Opinion

Lettre ouverte d'un intellectuel juif à ses pairs*

Vendredi 25 juillet 2014

Dans son blog**, le philosophe belge Daniel Salvatore Schiffer attaque durement le gouvernent israélien pour les bombardements de Gaza. Et tout autant le silence des intellectuels juifs sur ce drame.

"Répondre à la barbarie par la barbarie n'est pas une solution"

Si l'intellectuel juif (mais laïc et agnostique) que je suis se permet de prendre la plume pour vous interpeller aujourd'hui, c'est que, à l'instar de toute personne éprise d'humanisme, j'estime la situation dramatiquement urgente dans la Bande de Gaza, où le conflit israélo-palestinien fait rage.

 Nul n'ignore mon attachement à Israël, pays que, depuis que mes pères eurent à subir l'indicible martyre de l'Holocauste, je porte dans mon cœur. C'est donc avec conviction que je prône, pour l’État d'Israël, le droit de se défendre lorsqu'il se voit attaqué par des centaines de roquettes tirées par les terroristes du Hamas, lesquels se cachent de surcroît derrière leur propre population, qu'ils prennent lâchement en otage, tel un bouclier humain.

A Israël, donc, mon indéfectible soutien en tant que nation. Mais, ces prémices étant établies, est-ce là une raison pour qu'Israël se comporte à son tour, au vu de l'extrême violence avec laquelle son armée est en train de mettre à feu et à sang cette même Bande de Gaza, comme un assassin ?

 Détruire les tunnels bellicistes du Hamas, oui ! Éradiquer de Gaza ces fanatiques qui mettent Israël en péril, oui ! Mais non, pour autant, tuer des centaines d'innocents ! Qu'en en juge par le seul nombre de palestiniens morts, presque tous civils, depuis le début, le 8 juillet dernier, de cette offensive militaire : 600 tués, sans compter les milliers de blessés.

Un massacre, perpétré en toute impunité ! Israël, cette nation qui inventa jadis, avec l'historique décalogue, le concept de « loi », serait-il donc aujourd'hui, par on ne sait quel absurde et inéquitable privilège, au-dessus du droit international ?

 Rien ne peut justifier pareil carnage : c'est là, de la part d'Israël, qui se devrait d'être un exemple pour l'humanité, inadmissible sur le plan humain : ce crime, hautement répréhensible au niveau moral, s'apparente, quelle que soit votre difficulté à l'admettre objectivement, à un « crime de guerre », sinon, plus grave, à un « crime contre l'humanité ».

Je le clame donc, porté par ma seule conscience, avec une identique conviction : Israël n'est pas digne, en cette effroyable circonstance, de son Histoire. Pis : il la dénature, au gré de ses seuls intérêts géostratégiques, et la trahit !

 Davantage, et sans certes vouloir comparer ici l'incomparable : Israël, État qui vit le jour au lendemain (1948) de ce crime unique dans les annales de l'(in)humanité que fut la Shoah, n'a-t-il donc rien appris, ou si peu, des immortelles leçons de son glorieux quoique douloureux passé ?

La politique menée par la droite israélienne s'avère aussi désastreuse, par son radicalisme idéologique et son intransigeance politique, que celle des extrémistes palestiniens : une impasse ne conduisant qu'au pire des scénarios catastrophes.

L'inhumaine souffrance n'a pas de nationalité, de culture ou de religion  

Israël ne se rend-il donc pas compte qu'en confinant ainsi près de deux millions d'êtres humains - les Palestiniens - dans une bande longue d'un peu plus de quarante kilomètres et large de moins de dix kilomètres, il ne fait que répéter ainsi, leur niant tout droit d'exister en tant que peuple libre, ce que les Allemands firent avec les Juifs, de sinistre mémoire, dans le ghetto de Varsovie ?

 J'ai mal à mon sens de l'humanité lorsque je vois des mères palestiniennes hurler à la mort sur le cadavre ensanglanté de leur enfant déchiqueté par un missile israélien. A à ces pères et ces mères en larmes, toute ma compassion.

 Je suis là, n'en déplaise à ma patrie d'élection qu'est Israël, tout aussi palestinien que juif : l'inhumaine souffrance n'a pas de nationalité, de culture ou de religion ; elle est universelle, et, parfois, je me sens, à entendre ces cris déchirants, couvert de honte.

