Belgique

50% des élèves musulmans de Bruxelles antisémites?

Jeudi 12 mai 2011 par Ouri Wesoly

Si elle est avérée –et il n’y a, hélas, guère de raisons qu’elle ne le soit pas- l’information est aussi attristante qu’effrayante : 50% des élèves musulmans de Bruxelles sont antisémites.

Nos écoles seraient contaminées par le racisme

Les conclusions de cette étude de la « Plate-forme Onderzoek Jeugd » (« Recherche Jeunesse ») sont sans appel. Dans les écoles de la capitale, un élève musulman sur deux déteste les Juifs.

Un constat encore aggravé par l’analyse qu’en fait Mark Elchardus, sociologue à la VUB, et qui n’est pas suspect d’être ni d’extrême droite ni « islamophobe ». Déjà, il note ce décalage : chez les élèves « autochtones », l’antisémitisme n’est « que » de 10%.

A quoi il ajoute que cet antisémitisme n’est pas lié à un faible niveau culturel ou social, comme c’est le cas chez ces racistes « de souche ». Il est clairement relié au fait d’être musulman. Pis, il est plus fort que chez les catholiques antisémites.

La même étude montre encore que ces élèves musulmans vivent en général repliés sur leur propre culture et qu’ils n’ont que peu de relations avec les membres d’autres communautés. 

On se doute que ce chiffre va conforter cette partie de notre communauté qui se voit assiégée par les antisémites et qu’elle va reprendre ses antiennes favorites : «Tout le monde nous déteste » et autres « Alors, ces valises, on les boucle ? ».

Inutile d’ergoter, de tenter d’atténuer ces chiffres ou de chercher des excuses  ni dans l’importation du conflit israélo-palestinien ni dans l’exclusion dont ces jeunes sont aussi l’objet.

Certes, leur intégration est un échec et notre système y est pour beaucoup. Mais on ne saurait admettre que la réponse à un rejet en soit un autre. Ou le racisme est admissible et on ne saurait s’en plaindre. Ou il est intolérable et on ne saurait le pratiquer.

Voyons les choses en face : nous sommes tous confrontés à un échec majeur. Notre société, notre  système éducatif,  nos communautés musulmanes aussi, ont échoué à transmettre des valeurs fondamentales. 

Telle est la dure réalité que nous devons affronter. Certainement pas en nous repliant sur nous-mêmes ou, pire encore, en prenant la fuite. Nous, Belges et Juifs, devons livrer ce combat ici et maintenant.

En réclamant davantage de répression, s’il le faut. En dialoguant autant que faire se peut. Et, avec le soutien de nos compatriotes, nous finirons bien par venir  à bout de tous les racismes.

Pour une analyse plus précise de l'étude, rendez-vous sur  http://www.cclj.be/article/3/2065


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Etienne Bodson - 12/05/2011 - 23:22

    Comment body text

  • Par Anonyme - 13/05/2011 - 15:15

    la communauté juive est très fermée et repliée sur elle-même aussi mais comme il s'agit d'une toute petite communauté , cela ne saute pas aux yeux. Certains juifs vivent avec la haine des musulmans et des arabes et rien que d'entendre le mot 'arabe' les fait sauter au plafond !!!

    Comme on dit:'nettoyons d'abord devant notre porte'

  • Par Anonyme - 14/05/2011 - 1:20

    je me pose une question... Comment établir "'l'antisémitisme de quelqu'un"?
    Cela passe par quel genre de questions? Je pense que mon interrogation est
    fondamentale parce qu'on ne peut tirer de telles conclusions sans évoquer
    l'aspect méthodologique de cette recherche! Il faut éviter de tomber dans
    ce piège médiatique où la recherche du BUZZ devient l'objectif
    principal.

