Zedelgem

Une tentative indéfendable de blanchiment de collaborateurs nazis

Mardi 6 juillet 2021 par Lev Golinkin, Ecrivain américain né en Ukraine

Cette tribune a été publiée le 5 juillet 2021 dans De Standaard* par l'écrivain américain Lev Golinkin pour dénoncer l'arrogance extraordinaire de la commune de Zedelgem d'ériger un monument en mémoire du Troisième Reich et d'insister ensuite sur le fait qu'il s'agit d'un monument à la liberté.

Sur le même sujet

    Un scandale a éclaté en Belgique à cause d'un article de Michel Bouffioux (Ruches de Zedelgem des SS lettons commémorés en Flandre) sur ParisMatch.be. Il s'agissait d'une statue apparemment innocente représentant une ruche à Zedelgem (Flandre occidentale), qui est en réalité un mémorial aux collaborateurs nazis lettons. L'histoire qui se cache derrière cet étrange monument est un aperçu des sombres courants sous-jacents du révisionnisme de l'Holocauste, de l'ultranationalisme et de détournement qui tourbillonnent dans toute l'Europe.

    La "Ruche pour la liberté", comme est appelé le mémorial de Zedelgem, a été dévoilée sans trop de remous en 2018. Le projet a été présenté comme une collaboration internationale entre la Lettonie et la Belgique, dans le but de commémorer les quelque 12.000 prisonniers de guerre lettons qui ont été détenus à Zedelgem en 1945-1946. Après leur libération, ces hommes se sont installés dans toute l'Europe occidentale.

    Un pays plein d’idiots

    Le sculpteur letton qui a créé la ruche affirme que cette œuvre d'art réunit les "valeurs européennes communes" et "le langage des symboles que tous les Européens comprennent". « Les abeilles sont pacifiques", souligne-t-il. Elles ne piquent que lorsqu'ils sont menacés. Une plaque apposée sur le monument indique qu'il "symbolise la liberté sous tous ses aspects ».

    C'est Rome qui construit un monument à Carthage, c'est quelque chose que l'on attend d'un pays plein d'idiots.

    Mais lorsque les visiteurs auront fini de méditer sur les vertus de la liberté et l'attitude des abeilles face à la vie, ils pourront peut-être se poser une question simple : comment se fait-il que ces prisonniers de guerre aient été enfermés dans un camp en Belgique ? Les Alliés n'auraient jamais emprisonné leurs propres soldats ? Alors qui étaient ces abeilles et pour qui se battaient-elles ?

    La réponse est que ces soldats faisaient partie de la Waffen-SS, la branche militaire du parti nazi qui a plusieurs crimes contre l'humanité sur la conscience, dont l'Holocauste. Plus précisément, ils étaient membres de la Légion lettone, une formation créée à partir de soldats des 15e (1re Lettonie) et 19e (2e Lettonie) divisions de grenadiers Waffen de la SS. Ceci est également confirmé par la plaque commémorative. Entre deux réflexions sur les abeilles et la liberté, il mentionne timidement que "les jeunes lettons ont été enrôlés dans les forces allemandes pour affronter l'armée soviétique".

    Révisionnisme

    Cette description euphémique est un exemple typique du révisionnisme de l'Holocauste qui s'est développé en Europe de l'Est au cours des deux dernières décennies. On peut en dire autant des excuses utilisées par les politiciens de Zedelgem pour expliquer pourquoi ils ont payé pour ériger en Belgique un mémorial aux laquais du Troisième Reich. Et comme presque toujours lorsque quelqu'un essaie de défendre l'indéfendable, cette tentative de blanchir les collaborateurs nazis s'effondre si on l'examine de près.

    Tout d'abord, ces soldats n'ont pas été "enrôlés". Beaucoup d'entre eux se sont portés volontaires pour combattre avec la Waffen-SS. Ils auraient pu faire ce que des millions d'autres ont fait : combattre le fascisme, ou du moins ne pas rejoindre les nazis et les aider à poursuivre leur campagne de terreur en Europe et à tuer des millions de personnes.

    La deuxième stratégie de blanchiment consiste à prétendre que ces personnes se battaient contre l'Union soviétique. C'est ce que faisait Hitler. Comme tous les nazis qui ont détruit la Belgique, d'ailleurs. Si c'est la logique (faute d'un meilleur terme) que vous suivez, vous pouvez à juste titre ériger des monuments à leur mémoire également.

    Massacres de civils

    Quant à la lutte contre l'Armée rouge, les performances de la Légion lettone ne sont pas particulièrement impressionnantes. Mais ils se sont distingués dans un autre domaine : le massacre de civils non armés. Nombre de ces soldats étaient issus d'unités de réserve de la police qui ont aidé l'Allemagne à annexer le territoire letton. Ils ont également participé directement, volontiers et avec une extrême cruauté à l'Holocauste. Ils ont massacré des Juifs pendant des pogroms et les ont fusillés dans des fosses dans toute la Lettonie. Grâce aux efforts d'hommes qui rejoindront plus tard la Légion lettone, les trois quarts des Juifs de Lettonie sont exterminés. L'empressement et la brutalité avec lesquels ces collaborateurs ont assassiné des Juifs montrent qu'ils avaient bien plus en commun avec les Waffen-SS que la simple envie de combattre le Kremlin.