 Aussi, une autre interrogation, non moins lancinante, me vient-elle, en ces jours mortifères, à l'esprit : où êtes vous donc aujourd'hui pour condamner ces meurtres, vous qui êtes toujours prompts à fustiger les crimes partout dans le monde, à juste titre certes, mais à la notoire et irrationnelle exception de ceux perpétrés par Israël ?

Un injustifiable, par la plus incompréhensible des indignations sélectives, « deux poids, deux mesures » ! Ainsi aimerait-on vous entendre dénoncer publiquement, au nom même de ces principes universels que vous n'avez cesse de revendiquer, les bombardements israéliens à l'encontre des civils palestiniens, comme vous vous insurgiez naguère contre le siège de Sarajevo par les Serbes.

 Répondre à la barbarie par la barbarie n'est guère une solution ; cet engrenage ne fait qu'attiser la haine et exacerber ce conflit.  Votre silence, en cette triste circonstance, est aussi assourdissant, paradoxalement, que celui, tout aussi coupable, des intellectuels musulmans lorsqu'ils se refusent à condamner ouvertement les crimes commis par les intégristes islamistes et autres djihadistes de tous poils.

Un humaniste digne de ce nom se doit de dénoncer, tel un impératif catégorique, le crime d'où qu'il vienne, sans se laisser enfermer en un quelconque esprit partisan, ni manichéisme ou dogmatisme.

 Faites donc preuve ici d'honnêteté intellectuelle, de courage moral, de noblesse d'âme et de lucidité : élevez-vous au dessus des partis, prenez de la hauteur et condamnez le crime, même lorsqu'il provient de votre famille ; vous en sortirez grandis, et le monde vous en saura gré !

 N'avez-vous donc rien retenu de la magistrale leçon d'éthique de notre maître philosophique Emmanuel Levinas, pour qui l'Autre, à travers ce qu'il nomme métaphoriquement le « visage », constituait l'essence, dans le don partagé, de l'Humanité ? Votre mutisme vous déshonore !

 Morale de l'Histoire ? Telle est précisément cette paix des braves que j'appelle de mes vœux afin de résoudre enfin cet interminable et terrible conflit israélo-palestinien. Sa fin n'a qu'un seul et pourtant simple préalable, aussi difficile à entendre soit-il pour certains Juifs : la coexistence, pacifique et démocratique, des États israélien et palestinien, avec une reconnaissance réciproque de la part de leurs institutions politiques respectives.

 Bref : Israël doit restituer aux Palestiniens les territoires qu'il occupe illégalement depuis trop longtemps et permettre donc que ce peuple ait enfin légitimement son État, libre, indépendant et souverain. Tel est le nœud, qui n'est inextricable qu'en apparence, du problème : l'origine politique et l'historique source de cette guerre.

 Ce n'est qu'à ce juste prix qu'Israël, qui devrait faire preuve de sagesse diplomatique en cette épineuse question, pourra vivre dans la paix qu'il mérite, et que le monde entier retrouvera, avec la progressive disparition de ce conflit, un peu plus de sérénité.

 Quant à cet antisémitisme qui est en train de déferler dangereusement aux quatre coins du globe, il n'aura, ainsi, plus d'odieux alibi pour gangrener l'humanité.

Daniel Salvatore Schiffer, Philosophe

* Alain Finkielkraut, André Glucksmann, Bernard-Henri Lévy, Elie Wiesel

** http://blogs.mediapart.fr/blog/daniel-salvatore-schiffer/220714/lettre-ouverte-dun-intellectuel-juif-ses-pairs-alain-finkielkraut-andre-glucksmann-be

Mise au point

A la publication de son texte sur Mediapart (22.07.2014) et dans Le Soir (28.07.2014), Monsieur Daniel Salvatore Schiffer se prévaut de l’Appel à la Raison de JCall. Dont acte. Il n’en est qu’un des huit mille signataires. Pour le reste, il est inconnu au bataillon. Ses propos n’engagent que lui seul. Il n’est en rien habilité à parler au nom du mouvement, ni au niveau belge, ni au niveau européen. On se demande pourquoi il lance ses banderilles par priorité contre Alain Finkielkraut et Bernard-Henri Lévy. Ces deux intellectuels de renom se sont manifestés publiquement à maintes reprises, entre autres aux côtés de JCall, en faveur d’une solution à deux peuples et à deux Etats, afin d’en finir avec l’interminable conflit israélo-palestinien. Encore le 8 juillet dernier Alain Finkielkraut intervenait, au nom de JCall, devant la Conférence pour la Paix organisée à Tel Aviv par le quotidien israélien Haaretz, alors que les sirènes d’alerte retentissaient sur la ville. Dans une tribune sur le Plus du Nouvel Obs (28.07.2014), M.Schiffer, décidément obsédé, en remet une couche. Il attaque à nouveau Alain Finkielkraut, cette fois sur le mode diffamatoire. « Effroyable bêtise », « lâcheté », « discours grotesque, inique et nauséabond », flirt avec « les thèses du Front national. » On se serait attendu à davantage d’élévation de la part d’un professionnel de la pensée.

