Boycott d'Israël

Quand les anti-Israéliens surfent sur le passé colonial belge...

Lundi 29 juin 2020 par Nicolas Zomersztajn

Surfant sur la vague des débats sur le passé colonial de la Belgique au Congo, quelques associations bruxelloises pro-palestiniennes se sont rassemblées devant la statue équestre de Léopold II pour dénoncer la politique israélienne et assimiler l’Etat d’Israël au Congo belge.

Environ 500 personnes ont manifesté dimanche après-midi place du Trône à Bruxelles, devant la statue équestre de Léopold II. Il s’agissait de dénoncer le projet d’annexion des colonies israéliennes de Cisjordanie que le gouvernement israélien entend mettre en œuvre dès le 1er juillet.

Cette manifestation n’a rien de neuf ni d’exceptionnel d’autant plus qu’elle a été organisée par les associations que l’on retrouve à chaque fois dans ce type de mobilisation : ABP, UPJB, etc.

Rien de neuf si ce n’est le choix du lieu. D’habitude, elles se rassemblent devant l’ambassade d’Israël, la gare centrale, la Bourse, la Commission européenne ou défilent dans les rues de Bruxelles de la gare du Nord jusqu’au Parlement européen.

Ce dimanche, c’est place du Trône, devant la statue équestre de Léopold II, qu’elles se sont réunies pour rappeler que « la colonisation de la Palestine par Israël n'est pas un fait nouveau », qu’elle « a commencé en 1948 », appeler au boycott d'Israël et exiger des sanctions internationales contre ce Etat.

Même si elles sont conscientes que leur action n’influencera pas le gouvernement israélien, les associations organisatrices savent bien que les symboles sont importants. Et le choix de la statue de Léopold II située derrière le Palais royal est symboliquement et politiquement très fort. Il permet de mieux délégitimer l’Etat d’Israël en l’assimilant à la présence coloniale belge au Congo entre 1885 et 1960.

Et comme aujourd’hui, ce passé colonial belge est à juste titre synonyme d’horreurs, d’exploitation et de crimes, il permet à tous ces militants anti-israéliens de mieux assimiler Israël au mal et de se rapprocher de la nouvelle génération des militants antiracistes très sensible à la mémoire coloniale.

C’était dans l’air depuis quelques semaines. Lors des manifestations dénonçant le racisme et les violences policières en France et aux Etats-Unis, des pancartes accusant Israël d’être le « laboratoire des violences policières » étaient mises en avant. D’autres encore accusaient Israël d’avoir formé les policiers ayant tué George Floyd à Minneapolis !

Aussi grossières qu’elles puissent paraître, ces accusations et ces assimilations d’Israël au Congo belge sont puissantes symboliquement et sont capables de mobiliser davantage que par le passé. Précisément, car le registre actuel des mobilisations (climat, antiracisme, etc.) est celui de l’émotion. Un registre dans lequel tous les coups sont permis, car ils sont infligés au nom du bien et des victimes.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Ézéchiel - 29/06/2020 - 12:24

    Mr Zomerstajn est devenu juge du passé colonial de la Belgique
    De mieux en mieux
    Il semble que rien ne vous arrêtera dans vos délires
    Que savez vous de l histoire coloniale de notre pays pour vous permettre de tels propos
    Vous me faites honte

  • Par gilou - 1/07/2020 - 1:07

    D'accord avec Ezéchiel 29/06...Cela s'appelle juger et condamner le passé sur base des critères moraux actuels - à ce titre les descendants des Gaulois - c'est-à-dire la France et la Belgique actuels - sont en droit d'exiger des excuses de l'Italie pour les massacres et la colonisation commis par Jules César et ses légionnaires...

  • Par Jean Claude - 2/07/2020 - 14:07

    Ezekiel
    Sans doute avez-vous raison de dénoncer la critique bête et gratuite que fait Nicolas de la colonisation dont il ne connaît certainement rien.
    S il était un peu renseigné il saurait que les conditions sociales des congolais se sont dégradées depuis le départ des belges en 1960.
    Un minimum d honnêteté intellectuelle aurait été de le mentionner.
    Jean Claude
    Belge ayant résidé à Kinshasa jusqu'en 1995

  • Par Victor Levy - 9/07/2020 - 16:09

    regrettable , surtout dommageable de s'ériger en censeur et connaisseur autoproclamé d'un temps qu'on n'a pas connu , d'un pays qu'on ne connait pas , et d'un peuple qu'on ne connait pas .
    comparatif au minimum hasardeux , dangereux.
    conseilleur non payeur , rôle parfait des irresponsables .
    Pic de la Mirandole de sous sol

  • Par Olivier Guilmain - 13/08/2020 - 21:10

    Indécrottable bêtise que d'assimiler Israël avec des crimes contre l'humanité perpétrés par le Roi barbare Léopold II au Congo.... Alors que de plus en plus d'études universitaires sérieuses prennent en main la question de la comparaison entre les crimes de l'Apartheid Sud-Africain et les crimes de guerre israéliens perpétrés contre la population palestinienne ou qui analysent sérieusement les différences de statuts entre les citoyens israéliens juifs et les citoyens israéliens non-juifs. Mais comparaison n'est pas raison et l'ensemble du peuple israélien (y compris les arabes israéliens), comme l'ensemble du peuple palestinien sont tous deux victimes de dirigeants qui ne sont pas à la hauteur de l'histoire de la paix des braves. Et, l'enjeu urgent n'est-il pas de sauver les braves des deux peuples pris en otage de la politique hégémonique d'extrême-droite choisie par le couple infernal Netanyahou-Trump, plus motivés à l'idée de construire des murs que d'oser la paix durable ? Ces deux sbires hallucinés qui ne laissent qu'aux partisans d'une paix basée sur l'esprit d'Oslo I & II (l'échange DE territoires contre la paix) que le choix de sanctionner durement Israël sur le plan diplomatique et commercial en cas d'annexion (partielle) inassimilable pour les Palestiniens de la Cisjordanie et de Jérusalem-est. Mon Dieu, pourquoi les gauches progressistes ont-elles déserté sans combattre.... Reste que sanctionner les crimes de guerre n'est pas négociable et qu'il faudra passer par là pour espérer sauver la paix.

  • Par ezekiel - 17/08/2020 - 18:43

    Olivier

    Vous délirez complètement :

    "Et, l'enjeu urgent n'est-il pas de sauver les braves des deux peuples pris en otage de la politique hégémonique d'extrême-droite choisie par le couple infernal Netanyahou-Trump"

    Même le Rédacteur en Chef de regards n'avait pas osé aller jusque là.
    Triste sire que vous êtes

    E.M.