Les justifications malheureuses de Maroun Labaki

Vendredi 10 septembre 2010

 
C’est avec regret que le Centre Communautaire Laïc Juif (CCLJ) a pris connaissance de la mise au point du journaliste Maroun Labaki suite à la controverse suscitée par son article « Karel De Gucht brave les tabous » dans Le Soir du 4 septembre 2010.
 
Nous déplorons que Maroun Labaki, journaliste d’un quotidien belge de référence, n’ait pas profité de cette mise au point intitulée « De Gucht, les Juifs et moi » pour dissiper tout malentendu à l’égard des amalgames antisémites du commissaire européen.
 
Nous ne pouvons constater que le contraire. Un préjugé aussi grossier selon lequel les Juifs ont le sentiment d’avoir toujours raison et qui soutient qu’il est difficile d’avoir avec eux une discussion sur le Proche-Orient, ne provoque apparemment aucune irritation chez Maroun Labaki ; « tout cela peut être débattu », observe-t-il.
 
Quant à savoir si le commissaire Karel De Gucht « dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas », Maroun Labaki ne balaye pas d’un revers de main cette expression douteuse. Considérant qu’il n’est pas statisticien, le journaliste du Soir constate néanmoins « qu’il y a de nombreux précédents qui attestent que cette expression, au demeurant courante, fait simplement référence à une grande majorité de l’opinion, sans autre prétention ». « Dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas », les populistes et les démagogues ont fait de cette expression leur marque de fabrique.
 
En ne dénonçant pas le caractère insultant des propos de Karel De Gucht à l’encontre des Juifs, Maroun Labaki a failli à l’esprit critique dont doit faire preuve un journaliste qui se dit allergique à l’antisémitisme, au racisme et à toute forme de rejet. Attribuer une caractéristique individuelle à l’ensemble d’un groupe fait partie des fondements du discours raciste.
 
Nous invitons Maroun Labaki et tous ceux qui ne comprennent pas notre indignation à remplacer le mot « juif » par « belge », « flamand », « wallon », ou n’importe quel autre adjectif qualifiant un groupe humain. Ils comprendront alors ce qu’on peut éprouver lorsqu’on fait l’objet de propos insultants « que tout le monde pense tout bas ».
 
« Je suis très sceptique face à toutes les théories du complot » écrit Maroun Labaki. Nous aurions préféré une dénonciation ferme et claire de telles théories.
 
Le CCLJ regrette par ailleurs que Maroun Labaki qui n’a jamais eu d’état d’âme concernant le concept d’Etat arabe ou musulman, ait conclu sa mise au point en liant implicitement mais certainement la notion d’Etat juif avec celle de pureté de la race.
 
Nous espérons vivement que Le Soir, quotidien pour lequel nous avons un grand respect, aura l’occasion de dénoncer fermement les amalgames et les préjugés appartenant au registre antisémite. 

 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/