Willy Wolsztajn, Secrétaire général de JCall Belgique, Administrateur du CCLJ.

 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par charles - 26/07/2014 - 12:02

    Si vous avez une solution pour détruire la force de frappe du hamas sans faire de victimes civiles, dépêchez vous d'en faire part aux autorités israéliennes.
    Bien à Vous,
    Charles

  • Par moniquelangbord - 26/07/2014 - 12:21

    Je vous propoe d'écrire au gouvernement israelien et de lui dire qu'ils doivent restituer les territoires et que ceci est votre proposition ............ je suis sûre qu'ils vont prendre votre ordre de restitution....

  • Par BOAZ - 26/07/2014 - 14:22

    Il me semble limite comique que Daniel Salvatore Schiffer fasse appel à Alain Finkielkraut après l'avoir agoni de noms d'oiseaux lors de l'élection de ce dernier à l'Académie Française. Qu'attend DSS exactement de quelqu'un qu'il tient en si haute estime ( Naaan, j'me marre).

    Faut il néanmoins rappeler à DSS qu'il a quelque chose en commun avec Alain Finkilekraut ? C'est d'avoir signé l'appel de J-Call. eh, oui...

    Allez , je vais faire plaisir à DSS : en tant que signataire de JCall moi aussi , je condamne absolument la stupidité de la politique de l'équipe au pouvoir en Israel.

    Mais de là à aller défiler cet après midi en compagnie de Besancenot, Houria Bouteldja, voire même Michèle Sibony et Pierre Stambul ( sans compter les dieudonnards et les soraliens) , désolé, ça sera sans mois.....

  • Par yom rishon - 26/07/2014 - 17:31

    Etrange que le CCLJ publie ceci...

    "Israël ne se rend-il donc pas compte qu'en confinant ainsi près de deux millions d'êtres humains - les Palestiniens - dans une bande longue d'un peu plus de quarante kilomètres et large de moins de dix kilomètres, il ne fait que répéter ainsi, leur niant tout droit d'exister en tant que peuple libre, ce que les Allemands firent avec les Juifs, de sinistre mémoire, dans le ghetto de Varsovie ?"

  • Par charles - 26/07/2014 - 23:26

    Vous semblez oublier que les palestiniens donnent naissance à plus d'enfants que les israéliens.
    Dans quelques années suggérez vous aussi à Israël de leur offrir une partie de son territoire pour diminuer la densité de population de la population de Gaza ?

  • Par Roland Douhard - 27/07/2014 - 3:02

    Comment body text

  • Par annette.petting... - 27/07/2014 - 14:03


    Je partage sur Facebook et je suis "solidaire" de cette "lettre ouverte"

  • Par Blitz Alain - 27/07/2014 - 16:33

    Si le philosophe Schiffer habiterait Sderot ou le Kibouz Ein Hashlosha il parlerait bien differement.
    Si le fils de celui, qui "donne a Israël son indéfectible soutien en tant que nation" (concretement cela veut dire quoi exactement ?), se trouvait en ce moment sous le feu des miliciens du Hamas, ses priorites seraient entierement differentes.
    Nous regrettons les victimes Palestiniennes(du Hamas) et les des destructions dans la bande de Gaza, mais comme le proverbe le dit si justement, celui qui seme le vent - recolte la tempete.

  • Par finkel - 27/07/2014 - 17:17

    Venez passer quelques jours à Sderot ou un autre village encore plus près de la frontière de Gqzqet ensuite expliquer au gouvernement israëlien et à Tsahal comment détruire les dizaines de tunnels qui aboutissent sous votre chambre à coucher sans faire de victimes civiles chez les gazaouis.
    Venant de mediapart l'article ne me surprend pas.
    Veuillez m'excuser mais il faut que j'arrête ici...il y a juste une petite alerte

  • Par allegra - 27/07/2014 - 17:30

    Comment body text

  • Par Lise Lacroix - 27/07/2014 - 17:38

    Merci de cette réflexion qui a tout son sens ces jours-ci et qui nous oblige à nous affranchir des carcans idéologiques et politiques.
    Votre texte mérite qu'on le diffuse largement et qu'il serve de matière à discussion pour tous ceux intéressés par ce grave problème.

