Est-il naïf d'imaginer que des jeunes Belges, juifs et arabes, puissent jouer ensemble ?

Vendredi 18 septembre 2009

 

Lola Wajskop, 16 ans, monitrice du mouvement Jeunesse juive laïque (CCLJ)

vendredi 18 septembre 2009, 10:27

Cet été, nous, les plus âgés de la Jeunesse juive laïque (JJL) – le mouvement de jeunesse du Centre communautaire laïc juif – sommes partis en séminaire en Israël. Ce voyage avait pour but de parachever notre formation de moniteurs. Pendant trois semaines, nous avons parcouru le pays, visité de nombreuses villes, traversé une partie du désert, marché dans les plateaux rocheux, travaillé dans les champs, parlé aux gens que nous rencontrions ici et là.

C’est à l’occasion de ce séjour que nous avons découvert Neve Shalom / Wahat-al-Salam, un petit village créé en 1969 par des familles juives et arabes. En arrivant dans cette « oasis de paix » (c’est le nom du site) qui compte seulement 50 familles, nous faisons la connaissance de Bob, chargé de nous en dire plus sur l’endroit et de répondre à nos questions. Nous apprenons qu’à Neve Shalom / Wahat-al-Salam, ne vivent que des familles israéliennes ; juives et arabes ; que ces familles vivent en communauté mais que chacune possède une maison. Nous comprenons aussi et surtout que la raison d’être de Neve Shalom / Wahat-al-Salam – son combat – c’est l’éducation à la paix et la compréhension de l’autre. Ainsi, l’éducation des petits enfants est confiée à deux puéricultrices : l’une est arabe, l’autre juive. Chacune parle dans sa langue maternelle aux bambins. L’école primaire poursuit cette éducation ouverte sur l’autre en prônant le respect et l’écoute mutuels.

Neve Shalom / Wahat-al-Salam se trouve au cœur d’Israël, un pays merveilleux mais où la vie est dure, un pays traversé par des tensions de tous ordres, un pays où l’instinct de survie peut pousser les gens à se replier sur eux-mêmes, qu’ils soient juifs ou arabes. C’est pourtant dans ce pays que Neve Shalom / Wahat-al-Salam décide d’exister pour prouver au monde que, quelles que soient les difficultés, l’entente entre les peuples est possible.

Nous, jeunes juifs de Belgique, avons été éblouis par ce village et ses habitants qui ont décidé de mettre en place une communauté humaine qui s’enrichit de ses différences en regardant droit devant elle sans se soucier des obstacles ou plutôt, en dépit des obstacles.

Ce que nous retenons de Neve Shalom / Wahat-al-Salam, c’est d’abord la force incroyable qui peut animer ceux qui recherchent le Bien et la Justice. Ce que nous gardons de cette visite, c’est aussi cette ouverture à l’autre aussi extraordinaire qu’improbable, c’est la qualité d’écoute et le souci de l’autre.

Non, la haine et l’ignorance ne sont pas inévitables.

Oui, ceux qui veulent changer les choses ont la possibilité de le faire. A condition de le vouloir, d’y croire.

Ce sont ces valeurs que nous voulons transmettre aux jeunes qui fréquentent la JJL : le respect, l’écoute, l’esprit critique et le courage.

Neve Shalom / Wahat-al-Salam est-elle une utopie ? Il n’est pas rare d’entendre certains s’en moquer, prétendant que ce qui est possible dans un village ne l’est pas à l’échelle d’un pays ou du monde. Mais nous, membres de la Jeunesse Juive Laïque, rejetons catégoriquement cette façon de penser car nous sommes convaincus que le vivre-ensemble s’apprend. Et pas seulement en Israël. En Belgique aussi. Est-il utopique de penser qu’ici, à Bruxelles, à Anvers ou ailleurs, Flamands et francophones puissent vivre dans l’harmonie et l’enrichissement mutuels ? Est-il absurde de penser que ce qui nous rapproche est plus important que ce qui nous sépare ? Est-il naïf d’imaginer que des jeunes Belges, juifs et arabes, puissent jouer ensemble et se parler… comme à Neve Shalom / Wahat-al-Salam ?

La haine, c’est l’ignorance, c’est la facilité, c’est la régression. Nous prônons le dialogue, l’échange, l’interaction. Nous prônons le vivre ensemble et la complémentarité plutôt que l’hostilité. C’est plus difficile mais tellement plus enthousiasmant. Et d’ailleurs, si nous n’essayons pas, qui le fera ?

Nous prônons la main tendue. Saisissez-la.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/