Sciences

Encore des Juifs au prix Nobel ! Et alors ?

Mardi 8 octobre 2013 par Véronique Lemberg

Trois Juifs à l’honneur. Le prix Nobel de physique 2013 vient d’être attribué au Belge François Englert de l’Université libre de Bruxelles (ULB) pour ses travaux dans la détection du Boson. Le prix Nobel de médecine 2013 a été décerné ce lundi 7 octobre 2013 à deux Juifs américains, Randy Schekman et James Rothman pour leur découverte sur les transports intracellulaires.

 

Encore des Juifs, ou plutôt « alweer Joden » déplorerait sûrement le journaliste du Standaard qui ne supporte pas l’idée que des Juifs se voient encore décerner le prix Nobel.

Cette année, les Américains Randy Schekman et James Rothman, et l'Allemand (non-juif) Thomas Südhof ont remporté le prix Nobel de médecine pour leur découverte sur les transports intracellulaires. Le Belge François Englert, enfant juif caché pendant la Shoah, s’est vu remettre quant à lui, avec le Britannique Peter Higgs, le prix Nobel de physique. Le Comité Nobel a récompensé leurs travaux relatifs au boson de Brout-Englert-Higgs, aussi appelé boson scalaire.

Cette nouvelle ne fait que nourrir les théories les plus folles au sein d’une frange marginale du monde académique et médiatique : il y aurait trop de prix Nobel décernés à des Juifs ! Et des scientifiques proposent très sérieusement de ne plus attribuer cette récompense scientifique aux Juifs pendant plusieurs années afin de mettre un terme à ce qu’ils considèrent comme une disproportion inacceptable.

Tout cela est absurde car on sait tous que ces chercheurs ne sont animés que par le désir universaliste de contribuer au progrès scientifique.Il n’y avait que les régimes totalitaires qui développaient l’idée folle d’une science « nationale » ou tout simplement imprégnée d’une quelconque idéologie. Les plus anciens ont sûrement en mémoire les pseudo-théories de Lyssenko sur la génétique soviétique ou prolétarienne.

Nous sommes évidemment heureux que des Juifs comme François Englert, Randy Schekman et James Rothman aient remporté cette prestigieuse distinction scientifique mais l’essentiel se situe dans les découvertes qu’ils ont faites ainsi que les progrès qu’elles vont permettre de réaliser.

Dans une perspective judéo-juive, on ne peut s’empêcher de considérer ces trois récompenses comme une victoire de la diaspora sur Israël qui voyait, bien avant l’annonce finale, le prix Nobel de médecine remporté par Howard Cedar et Aaron Razin de l’Université hébraïque de Jérusalem. Une petite consolation pour Israël : François Englert a également enseigné à l’École de Physique et d’Astronomie de l’Université de Tel-Aviv. 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par larbuisson - 8/10/2013 - 19:00

    NOTRE HONORABLE PRIX NOBEL EST AUSSI UN HOMME DU MONDE _UNIVERSEL_ ET UN TRES GRAND HUMANISTE...AVANT TOUT

  • Par Steve - 9/10/2013 - 14:49

    Je vous avoue que je ne comprends pas bien les reproches qui ont émis à l'annonce de cette nouvelle. On ne parle visiblement pas de fraude dans l'attribution des lauréats mais bien qu'il soient attribués à des chercheurs de confession, ou culture, juive. Il est pourtant connu, je pense, que l'instruction et l'ambition sociale sont des valeurs tenues en haute estime dans les familles juives. Il n'est donc pas étonnant que cette communauté produise davantage de grands esprits, voire de génies, en proportion de leur représentation dans la société globale.

    Je sais que la comparaison peut paraître simpliste, voire déplacée pour d'autres, mais faudrait-il reprocher aux afro-américains de monopoliser les récompenses du 100 mètres parce qu'ils les gagnent presque toutes ?

    S'il n'y a pas de fraude avérée dans l'attribution des lauréats du prix Nobel, je trouve navrant que la jalousie soit le seul, et vrai, motif de toutes ces critiques.

  • Par Zakhor - 9/10/2013 - 15:51

    "Dans une perspective judéo-juive, on ne peut s'empêcher de considérer ces trois récompenses comme une victoire de la diaspora sur Israël"

    Madame Véronique Lemberg.

