Covid-19

La lutte contre le coronavirus et les Juifs ultra-orthodoxes

Mercredi 2 décembre 2020 par Nicolas Zomersztajn

La célébration d’un mariage réunissant plus de cents convives dans la communauté juive ultra-orthodoxe d’Anvers en plein confinement a suscité des réactions ambivalentes et ambigües de certaines voix juives d’Anvers.

Petit rappel des faits. Après avoir été informée de l’organisation d’une fête dans la Belgiëlei, une équipe de la police d’Anvers s’est rendue sur place vers 19h. Les policiers ont d’abord observé la situation mais lorsqu’ils ont voulu procéder au contrôle, le bâtiment était fermé.

Pour y accéder, ils ont forcé la porte, pour découvrir une dizaine de tables dressées pour environ 120 couverts. Les policiers ont constaté la présence de 33 personnes sur place. À l’intérieur, la plupart des personnes avaient déjà quitté les lieux. « Les tables étaient dressées pour près de 120 personnes et la fête battait manifestement son plein », a réagi le porte-parole de la police d’Anvers, Wouter Bruyns. Des restes de nourriture et de boissons ont été retrouvés sur les tables.

La célébration d’un mariage réunissant plus de cent convives dans la communauté juive ultra-orthodoxe alors que les mesures de confinement liées au covid-19 interdisent ce type de rassemblement a fait l’objet d’une condamnation des institutions juives anversoises en étant hélas systématiquement suivie d’un adverbe (toutefois, cependant) impliquant une indulgence et une tolérance de leur part.

Ainsi, la directrice de Joods Actueel, Terry Davids, a sévèrement condamné l’organisation de ce mariage lorsqu’elle écrit qu’il « est très regrettable que quelques dizaines de personnes, qui apparemment ne se soucient pas des règles, déforment une image pour tous les juifs de notre pays qui gardent une certaine distance et s'en tiennent strictement au nombre de contacts autorisés ».

Toutefois, elle s’empresse d’ajouter que la presse ne doit pas mentionner l’identité juive des contrevenants à la loi alors que les centaines de transgressions des fêtes non juives ne mentionnent pas si les fêtards sont catholiques, protestants ou laïques. « Cela ne fait qu'alimenter l'antisémitisme. C'est un fait que la grande majorité des Juifs belges adhèrent aux mesures de la covid19 », juge-t-elle.

Curieuse manière de voir les choses. En effet, lorsque les médias ont fait état du rassemblement de février 2020 ayant entraîné la contamination d'au moins un millier de personnes, ils n’ont pas manqué de préciser qu’il s’agissait d’un office protestant de l’Eglise évangéliste de la Porte ouverte chrétienne. Ou lorsque, pas plus tard qu’hier, la presse révèle l’arrestation de 24 personnes lors d’une « covid partouze » à Bruxelles en précisant qu’elle était organisée au premier étage d’un bar bruxellois, elle a également pris soin de révéler le profil des contrevenants (des diplomates et un député européen hongrois) et d’indiquer la nature du lieu : au premier étage d’un bar gay du centre de Bruxelles.

Mais la pire des réactions juives anversoises est celle exprimée par une lettre ouverte publiée sur le site de la télévision locale anversoise ATV rédigée par des « citoyens juifs qui n'ont pas assisté aux célébrations, mais se sentent personnellement concernés ! » et adressée aux autorités communales et régionales ainsi qu’aux médias accusés de « semer toute la panique, la peur, la pauvreté, la haine et le racisme ! ». Le ton est donné…

Mépris envers les non-Juifs

Avec beaucoup de mépris, ils rappellent en guise de préambule que dans le judaïsme, le mariage est très important, et surtout plus important que chez les non-Juifs où ce n’est qu’une vulgaire fête où l’on ne fait que boire et se battre : « Chez nous, la vie conjugale est différente de celle de la population en général, un mariage n'est pas seulement une célébration, mais une cérémonie purement religieuse, qui n'arrive qu'une fois dans la vie. Il n'y a pas d'alcool, pas de combats et pas de violence ! Dans des circonstances normales, un mariage est célébré avec des centaines d'invités. Maintenant, pour respecter le maximum, nous le limitons au minimum. Mais le minimum doit être fait ! Pour rester fidèle à Dieu !!!! ».

Ces citoyens au-dessus de tout soupçon et de la loi s’en prennent alors aux forces de police dans l’exercice de leurs fonctions (de faire respecter la loi). « A notre grande surprise et à notre grand regret, tout le quartier juif a été attaqué par la police, avec des dizaines de policiers, comme s'ils avaient découvert un terroriste ISIS ou un responsable de la drogue ! (…) Les portes de civils innocents ont été percées, des enfants ont été réveillés par le comportement agressif de la police ! Ils ont frappé sur des portes privées (...) Tout ça parce que 50 personnes ont mangé un peu de poulet et de poisson ensemble ! Oui, maintenant ils peuvent bien dormir, ils ont sauvé la Belgique !!!!! ».

Point de Godwin

Cette minimisation des faits qui leur sont reprochés s’opère dans un mode de victimisation à outrance. Il n’est donc pas étonnant qu’elle atteigne très vite le point de Godwin. De manière abjecte, ils comparent alors les policiers anversois à des nazis qui viennent les rafler pour Auschwitz : « « Nos enfants qui ont assisté à cette scène dans la rue sont rentrés en larmes avec l'expression : ’’Tout ce que cette grand-mère de 95 ans nous a dit sur Auschwitz est certainement vrai, on le sent maintenant’’ ! ».

