Opinion

Molenbeek, un coin enfoncé vers une islamisation du service public

Dimanche 20 septembre 2020 par Willy Wolsztajn

La motion votée en conseil communal de Molenbeek par une majorité alternative à celle du collège a enfoncé un coin vers une islamisation du service public. Une opinion de Willy Wolsztajn parue dans Le Vif/L'Express.

Derrière le débat sur la neutralité, c'est toujours celui sur le hijab qui se profile. Avec les mêmes sempiternels prétextes : les femmes musulmanes voilées se verraient soi-disant discriminées comme femmes, comme d'origine ou ascendance immigrée, comme musulmanes.Si les deux premières causes de discrimination sont recevables, la troisième ne l'est pas.

Personne n'échappe à son genre ni à son origine ethnique, ni à son faciès, ni à sa couleur de peau. Mais on peut pratiquer le culte musulman sans hijab. Et si on le porte, on peut l'ôter quand l'employeur l'exige. Tout est question de hiérarchie des valeurs. La loi de Dieu prime-t-elle sur celle des humains ? Ou l'inverse ?

Je ne m'étendrai pas ici sur les significations du hijab, fétiche identitaire, sexiste, patriarcal, symbole de la haine du corps des femmes qui, par pudeur, devraient se prémunir contre le regard libidineux masculin, etc. Ni sur les mobiles individuels de le porter, par définition insondables. Ni sur la bien réelle pression religieuse, sociale et communautaire pour contraindre les rebelles à se voiler. D'une part, que répondre à celles qui le revendiquent fièrement, sinon d'assumer leur choix sans se plaindre ni nous ennuyer avec leurs revendications ? D'autre part, on ne libère pas les personnes contre leur gré ni malgré elles. J'ai toujours milité pour la liberté d'avorter. Jamais pour libérer les chrétiennes opposées à l'avortement. De même quant aux musulmanes en hijab.

Je m'oppose au hijab parce qu'il incarne un ordre politique et social islamiste que je rejette et que je combats. Et que le hijab en est l'étendard. 

Le hijab et la minijupe 

L'islam belge se trouve depuis quarante ans sous la coupe salafiste saoudienne, celle des Frères musulmans ainsi que celle des autoritarismes marocain et turc, et cela en d'âpres rivalités intestines. De son côté, le Qatar promeut le port du voile, lequel n'a rien d'un phénomène spontané. A cette dimension politique se joint un caractère foncièrement prosélyte. Rien de bon ne peut sortir de ce chaos pour ce qui concerne la démocratie et le progrès. 

La rhétorique prohijab insiste toujours sur le caractère anodin de ce " bout de tissu. " Le voile islamiste serait, prétend-elle, comparable à la minijupe. Pourquoi, dès lors, l'interdire pour les agentes des services publics, dans les écoles, etc. ? Pourtant un " Collectif des 100 diplômées " prohijab manifestait à Molenbeek avant le vote. Pourtant des employées d'Actiris ont guerroyé des années durant contre leur employeur pour pouvoir travailler en hijab. On n'a jamais vu personne revendiquer le droit de porter la minijupe pour quelque motif que ce soit. 

Car, contrairement à la minijupe, le voile islamiste est lourd de sens et très politique. Il sert à islamiser. Quand Actiris autorise ses agentes à fonctionner en hijab, Actiris s'islamise un peu. Quand un quartier se peuple massivement de femmes en hijab, la société s'islamise un peu. D'où l'acharnement islamiste à promouvoir un islam visible, c'est-à-dire avant tout un islam de musulmanes en hijab. 

Sanctuariser la neutralité 

Organisée le 5 juillet dernier contre l'arrêt de la Cour constitutionnelle qui autorise la haute école Francisco Ferrer à interdire les signes convictionnels, la manifestation Hijabis Fight Back en a fourni l'illustration militante. Une phalange de femmes en hijab aux tons beige-brun-vert munies de toques noires de gradués universitaires, activistes en quasi uniformes, encadrait les orateurs. Une oratrice cria sa haine de la neutralité. On fustigea les partis politiques et la justice. Un omniprésent service d'ordre quadrillait la foule. Celle-ci scandait à l'unisson et à l'infini " Hijabis-Fight-Back-Hijabis-Fight-Back... " Au nom de la liberté de porter le hijab, c'était l'islam politique qui, avec une discipline toute militaire, s'affirmait en rue dans Bruxelles. 

A Bruxelles, l'islam exerce sur les pouvoirs politiques une pression très similaire à celle, jadis, de l'Eglise catholique dans les campagnes flamandes et wallonnes. Les premiers partis visés sont ceux dont les fiefs se situent dans le croissant des implantations de mosquées : les communes d'Anderlecht, Forest, Saint-Gilles, Bruxelles-Ville, Molenbeek, Schaerbeek, Saint-Josse. Cet espace est aussi celui des poches de pauvreté les plus aiguës dans la Région. Tout l'enjeu consiste à la fois à répondre aux défis de la question sociale et à contrer le mouvement qui vise à islamiser la société. Sanctuariser la neutralité des institutions publiques, du service public, constitue une pièce maîtresse de cette stratégie. Il s'agit d'y maintenir une hiérarchie de la norme où, de manière non négociable, la loi des humains prime toujours sur la loi de Dieu. De ce point de vue, la motion votée à Molenbeek adopte l'exact opposé de la voie à suivre.

https://www.levif.be/actualite/magazine/un-coin-enfonce-vers-une-islamisation-du-service-public/article-normal-1330205.html

Willy Wolsztajn


 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par DE POTTER - 20/09/2020 - 18:59