  • Par S. Rosendor - 27/07/2014 - 21:17

    Bonjour, Je suis pleinement d'accord avec ce que vous écrivez...mais je suis aussi d'accord avec le commentaire de Roland Douhard ci-dessous. Je vous suggère donc de lire la Charte du Hamas. Il m'est difficile de prendre position dans ce qui se passe maintenant, il y a deux poids et deux mesures.

  • Par viviane tits - 28/07/2014 - 10:36

    Je suis d'accord avec le contenu de ce message.

    Nul doute que celui qui l'a écrit sera critiqué par ses pairs. Raison de plus pour lui dire à quel point son message est important.

    Un pays tel qu'Israël qui a vu le jour en grande partie sur les restes de l'holocauste se devrait d'être un modèle d'humanité. Et à la place de cela, que constate-t-on ?

    Ce qui se passe actuellement en Israël est inacceptable et inhumain.

  • Par Santo FRANCO - 28/07/2014 - 12:32

    J'éprouve moi aussi un énorme malaise devant les destructions à Gaza et je ne puis m'empêcher de me mettre dans la peau du palestinien Lamda qui se sent pris dans un piège mortel car il ne sait pas où aller. Sans parler de la terreur des enfants !
    Certes, le Hamas, par ses appels incessants au meurtre contre "l'entité sioniste" qu'il souhaite éradiquer, porte une très lourde responsabilité dans le carnage actuel.

    Mais le gouvernement israélien, par son refus d'envisager une autre politique que celle de la force, par sa volonté de maintenir un statu quo et de ne rien changer à la situation actuelle, par ce que l'on peut qualifier de sabotage des négociations de paix en favorisant et en multipliant les implantations dans les territoires occupés, porte une responsabilité aussi grande.
    Et tout ces morts pour quoi ? Bien évidemment pour rien car dans deux ans cela recommencera avec encore plus de destructions à Gaza, encore plus de roquettes sur Israël et encore plus de morts dans les deux camps.

    Jusqu'à présent, les bombardements sur Gaza n'étaient pas perceptibles au delà de 20 km. Aujourd'hui, les sirènes d'alerte rugissent dans tout Israël obligeant les habitants à se mettre à l'abri. Espérons que cela amènera une majorité d'Israélien à demander à son gouvernement une autre politique que celle de la main forte.

    Santo FRANCO

  • Par charles - 28/07/2014 - 22:42

    Au lieu de dire aux israéliens ce qu'ils doivent faire soutenez nous plutôt dans les moments difficiles que nous vivons.

    Je vous salue depuis mon mamad (chambre protégée située dans les immeubles récents en Israël)

    Charles

  • Par Louis Kanarek - 28/07/2014 - 20:38

    Apparemment Monsieur Schiffer estime qu'Israël a le droit de se défendre et donc, je suppose, de détruire les missiles et les roquettes ainsi que les ateliers qui permettent de les fabriquer. Ils peuvent également détruire les nombreux tunnels très profonds que le Hamas a construits à grand frais pour pouvoir lâcher des commandos d'assassins sur le territoire d'Israël. Peut-être monsieur Schiffer pourrait-il m'expliquer comment l'armée israélienne pourrait accomplir sa mission sans faire de victimes? Le Hamas, en dépit des lois de la guerre et de l'éthique la plus élémentaire, se sert des civils comme boucliers pour protéger non seulement ses combattants, mais même ses missiles. Missiles qu'il cache dans des écoles et postes de commandement sous des hôpitaux. J'estime, qu'au vu des circonstances, le nombre de victimes palestiniennes est remarquablement faible. Monsieur Schiffer n'enseigne certes pas les sciences exactes, il ne faut cependant pas être un expert pour savoir, qu'étant donné qu'il y à Gaza sur une bande de terrain très étroite, aucune cible à plus de 5 km d'un canon, 5000 habitants au km2, livrés par le Hamas sans abri au tir de l'ennemi, une supériorité navale et aérienne absolue des Israéliens, que si l'intention de l'armée israélienne avait été de faire un grand nombre de victimes, les morts et les blessés à Gaza se compteraient par centaines de milliers. La population de Gaza est plus vulnérable que celle de Syrie et l'armée israélienne bien supérieure à l'armée syrienne. On est donc loin d'un massacre et parler de carnage est d'une stupidité sidérante.
    Quant à comparer Israël à l'Allemagne nazie, c'est proprement révoltant. En y réfléchissant, même monsieur Schiffer devrait être capable de réaliser que si les habitants de Gaza s'étaient trouvés face à quelques divisions SS, les morts se compteraient effectivement par centaines de milliers et les survivants seraient expédiés vers des chambres à gaz. D'ailleurs, c'est bien simple, si la situation de Gaza ressemblait à celle du ghetto de Varsovie, les Palestiniens de Gaza auraient disparu depuis plus de quarante ans.
    Est-ce la faute d'Israël si la population de Gaza a été multipliée par cinq depuis 1967 et qu'au rythme de croissance actuel, elle atteindra le chiffre de 4 millions d'ici 20 à 25 ans. Si le Hamas avait déployé autant d'énergie à développer une économie pacifique, qu'elle en a mis à se doter de moyens lui permettant d'attaquer Israël, il n'y aurait probablement pas de blocus.

