L'Humeur de Joël Kotek

Vive la censure !

Samedi 6 novembre 2010 par Joël Kotek, Directeur de publication

Ce jeudi 21 octobre 2010, les responsables du Centre Communautaire Maritime de Molenbeek ont dû faire appel à la police pour m’escorter jusqu’à ma voiture. Il était 22h et je venais de terminer un long mais passionnant exercice d’explication sur le mystère antisémite et ce, devant une trentaine de jeunes Belges, issus pour la plupart de l’immigration. A l’origine de cette conférence, la belle initiative de Mouedden Mohsin de l’asbl Citoyenneté Active d’organiser un cycle de formation destiné à créer des ponts entre les diverses communautés qui composent la Région de Bruxelles-capitale.

 

Malgré mes a priori à l’égard de l’organisateur (certains de ses partis pris anti-Israéliens dans Le journal du Mardi m’avaient, en leurs temps, passablement irrité), je ne voyais pas comment me soustraire à son appel à contribution. Comment rejeter en effet une main tendue ? Mieux encore, un geste aussi courageux ? Pour la première fois, en effet, des militants de la cause palestinienne acceptaient de se former sur des sujets aussi complexes que l’antisémitisme, la Shoah et le sionisme avec des intellectuels ?juifs issus principalement non pas de la mouvance UPJBiste, mais, comment ?le dire autrement, du mainstream, plutôt sionistes. Ils me savaient, en effet, attaché au CCLJ, une association, certes critique mais proche d’Israël. Choix courageux mais somme toute logique : toute paix -sincère et durable- ne s’est-elle pas ?toujours conclue entre adversaires du moment ?

Derrière ce choix, aussi, l’évidente volonté de contrer les velléités d’importation du conflit israélo-palestinien dans la rue bruxelloise. Or, c’est précisément cette rue bruxelloise, tristement manipulée, qui s’est rappelée à notre bon souvenir. Dès les premières minutes de ma conférence, des militants issus de l’immigration ont tenté par tous les moyens de m’interdire de parole. A la manœuvre, Nordine Saïdi, l’une des têtes de pont du dieudonnisme en Belgique. Tous les moyens furent bons pour m’empêcher de parler : sirènes, cris, ?tapages sur les volets, affiches aux slogans imbéciles glissées sous ces mêmes volets. Jugez-en plutôt : « Hobbies des sionistes : mentir, torturer, voler, tuer », « Kotek, casse-toi, des sionistes, on n’en veut pas », « Hamas, Djihad, Hezbollah ». J’ai même entendu « Kotek assassin ». Rien n’y fit. Nous (et je dis bien nous) avons tenu bon et ce, pendant près de trois heures, le temps de la formation sur l’antisémitisme. Si le débat a parfois été vif, il a toujours été courtois. Comme je l’ai dit, nous avons tenu bon, malgré nos évidentes différences. L’expérience va-t-elle pour autant continuer ? Rien n’est moins sûr. Je vous avoue avoir été choqué par la haine des manifestants. Le moins que l’on puisse dire est que le climat en Belgique n’est pas favorable à ce type de rencontre. L’heure est au blanc et noir, au manichéisme, pas au dialogue. Voyez comment nos quotidiens ont traité de la soi-disant conférence sur le droit de critiquer Israël à l’ULB. Combien de tribunes accordées aux malheureuses victimes de la censure « sioniste » et pas aux véritables interdits de débats - moi par exemple, avec le CCLJ ? Combien de distorsions, de partis pris et de mensonges qui malheureusement ne pourront qu’ajouter au climat de haine, qui ne cesse de monter. Je veux bien croire M. Chichah lorsqu’il nous dit qu’il a été victime d’une tentative d’agression de la part d’un individu isolé et non identifié. Mais comment accepter que l’un des éditorialistes de La Capitale -M. Karim Fadoul, pour ne pas le nommer- transforme cette tentative condamnable et imbécile, qui pourrait être une provocation d’extrême droite, en agression avérée d’une « bande d’extrémistes juifs ». On voudrait importer le conflit en Belgique qu’on n’écrirait pas autrement. Certains de nos journalistes sont de véritables pyromanes.

Ah oui, j’oubliais, il ne saurait y avoir de limite à la liberté d’expression (cf. soirée à l’ULB), sauf à lire Nordine Saïdi (il me traite de « raclure sioniste » sur son site) et Souhaïl Chichah qui se réjouit, quant à lui, de la tentative de… censure de ma conférence. Sic gloria transit mundi.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/