliens !!! Jugerait-on de la citoyenneté israélienne en fonction des idées qu'on défend ? Ils sont israéliens et ils représentent une sensibilité qui existe en Israël. Leur voix est juste et légitime.

    Pierre

  • Par Herman l. - 9/12/2014 - 19:09

    Comment body text

  • Par nicolas - 10/12/2014 - 9:05

    <p>
    Personne ne les a &eacute;lu et ils n&#39;affichent pas la volont&eacute; de se substituer aux parlementaires.&nbsp;Est-ce une raison pour laquelle ils ne peuvent pas s&#39;exprimer ?&nbsp;<span style="line-height: 17.5499992370605px;">Le droit d&#39;exprimer publiquement et collectivement son opinion est permis par la loi isra&eacute;lienne.</span></p>

    <p>
    Nicolas Zomersztajn, r&eacute;dacteur en chef de Regards</p>

  • Par Roland Douhard - 10/12/2014 - 9:54

    <p>
    Un ecrivain n&#39;est pas au-dessus des lois. Il ne d&eacute;tient aucun privil&egrave;ge qui laisserait penser que sa voix p&egrave;serait davantage que celle d&#39;un soldat, d&#39;un urgentiste ou d&#39;un psychologue. Mais il est une conscience qui, par le travail de l&#39;&eacute;criture, est amen&eacute; bien souvent &agrave; frequenter les relations complexes entre politique et morale. Ses livres parlent pour lui, mais certains sujets, certaines s&eacute;quences de la vie de son pays lui demandent de sortir de ses r&eacute;cits symboliques pour intervenir dans le champ social national. Car il est aussi citoyen, &agrave; part enti&egrave;re, et rien ne lui interdit de limiter sa signature au seul espace intime de son &oelig;uvre. Voil&agrave; sa l&eacute;gitimit&eacute;, voil&agrave; la grandeur de son engagement. Ceux qui voudraient le faire taire, en recourant &agrave; une parole dominatrice et intimidante, fragilisent une d&eacute;mocratie &agrave; laquelle ils semblent attach&eacute;s et nourrissent le sein des ennemis. L&#39;appel de ces trois immenses intellectuels isra&eacute;liens, sans doute optimiste quant aux cons&eacute;quences entrevues d&#39;un vote pour la Palestine, est tout &agrave; la fois, me semble-t-il, un signe salutaire de vigueur democratique de l&#39;Etat h&eacute;breu, mais aussi un signal avant-coureur d&#39;une catastrophe incertaine, certes, mais annonc&eacute;e. En cela, leur prise de position m&eacute;rite d&#39;&ecirc;tre r&eacute;fl&eacute;chie par chacun d&#39;entre nous.</p>

  • Par http://www.aelm... - 11/12/2014 - 13:27

    Personnellement, je ne comprends pas vraiment ce que les Israéliens attendent du monde entier. En effet, qui ne veulent pas la paix actuellement. Je pense que la cause d'origine de tout ça vient d'eux même.

    Voir en ligne : http://www.aelm-chamonix.com

  • Par VGoldbersztotre nom - 11/12/2014 - 23:38

    J'ai la lus grandre admiration pour les trois grands écrivains israeliens qui représentent à mes yeux la conscience de leur

    pays, Israel. S'ils ont pris la décision, grave de se joindre au Parlement belge de reconnaitre la Palestine, unilatéralement,
    c'est que la situation est grave et qu'il est largement temps d'agir dans ce sens si Israel ne veut pas courir à sa perte,
    ce qu'il est entrain de faire! Grand danger, graves décision!

  • Par Yoram - 12/12/2014 - 10:38

    Merci à Goldbersz pour son message admiratif qui dit bien à quoi se résume "la conscience" que ces trois écrivains sont censés "représenter". Le seul danger dont il y ait visiblement à prendre conscience ne concerne qu'Israël. La situation n'est "grave" - comme dit Goldbersz - que par là.