Décès

Juliette De Lathouwer nous a quittés

Lundi 6 juillet 2020 par La Rédaction

Ancienne résistante et militante du Centre communautaire laïc juif (CCLJ) aux côtés de son mari René, Juliette De Lathouwer vient de décéder ce dimanche 5 juillet à l’âge de 98 ans.

A peine sortie de l’adolescence, Nicole Louba Dyckstein a rejoint la Résistance après avoir rencontré l’amour de sa vie : Isaac Zylberg. Ce militant socialiste participe à la création du Front d’entraide révolutionnaire. « Il est inconcevable qu’elle ne puisse pas participer à ce grand combat », insiste ce dernier. « Il fallait que dans cette lutte et dans la vie, nous ayons une vision identique, à défaut de quoi, notre union s’avère impossible ».

Bien que l’étau se resserre sur les Juifs de Belgique, le couple se marie en mai 1942. Pour survivre, Isaac ouvre un cabinet de dentiste où il exploite ses connaissances en matière de mécanique dentaire.

Mais très vite, les jeunes entrent dans la clandestinité, dans la mesure où ils refusent de porter l’étoile et de répondre aux convocations pour Malines envoyées par l’AJB. C’est à partir de ce moment-là qu’Isaac Zylberg devient René De Lathouwer et que Nicole Dyckstein prend le nom de Juliette De Lathouwer. Ils fuient Bruxelles pour trouver refuge à Eghezée dans la province de Namur. A nouveau, sa formation de mécanique dentaire lui sera d’un grand secours. René convainc un médecin local de créer ensemble un cabinet dentaire.

Alors qu'ils fabriquaient des faux papiers pour sauver des vies, ils ont eu leur premier enfant Claude en 1943, puis le second Roger en 1944. « Claude et Roger sont les enfants du défi. Avec Henri, ils sont ceux de la revanche. Ils forment dans notre vision la plus belle récolte de fruits », affirme René. « Nous n’accepterons pas qu’ils puissent devenir des cibles vivantes de par leur qualité, de par leur nom. Nous avons appris à nous battre, Juliette et moi. Nous nous promettons de poursuivre ce combat et de ne jamais le suspendre ». 

Après la guerre, Juliette et René ont rejoint les organisations juives de gauche et ont fait partie en 1959 de l’équipe de militants qui fondent le CCLJ. Ils ont fait le choix d’un engagement juif plaçant Israël comme pôle dominant, tout en gardant une orientation de gauche et laïque.

« Ma grand-mère était une éternelle révoltée, elle devait se battre en permanence contre l'injustice et était incapable de se reposer », a réagi Jonathan De Lathouwer, un de ses petits-fils, sur sa page Facebook. 

Benjamin Beeckmans, président du CCLJ, les membres du conseil d'administration et la rédaction de Regards présentent leurs plus sincères condoléances à son mari René De Lathouwer, à ses fils Claude, Roger et Henri ainsi qu’à tous ses petits-enfants et arrière-petits-enfants.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Daniel GRAU - 6/07/2020 - 16:25

    Je présente à René, ses enfants et petits enfants mes sincères condoléances suite au décès de Juliette.
    La communauté perd une grande Dame.

    Daniel Grau

  • Par Roseline Lewin - 7/07/2020 - 6:59

    Très peinée. Sincères condoléances.

  • Par Glikerman - 7/07/2020 - 9:34

    La famille Glowic -Glikerman présente ses sincères condoléances à René et à toute la famille De Lathouwer . Nous gardons de Juliette un souvenir d'une femme solaire à l'esprit vif et à l'humour décapant . Bien affectueusement Hélène, Patrick et Noémi

  • Par David ROSSLER - 7/07/2020 - 13:04

    Une femme avec du caractère et une grande empathie pour autrui. C'était Juliette dont disparition nous fait énormément de peine.
    A René et ses fils, petits et arrières petits-enfants ainsi que les conjoints, nous adressons nos condoléances les plus sincères et émues pour la perte de Juliette.
    Daniel/David et Ida Rossler

  • Par Jawerbaum André - 8/07/2020 - 8:32

    Mes très sincères condoléances à René, ses enfants et petits-enfants.