  • Par owesoly - 27/02/2015 - 12:40

    <p>
    Pour le premier Anonymes: trop facile, ce genre de ping pong&nbsp; &quot; chez vous c&#39;est pire&quot;. Vos g&eacute;n&eacute;ralisations sur &quot;la&quot; communaut&eacute; juive&nbsp; sont fausses. Vous confondez&nbsp; les ultra-minoritaires sectes juives et &quot;nos&quot; -tout aussi peu nombreux- faascistes avec l&#39;ensemble des Juifs qui ne sont ni r&eacute;pli&eacute;s sur eux m&ecirc;me ni dans la haine des Arabes (ou de quiconque).</p>
    <p>
    Pour le second (ou le m&ecirc;me) : les universitaires ont en g&eacute;n&eacute;ral&nbsp; une sainte horreur du &quot;buzz&quot; : ce n&#39;est pas leur monde et cela ne leur apporte rien. Ce ne sont pas non plus des sondeurs d&#39;opinion plus ou moins tendancieux.</p>
    <p>
    Si vous avez une raison ou un fait quelconque pour remettre en cause leur m&eacute;thodologie, ce serait bien de les montrer avant de porter des accusations &agrave; priori grotesques. Quant &agrave; savoir &quot;comment &eacute;tablir l&#39;antis&eacute;mitisme de quelqu&#39;un&quot;, vous plaisantez, j&#39;imagine?</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>

  • Par owesoly - 15/05/2011 - 9:59

    <p>
    Pour le premier Anonymes: trop facile, ce genre de ping pong&nbsp; &quot; chez vous c&#39;est pire&quot;. Vos g&eacute;n&eacute;ralisations sur &quot;la&quot; communaut&eacute; juive&nbsp; sont fausses. Vous confondez&nbsp; les ultra-minoritaires sectes juives et &quot;nos&quot; -tout aussi peu nombreux- faascistes avec l&#39;ensemble des Juifs qui ne sont ni r&eacute;pli&eacute;s sur eux m&ecirc;me ni dans la haine des Arabes (ou de quiconque).</p>
    <p>
    Pour le second (ou le m&ecirc;me) : les universitaires ont en g&eacute;n&eacute;ral&nbsp; une sainte horreur du &quot;buzz&quot; : ce n&#39;est pas leur monde et cela ne leur apporte rien. Ce ne sont pas non plus des sondeurs d&#39;opinion plus ou moins tendancieux.</p>
    <p>
    Si vous avez une raison ou un fait quelconque pour remettre en cause leur m&eacute;thodologie, ce serait bien de les montrer avant de porter des accusations &agrave; priori grotesques. Quant &agrave; savoir &quot;comment &eacute;tablir l&#39;antis&eacute;mitisme de quelqu&#39;un&quot;, vous plaisantez, j&#39;imagine?</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>

  • Par owesoly - 27/02/2015 - 12:40

    <p>
    Voyons si je vous comprends bien, Anonyme : c&#39;est de la faute de la propagande sioniste si les jeunes musulmans confondent &quot;Juif&quot; et &quot;Isra&eacute;lien&quot; ? Les sociologues qui ont men&eacute; l&#39;&eacute;tude ont pi&egrave;g&eacute; ces jeunes ne les informant pas de la diff&eacute;rence entre l&#39;un et l&#39;autre? Des amis &agrave; vous ont un avis inverse &agrave; celui de l&#39;enqu&ecirc;te qui parle de 50/50 ? Et c&#39;est nous, victimes de cet antis&eacute;mitisme, qui menons une campagne x&eacute;nophobe? &nbsp; He b&eacute;...</p>

  • Par owesoly - 17/05/2011 - 16:40

    <p>
    Voyons si je vous comprends bien, Anonyme : c&#39;est de la faute de la propagande sioniste si les jeunes musulmans confondent &quot;Juif&quot; et &quot;Isra&eacute;lien&quot; ? Les sociologues qui ont men&eacute; l&#39;&eacute;tude ont pi&egrave;g&eacute; ces jeunes ne les informant pas de la diff&eacute;rence entre l&#39;un et l&#39;autre? Des amis &agrave; vous ont un avis inverse &agrave; celui de l&#39;enqu&ecirc;te qui parle de 50/50 ? Et c&#39;est nous, victimes de cet antis&eacute;mitisme, qui menons une campagne x&eacute;nophobe? &nbsp; He b&eacute;...</p>

