Décès

Albert Memmi nous a quittés

Dimanche 24 mai 2020 par Nicolas Zomersztajn

Sociologue distingué et écrivain talentueux, Albert Memmi a mené dans son œuvre académique et littéraire une réflexion féconde sur l’identité juive, la colonisation et la condition minoritaire. Une des plus grandes figures intellectuelles juives du 20e siècle et un ami du CCLJ nous a quittés à l’âge de 99 ans.

 
Sur le même sujet

    Né le 15 décembre 1920 à Tunis, Albert Memmi aurait fêté son centenaire dans quelques mois. Le destin en a décidé autrement.

    Avec talent et style, Albert Memmi a marqué de son empreinte les études sur la condition juive. C’est à lui que les Juifs laïques doivent le concept de « judéité ». En le forgeant, il a permis à de nombreux Juifs éloignés de la tradition et de la pratique religieuse de mieux saisir leur volonté de demeurer juif. Il a d’ailleurs eu l’occasion à plusieurs reprises d’exprimer son point de vue lors de nombreuses conférences à la tribune du CCLJ.

    Mais Memmi ne fut pas seulement un penseur de la condition juive contemporaine. Juif de Tunisie, il a consacré de nombreux travaux à la colonisation. Avec le Portrait du colonisé, Memmi a montré comment la relation entre colonisateur et colonisé les conditionne l'un et l'autre. Ses travaux ont influencé de nombreux penseurs comme Frantz Fanon ou Aimé Césaire.

    Ceci n’a pas empêché Memmi d’être lucide sur la condition juive au sein des pays arabes et musulmans ayant acquis leur indépendance. Comme l’a souligné dans Regards (octobre 2019, n°1051) Anny Dayan-Rosenman, amie et spécialiste de Memmi (professeur de littérature à l’Université Paris 7 Diderot), en publiant Juifs et Arabes en 1974, Memmi a remis en cause « le mythe d’une coexistence idyllique en terre d’Islam. Rappelant que si les Juifs n’y ont pas subi la même violence meurtrière qu’en Europe chrétienne, il n’y a pas de situations de minoritaires en pays non démocratiques qui ne soient des situations de soumission et le plus souvent de non-droit ».

    La pensée et l’œuvre d’Albert Memmi demeureront incontournables pour comprendre les sociétés marquées par la diversité culturelle et religieuse. Comme l’a rappelé dans Regards Anny Dayan, l’œuvre de Memmi nous aide à « élucider le réel, donner sens à ce qui est vécu dans le bruit, la fureur et la confusion, témoigner de l’articulation de l’individuel et du collectif, nous aider à vivre avec les autres et avec nous-mêmes ».

    Une des qualités de l’œuvre de Memmi qui entrera dans la postérité est son universalité. En examinant comment les Juifs articulent leur rapport entre le particulier et l’universel, la tradition et la modernité, il a donné des clés de compréhension fondamentales pour envisager les tiraillements des minorités dans une société moderne.

    Nous venons de perdre un grand Juif, un des derniers géants du monde intellectuel juif du 20e siècle.


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par Eliyahou Reichert - 25/05/2020 - 0:18

      On trouvera une interview et un discours au Congrès sioniste de Albert Memmi ainsi que des articles sur son oeuvre dans "Regards" n° 13, 25, 68 et 77.

    • Par Hanni R. Lewerenz - 27/05/2020 - 13:57

      Abert Memmi était un de mes professeurs aimés pendant mes études de sociologie à Paris X (Nanterre) et à la Sorbonne dans années qui suivirent mai 68 et où il y a eu la présence la plus éclairée de professeurs de pensée moderne (de gauche) dans les universités françaises. Un autre de mes professeurs de cette taille intellectuelle et de la même génération était Marc Ferro, historien lucide et en contrecourant de l'historiographie officielle qui enseignait également à la Sorbonne, Maison des Sciences de l'Homme.
      Je suis reconnaissante à la vie d'avoir été formée par ces penseurs.