    Ce qui ne m'empêche pas de penser que la colonisation de la Cisjordanie doit cesser.

    Louis Kanarek, professeur émérite, VUB.

  • Par charles - 29/07/2014 - 13:21

    Bien envoyé Professeur Kanarek.

  • Par Caroline - 28/07/2014 - 23:25

    Chapeau bas!

  • Par Alfred JOFFROY - 29/07/2014 - 14:11

    Voilà une remarquable lettre ouverte de Daniel Salvatore Schiffer! En fait, rien à ajouter...
    Alfred Joffroy

  • Par Arnold Cigé - 30/07/2014 - 16:53

    Pourquoi ne pas également publier le dernier entretien d'Alain Finkielkraut au Figaro qui lui donne un éclairage moins polémique et surtout moins tendancieux que celui du "philosophe " Salvador Schiffer dont je n'ai jusqu'ici pas entendu parler ?
    Cela vous donnera peut-être l'occasion d'équilibrer quelque peu le contenu de cette dernière "Newsletter"..

    J'espère que le fait qu'il s'agisse du Figaro ne vous posera pas problème...

    Bonnes vacances
    Arnold Cigé

  • Par Ionica Laurie - 30/07/2014 - 23:51

    A quoi est due la naissance du Hamas, sinon à l'évidente impossibilité de pouvoir attendre d'Israël qu'il respecte les droits du peuple palestinien?
    Et à quoi conduira l'élimination du Hamas, sinon à l'émergence d'un mouvement autrement plus radical que le Hamas?
    Le déni par Israël des droits du peuple palestinien, ce sont des graines de violence qui se répandent non seulement là-bas mais ailleurs dans le monde.
    Israël, tu as toi-même créé le Hamas, tu as toi-même conduit à sa radicalisation, et en te revendiquant comme "Etat juif", tu attises toi-même l'antisémitisme !

  • Par Philippe Lancelot - 2/04/2015 - 13:19

    Un petit passage, histoire de parler de nos points communs ...

  • Par Hypothèse - 2/08/2014 - 16:08

    Je me demande si les états peuvent coexister avec les peuples, les nations.
    Je ne suis pas étonnée de ce qui arrive parce que les états sont des structures, pas quelque chose de vivant.
    Il y a des choses que nous avons mis en place qui détruisent les vivants : l'argent, l'état, les armes, le mépris et certainement encore bien d'autres choses comme l'élection. Pourquoi je mets l'élection dans ce qui détruit les vivants ? Parce que celui qui est élu perd la raison. Il suffit de regarder nos élus pour se rendre compte qu'ils se déconnectent, sans le vouloir certes, mais ils se déconnectent de la réalité.
    Je ne suis pas philosophe, je comprends votre aspiration, votre désir de paix. Mais la paix n'a même pas était définie autrement que par "état de non-guerre", c'est particulièrement pauvre !