    Je suis curieux de connaitre le sens de votre phrase. Pourriez-vous expliciter et en dire en peu plus sur ce qui semble être une espèce de confrontation entre la diaspora juive et Israël ?
    Dans l'attente de vous lire.
    Bien à vous.
    Un juif sioniste.

  • Par véronique Lemberg - 9/10/2013 - 16:21

    <p>
    Cher Zakhor, il s&#39;agit s&ucirc;rement d&#39;une erreur de formulation de ma part. Je ne cherchais pas du tout &agrave; cr&eacute;er un antagonisme entre la diaspora et Isra&euml;l. Juive tr&egrave;s attach&eacute;e &agrave; Isra&euml;l, j&#39;ai voulu, tr&egrave;s maladroitement s&ucirc;rement, soulign&eacute; que la diaspora a encore un potentiel de cr&eacute;ativit&eacute; qu&#39;on a souvent tendance &agrave; n&eacute;gliger aujourd&#39;hui par rapport au foisonnement extraordinaire de la vie intellectuelle et scientifique en Isra&euml;l. Mon propos n&#39;&eacute;tait en rien antisioniste, ce que je ne suis pas du tout. Je regrette donc ces propos inutiles qui ont eu l&#39;inconv&eacute;nient de heurter certaines personnes. Ils ne refl&egrave;tent pas le fond de ma pens&eacute;e. Ne prenez donc pas cette phrase tr&egrave;s mal formul&eacute;e au premier degr&eacute; et sachez que je ne nourris aucune animosit&eacute; &agrave; l&#39;&eacute;gard des scientifiques isra&eacute;liens. Ils contribuent au progr&egrave;s de l&#39;humanit&eacute;, ce qui est une chose essentielle &agrave; mes yeux. De cette mani&egrave;re, ils s&#39;inscrivent dans ce que Ben Gourion entendait par &quot;Or LaGoyim&quot; (la lumi&egrave;re des nations). V&eacute;ronique Lemberg</p>

  • Par Steve - 10/10/2013 - 13:50

    Puisque le sujet vient d'être évoqué dans le paragraphe précédent, puis-je en profiter pour demander une clarification à propos du sionisme ?

    La définition qui en est donnée par les représentants des communautés juives renvoie au droit des Juifs à posséder une patrie et à la défendre, ce qui se traduit généralement par l'expression "attachement inconditionnel à Israël". Mais dans les déclarations que l'on peut lire, ou entendre, à droite et à gauche, toujours de représentants des communautés juives, le sionisme se rapporte aussi à un devoir de réserve, et de discrétion, quant aux questions qui touchent à la légitimité d'Israël ou qui pourraient la mettre en danger ; ce qui se traduit alors par l'expression "soutien inconditionnel à Israël".

    Un(e) sioniste est-il inconditionnellement attaché(e) à Israël, donc à ses droits légitimes, ou soutient-il(elle) inconditionnellement les positions politiques d'Israël même, voire surtout, quand celles-ci ne sont pas à l'abri de critiques juridiques internationales ou éthiques ? Dans le dernier cas, je me demande si un(e) sioniste est capable d'auto-critique.

    Je vous remercie d'avance de votre réponse.

  • Par nicolas - 10/10/2013 - 14:39

    <p>
    Cher Steve,</p>

    <p>
    Le sionisme est avant tout un&nbsp;&nbsp;terme qui se d&eacute;cline au pluriel. Le d&eacute;nominateur commun &eacute;tant l&#39;&eacute;mancipation nationale&nbsp;du peuple juif sur la terre ancestrale : Isra&euml;l. Pour le reste, il existe des sionsites de gauche et de droite, d&#39;extr&ecirc;me gauche (marxiste) &nbsp;et d&#39;extr&ecirc;me droite en passant par le centre.&nbsp;</p>

    <p>
    Quant aux Juifs de diaspora, certains demeurent visc&eacute;ralement attach&eacute;s &agrave; l&#39;existence de l&#39;Etat d&#39;Isra&euml;l tout en conditionnant leur soutien &agrave; tel ou tel gouvernement. Et d&#39;autres consid&egrave;rent que la diaspora doit soutenir inconditionnellement le gouvernement isra&eacute;lien, quel qu&#39;il soit.&nbsp;</p>