Et comme ils ne sont pas étouffés par leur houtzpa, ces citoyens « concernés » concluent leur lettre ouverte par une leçon de morale adressée aux pouvoirs publics accusés de susciter la haine le racisme envers les Juifs ultra-orthodoxes : « Le Covid 19 est en effet un sale virus ! Mais voulez-vous éviter le sang avec du sang ???? L'objectif de la police est-il de promouvoir la haine et le racisme ? Tout citoyen a-t-il le devoir de s'assurer que personne ne commet d'infraction ? Faut-il appeler la police lorsqu'un cycliste franchit le feu rouge, vient-il avec 50 hommes ? Est-ce le moyen de stimuler la tolérance et les rues sans haine ? La pauvreté, la haine et donc les troubles mentaux peuvent provoquer une guerre civile ! ».

Alors qu’ils justifient pleinement les violations flagrantes des règles en vigueur pour lutter contre la propagation du coronavirus, ils osent réclamer des comptes aux autorités : « La corona a coûté beaucoup de vies et n'est certainement pas une maladie facile, mais il serait bon d'y réfléchir si les mesures ne causent pas plus de victimes ! Nous espérons et attendons des changements positifs ».

Cette lettre ouverte surréaliste et la victimisation déplacée des Juifs ultra-orthodoxes sont les symptômes évidents de leur rapport ambigu à la loi. Lorsque cette dernière est en contradiction avec la loi juive, de sérieux problèmes se posent. Anvers n’est pas la seule municipalité confrontée à cette question. Partout où vivent des communautés juives ultra-orthodoxes, que ce soit à Anvers, Brooklyn, Londres, Montréal, Bnei Brak ou Jérusalem, des incidents liés au non-respect des interdictions relatives à la lutte contre le covid-19 ont éclaté. Et ces violations des règles de santé publique sont essentiellement le fait des autorités religieuses de ces communautés où la voix du Rebbe a plus de poids que quiconque.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par mico - 2/12/2020 - 13:07

    Madame Davids a parfaitement raison dans sa réaction.
    Ne vous en déplaise.
    Et à quoi cela vous sert il de mettre de l'huile sur le feu ?
    Ne pensez vous pas que la presse a déjà suffisamment parlé de cette fête ?

    Mico

  • Par Amos Zot - 2/12/2020 - 15:01

    Ce mariage organisé dans la communauté orthodoxe juive d'Anvers est inadmissible et condamnable mais je constate néanmoins que pour l'automobiliste qui a foncé dans la foule en Allemagne en tuant 5 personnes et en en blessant plusieurs autres , je constate qu'à cette heure nous ne savons pas encore s'il est athée , catholique , protestant, musulman ou bouddhiste. Par contre, je suis certain qu'il n'est pas Juif si non cela aurait été dit.

  • Par poznanski Leon - 2/12/2020 - 17:33

    La police sert l'état,qui sert sa population
    et prend des mesures entre autres pour sauver des vies ,
    les rassemblements(sans exceptions) causent des contaminations,ces rassemblements(fètes) peuvent être reportés à plus tard,on ne peut pas risquer des vies,il faut respecter toute la population

  • Par NicoRako - 2/12/2020 - 21:03

    Qui a écrit cette scandaleuse lettre ouverte? Veuillez s’il vous plaît ne pas mettre tous les juifs d’Anvers dans le même sac.

  • Par samuel - 3/12/2020 - 14:13

    Monsieur Nico,

    L'auteur de cete lettre est le Rédacteur en Chef du Regards Monsieur Zomerstajn.

    Sauf à avoir mal lu, il ne met aucunement tous les juifs d'Anvers dans le même sac, bien au contraire.

    Les opticiens étant ouverts, je vous invite à en visiter un de votre choix afin d'acquérir de bons verres de lecture.

    Bien à Vous,

    Samuel

  • Par nicolas - 3/12/2020 - 14:30

    Restons courtois.
    1) Je ne suis pas du tout l'auteur de cette lettre ouverte. Comme je l'explique dans l'article, elle a été rédigée par des Juifs anversois (anonymes) qui se présentent comme des "citoyens juifs qui n'ont pas assisté aux célébrations, mais se sentent personnellement concernés". Voici le lien de lien de leur lettre ouverte : https://atv.be/nieuws/open-brief-van-joodse-antwerpenaren-hele-buurt-aangevallen-alsof-het-is-terreurbende-is
    2) Il va sans dire que je ne mets absolument pas tous les Juifs d'Anvers dans le même sac. La majorité d'entre eux respectent les règles en matière de confinement.
    Nicolas Zomersztajn

  • Par Liliane Seidman - 5/12/2020 - 11:59

    Je pense sincèrement que les juifs orthodoxes à Anvers n'ont aucun respect de la loi imposée par la Belgique sur le confinement. C'est un manque total de civisme et ne peut qu'attirer plus d'antisémitisme.

    Pour ma part, ils doivent être sévèrement punis parce qu'ils s'imaginent être au-dessus des restrictions.

    Une fois pour toutes, habitant en Belgique sous n'importe quelle religion, le premier devoir est de respecter les lois et consignes du pays.

    D'autre part, il y a eu débordement de la police, ce qui est grave!
    Mais il y a eu provocation d'un groupe d'orthodoxes qui se fichent pas mal des conséquences de leurs actes mais qui crient au scandale à l'antisémitisme dont ils sont les responsables

    Ce qui est triste, c'est que cette situation retombe sur la communauté juive non orthodoxe alors qu'elle est respectueuse des ordres de confinement et déconfinement.

    Une fois de plus nous sommes obligés de convaincre la population belge que tous les juifs ne sont pas indisciplinés. C'est grave et triste de se trouver dans cette siituation scandaleuse et incontrolable!