  • Par allegra - 5/08/2014 - 12:31

    Merci Willy Wolstajn pour cette mise au point.
    Notez que dans cette tribune du plus du nouvelobs, d'ailleurs récemment intégrée sous forme de billet dans les blogs du nouvelobs, DSS se réfère à Mandela :"Je renchérirais même : Israël se conduit aujourd'hui avec les Palestiniens, notamment avec son infranchissable mur de séparation, comme l'Afrique du sud colonialiste se comportait jadis, lorsque ce pays pratiquait son ignoble politique d'apartheid, avec les Zoulous et autres populations indigènes ! C'est exactement là, par ailleurs, ce que soutenait également ce grand homme, parmi les grands hommes, que fut Nelson Mandela."

    L'adverbe "exactement" est piquant, parce qu'il s'agit d'un faux : http://lavissauve3.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/12/06/la-fausse-lettre-antisioniste-de-nelson-mandela-515306.html.

  • Par Yoram - 8/08/2014 - 14:04

    Charles écrit (c'est le premier commentaire) : "Si vous avez une solution pour détruire la force de frappe du hamas sans faire de victimes civiles, dépêchez vous d'en faire part aux autorités israéliennes.".
    .
    C'est drôle que Charles n'envisage comme solution que ce qui n'en est pas.
    Lui demeure-t-il inaccessible que la solution puisse ne pas passer par la destruction "de la force de frappe (sic) du Hamas" ?

  • Par charles - 11/08/2014 - 21:07

    Vous ne pouvez pas admettre que sans avoir détruit la force de frappe du hamas (je ne parle pas d'éliminer le hamas du paysage) mes concitoyens du sud d'Israël n'auront jamais la paix et continueront à vivre sous les roquettes incessantes du hamas ?

  • Par Mael NATHAN - 1/04/2019 - 9:08

    Bonjour,
    Comment détruire le résultat démocratique? Organisé par nous, européens. Le Hamas reflète une majorité de l'opinion des Gazaouis.
    Ils ne sont pas otages, où voulez vous qu'ils aillent? Les tunnels servent aux armes, oui, mais surtout à l'indispensable, nourriture et téléphones portable, etc.
    Qui rampe dans ces tunnels? Des enfants. Qui voient leur copains mourir sous éboulement, les futurs kamikazes de douze ans. Les balles de Tsahal ne font pas le tri, que les terroristes, eux, ne veulent pas faire, au contraire. Des deux côtés les fous fêtent le sang des bébés. Regardez les télés israéliennes (qui ne sont pas aussi, plus, instrumentalisées que les télés arabes).
    Tout cela est inacceptable. Mais devenu normal. On a des appelés, au plus bel age de la vie, qui veulent vivre à tout prix.Et puis des apprentis "chaïdim", qui veulent la mort pour premier prix.

    D'accord avec vous, mais pour d'autres raisons, l'antisémitisme n'a pas besoin, c'est qui le caractérise, d'alibi.
    Mais en tant qu'humain, frère des hommes quels qu'ils soient et que Juif, plus sensible à ces problèmes, je dis qu'on ne peut continuer ainsi, à écraser un autre peuple. Nous qui nous sommes battus pour la survie de notre nation, qui avait, ou non, besoin d'un état.
    C'est fait en tout cas.
    Pour le monde, le Juif (s'il existe présentez le moi) doit être victime ou bourreau. Il sera toujours réduit à sa position de Juif.
    Même en France après des siècles. Il nous faut être irréprochables, à défaut d'être des personnes normales. Car à la médiocrité, l'inconséquence, l'erreur, la variété et la naïveté nous sont refusés. Cette désalienisation de la condition juive minoritaire parmi les nations est dans le projet sioniste. On disait (Ben Gourion) qu'Israël serait un vrai état quand il aurait ses prostitués et ses voleurs (la légende, accent yid : "en Israël, mon fils, personne ne dors dans la rue"). On sait ce qu'il en est des shikse russes et oligarques.
    En diaspora, on entendra, par devant "qu'est-ce que vous êtes intelligents, vous les..." "anciens étudiants?" "mais non vous savez bien..." "non je ne sais pas". Laissez moi au moins ce mérite, que de me rabaisser, me flatter en réduisant mes compétences à un héritage culturel juif. Bon c'est vrai dans les classes instruites on a un place privilégiée. Mais une alliance, sans cesse renouvelée, un rapport au livre investi, ou ignoré. Je connais un goy qui a une carte de bibliothèque!
    Et, forcément, dans le dos, ou sur le net et les murs des toilettes, "sale Juif", " retourne à Tel Aviv!" en toutes lettres, à l'encre fécale (imaginez la rédaction ignoble de cette ignominie!) Là, on peut dire effectivement que l'antisémite est antisioniste!