International/Hongrie

Kepiro : L'heure du jugement

Mardi 7 juin 2011 par Ephraïm Zuroff

Agé de 97 ans, Sandor Kepiro a dû répondre devant la Justice hongroise de sa responsabilité dans un massacre de Juifs et de Serbes commis en janvier 1942 à Novi Sad. Un procès qui prouve que ni le temps ni l’âge avancé ne permettent aux criminels de guerre d’échapper à la Justice.

 

Il est probable que de nombreux criminels de guerre nazis n’aient jamais éprouvé le moindre doute en ce qui concerne la légalité des crimes qu’ils ont commis contre les Juifs et les autres « ennemis du Reich ». Il apparaît toutefois que ce n’est pas le cas de Sandor Kepiro, jugé à Budapest pour sa participation à un crime de masse commis par la gendarmerie hongroise à Novi Sad (territoire serbe annexé par la Hongrie) le 23 janvier 1942. Lors de son premier procès en Hongrie, en 1944, on a appris que lorsqu’il reçut l’ordre de commettre ce massacre, le lieutenant Kepiro a demandé qu’on le lui confirme par écrit. Ses supérieurs lui ont aussitôt indiqué que ce genre d’ordre n’était transmis qu’oralement. Déjà juriste à l’époque, Sandor Kepiro avait compris que les ordres en question aboutiraient au meurtre de civils innocents et seraient par conséquent illégaux. Cela ne l’a pourtant pas empêché de les exécuter avec zèle. Ses hommes ont d’abord rassemblé environ 1.200 Juifs, Serbes et Roms dans un théâtre de Novi Sad, avant de les conduire vers le Danube où ils ont été assassinés par des gendarmes hongrois.

Non sans ironie, lors de son procès en 1944, cette demande de confirmation écrite a été retenue comme circonstance atténuante, ce qui a réduit sa peine à dix ans d’emprisonnement ! C’est le contraire qui aurait dû se produire, car ce juriste intelligent et cultivé a bien saisi la nature illégale de l’opération qu’on lui demandait d’accomplir ainsi que ses conséquences désastreuses. Malgré cela, il a choisi d’exécuter les ordres. C’est la raison pour laquelle son procès est à ce point important, tout particulièrement en Hongrie, où les collaborateurs nazis locaux ont joué un rôle majeur dans la mise en œuvre de la Solution finale, et ce même avant que ne débute l’occupation de ce pays par l’Allemagne nazie en mars 1944. Alors que l’historiographie se focalise sur les déportations massives de 437.000 Juifs hongrois vers Auschwitz-Birkenau, durant le printemps et l’été 1944, déportations auxquelles a participé activement la gendarmerie hongroise, la Hongrie porte également la responsabilité de l’extermination en Ukraine de quelque 16.000 à 18.000 Juifs étrangers vivant sur le territoire hongrois. Sans oublier les milliers de Juifs tués dans des bataillions de travaux forcés et tous ceux assassinés à Novi Sad et ses environs en janvier 1942.

La vieillesse n'efface rien

En dépit de ce triste record, Sandor Kepiro est pourtant le premier collaborateur nazi à être poursuivi par la Justice de la Hongrie démocratique. A l’instar de nombreux pays d’Europe orientale, la Hongrie a traduit en justice de nombreux criminels de guerre dans l’immédiat après-guerre. Mais depuis la chute du rideau de fer, ce pays n’a fait aucun effort pour rechercher les collaborateurs ayant échappé à la Justice en fuyant à l’Ouest. Le cas de Kepiro illustre parfaitement ce phénomène : après sa fuite vers l’Autriche, il trouve refuge en Argentine où il vit jusqu’à son retour en Hongrie en 1996. Avant de revenir dans son pays natal, il a pris soin de vérifier à l’ambassade de Hongrie à Buenos Aires si aucun obstacle légal ne s’opposait à son retour. Le feu vert accordé par les autorités hongroises prouve le peu d’intérêt que la Hongrie manifestait à l’égard de ce criminel. Les choses changent en 2006, lorsque nous (le Centre Wiesenthal) découvrons qu’il vit à Buda, juste en face d’une synagogue, et que nous apportons les preuves de sa participation au massacre de Novi Sad. Cela nous prendra quatre longues années pour convaincre les autorités hongroises de le poursuivre.

En demandant à la Hongrie que Sandor Kepiro réponde de ses crimes devant la Justice, nous avons réussi à adresser un message fondamental : le temps n’a pas pour effet d’atténuer la culpabilité des meurtriers, et la vieillesse ne les protège en rien. En aidant à identifier et à faciliter la poursuite de tels criminels, le Centre Wiesenthal remplit ses obligations envers les victimes des nazis et honore leur mémoire. Ceux qui ont fait du mal au peuple juif doivent savoir que nous n’avons pas la mémoire courte et que nous n’oublierons jamais nos martyrs.*

Historien israélien d’origine américaine, Ephraïm Zuroff dirige le bureau israélien du Centre Simon Wiesenthal. Il y coordonne également les recherches des criminels nazis au niveau mondial. En 2008, il a publié Chasseur de nazis (Michel Lafon éd.).

 * Le tribunal devait rendre son verdict le 3 juin 2011, après le bouclage de notre numéro.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/