  • Par owesoly - 27/02/2015 - 12:40

    <p>
    Vos propos sur &quot;les jeunes musulmans&quot; tombent dans le travers que vous pr&eacute;tendez d&eacute;noncer, Anonyme. Accabler un ensemble pour les fautes d&#39;une minorit&eacute; est du racisme comme toutes les g&eacute;n&eacute;ralisations de ce genre.&nbsp; Tout comme votre bla bla r&eacute;voltant sur ces immigr&eacute;s qui voudraient nous envahir, nous imposer leur mode de vie&nbsp; etc.</p>
    <p>
    En fait ,pour dire les choses avec clart&eacute;, vos id&eacute;es sont aussi r&eacute;pugnantes que celles des int&eacute;gristes musulmans. Alors n&#39;essayez pas de nous r&eacute;cuperer dans vos combats crasseux.</p>
    <p>
    .</p>
    <p>
    &nbsp;</p>

  • Par owesoly - 18/05/2011 - 16:23

    <p>
    Vos propos sur &quot;les jeunes musulmans&quot; tombent dans le travers que vous pr&eacute;tendez d&eacute;noncer, Anonyme. Accabler un ensemble pour les fautes d&#39;une minorit&eacute; est du racisme comme toutes les g&eacute;n&eacute;ralisations de ce genre.&nbsp; Tout comme votre bla bla r&eacute;voltant sur ces immigr&eacute;s qui voudraient nous envahir, nous imposer leur mode de vie&nbsp; etc.</p>
    <p>
    En fait ,pour dire les choses avec clart&eacute;, vos id&eacute;es sont aussi r&eacute;pugnantes que celles des int&eacute;gristes musulmans. Alors n&#39;essayez pas de nous r&eacute;cuperer dans vos combats crasseux.</p>
    <p>
    .</p>
    <p>
    &nbsp;</p>

  • Par Gille - 19/05/2011 - 13:06

    Il est me semble-t-il trop facile de sans cesse sortir la carte " nous sommes les occidentaux- juifs, vous êtes les musulmans "
    ne savez-vous donc pas que les personnes dont vous parlé sont elles aussi nées en Belgique? Qu'elles se revendiquent à la fois de culture occidentale et de culture arabe?
    N'oubliez-vous pas que vos ancêtres ont aussi connu l'immigration, que leur intégration dans les sociétés d'accueil a pris u temps?
    Comment pouvez-vous toujours les montrer du doigt alors que vous vous définisseez vous même comme une communauté victime de racisme?
    Les plus grands islamophobes ne sont-ils pas des sionistes ? ( voire BHL, Fienkelkraut, Viviane Teitelbaum )
    Cessez de tapper toujours sur le même clou.
    Cette enquête est partiale et partielle.
    Pensez-vous vraiment que l'on peut sonder tous les enfants de Bruxelles?

  • Par owesoly - 27/02/2015 - 12:40

    <div class="commentbody">
    <p>
    Vous vous trompez d&#39;interlocuteur, Gilles. Puisque vous nous faites l&#39;honneur de nous lire, vous savez certainement que nous n&#39;avons garde d&#39;oublier que nos grands-parents ont, eux aussi, &eacute;t&eacute; des immigr&eacute;s, avec toutes les difficult&eacute;s que cela a toujours comport&eacute;.</p>
    <p>
    Vous savez aussi que le CCLJ ne saurait &ecirc;tre suspect d&#39;aucun racisme envers quiconque ni de haine pour quelque religion que ce soit. (Les int&eacute;gristes de tous bords, je ne dis pas...) C&#39;est pr&eacute;cis&eacute;ment parce que nous pensons que Juifs et Arabes ont dans le racisme un ennemi commun contre lequel nous devrions &ecirc;tre alli&eacute;s, que les conclusions de cette tr&egrave;s s&eacute;rieuse &eacute;tude nous ont effay&eacute;s et atrist&eacute;s.&nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    </div>

