Communiqué de presse du CCOJB

Alost s'enfonce, la Belgique se relève

Lundi 24 Février 2020

Le Comité de Coordination des Organisations Juives de Belgique félicite tous les démocrates qui s'expriment dans notre pays pour dénoncer les dérives inacceptables du Carnaval d'Alost cette année encore (déshumanisation: juifs en cafards, théories du complot, etc). L'antisémitisme, comme le racisme, est le problème de tous, et nous ne sommes jamais assez pour le dire.

Yohan Benizri, président du CCOJB et vice-président du Congrès juif européen et du Congrès juif mondial, a déclaré : "Nos efforts n'ont pas été vains. La communauté juive n'est pas seule, et notre pays n'a pas à rougir quand la mobilisation est grande. Nous sommes manifestement unis contre ceux qui confondent liberté d'expression et bêtise coupable, que leurs actions soient pénalement condamnables ou non".

L'excitation et l'entêtement de quelques uns sont déplorables, mais une réaction collective exemplaire prémunira notre pays contre la propagation de la haine. En effet, lorsqu'un enfant harcèle à l'école, et persiste parce qu'il est fondamentalement mauvais ou parce qu'il ne comprend pas, l'enjeu est la sensibilisation des autres.


 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Bernadette Leme... - 24/02/2020 - 17:48

    Le carnaval n est pas fini. ...encore aujourd'hui et demain...se calmer ont ils? Pouvons nous avoir un contrôle sur ces agissements déplorables x ces 2 jours?

  • Par claude - 25/02/2020 - 15:54

    Le C cojb est lamentable dans sa réaction
    Un peu d humour n a jamais tué personne

  • Par maryse - 25/02/2020 - 21:30

    Tout à fait s accord avec monsieur ou madame Claude il ne faut pas être paranoïaque au point de refuser un peu d humour.
    Auriez vous réagi aussi si c était des cathos ou des musulmans dont les carnavaliers s étaient un peu amusés ?
    Moi je n ai rien trouvé à redire et même trouvé les chars critiqués comme particulièrement sympathique

  • Par Léon CHARLOT - 25/02/2020 - 22:05

    Il y a deux choses dans le thème de la caricature : le croquis d'une situation, d'un élément , d'une réalité pour en retirer une réaction d'humour : une bonne rigolade !
    L'autre face : utiliser cet élément à d'autres fins ... sous le couvert de l'humour ... Voilà le côté vicieux de la démarche : "tant qu'on rigole, qu'on se moque gentiment, que l'on rit" ... Et ça passe ... "on" n'y voit rien ... c'est banal ...
    La banalisation de ce type de caricature n'interpelle pas : elle est insidieuse ! Car le principal pour les initiateurs est d'arriver au but : la haine du Juif ! Et tout doucement, inconsciemment ça pénètre dans les esprits ...
    L'urgence est évidente de contrer cet espèce de fatalisme qui détériore l'humanité. Qui méprise un Juif ou tout autre personne qui respecte l'être humain vivant en toute sincérité, respectueux des valeurs de la société est un extrémiste, un marginal !
    Dès lors, on ne plaisante pas !
    Effectivement, "un peu d'humour n'a jamais tué personne" ... à condition de simplement de respecter ...
    Au fait : je m'appelle Charlot => alors, on rigole ? moi, ça a fini par m'amuser. Mais parle-t-on du même humour ?
    Allez ! Bonne soirée.

  • Par christian heynold - 26/02/2020 - 12:08

    Ils ont récidivé, les semeurs de la haine. C'est tout simplement abject! Si les lois de ce pays (?) ne permettent pas d'interdire les variantes "drôles" de l'antisémitisme primaire, il faudra mobiliser l'ensemble des forces démocratiques pour empêcher que cela ne se reproduise. Assez de bonnes paroles, il faudra des actes! Ils permettront de tester la sincérité de nos ténors politiques. Quand le toit de sa propre maison brûle, il est temps de se réveiller...

  • Par Raymonde PIROTTE - 26/02/2020 - 15:43

    de l'humour vraiment???

