Antisionisme

Yacob Mahi, digne héritier de Garaudy

Mercredi 1 octobre 2014 par Véronique Lemberg

Fréquemment sollicité par les médias belges pour exposer un point de vue musulman moderne, le professeur de religion islamique Yacob Mahi ne peut s’empêcher de nazifier Israël, ni d’exprimer ouvertement sa fidélité inconditionnelle au négationniste français Roger Garaudy.

 

« Roger Garaudy a écrit plus de 85 ouvrages sur des sujets divers. Hélas, les médias ne mettent en évidence que celui qui sera exploité par les tenants de la pensée unique, pour le discréditer, en raison de sa dénonciation de l’exploitation du malheur historique de la Deuxième Guerre mondiale, décrété par le Tribunal de Nuremberg orchestré par l’occupant américain en 1945 ». Voici ce qu’écrit Yacob Mahi sur un blog entièrement dévoué à la gloire de ce négationniste français décédé en 2012 (http://rogergaraudy.blogspot.be/). Et dans un droit de réponse que ce prédicateur musulman belge a adressé début septembre 2014 à la rédaction du site internet du CCLJ qui lui avait consacré un article dans lequel sa fidélité à Roger Garaudy lui était entre autres reprochée, il persiste et signe : « Ma fidélité à mon Maître à penser, Roger Garaudy, paix sur son âme, vous irrite. Philosophe de renommée mondiale, qui n’a cessé de dénoncer des idées semblables à vos allégations, il était constructeur du dialogue des civilisations et disait : “Le sionisme est une hérésie du judaïsme, il a substitué au Dieu d’Israël l’Etat d’Israël”. Votre pensée unique ne m’intimide pas face à la critique d’une politique, ou d’une histoire officialisée. Toute pensée officielle réinterrogée et soumise au doute, afin de la relire, et la réécrire en pensée réformée, ne peut s’apparenter à un dogme ».

On retrouve dans ces deux extraits des références saisissantes aux écrits les plus virulemment antisionistes de Garaudy, ainsi qu’à sa lecture négationniste de la Seconde Guerre mondiale. Si Roger Garaudy n’a pas inventé la négation de la Shoah, il peut en revanche être considéré comme son principal diffuseur au sein du monde arabo-musulman, où une bonne partie de l’intelligentsia et de la classe politique s’est révélée très réceptive à ce discours négationniste associé à la défense de la cause palestinienne. Depuis le début des années 80, Garaudy considère que l’Etat d’Israël est par nature criminel et que le sionisme et le nazisme sont deux idéologies jumelles. « Il nazifie Israël, mais ne verse pas encore dans le négationnisme », fait remarquer Adrien Minard, agrégé d’histoire et chargé de cours à Sciences Po (Paris) ayant publié en 2007 avec Michaël Prazan Roger Garaudy. Itinéraire d’une négation (éd. Calmann-Lévy). « C’est avec la publication des Mythes fondateurs de la politique israélienne aux éditions négationnistes de La Vieille taupe que l’argumentaire antisioniste de Garaudy est complété par un discours négationniste visant à remettre en cause ce qu’il appelle le “mythe des six millions” ainsi que l’existence des chambres à gaz ».

Pourrait-on de bonne foi se revendiquer de Garaudy aujourd’hui ? « Il est totalement impossible aujourd’hui de se revendiquer innocemment de Roger Garaudy sans assumer son héritage négationniste », répond Adrien Minard. A supposer qu’on puisse distinguer ses livres sur l’islam de ceux sur Israël et les Juifs, on voit bien que Yacob Mahi ne fait jamais cette distinction. « Garaudy n’est pas simplement son maître spirituel qui lui a permis de mieux envisager sa foi et sa pratique de l’islam, c’est aussi sa référence suprême sur le sionisme et Israël. Et on ne manque pas non plus de remarquer que Mahi est convaincu par les propos de Garaudy sur l’histoire de la Shoah lorsqu’il parle d’une histoire officialisé” qu’il faut remettre en doute », poursuit Adrien Minard.

Féru de dialogue interreligieux

Yacob Mahi est bel et bien un digne héritier de Roger Garaudy. Comme son « maître à penser » et d’autres religieux musulmans virulemment antisionistes, il est féru de dialogue interreligieux. « Garaudy lui-même ne parlait que de ça et le musée qu’il avait créé à Cordoue est consacré au dialogue interreligieux », explique Adrien Minard. « L’un des principaux soutiens de
Garaudy et de Maurice Papon n’est autre que le Père Michel
Lelong, également très investi dans ce dialogue
 ». C’est étonnamment paradoxal dans la mesure où le dialogue interreligieux implique un discours tolérant et non pas des diatribes haineuses et complotistes. Un paradoxe qui échappe malheureusement à des médias, des universités et des associations religieuses œcuméniques qui lui accordent tous une tribune dont il abuse pour nazifier Israël et glorifier aujourd’hui les jeunes européens partis se battre en Syrie. Mais il y a pire : savoir qu’un professeur de religion peut présenter un négationniste comme une source d’inspiration, « un maître de sagesse ». •


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par van yck - 4/02/2015 - 7:00

    La haine forte et brutale ! Retour au bled! On devrait s'enquérir de la formation de ces dits professeurs et imams mais...