  • Par owesoly - 19/05/2011 - 17:05

    <div class="commentbody">
    <p>
    Vous vous trompez d&#39;interlocuteur, Gilles. Puisque vous nous faites l&#39;honneur de nous lire, vous savez certainement que nous n&#39;avons garde d&#39;oublier que nos grands-parents ont, eux aussi, &eacute;t&eacute; des immigr&eacute;s, avec toutes les difficult&eacute;s que cela a toujours comport&eacute;.</p>
    <p>
    Vous savez aussi que le CCLJ ne saurait &ecirc;tre suspect d&#39;aucun racisme envers quiconque ni de haine pour quelque religion que ce soit. (Les int&eacute;gristes de tous bords, je ne dis pas...) C&#39;est pr&eacute;cis&eacute;ment parce que nous pensons que Juifs et Arabes ont dans le racisme un ennemi commun contre lequel nous devrions &ecirc;tre alli&eacute;s, que les conclusions de cette tr&egrave;s s&eacute;rieuse &eacute;tude nous ont effay&eacute;s et atrist&eacute;s.&nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    </div>

  • Par Nordine Saidi - 20/05/2011 - 15:45

    Comment body text

  • Par owesoly - 27/02/2015 - 12:40

    <p>
    &nbsp;Le souci avec les militants (de quelque bord qu&rsquo;ils soient), c&rsquo;est qu&rsquo;ils ont souvent une pens&eacute;e en colima&ccedil;on. Alors, fatalement, c&rsquo;est long, tr&egrave;s long. Que dit donc M. Sa&iuml;di dans ce texte suppos&eacute; &ecirc;tre une d&eacute;fense des jeunes musulmans&nbsp;?</p>
    <p>
    Passons sur les attaques contre Isra&euml;l&nbsp;: c&rsquo;est un rituel incontournable quelque soit le sujet. Appr&eacute;cions cependant au passage l&rsquo;&eacute;rudition&nbsp;: ce n&rsquo;est pas tout le monde, m&ecirc;me dans la communaut&eacute; juive, qui peut vous citer du Herzl ou du Dayan dans le texte....</p>
    <p>
    Pr&eacute;cisons qu&rsquo;on a aussi en stock toute une s&eacute;rie de citations cruelles pour le peuple palestinien mais, outre que tout cela n&rsquo;a gu&egrave;re d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t pour qui pr&ocirc;ne la paix, est-ce vraiment le sujet&nbsp;?</p>
    <p>
    Pour revenir &agrave; celui-ci, on appr&eacute;cie la condamnation de l&rsquo;antis&eacute;mitisme. &nbsp;Un peu moins l&rsquo;ergotage sur sa d&eacute;finition. Comme chacun sait, nous, les Juifs, on n&rsquo;est pas partageur, m&ecirc;me de nos ennemis. L&rsquo;antis&eacute;mitisme, c&rsquo;est contre nous et personne d&rsquo;autre. On vous laisse avec plaisir &laquo;&nbsp;islamophobe&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;anti-arabes&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;anti-immigr&eacute;s&nbsp;&raquo;, on en passe et des pires.</p>
    <p>
    Pour le reste, comment cette &eacute;tude pourrait-elle affirmer que <em>&laquo;&nbsp;les musulmans, en bloc, seraient antis&eacute;mites par nature&nbsp;</em>&raquo;.&nbsp;alors qu&rsquo;elle &eacute;tablit &nbsp;pr&eacute;cis&eacute;ment que seuls 50% des jeunes musulmans le sont&nbsp;?</p>
    <p>
    On s&rsquo;&eacute;tonne aussi d&rsquo;entendre M. Sa&iuml;di&nbsp;trouver raciste d&rsquo;interroger seulement des &nbsp;populations musulmanes. N&rsquo;est-ce pas &nbsp;pousser le d&eacute;sir d&rsquo;int&eacute;gration un peu trop loin&nbsp;? &nbsp;Chacun n&rsquo;a-t-il pas droit &agrave; sa diff&eacute;rence&nbsp;? &nbsp;En quoi est-on exclu de la <em>&laquo;&nbsp;cat&eacute;gorie &laquo; Belge &raquo;</em>&nbsp;parce qu&rsquo;on vous interroge sur votre facette musulmane (ou juive) &nbsp;?</p>
    <p>
    Reste la question que pose M. Sa&iuml;di sur le fait qu&rsquo;aucune organisation (arabe, musulmane ou antiracistes, suppose-t-on) n&rsquo;a publi&eacute; de communiqu&eacute; pour protester contre cette &eacute;tude. On se permet de penser que c&rsquo;est parce que, h&eacute;las, elles savent que le probl&egrave;me est bien r&eacute;el et qu&rsquo;il y a l&agrave; une faille &eacute;ducative dramatique qui les interpelle au premier chef.</p>