  • Par Etienne - 29/02/2020 - 11:53

    L'absence de réelles actions de l'UNIA s'explique-t-elle par les éléments ci-après?Els Keytsman, la présidente de l'UNIA, est elle-même alostoise. Avant ses fonctions à l'UNIA, elle a été membre du conseil communale d'Alost et même collègue du bourgmestre d'Haese. De surcroît elle est proche de la famille du président des Vismooil’n.Personne ne peut être impartialement juge et partie. Els Keytsman aurait dû faire un pas de côté et laisser d'autres traiter le dossier.

  • Par Gilbert - 1/03/2020 - 12:35

    De par sa déclaration affirmant que le carnaval d Alistair n à rien d antisémite le député juif Michael Freilich à assassiné une seconde fois mes parents.
    Quelle honte pour les juifs belges de compter un des leurs dans la représentation nationale.
    J espère qu aux prochaines élections celles et ceux qui ont voté pour cette C...... s en souviendront et le degageront du Parlement où il n est pas digne de siéger.
    La communauté devrait pouvoir le juger et l exclure de ses rangs. Je suis honteux personnellement d avoir voté pour lui en tant que juif Anversois. Vendredi j ai été à la synagogue demander pardon pour avoir fauté. J ose espérer que Hachem me pardonnera.
    Lors des élections prochaines mon seul combat sera de me rendre partout à Anvers faire campagne contre lui si d'aventure n étant pas conscient de sa faute il souhaitait néanmoins solliciter une nouvelle fois nos suffrages.
    Gilbert

  • Par Gilbert - 2/03/2020 - 13:00

    ÉtienneJe pense que nos dirigeants communautaires devraient aussi faire un peu de côté incapables qu ils ont été d empêcher la tenue de ce carnavalSeuls Messieurs Spiegl et Klener auraient pu le faire s ils étaient encore en fonction.Voilà le résultat quand ce sont des seconds couteaux qui nous representent.Auront ils le courage d en tirer les conséquences?Permettez moi d en douter

  • Par Jean-Jacques Biermez - 5/03/2020 - 11:39

    Pour moi, le char incriminé reste, en partie, une énigme... quant aux intentions de ses créateurs. D'une part, impossible - me semble-t-il - de ne pas décoder ce défilé comme une évocation sinistre des stéréotypes du 3ème Reich: on y voit des Juifs orthodoxes rappelant le "Juif Füss" réduits à une condition d'insecte,.. suivis d'officiers SS rigolards. Il y a également un mur des Lamentations réduit à un tas d'or. Le tout, il est vrai, inséré dans une caricature féroce - des blasphèmes relativement inoffensifs - des "religions"... Bref, on retient surtout les stéréotypes, les slogans... qui ont abouti à l'horreur indicible que l'on connaît. Impossible, me semble-t-il de décoder autrement ce défilé. Et pourtant... ce carnaval a critiqué durement, il y a quelques années, B. De Wever (par exemple) en l'assimilant à un SS. gazant joyeusement (pardon)... des francophones. Là, on était dans un jeu purement métaphorique, de très mauvais goût, sans doute, mais relevant d'une forme d' "autocritique", en quelques sorte. On ne pouvait, dans ce cas, parler de "racisme", d'incitation à la haine... tant l'allusion était caricaturale (même si on peut ne pas apprécier B. De Wever). Le bourgmestre affirme, cette année encore, qu'il n'y a aucun racisme dans le carnaval d'Alost, aucune arrière-pensée, qu'il faut le prendre au "second degré". C'est à n'y rien comprendre: doit-on parler de déni, d'hypocrisie ou d'imbécillité naïvement assumée? Dans ce dernier cas, on ne pourrait, pour conclure, que prononcer la célèbre réplique de Montherlant: "En prison pour médiocrité"!

  • Par Charles B - 10/03/2020 - 15:07

    Quelles seront les démarches prises par les autorités belges pour empêcher une nouvelle dérive antisémite à Alost lors de ses carnavals honteux et réplétives?

    A noter qu'il y a des lois qui punissent des dérives de cette nature en Belgique.... et pourtant rien n’est fait. Selon le grand rabbin de France ces chars de la haine ne passeraient pas en France ou en Espagne. Merci au CCOJB de m'expliquer les engagements des démocrates (politiciens et sénateurs) de notre pays pour mettre fin à ce fléau honteux.