La force vitale du judaïsme libéral

Vendredi 18 avril 2008

 

Dans la carte blanche qu’il a publiée dans Le Soir du 16 avril 2008, Pinkas Kornfeld, Président de la communauté israélite orthodoxe d’Anvers, expose très clairement sa conception fondamentaliste du judaïsme. Ceci l’entraîne à exprimer son hostilité, voire sa répugnance, à l’égard du judaïsme libéral, courant majoritaire à Bruxelles, et à tous ceux qui oeuvrent pour une identité juive tolérante, humaniste et en phase avec la modernité et les valeurs d’égalité et de mixité. Pour ce faire, il n’hésite pas à recourir à un procédé des plus douteux : il m’attribue des propos que je n’ai pas tenus ainsi que des pensées qui ne m’ont jamais traversées l’esprit. Selon Pinkas Kornfeld, j’aurais écrit que l’œuvre de modernisation et de démocratisation du culte aurait vidé le judaïsme de sa substance et aboutirait à présenter une version fausse et non-juive du judaïsme. C’est entièrement faux. Dans l’article de la revue Regards auquel il fait référence, je souligne les mérites et les qualités des tenants du judaïsme libéral qui prônent une foi exigeante et responsable correspondant aux aspirations progressistes et émancipatrices de la majorité des Juifs. Loin d’être une quelconque menace pour la survie du peuple juif, le judaïsme libéral constitue une des forces les plus précieuses pour assurer sa vitalité et son dynamisme. Si Pinkas Kornfeld connaissait l’histoire du peuple juif, il n’écrirait pas que les adaptations et les changements ont été voués à l’échec et à l’étiolement. Bien au contraire, depuis leur émancipation à la fin du 18e siècle, les Juifs se sont nourris sans cesse du changement. Mieux, ils ont été souvent des catalyseurs de modernité, des acteurs du changement et du progrès et non pas des réactionnaires enfermés dans la pratique répétitive et la tradition figée.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/