    <p>
    Il n&#39;y a donc aucune mani&egrave;re univoque d&#39;aborder le probl&egrave;me.&nbsp;</p>

    <p>
    Nicolas Zomersztajn</p>

  • Par hamed_eco16 - 29/11/2013 - 16:42

    Ce succès est lié certainement à une herméneutique du mone. Peuple ému initialement, puis s'est trouvé dispersé dans le monde, le succès sur le plaz scientifique s'apparente à une désaliénation contre l'errance. Bravo cependant

  • Par esther.miller-kervyn - 11/01/2014 - 12:29

    à chaque fois qu'un prix Nobel est dicerné, c'est un pas en avant, pour tous. J'ai lu "un juif et alors?"

    et alors quoi? Englert est juif, cependant, que je sache, dans les médias, nous parlons d'un juif belge.

    qu'i soit juif, j'en suis si heureuse, et alors??? Esther Miller épouse Kervyn. EN DEN?

  • Par esther.miller-kervyn - 15/01/2014 - 20:12

    chance! il y en aura encore! non mais!!

    etrange,sur la boite email de mon mari,l'article http://www.cclj.be/article/3/4847 à été suprimé, apres que l'on a envoyé celuiçi, pour faire comprendre aux gens, de ne pas se laisser pieger par l'envie, la vanité, et "la haine je dis non", bizarre..

    en tout cas , nous continuerons à faire avancer la science ,pour le bien-etre de tous, qu'ils le veuillent ou non!

    vous embrassent les Esthienne..

  • Par hassan - 6/02/2014 - 18:30

    Bien le bonjour,

    Je me permets d'intervenir sur votre site car je recherche des réponses à certaines de mes questions.
    Je suis toujours surpris de voir un site laïque soutenir l'État d' Israël qui à été créé pour des raisons religieuse.
    Qu'est ce que vous entendez par laïcité, égalité des religions ? Pas de religion d'état ? Laïque, en Europe, en Israël ?
    J'ai été surpris de lire dans un magazine que les Israéliens de confessions juives ont une pièce d'identité qui le stipule...
    Étonnant pour moi ! Pas pour vous ?... et se dire sioniste, c'est quoi exactement ? es-ce être pour une expansion du territoire israélien ? Contre la paix avec les palestiniens ?
    Je suis musulman franco-marocain, et soyez assurés que je n'interviens pas pour polémiquer, ni pour manquer de respect mais juste pour dialoguer et essayer de comprendre...

    PS. il n'y aucune raison pour une personne raisonnable d'accepter l'idée d'avoir de bons coureurs afro-américain ou de bon savants juif...la science et l'exploit sportif n'a pas de race, ni de religion, Dieu merci...

  • Par jeanmarc - 7/02/2014 - 13:37

    <p>
    Bonjour Hassan, l&#39;Etat d&#39;Isra&euml;l n&#39;a pas &eacute;t&eacute; cr&eacute;&eacute; pour des raisons religieuses mais pour des raisons de lib&eacute;ration nationale. Les Juifs, depuis le 19&egrave;me si&egrave;cle, et lib&eacute;raux ou la&iuml;ques pour la plupart, avaient le projet de &quot;territorialiser&quot; les Juifs sur une terre &agrave; laquelle ils &eacute;taient&nbsp;reli&eacute;s par l&#39;histoire. Ce projet s&#39;est concr&eacute;tis&eacute; sans le soutien des religieux, pour la plupart oppos&eacute;s &agrave; sa cr&eacute;ation. Mais, comme dans bien d&#39;autres pays, le poids des religieux se fait sentir d&#39;une mani&egrave;re plus importante que leur poids r&eacute;el, et les compromis y existent, pour le mieux ou le moins... Quand au projet &quot;sioniste&quot;, celui-ci n&#39;a jamais consist&eacute; dans l&#39;expansion du territoire isra&eacute;lien ou faire la guerre aux palestiniens : Ce qui se passe aujourd&#39;hui peut porter le nom qu&#39;on veut mais en aucun cas celui de sionisme. Les mots ont un sens, une d&eacute;finition pr&eacute;cise . Sionisme :&nbsp;<em>Mouvement politique favorable &agrave; la constitution d&#39;un Etat juif en Palestine.</em> Rien de plus, rien de moins...</p>