Etats-Unis - Israël

Une indéfectible amitié. Réalité ou illusion ?

Mardi 6 juillet 2021 par Maurice Einhorn

L’amitié entre les Etats-Unis et Israël est de celles que l’on qualifierait d’indéfectible, voire d’éternelle. Le véritable flirt entre Netanyahou et Trump n’a évidemment fait que renforcer cette impression, qui s’avère de plus en plus être une illusion, du moins à plus long terme.

Même si Joe Biden, lui aussi, se montre particulièrement favorable à Israël, il est d’autres signes plutôt inquiétants qui ne devraient pas nous tromper. Nous en relèverons de trois ordres en particulier.

Il y a, pour commencer, les évangélistes en général, américains en particulier, dans leur grande majorité partisans de Trump, qui sont depuis toujours les inconditionnels d’Israël, considérant le retour des Juifs en Terre sainte comme un événement annonciateurs de la fin des temps. Les évangélistes ne se contentent d’ailleurs pas de soutenir Israël dans sa lutte pour l’existence, mais ils appuient traditionnellement même les Israéliens les plus extrémistes. C’est ainsi, rappelait naguère Le Figaro, que l’Ambassade chrétienne internationale de Jérusalem (ICEJ) appuie et finance la colonisation juive en Cisjordanie occupée. Jurgen Bühler, son directeur, s’est d’ailleurs installé en Israël avec son épouse.

Si le mouvement évangéliste américain demeure globalement partisan d’Israël, cette position dominante dans le mouvement n’y fait plus guère consensus, loin s’en faut. « Commandée par des chercheurs de l’université de Caroline du Nord, une enquête du think tank américain Barna, publiée récemment, relève une ‘forte baisse du soutien à l’État juif’ parmi les évangéliques américains âgés de 18 à 29 ans. Ils ne seraient en effet plus que 33,6 % à se déclarer pro-israéliens, contre 75 % en 2018 », écrivait tout récemment le quotidien français La Croix.

La montée au sein du parti démocrate d’une véritable gauche socialisante et antisioniste constitue un autre motif d’inquiétude à cet égard. Certes, les représentants du parti présidentiel restent dans leur grande majorité amis d’Israël, mais les attaques des partisans du boycott de l’état juif se font de plus en plus vives et largement répercutées dans les médias américains. Les premières voix de cette tendance informelle ont été celles d’Ilhan Omar, somalienne d’origine et représentante du Minnesota au Congrès et de Rashida Tlaib, membre des Socialistes démocrates d'Amérique et représentante du Michigan au Congrès.

Ils ne sont d’ailleurs plus rares aujourd’hui ceux qui, chez les démocrates se déclarent socialistes, une étiquette que très peu auraient assumer il y a quelques années encore. Loin d’être simplement sociaux-démocrates, ces « pionniers » se comportent de plus en plus comme ces gauchistes européens pour qui le combat contre les « sionistes » est plus fondamental que toute autre lutte. Il faut y ajouter notamment Bernie Sanders, sénateur du Vermont et candidat malheureux aux primaires démocrates qui ont vu l’année dernières la victoire de Joe Biden. Sanders, certes en désaccord avec le boycott radical d’Israël, est à vrai dire un représentant typique de ces intellectuels juifs particulièrement critiques envers l’Etat juif, parmi lesquels figurent en première place les adhérents du mouvement ‘Jews for Peace’, qui défend un « judaïsme sans sionisme ».

Le troisième sujet d’inquiétude, plus préoccupant encore que ceux précités, est le succès grandissant de mouvements comme BDS auprès des étudiants des universités américaines. Au début, on a vu se développer l’un ou l’autre groupement de ce type dans ce que l’on pourrait qualifier d’universités de second rang, dont on compte des centaines aux Etats-Unis, mais on voit actuellement apparaître des appels au boycott d’Israël par des sociétés étudiantes dans des institutions particulièrement prestigieuses. C’est ainsi qu’à Stanford les étudiants lançaient une motion de soutien au mouvement BDS dès 2015 et même si les autorités de l’université ont désavoué cette initiative, les étudiants de Yale ont décerné en 2017 le Gandhi Peace Award à Omar Barghouti, antisioniste de choc et fondateur du mouvement BDS.

Depuis lors, ces initiatives anti-israéliennes se sont multipliées sur les campus américains. L’année passée, par exemple, c’est à Harvard que de nombreuses voix en faveur du boycott d’Israël sont fait entendre parmi les étudiants de ce qui est largement considéré comme la meilleure université du monde. C’est là évidemment une évolution particulièrement redoutable pour Israël, car c’est dans ces universités de ce que l’on appelle aux Etats-Unis l’Ivy League, que l’on forme les élites, notamment politiques, de demain. Le gouvernement israélien aurait dans ces conditions bien tort de considérer ces événements comme purement anecdotiques.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Maurice e. - 6/07/2021 - 13:15

    Je pense que l'analyse de Maurice Einhorn qui est de plus plus relayée par de nombreux partisans de la solution à deux états (c'est à dire ceux qui ne proposent aucune solution susceptible d'agréer les deux parties dans les conditions actuelles) est correcte en théorie mais ne fait qu'effleurer l'écume de l'etat d'esprit de la majorité des américains toutes catégories confondues.
    Si "l'élite américaine" était aussi déterminante dans les choix des américains moyens, jamais un personnage comme Trump n'aurait pu être élu. Par ailleurs, il faut s'entendre sur ce sur la définition sur ce que l'on entend par l'"amitié entre les Etats Unis et Israël".
    Tout cela (comme en Europe d'ailleurs) n'a une importance plus que relative dans les faits.
    D'après moi, ni aux USA ni ailleurs, personne exerçant un pouvoir n'envisage un boycott véritable d'Israël, ni même la moindre sanction d'ordre économique ou militaire.
    Ce ne sont pas les étudiants (fussent ils d'Harvard) qui exercent le moindre pouvoir réel.
    Malheureusement les faits sont têtus et il n'y aucun leader ,ni en Israël ni parmi les Palestiniens capable d'imposer les conditions d'un compromis entre les parties.
    Alors entre la "cause palestinienne" et les relations amicales avec l'Etat d'Israël , le choix sera celui qui a toujours été fait depuis 1948

  • Par georges972 - 6/07/2021 - 21:28

    Avant les USA, la France etait une amie eternelle d'Israel qui se termina avec De Gaulle. Biden peut faire la meme chose si cela correspond aux interets americains. Pas frave, on courisera les Indiens ou les Chinois.

  • Par Paul Van den Berghe - 6/07/2021 - 22:35

    Tant qu'Israël continuera à bafouer toutes les règles et les accords internationaux en annexant illégalement des grandes parties de la Cisjordanie, rendant ainsi complètement impossible la solution des deux états, il ne faut pas s'étonner que la critique sur Israël va toujours s'accroître partout dans le monde, et donc aussi aux Etats Unis. Et une fois pour toutes: critiquer la politique d'Israël envers le Palestiniens n'a strictement rien à voir avec l'antisémitisme!

  • Par Frajnt - 6/07/2021 - 22:55

    Tres preoccupant