Opinion

Bête comme la censure

Mercredi 23 mars 2011 par Ouri Wesoly

Les attaques antisémites, réelles ou supposées, semblent se multiplier par les temps qui courent. Il est juste et normal d’y réagir. Mais pas par la censure qui est à la fois, stupide, inefficace et anti-démocratique.  

Est-il légitime d'empêcher les gens de voir cette série ?

Et donc un crétin/un sale type/un taré vient de sortir un article/ un spectacle/ un livre raciste/antisioniste/antisémite (barrer les mentions inutiles). S’en suit une réaction immédiate, épidermique de la communauté juive.

C’est sain, humain : elle est (nous sommes) en ce moment malheureuse, crispée, blessée. Souvent à juste titre, parfois de façon excessive, peu importe. Que faire ? Il n’y a guère que trois ripostes possibles: ignorer, interdire, intervenir. 

Ignorer est souvent une bonne solution : si on ne riposte pas, la bave du crapaud  retombera sur le nez qu’il n’a pas. Souci : C’est comme si on n’avait pas d’augments à opposer ou, plus vexant, on semble avoir peur. 

Sans négliger le fait qu’à trop faire mine de ne pas voir, on finit par tomber de haut. Exemple, le Titanic. Savoir qu’il y avait comme une fuite dans la cale a tout de même permis à pas de mal de passagers de sauver leur vie.

La deuxième solution, c’est réclamer l’interdiction. Là encore, le réflexe est logique : il n’a pas le droit de dire ces choses, faisons le taire. Mais la censure est pire que mauvaise, elle idiote et inefficace.

Ainsi, ces jours-ci, plusieurs organisations juives manifestent elles devant le siège de Canal +, à cause d’une série anglaise, The Promise jugée pro-palestinienne. Autres cas, les interdictions réclamées contre des films comme Gaza-Strophe et Miral ou encore les spectacles de Dieudonné.

On se permettra de juger cette stratégie particulièrement médiocre. Déjà, le mot « censure » quel qu’en soit l’objet, sonne mal aux oreilles démocratiques. Les gens se sentent immédiatement, et à juste titre, brimés ou infantilisés.

A priori, on peut compter sur les doigts d’une seule main les thèmes dont notre société admet l’interdiction : la négation des génocides, la pornographie pédophile, par exemple.  Qui plus est, nos législations vont dans le même sens, à preuve les décisions de justice autorisant les caleçonnades de M. M’Bala M’Bala.

Libres sont les bouffons

Sans compter les inconvénients gravissimes de cette démarche. Si elle échoue, on est ridicule. Si elle réussit, on est un lobby tout puissant.  Elle donne une publicité inespérée à un événement qui, sans cela, n’aurait attiré que quelques fidèles et de rares curieux.

Elle offre, à peu de frais, à ceux qui la subissent l’auréole de martyr de la liberté dont nul , sans cela, n’aurait songé à les affubler. Elle ouvre la porte à d’autres censures basées sur des critères différents, mais tout aussi valables (ou aussi peu).

Elle autorise des raisonnements comme : Dieudonné est « tricard » à la télévision pour racisme anti-Juifs, mais pas Eric Zemmour pour racisme anti- Arabes. Conclusion : c’est bien vrai que  les Juifs contrôlent les médias… Bien joué, Messieurs les censeurs.

Alors quoi, on doit laisser ce type cracher sur nos morts ? Quoi qu’il en coûte -et ce n’est pas l’envie de lui botter les fesses qui manque-, il le faut hélas bien. Dieudonné est encore en partie un bouffon -terme non péjoratif- et, de tous temps, ceux-ci ont, jouit d’une liberté de parole quasi illimitée, chez nous.

Mais ne pas le censurer ne signifie pas renoncer à se battre contre lui et ses idées. Qu’il donne donc ses spectacles. Et s’il y persévère dans sa haine antisémite, qu’il se retrouve devant ceux qui ont qualité à le juger : le public d’abord, les magistrats ensuite.  

De même pour tout autre événement à connotation antisémite ou supposée telle. On ne censure pas a priori. On laisse s’exprimer, puis on discute, on débat, on contre-attaque et, s’il y a lieu, on poursuit en justice.

C’est plus long, plus difficile, mais c’est aussi plus efficace et surtout plus démocratique. Or, seule la démocratie protège vraiment les minorités. C’est même sa raison d’être.  Et vous, les internautes, qu’en pensez-vous ?


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Nadine Otchakovsky - 25/03/2011 - 17:04

    Je pense que le message de Monsieur Oursely a tout son sens.
    Cependant, pour certains, il vaut mieux avoir un mauvais nom plutôt que pas de nom du tout !f

  • Par owesoly - 27/02/2015 - 12:36

    <p>
    Merci pour votre approbation, ch&egrave;re Madame Nadiakovsky. Et aussi pour ce saisissant raccourci:. Oursely, c&#39;est rapide, c&#39;est joli, j&#39;aime</p>

  • Par owesoly - 25/03/2011 - 17:17

    <p>
    Merci pour votre approbation, ch&egrave;re Madame Nadiakovsky. Et aussi pour ce saisissant raccourci:. Oursely, c&#39;est rapide, c&#39;est joli, j&#39;aime</p>

  • Par Sucher - 26/03/2011 - 18:54

    Comment body text