    De nombreuses personnes autour de moi soutiennent que le voile islamique n'a pas d'importance, que ce qui compte, ce sont les compétences, la motivation, bref, si le fonctionnaire, quel qu'il soit, fait bien son travail, de manière impartiale. Ce n'est pas un bout de tissu pour la femme qui le porte ? peu importe, pour moi, ce n'est qu'un bout de tissu ! L'apparence de neutralité ? une pure hypocrisie ! la neutralité ? un mythe ! En effet, personne n'est neutre: une femme qui ne porte PAS le voile affirme aussi un choix ! Elle a des cheveux courts ou longs ? cela aussi veut dire quelque chose, elle est maquillée ou porte des boucles d'oreille ? idem ! Tout est un choix signifiant: même la couleur de la peau est un choix depuis Mickael Jackson (oui, oui, je l'ai entendu) et même le sexe depuis les opérations transgenres (idem) ! Ces arguments finissent pas me laisser sans voix. En tout cas, ils assimilent totalement la femme et son voile, sans interroger cette détermination à ne jamais sans séparer, au prix de lourds sacrifices

  • Par Nicky De Mayer - 23/09/2020 - 10:36

    Totalement d'accord. Et merci de l'avoir exprimé si clairement!

  • Par Pascale angelini - 23/09/2020 - 16:35

    Il serait bien de commencer l’article en rappelant le
    contenu de cette motion votée en conseil communal et par qui elle a été votée.

  • Par Rami - 24/09/2020 - 9:05

    Je suis outré par la lecture de cet article écrit par quelqu'un de totalement étranger au sujet qui ne le concerne pas.
    Siégeant au CCOJB il représente quelque part la communauté juive de Belgique et devrait réfléchir avant d'écrire.

    Rami

  • Par Reynders - 24/09/2020 - 19:39

    L’échange d’idées me semble interpellant. ces discussions ouvertes sont fondamentales pour notre démocratie. J’ajouterais que je serais ravie d’avoir plus de feed back de femmes car je m’interroge sur le respect des femmes en general ? Merci à ceux qui relayent ces opinions.
    Is.

  • Par Thierry - 25/09/2020 - 12:55

    Le voile (en tant qu'adhésion à un comportement moral induit par une religion) se porte dans la tête et non pas sur la tête.
    Si les pro-voile s'estiment discriminées pour les offres d'emploi du service public (fonctionnaires, policières, juges,magistrates, professeures dans l'enseignement public, militaires, etc) c'est qu'elles sont contre le principe de neutralité de l'Etat, on ne sort pas de là. Elles ne sont pas plus discriminées que des Chrétiens ostentatoires, des Juifs orthodoxes ou encore des militants politiques de tous bords qui voudraient afficher ostensiblement leurs convictions personnelles dans le cadre d'une fonction d'Etat qui, jusqu'à nouvel ordre, et fort heureusement, n'entend pas favoriser les communautarismes, d'où qu'ils viennent.

  • Par Willy Wolsztajn - 25/09/2020 - 19:21

    @ M.Rami. "Rien de ce qui est humain ne m'est étranger" (Térence, poète latin, IIème siècle av. JC)

  • Par Francis Lees - 30/09/2020 - 19:23

    Excellente analyse que je partage entièrement... Mais apparemment, les idiots utiles ne manqueront jamais pour soutenir une prétendue liberté individuelle qui est en fait instrumentalisée et qui finit par exercer une inacceptable pression sur les femmes qui voudraient ne pas porter ce fichu bout de tissu. Quelle ignorance des réalités de terrain et quel aveuglement plus ou moins volontaire de voir cette évolution inquiétante qu'en tant que Bruxellois et enseignant de 65 ans j'ai pu constater au fil des années dans mes écoles, dans mon quartier. Connaissez-vous encore beaucoup de jeunes femmes de confession musulmane qui osent encore se promener dans leur quartier, tête nue ? Certes, Madame Chapeau aussi était trop distinguée pour sortir "en cheveux"... Mais que dire du sieur qui sous-entend que la qualité de juif de l'auteur de cette analyse expliquerait le contenu de cette dernière ?

  • Par Gitla Szyffer - 3/10/2020 - 21:03

    excellent article. a diffuser largement

  • Par Jacky - 9/10/2020 - 10:33

    @pascal Angelini: motion introduite et soutenue par le PS; seul le MR a voté contre à l'unanimité(ou très majoritairement). Ecolo s'est divisé, mais il y a eu pression de la hiérarchie pour soutenir la motion.
    Défi (1 élu)n'était plus en séance (?)(02 h du matin). Le CDH a soutenu la motion. Le PTB aussi (?)
    Les réactions (ou l'absence de réactions) des instances des partis seraient intéressantes à connaître.

  • Par gillet - 9/10/2020 - 13:16

    Merci .

    je suis absolument d'accord avec Willy

    En France une loi sur le Séparatisme est en cours d'élaboration,elle dit la

    meme chose .La neutralité est absolument indispensable dans tous les lieux

    Dans toutes les ecoles et universités,les piscines

    C'est la base d'une société multiculturelle respectée et respectable

  • Par Martin - 9/10/2020 - 16:51

    Le hijab n'est pas systématiquement signe d'un islam politique....

    Si nous voulons lutter contre l'islamisme, et pas contre l'islam qui est pluriel..., que nos dirigeants contrôlent les écoles coraniques et les mosquées, qu'ils vérifient leurs financements, qui tient les prêches ?, par qui sont-ils envoyés et si besoin les interdisent, qu'ils arrêtent de créer des ghettos par des politiques urbaines non adaptées, qu'ils offrent des opportunités d'épanouissement et d'ancrage à de nombreux jeunes qui se retrouvent sans véritable identit,
    etc....

    Attaquons nous plutôt au fond qu'à une petite partie émergée de l'iceberg......