Polémique

Carnaval de Campo de Criptana : La mairie présente ses excuses

Mercredi 26 Février 2020 par AFP et la Rédaction

Soldats nazis, prisonniers juifs et char faisant penser à une chambre à gaz : un défilé de carnaval dans une ville du centre de l'Espagne, accusé de « banaliser » l'Holocauste, a suscité l'indignation mercredi des autorités du pays.

 
Sur le même sujet

    « Horrifiée par le défilé de carnaval à Campo de Criptana. Je rejette sans nuances toute banalisation de l'Holocauste », a indiqué sur son compte Twitter la ministre des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez. « Après avoir été contactés, les organisateurs ont demandé pardon à la fédération des communautés juives d'Espagne », a-t-elle ajouté.

    L'ambassadrice d'Israël en Espagne, Rodica Radian-Gordon, avait déjà condamné mardi « l'infâme banalisation de l'Holocauste ayant eu lieu lors du carnaval de Campo de Criptana ». « C'est un affront à la mémoire des victimes de la Shoah et une manifestation intolérable d'antisémitisme », a-t-elle écrit sur Twitter.

    Ce défilé a eu lieu lundi dans cette ville de 13.000 habitants situé dans le centre du pays. Selon les vidéos diffusées par les médias locaux, des participants déguisés en soldats nazis et armés de faux fusils dansaient au son d'une musique disco.

    Un groupe de femmes a défilé avec des drapeaux israéliens et des uniformes rayés comme ceux des prisonniers des camps de concentration nazis, tandis qu'une autre femme était juchée sur un char avec deux dobermans sous deux cheminées rappelant une chambre à gaz.

    Dans un communiqué, la mairie de la ville a présenté ses excuses pour le défilé organisé par une association culturelle. Selon la municipalité, cette association entendait faire de ce défilé un « hommage » aux 6 millions de Juifs morts pendant l'Holocauste. « Maintenant que nous avons vu la représentation, nous partageons les critiques. Si l'objectif initial était de commémorer les victimes, il est évident qu'il n'a pas été tenu », a ajouté la mairie.

    Freilich : « Le carnaval d’Alost n’est pas antisémite »

    Interviewé à Jérusalem par le Times of Israël sur le carnaval d’Alost, le député NVA, Michael Freilich, a rejeté les critiques estimant comme le bourgmestre de la ville, Christophe D’Haese, que l’événement n’était pas antisémite. L’ancien rédacteur en chef du magazine Joods Actueel est même allé jusqu’à comparer le carnaval alostois aux défilés de Pourim en Israël !

    « Nous devons voir la situation dans son ensemble », a-t-il déclaré. « Les grands chars étaient tous corrects. Quand vous avez 6.000 personnes qui se déguisent, un certain nombre de personnes vont au-delà de ce qui est autorisé », a-t-il poursuivi. « Je pense qu’il s’agit de 20 ou 30 personnes. Cela signifie donc que plus de 5.950 personnes étaient correctes. Permettons-nous à ces 50 personnes de monopoliser l’attention et de se concentrer uniquement sur elles ? » Et d’ajouter : « La grande majorité des carnavaliers devraient être félicités pour s’être abstenus de promouvoir l’antisémitisme. Les autres sont méprisables et dégoûtants, et il faut les condamner. La Première ministre belge les a condamnés, et je les condamne également ».


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par Thierry - 1/03/2020 - 9:36

      Il y quelque chose d'obscène dans cette mise en scène "carnavalesque' de la Shoah. Des individus "deguisés" en nazi et prisonnières de camps en train de danser sur une musique de variété, un femme "déguisée" en SS entourée de deux dobermans avec derrière elle deux cheminées : c'est à vomir.
      Et après les responsables de cette ignominie présentent leurs excuses à la communauté juive... Soit ils sont tout à fait demeurés, soit se sont des hypocrites accomplis. La HONTE.

    • Par Jean-Jacques Biermez - 5/03/2020 - 17:33

      M. Freilich, député NVA, ne manque pas d'un humour... qu'il faut supposer involontaire. Ne déclare-t-il pas (je ne fais que le citer):" La grande majorité des carnavaliers devraient être félicités (sic!) pour s'être abstenus (resic!) de promouvoir l'antisémitisme." Certaines déclarations sont beaucoup plus irrésistibles... que le carnaval lui-même!