  • Par owesoly - 21/05/2011 - 9:50

    <p>
    &nbsp;Le souci avec les militants (de quelque bord qu&rsquo;ils soient), c&rsquo;est qu&rsquo;ils ont souvent une pens&eacute;e en colima&ccedil;on. Alors, fatalement, c&rsquo;est long, tr&egrave;s long. Que dit donc M. Sa&iuml;di dans ce texte suppos&eacute; &ecirc;tre une d&eacute;fense des jeunes musulmans&nbsp;?</p>
    <p>
    Passons sur les attaques contre Isra&euml;l&nbsp;: c&rsquo;est un rituel incontournable quelque soit le sujet. Appr&eacute;cions cependant au passage l&rsquo;&eacute;rudition&nbsp;: ce n&rsquo;est pas tout le monde, m&ecirc;me dans la communaut&eacute; juive, qui peut vous citer du Herzl ou du Dayan dans le texte....</p>
    <p>
    Pr&eacute;cisons qu&rsquo;on a aussi en stock toute une s&eacute;rie de citations cruelles pour le peuple palestinien mais, outre que tout cela n&rsquo;a gu&egrave;re d&rsquo;int&eacute;r&ecirc;t pour qui pr&ocirc;ne la paix, est-ce vraiment le sujet&nbsp;?</p>
    <p>
    Pour revenir &agrave; celui-ci, on appr&eacute;cie la condamnation de l&rsquo;antis&eacute;mitisme. &nbsp;Un peu moins l&rsquo;ergotage sur sa d&eacute;finition. Comme chacun sait, nous, les Juifs, on n&rsquo;est pas partageur, m&ecirc;me de nos ennemis. L&rsquo;antis&eacute;mitisme, c&rsquo;est contre nous et personne d&rsquo;autre. On vous laisse avec plaisir &laquo;&nbsp;islamophobe&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;anti-arabes&nbsp;&raquo;, &laquo;&nbsp;anti-immigr&eacute;s&nbsp;&raquo;, on en passe et des pires.</p>
    <p>
    Pour le reste, comment cette &eacute;tude pourrait-elle affirmer que <em>&laquo;&nbsp;les musulmans, en bloc, seraient antis&eacute;mites par nature&nbsp;</em>&raquo;.&nbsp;alors qu&rsquo;elle &eacute;tablit &nbsp;pr&eacute;cis&eacute;ment que seuls 50% des jeunes musulmans le sont&nbsp;?</p>
    <p>
    On s&rsquo;&eacute;tonne aussi d&rsquo;entendre M. Sa&iuml;di&nbsp;trouver raciste d&rsquo;interroger seulement des &nbsp;populations musulmanes. N&rsquo;est-ce pas &nbsp;pousser le d&eacute;sir d&rsquo;int&eacute;gration un peu trop loin&nbsp;? &nbsp;Chacun n&rsquo;a-t-il pas droit &agrave; sa diff&eacute;rence&nbsp;? &nbsp;En quoi est-on exclu de la <em>&laquo;&nbsp;cat&eacute;gorie &laquo; Belge &raquo;</em>&nbsp;parce qu&rsquo;on vous interroge sur votre facette musulmane (ou juive) &nbsp;?</p>
    <p>
    Reste la question que pose M. Sa&iuml;di sur le fait qu&rsquo;aucune organisation (arabe, musulmane ou antiracistes, suppose-t-on) n&rsquo;a publi&eacute; de communiqu&eacute; pour protester contre cette &eacute;tude. On se permet de penser que c&rsquo;est parce que, h&eacute;las, elles savent que le probl&egrave;me est bien r&eacute;el et qu&rsquo;il y a l&agrave; une faille &eacute;ducative dramatique qui les interpelle au premier chef.</p>

  • Par Anonyme - 31/05/2011 - 4:37

    D'abord il ne me semble pas idiot d'interroger des élèves selon leur religion, en l'occurence musulmane, d'autant que si j'ai bien lu l'article les autres confessions (catholique et athée principalement) ont été également interrogées sur le même questionnaire. Ce n'est pas idiot car ils se regroupent ensemble à l'école à l'exclusion des autres lors d'au moins 2 heures par semaine: le Cours de Morale ou de Religion!

