Suspension de Corbyn

Jeremy Corbyn faisait partie du problème (antisémite) du Labour

Vendredi 30 octobre 2020 par Nicolas Zomersztajn

Jeremy Corbyn a été suspendu du Parti travailliste britannique après qu'un organisme de surveillance des droits de l'homme ait constaté que celui-ci avait enfreint la loi sur l'égalité dans sa gestion de l'antisémitisme.

 

Le rapport accablant de la Commission pour l'égalité et les droits de l'homme (EHRC) a conclu que le parti était responsable d'actes illégaux de harcèlement et de discrimination.

Keir Starmer, le nouveau leader des Travaillistes britanniques élu au printemps dernier, s’était engagé à extirper le poison de l'antisémitisme qui s’est répandu au sein du Labour durant la présidence de Jeremy Corbyn.

« Nous devons envisager l’avenir avec honnêteté. L’antisémitisme a entaché notre parti. J’ai pu observer le chagrin de nombreuses communautés juives. Au nom du Parti travailliste, je m'en excuse », a déclaré Keir Starmer dans une allocution télévisée. « Je vais m’attaquer à ce poison par la racine et je n’évaluerai le succès de cette éradication que par le retour de nos membres juifs et de tous ceux qui estimaient ne plus pouvoir nous soutenir ».

La députée travailliste Harriet Harman a immédiatement déclaré que la suspension de Jeremy Corbyn était « la bonne chose à faire ». Elle a ajouté que « Si vous dites que l'antisémitisme est exagéré pour des raisons de factions, vous le minimisez et, comme le dit Keir Starmer, cela fait partie du problème ».

Keir Starmer l'avait déjà dit : « Si après toute la douleur, tout le chagrin et toutes les preuves contenues dans ce rapport il y a encore des gens qui pensent que l'antisémitisme au sein du parti travailliste ne pose pas de problème, qu'il est exagéré ou qu'il s'agit d'une attaque de faction, alors, franchement, vous faites aussi partie du problème ».

Corbyn a nié qu'il faisait « partie du problème » et a affirmé qu'il ne quitterait pas le Parti travailliste. Il a ajouté que la question avait été « considérablement exagérée pour des raisons politiques » par ses détracteurs. Depuis, M. Corbyn a publié une nouvelle déclaration sur Facebook pour dire qu'il "contestera fermement l'intervention politique" visant à le suspendre.

Lors d'une conférence de presse organisée par le Jewish Labour Movement mercredi dernier, Dame Margaret Hodge a été interrogée sur la réponse de l'ancien leader travailliste au rapport de l'EHRC d'aujourd'hui, dans lequel il a déclaré que l'ampleur du problème de l'antisémitisme avait été dramatiquement exagérée. « Même lorsque les preuves sont placées devant lui, il ne comprend pas vraiment l'importance et la gravité du problème », a-t-elle déclaré. « C'est arrivé sous sa surveillance. Il a fait honte au parti. Il s'est assis au centre d'un parti qui a permis à l'antisémitisme de se propager de la périphérie vers le courant dominant ».

Le rapport de la l'EHRC et la suspension sont des étapes historiques qui marquent une réelle prise de conscience de l’antisémitisme contemporain. Ce fut surtout le résultat d’une longue te difficile bataille livrée par des militants juifs et non-juifs du Parti travailliste braver la désapprobation, la censure, et la colère de leurs camarades. Ces militants travaillistes ont fait preuve de courage moral dans les moments les plus difficiles.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Wolf Gruber - 30/10/2020 - 19:51

    Il était plus que temps de purger le Labour de ses racistes antisemites qui salissent la gauche anglaise.

  • Par ezekiel - 2/11/2020 - 9:45

    Je souhaite que le parti socialiste, l'open VLD et les écolos fasse la même chose.

    E.M.