Bonne année 5771

Mardi 7 septembre 2010 par David Susskind, président d'honneur du CCLJ

 
Rosh Hashana marque le début de la nouvelle année juive, selon le calendrier juif, et le premier soir tombe cette année le 8 septembre. Rosh Hashana se fête en deux jours dans le monde entier, dont Israël, et le CCLJ organise son dîner le 9 au soir.
Que signifie Rosh Hashana dans notre éthique ? Nous ne le fêtons pas comme une nouvelle année de joies et de festivités. Il s’agit plutôt de recueillements sur soi-même. Qu’ai-je fait cette année que je n’aurais pas dû et qu’aurais-je dû faire que je n’ai pas fait ? Il nous faut donc réfléchir sur toute l’année, et l’éthique juive dit : « Je ne peux demander pardon pour ce que j’ai fait à d’autres. Seuls ceux à qui j’ai nui peuvent me pardonner ». Recevoir le pardon parce qu’on l’a demandé serait trop simple. Ce n’est pas juif. Chez nous, le principe même est que je dois réparer. J’ai des questions à ce propos : prenons le problème qui nous préoccupe, par exemple, l’occupation des Territoires. Est-ce une faute, dois-je pardonner ou dois-je demander pardon ? Oui, je dois cesser l’occupation. Et si les principes sont valables, c’est ce que je devrais faire. Je prends sur moi-même et je pense aujourd’hui à ceux qui préconisent la haine. J’en ai encore eu un exemple avec l’ancien Grand rabbin sépharade, Ovadia Yossef, qui dans un sermon, le samedi avant Rosh Hashana, a prêché dans une synagogue la mort des adversaires, ce qui est naturellement contraire à notre éthique. Prêcher la mort ne signifie pas donner la mort, mais la pensée détermine l’intention.
Je ne peux pas non plus accepter l’idée même qu’une majorité du gouvernement israélien décide d’expulser des centaines d’enfants nés en Israël pour le seul crime de ne pas être juifs. Où va-t-on si l’on expulse des non-Juifs de quelque part. On nous a fait cela dans l’Histoire tellement de fois. Nous avons été expulsés parce que juifs, nous ne pouvons donc répéter les mêmes actes. Rosh Hashana doit être une réflexion de ceux qui ont le pouvoir pour ne pas agir en tant que non-Mensch.
Rosh Hashana est aussi le moment de réfléchir à l’avenir. Il y a déjà une bonne nouvelle : le 1er septembre se sont réunis à Washington le Président de l’Autorité palestinienne, le Premier ministre d’Israël, en présence du Président américain, avec l’assistance remarquée du Roi de Jordanie, de Hosni Moubarak et d’autres dirigeants du monde. Le lendemain, le 2 septembre, les pourparlers devaient commencer. Si j’ai des vœux à émettre : que ce ne soit pas la énième rencontre qui ne donne pas de résultats. En tant que Juifs de Belgique, nous connaissons ces répétitions générales où l’on discute sans fin pour ne pas aboutir. Réjouissons-nous déjà que le sang ne coule pas.
Au Moyen-Orient, c’est comme s’il y avait soudain une lumière. L’Amérique se réveille, elle convoque une réunion et les principaux intéressés acceptent d’y participer. Peut-être qu’est en train de se réaliser ce qu’Obama avait annoncé : le début des pourparlers qui vont durer un an pour aboutir à deux Etats, côte à côte. Un Etat palestinien pour les Palestiniens et un Etat israélien pour les Israéliens, dans lequel chacun pourra vivre en paix et en sécurité.
Quand on dit que l’autre doit exister à côté de moi, cela veut dire que je dois lui donner les moyens d’exister, que je mets donc fin à l’occupation pour permettre à l’autre de se bâtir, de ne pas être un bantoustan, où mille autorisations sont nécessaires pour aller d’un village à l’autre. Mais cela signifie aussi qu’un Israélien doit pouvoir aller à Jérusalem-Est ou ailleurs dans le pays, à l’abri des menaces de bombes ou d’attentats. Il faut que tous les protagonistes acceptent le droit de vivre pour l’autre et les moyens de respirer librement.
Ce serait pour nous un extraordinaire vœu de paix et de justice. Pour l’année prochaine, je forme le vœu qu’Israéliens et Palestiniens trouvent le chemin de la paix. Tout le peuple juif respirera mieux, les Palestiniens aussi. C’est la seule solution pour vivre côte à côte. Ce sera au bénéfice de tous les peuples. Faire la paix pour cette année 5771 qui commence, pour pouvoir fêter Rosh Hashana l’an prochain dans la paix et la sécurité.
Bonne année à tous ceux qui me lisent, à tous les militants, à tous les membres de la communauté juive, à tous nos amis, aux dirigeants du CCLJ et à vous lecteurs. Shana Tova. En tant que presque doyen d’âge, je me permets de vous souhaiter à tous santé, bonheur et prospérité.

 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/