Communauté

Décès de Nathan Ramet

Mercredi 4 avril 2012 par Henri Gutman, Président du Centre communautaire laïc juif

C’est avec une grande tristesse et une très profonde émotion que le Centre communautaire laïc juif (CCLJ) a appris le décès de Nathan Ramet, Président d’honneur de Kazerne Dossin et Président du Musée juif de la déportation et de la Résistance de Malines.

 

Né à Varsovie en 1925, Nathan Ramet a tout au long de sa vie œuvré en faveur de la communauté juive de Belgique dans une perspective humaniste et d’ouverture sur l’Autre.

Son honnêteté et ses qualités morales lui ont valu de jouer un rôle important au sein des institutions professionnelles de l’industrie diamantaire anversoise. Son implication professionnelle coïncide également avec son engagement social au sein de la communauté juive. Dès 1968, il devient administrateur de la Centrale des associations juives de bienfaisance et d’aide sociale d’Anvers. Au sein de cette institution, il s’engagera avec détermination et générosité.

Servir les autres a toujours été le moteur de Nathan Ramet. Ainsi, lorsqu’un attentant particulièrement meurtrier frappa en 1981 la synagogue portugaise au cœur du quartier diamantaire, il mobilisa une dizaine de personnes pour constituer un fonds de solidarité au profit des familles des victimes.

Ancien déporté, rescapé d’Auschwitz-Birkenau et survivant des marches de la mort, Nathan Ramet a été marqué de manière indélébile par la Shoah qui lui enleva une grande partie de sa famille. Après des années de silence sur cette expérience traumatique, il n’a cessé de se battre pour que la mémoire de la Shoah soit reconnue et pour que sa transmission soit assurée. En 1986, c’est aux côtés de David Susskind, Président d’honneur du CCLJ, et d’autres personnalités de la communauté juive de Belgique, qu’il se rend en Pologne pour demander aux plus hautes autorités du Clergé polonais de déplacer le Carmel du camp d’Auschwitz.

Lorsqu’en 1992 le Consistoire central israélite de Belgique propose à Nathan Ramet de prendre la tête du Comité d’initiatives du futur Musée juif de la Déportation et de la Résistance, il décide d’embrasser cette cause fondamentale pour l’Histoire et la mémoire de la Shoah. C’est avec une grande humanité et beaucoup de modestie que Nathan Ramet dirigera le Musée juif de la Déportation et de la Résistance jusqu’à ce que la maladie l’emporte.

Fait Chevalier par le Roi Albert II, la véritable noblesse de Nathan Ramet a toujours été celle du cœur. Sa vie consacrée au service des autres, sa générosité et sa modestie dont il ne se départira jamais a conduit le CCLJ et la revue Regards à lui attribuer en 1998 le titre de Mensch de l’année. Nathan Ramet fut la première personne à être honorée de ce titre.

Nous n’oublierons jamais sa gentillesse et sa disponibilité. Son engagement au profit de la communauté juive et son combat pour la transmission de la mémoire de la Shoah constitueront à jamais un exemple pour les Juifs de Belgique.

Au nom du conseil d’administration du CCLJ, nous présentons à sa femme et à toute sa famille nos plus sincères condoléances. 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/