Documents WikiLeaks (I)

Deux cent cinquante mille potins et moi et moi…

Lundi 29 novembre 2010 par O.W

 
Ok, ça manque un peu de « qui couche avec qui » mais il faut préciser que les 250.000 documents diplomatiques américains que le site « WikiLeaks » a mis en ligne ne dépassent pas les niveaux « Confidentiel » et « Secret ».
Il n'y a pas les « Top Secret ». Tous les espoirs sont donc encore permis. Et à part cela ? Quelques jugements « francs et directs » sur divers chefs d’Etat, des confirmations d’hypothèses connues mais, en définitive, rien de très « bouleversifiant ».
 
S’il n’a pas un très, très bon avocat, Bradley Manning risque une condamnation genre 3.000 ans de prison sans remise de peine possible, même pour bonne conduite. Car c’est ce jeune soldat (23 ans), travaillant pour une unité de renseignement de l'US Army basée en Irak qui aurait volé et transmis au site WikiLeaks 251.287 « mémos » échangés entre le Département d’Etat (ministère des Affaires Etrangères US) et ses diplomates de par le monde entre 2.004 et aujourd’hui.
 
A les lire, on se retrouve dans la troublante position de voyeurs découvrant dans un journal intime tout ce que ses copains pensent d’eux et des autres, les petites magouilles et les fines astuces de tout le monde. C’est très gênant, on ne devrait pas le lire, mais on veut quand même savoir. Alors….
 
Car, comme il s’agissait de documents supposés ne jamais être rendus publics, tout un chacun s’y exprime sans ces litotes, atténuations et autres euphémismes qui font le charme de la diplomatie. Par exemple, en ce qui concerne les chefs d’Etat, on est assez loin des grands sourires, tapes sur l’épaule et cajoleries des sommets officiels.
 
Nicolas Sarkozy ? « Susceptible et autoritaire ». Angela Merkel ? Elle « évite les risques et est rarement créative ». David Cameron ? « Il manque de profondeur ». Hugo Chávez est tout simplement fou. Medvedev est un peu mou du genou. (C’est Svetlana, son épouse qui porte la culotte à la maison comme au bureau).
 
Par contre, Poutine est « le vrai chef de la meute ». Par ailleurs, il est copain comme cochon avec Berlusconi avec qui il partage un même amour pour les soirées, heu… privées. Quant à Kadhafi, il ne va nulle part sans son infirmière privée, une infirmière blonde aux avantages plantureux. (Ah, tout de même)
 
Diplomates = espions?
 
Tout cela est très intéressant, mais comme l’explique un politologue américain : « A la différence des opinions publiques, les chefs d’Etat ne seront pas tellement surpris d’apprendre ce que les Etats-Unis pensent d’eux ».
 
A part cela, on trouve surtout dans ces documents des confirmations d’informations déjà parues mais non reconnues officiellement. Oui, les Américains s’inquiètent du risque de voir tomber en de mauvaises mains les armes nucléaires du Pakistan.
 
Oui, ce sont bien les Chinois qui ont tenté de pirater Google voici peu. Oui, il y a des scénarii envisageant une réunification entre les deux Corée avec le soutien de la Chine. Les mafias d’Asie centrale sont bien dans le collimateur tout comme Al Qaida au Yémen, etc.
 
Ah, et oui, les diplomates américains de tous niveaux sont bien encouragés à collecter toutes les informations personnelles des gens qu’ils rencontrent, depuis leur n° de GSM privé jusqu’au mot de passe de leur portable…
 
En définitive, on le voit, beaucoup de bruit pour assez peu de choses. Mais bon, la démocratie, c’est la liberté d’informer, les gens ont le droit de savoir et « Wikileaks » est probablement devenu le site le plus connu du monde. Que veut le peuple ?

 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/