    Ensuite comme nous disait un ancien ami arabe à l'école secondaire lors du cours de Morale Laïque: "tout le monde est raciste". Et il ne s'excluait nullement du "tout le monde". Par exemple je me souviens parfaitement qu'à cette époque l'insulte préférée des turcs et des arabes était "sale flamand"! Tu parles d'une intégration à la belgique, mort de rire!

    Il est vrai qu'à notre époque l'antisémitisme prend du regain, ce qui est déplorable. J'ai personnellement entendu l'insulte "sale juif" à la sortie d'une école catholique envers une personne âgée, insulte prononcée par une jeune fille belge.

    L'imagerie propagandiste nazie du juif n'est pas morte malheureusement: "juif" qualifie le radin, le voleur, le riche, celui qu'on aime pas pour une raison ou une autre.

    Que font les profs d'histoire à l'école? Que disent les profs de religion à leurs élèves concernant les autres religions?

    Personnellement je pense qu'en plus du cours de religion ou morale, il devrait y avoir un cours d'Education Civique obligatoire et commun à tous les élèves.

  • Par Mohamed - 31/05/2011 - 12:26

    Monsieur Wesoly,

    Je lis avec consternation votre article. La conclusion que l'auteur a faite lui-même de son étude: "le racisme des jeunes de confession musulmane est d'inspiration théologique" résume bien le problème de cette étude, qui attribue des amalgames à l'islamité des répondant et à elle seule, quand l'explication est sociologique. Le racisme n'est il pas d'isoler la religion de l'éducation, de la culture, du milieu social, en l'édifiant en caractéristique intrinsèque - quasi-génétique - de l'individu ?
    Le premier biais, c'est que l'auteur conclue quelque chose qu'il n'a pas démontré dans l'étude.

    Vous savez très bien qu'on pourrait, avec ce genre d'études, démontrer que 50% des jeunes bruxellois sont racistes d'une minorité en particulier. Et encore plus quand il s'agit de jeunes. Vous savez aussi que les amalgames entre juifs et musulmans en Belgique concernent les deux communautés, et que le même type d'amalgames existe de l'autre côté. Je n'aurais pas l'indécence d'expliquer des amalgames faits par certains jeunes juifs par leur judaïsme ou leur judéité. Ce serait raciste, au même titre que l'intitulé de votre article, et que les conclusions de l'étude.

    "Inutile d'ergoter, de tenter d'atténuer ces chiffres ou de chercher des excuses ni dans l'importation du conflit israélo-palestinien ni dans l'exclusion dont ces jeunes sont aussi l'objet."
    Vous ne nous laissez donc qu'une chose à faire : penser, comme vous, que l'islamité des jeunes musulmans est la cause des amalgames que certains d'entre eux font. Musulman = antisémite par nature, c'est chose démontrée.

    Je termine, il est un peu facile de prôner le dialogue en conclusion de l'article, juste après avoir participé à la stigmatisation.

  • Par geraldine - 1/06/2011 - 10:08

    <p>
    Cette &eacute;tude tr&egrave;s s&eacute;rieuse est le r&eacute;sultat d&#39;une collaboration entre trois universit&eacute;s flamandes&nbsp;(KUL, Gent et VUB). Elle porte sur un &eacute;chantillon de 2.800 jeunes Belges inscrits &agrave; Bruxelles dans l&#39;enseignement secondaire flamand, enseignement qui compte lui-m&ecirc;me 47% de musulmans. Quand le prof. Mark Elchardus, co-auteur de l&#39;&eacute;tude,&nbsp;parle d&#39;antis&eacute;mitisme &quot;th&eacute;ologique&quot;, il se base sur des chiffres qui indiquent une nette hausse du ph&eacute;nom&egrave;ne chez les religieux&nbsp;pratiquants, qu&#39;ils soient d&#39;ailleurs musulmans ou catholiques, en comparaison avec les non-croyants, les libres exaministes et les non pratiquants.</p>
    <p>
    Un article analyse les r&eacute;sultats de cette &eacute;tude&nbsp;plus en d&eacute;tails dans le Regards du 7 juin 2011.</p>
    <p>
    G&eacute;raldine Kamps</p>
    <p>
    r&eacute;dactrice en chef adjointe</p>

