Livre

Walter ou Naïm, héros ou assassin ? Une quête identitaire sur fond de nazisme et catastrophe aéronautique

Vendredi 27 mai 2016 par N.Z.

Journaliste, éditrice et écrivain, Marie-Paule Eskénazi vient de publier Walter ou Naïm, héros ou assassin ? (éd. Académia). Dans ce roman, elle revient sur l’épisode de l’explosion du dirigeable Zeppelin LZ 129 Hindenburg en mai 1937 pour nous emmener ensuite dans une quête identitaire sur fond de nazisme et de persécution des Juifs.

 

Après 14 mois de mise en service et plusieurs traversées transatlantiques à son actif, le dirigeable allemand Zeppelin LZ 129 Hindenburg est détruit le 6 mai 1937 par un incendie lors de son atterrissage aux Etats-Unis, à Lakehurst dans le New-Jersey.

Les Allemands ont très vite donné une interprétation politique à cette catastrophe. « Comme ce dirigeable est censé incarner le génie allemand et nazi, ils ne peuvent concevoir un seul instant qu’il s’agit d’un accident », explique Marie-Paule Eskénazi. « C’est la raison pour laquelle ils laissent entendre que c’est un attentat ourdi par des opposants au régime nazi qui a frappé le dirigeable Hindenburg. Or, aucun élément sérieux n’a confirmé cette thèse ».

Il est en effet étonnant que l’Allemagne nazie ait misé à ce point sur ce moyen de transport aérien alors qu’en Europe et aux Etats-Unis, c’est l’industrie aéronautique qui se développe. La réponse à cette énigme réside dans le Traité de Versailles de 1919. Après la Première Guerre mondiale, l’Allemagne vaincue ne pouvait pas se doter d’une force aérienne. Elle s’est donc concentrée sur les dirigeables dont la vocation n’est pas militaire, du moins officiellement. Car pour les dirigeants nazis, le dirigeable était aussi conçu à des fins militaires.

Les autorités nazies recourent à ce type de stratagèmes dans d’autres domaines en lien avec l’aviation pour détourner l’interdiction de développer l’aviation. « On voit à travers toute l’Allemagne se développer un nombre considérable de clubs de planeurs », confirme Marie-Paule Esknénazi. « On a compris ensuite que tous ces pilotes de planeurs sont devenus ensuite des pilotes de la Luftwaffe, le planeur étant l’apprentissage préalable au vol en avion. La création de ces clubs de planeurs n’était qu’une manière déguisée de se préparer au réarmement de l’Allemagne ».

Comme Hitler voulait d’abord conquérir le ciel avant de se lancer dans des conquêtes territoriales, les dirigeables Zeppelin sont devenus le symbole de cette prétention. « C’est à partir de là que j’ai bâti cette fiction », précise Marie-Paule Eskénazi. « Ce n’est pas une histoire vraie mais c’est une vraie histoire ! Tout le cadre historique est réel mais le récit est purement romanesque ».

Intrigué par la décision de son grand-père de se rapprocher de la communauté juive, à la veille de sa mort, Kurt, un jeune américain mène une enquête en Allemagne. Découvrant la Shoah, les persécutions, il s'interroge sur son identité, vit la rupture familiale -le grand-père est-il un héros ou un assassin- et perce le mystère qui entoure la fascination de son grand-père pour le dirigeable Hindenburg.

On en arrive ainsi à la quête identitaire. Pourquoi son grand-père qui se prénomme Walter et qui est un chrétien sera enterré selon le rite juif ? Pourquoi n’a-t-il jamais voulu répondre à certaines questions, notamment concernant sa famille. Ce jeune homme américain comprend qu’on lui a caché certaines choses qu’il va vouloir désormais découvrir et comprendre. Il va entreprendre cette quête de vérité et cette quête identitaire qui va l’emmener de l’autre côté de l’océan. Il découvre alors la Shoah qui était pour lui une page dans un livre d’histoire. Cela lui ouvre les yeux et de nouveaux horizons.

Walter ou Naïm, héros ou assassin ? (éd. Académia)


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par eskénazi - 28/05/2016 - 10:21

    je suis fière de toi maman tres beau livre a lire absolument