    Confusion et tromperie

    Zedelgem démontre également la dernière ruse pour transformer pathologiquement les bouchers en victimes et en combattants de la liberté : la confusion et la tromperie. Au début de cette année, Wilfred Burie, de l'organisation The Belgians Remember Them, qui rend hommage aux pilotes britanniques tombés au combat, a demandé au conseil municipal de Zedelgem d'expliquer pourquoi il avait installé cette ruche nazie. Les politiciens ont répondu qu'ils se sentaient "profondément émus et attristés par l'insinuation que notre ville est censée honorer les membres de la Waffen-SS".

    Un enfant de huit ans comprend qu'un mémorial qui honore littéralement les membres d'une unité littérale de la Waffen-SS est une glorification de la Waffen-SS. C'est comme si vous érigiez une statue à l'Etat islamique (Daesh) et que vous vous indigniez ensuite d'être "attristé" par les "insinuations" selon lesquelles le mémorial honore "soi-disant" des terroristes. Si le conseil d'administration de Zedelgem ne peut pas comprendre cela, il ne devrait pas gérer un chenil, et encore moins une municipalité.

    Comme si des poules érigeaient un mémorial aux renards

    Quoi qu'il en soit, la Belgique devrait mettre fin à cette disgrâce une fois pour toutes. Depuis des années, j'écris sur la déformation et la négation de l'Holocauste. En janvier, j'ai publié une enquête sur 320 noms de rues et monuments en l'honneur de collaborateurs nazis dans le magazine juif américain The Forward. La ruche de Zedelgem est unique car c'est le seul monument dans un pays occidental, un pays qui a perdu 12 000 soldats et 74 000 civils pendant la Seconde Guerre mondiale, qui rend hommage à l'armée qui l'a envahi. C'est comme si les poules voulaient ériger un mémorial aux renards. C'est Rome qui construirait un monument à Carthage. C'est quelque chose que l'on attend dans un pays plein d'idiots.

    Ruche de la stupidité et du mépris

    Les politiciens de Zedelgem murmurent maintenant qu'ils vont apposer une plaque sur le monument pour remettre les choses dans leur contexte. (Qu'est-ce que ça veut dire ? Ces hommes étaient peut-être des criminels de l'Holocauste, mais ils faisaient du bon miel...) Je voudrais suggérer une alternative qui permettrait à la ville de conserver son mémorial sans pour autant piétiner la réalité. Apposer une plaque qui rebaptise le monument : "Ruche de la stupidité, de la crédulité, de la distorsion de l'Holocauste, du mépris total des anciens combattants et des mensonges". Si c'est le cas, la chose est au moins précise.

    *https://m.standaard.be/cnt/dmf20210704_97453778?utm_campaign=send-to-a-f...


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par Léon CHARLOT - 6/07/2021 - 12:18

      Il n'y a pas de mot pour définir une telle situation ! c'est au-delà du scandale ! Honte aux autorités qui autorisent cette insulte à la Mémoire, à l'histoire, aux Juifs, au Peuple belge, à l'Europe et au monde entier ! Je suis blessé et cette tolérance me fait peur !

    • Par Amos Zot - 6/07/2021 - 15:49

      Votre magazine francophone parle souvent de Zedelgem dont peu de francophones connaissent l'existence alors que dans le journal "Le Soir" ou à la RTBF, le double standard à l'égard d'Israël et/ ou des Juifs est quasi quotidien .

    • Par Isidore Pelc - 6/07/2021 - 18:21

      Excellente description des faits.
      Exact: On ne peut pas laisser ça passer...
      Bravo pour la clairvoyance et la justesse des mots...
      Isy Pelc

    • Par Jean-Marie PIRE... - 6/07/2021 - 18:22

      Cher Monsieur, J'avais en effet suivi et lu l'article de cet américain et j'en avais été bouleversé mais le vôtre est plus réaliste parce que vous êtes belge et on se comprend mieux . Pourquoi ce débat ne vient pas au Parlement ou ont-ils peur du VB ou de la NVA - Entre nous c'est comme le parlementaire NVA Michaël Freilich n'a rien dit, comme au carnaval d'Alost, oui la NVA est raciste et remplie d'antisémites .. mais comme disait le grand Jacques, "nazi pendant les guerres, catholiques entre elle, vous salissez la Flandre et la Flandre vous juge, d'ailleurs la mer du Nord c'est retirée de Bruges" Et dans 50 ans, ils seront inondés

    • Par Bigot - 7/07/2021 - 7:58

      Encore une fois, les gens ont la mémoire bien courte !
      je m'inquiète lorsque le dernier survivant des camps d'extermination du peuple juif par les nazis, (sans oublier les tziganes, les homosexuels, les communistes, les erreurs par dénonciations ) ne seront plus là pour témoigner en direct et partager dans les écoles leurs souvenirs poignants.
      Les livres, les filmes n'auront pas la même force.