  • Par geraldine - 27/02/2015 - 12:40

    <p>
    Cette &eacute;tude tr&egrave;s s&eacute;rieuse est le r&eacute;sultat d&#39;une collaboration entre trois universit&eacute;s flamandes&nbsp;(KUL, Gent et VUB). Elle porte sur un &eacute;chantillon de 2.800 jeunes Belges inscrits &agrave; Bruxelles dans l&#39;enseignement secondaire flamand, enseignement qui compte lui-m&ecirc;me 47% de musulmans. Quand le prof. Mark Elchardus, co-auteur de l&#39;&eacute;tude,&nbsp;parle d&#39;antis&eacute;mitisme &quot;th&eacute;ologique&quot;, il se base sur des chiffres qui indiquent une nette hausse du ph&eacute;nom&egrave;ne chez les religieux&nbsp;pratiquants, qu&#39;ils soient d&#39;ailleurs musulmans ou catholiques, en comparaison avec les non-croyants, les libres exaministes et les non pratiquants.</p>
    <p>
    Un article analyse les r&eacute;sultats de cette &eacute;tude&nbsp;plus en d&eacute;tails dans le Regards du 7 juin 2011.</p>
    <p>
    G&eacute;raldine Kamps</p>
    <p>
    r&eacute;dactrice en chef adjointe</p>

  • Par owesoly - 1/06/2011 - 10:22

    <p>
    Je ne trouve pas votre premier argument tr&egrave;s convainquant, Mohammed: il ne me semble pas que l&#39;&eacute;tude &quot;&eacute;difie le racisme en caract&eacute;ristique intrins&egrave;que -quasi g&eacute;n&eacute;tique- &quot; des jeunes musulmans. Elle met l&#39;accent sur l&#39;influence de la religion (ou plus exactement d&#39;un courant de cette relgion)-sur eux sans d&eacute;nier ses aspects sociologiques, me semble-t-il.</p>
    <p>
    Ceci &eacute;tant, il est bien &eacute;vident que le racisme est la chose du monde la mieux partag&eacute;e, et qu&#39;il existe aussi chez les jeunes Bruxellois. y compris juifs. Je tends &agrave; croire que le racisme est un quasi r&eacute;flexe chez tout un chacun face &agrave; l&#39;inconnu. Je pense aussi qu&#39;il se combat par l&#39;&eacute;ducation, la reflexion et la connaissance de l&#39;autre.&nbsp;</p>
    <p>
    Et qu&#39;il y a, regrettablement, des manques &agrave; ces trois niveaux chez une moiti&eacute; des jeunes musulmans. Le constater n&#39;est pas de la stigmatisation, c&#39;est mettre &agrave; jour un probl&egrave;me grave pour toute la societ&eacute; et d&#39;abord pour&nbsp; les communaut&eacute;s musulmanes concern&eacute;es. Nous d&eacute;non&ccedil;ons de m&ecirc;me tout autre racisme qui s&eacute;vit dans n&#39;importe quel groupe humain envers quiconque, y compris, cela va de soi envers les Arabes, musulmans ou non.&nbsp;</p>
    <p>
    Le probl&egrave;me existe bel et bien &quot;chez vous&quot; aussi. Il faut l&#39;admettre et le combattre comme nous le faisons &quot;chez nous&quot; contre ceux qui y sont tomb&eacute;s. Et aussi lutter, ensemble si possible, contre tous les racismes qui s&eacute;vissent malheureusement en ce moment.</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>

  • Par owesoly - 27/02/2015 - 12:40

    <p>
    Je ne trouve pas votre premier argument tr&egrave;s convainquant, Mohammed: il ne me semble pas que l&#39;&eacute;tude &quot;&eacute;difie le racisme en caract&eacute;ristique intrins&egrave;que -quasi g&eacute;n&eacute;tique- &quot; des jeunes musulmans. Elle met l&#39;accent sur l&#39;influence de la religion (ou plus exactement d&#39;un courant de cette relgion)-sur eux sans d&eacute;nier ses aspects sociologiques, me semble-t-il.</p>
    <p>
    Ceci &eacute;tant, il est bien &eacute;vident que le racisme est la chose du monde la mieux partag&eacute;e, et qu&#39;il existe aussi chez les jeunes Bruxellois. y compris juifs. Je tends &agrave; croire que le racisme est un quasi r&eacute;flexe chez tout un chacun face &agrave; l&#39;inconnu. Je pense aussi qu&#39;il se combat par l&#39;&eacute;ducation, la reflexion et la connaissance de l&#39;autre.&nbsp;</p>
    <p>
    Et qu&#39;il y a, regrettablement, des manques &agrave; ces trois niveaux chez une moiti&eacute; des jeunes musulmans. Le constater n&#39;est pas de la stigmatisation, c&#39;est mettre &agrave; jour un probl&egrave;me grave pour toute la societ&eacute; et d&#39;abord pour&nbsp; les communaut&eacute;s musulmanes concern&eacute;es. Nous d&eacute;non&ccedil;ons de m&ecirc;me tout autre racisme qui s&eacute;vit dans n&#39;importe quel groupe humain envers quiconque, y compris, cela va de soi envers les Arabes, musulmans ou non.&nbsp;</p>
    <p>
    Le probl&egrave;me existe bel et bien &quot;chez vous&quot; aussi. Il faut l&#39;admettre et le combattre comme nous le faisons &quot;chez nous&quot; contre ceux qui y sont tomb&eacute;s. Et aussi lutter, ensemble si possible, contre tous les racismes qui s&eacute;vissent malheureusement en ce moment.</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>

  • Par Mohamed - 1/06/2011 - 11:52

    Mais enfin, mon argument n'est pas convaincant, alors qu'il reprend précisément la conclusion de l'auteur. Si l'auteur dit que le racisme des jeunes musulmans est d'inspiration théologique, c'est qu'il édifie la religiosité des répondants comme cause principale. Où est ce qu'il est tenu compte des autres causes?

    Par ailleurs, je ne dis pas seulement que le racisme existe chez tous les bruxellois. Je dis qu'il y a des problèmes particuliers dans les relations judéo-musulmanes en Belgique, comme il y a des amalgames spécifiques entre d'autres communautés particulières. Que ces problèmes sont entretenus de part et d'autre et n'ont rien à voir avec la religion. Qu'il existe autant d'amalgames islamophobes chez des jeunes juifs que d'amalgames antisémites chez des jeunes musulmans. Qu'il est grave que certains se saisissent de cette étude pour stigmatiser davantage des jeunes à qui on colle désormais une étiquette d'antisémite en la légitimant par un sondage idéologique et biaisé. Et enfin, que, pragmatiquement, malgré la bonne volonté que vous prétendez afficher, ce n'est pas comme ça qu'on lutte contre les préjugés et contre le racisme.

    "Certains jeunes musulmans font des amalgames antijuifs --> 50% des jeunes musulmans à Bruxelles sont antisémites --> l'intolérable racisme des jeunes musulmans"

    Vous ne voyez toujours pas en quoi le message de votre article pose problème ? Et pourquoi devrait-on vous croire quand vous nous appelez arbitrairement à ne pas tenir compte des répercussions du conflit ? Pour mieux admettre qu'effectivement, l'islam pousse à l'antisémitisme ?







  • Par owesoly - 3/06/2011 - 9:30

    <p>
    Bon, je commence &agrave; comprendre ce que vous dites, Mohammed (d&eacute;sol&eacute; d&#39;&ecirc;tre un peu lent): pour vous l&#39;anits&eacute;mitisme de ces jeunes est &quot;politique&quot;, disons, et non religieux? Il est li&eacute; &agrave; leur &quot;arabit&eacute;&nbsp; et non &agrave; leur foi et est donc caus&eacute; surtout&nbsp; par le conflit isra&eacute;lo-palestinien?&nbsp;</p>
    <p>
    Admettons - bien que je ne sois pas tout &agrave; fait convaincu- que vous ayez raison. (Je ne suis pas l&agrave; pour d&eacute;fendre cette &eacute;tude) Le fait que la cause soit diff&eacute;rente ne change rien &agrave; la cons&eacute;quence. Je -Juif- suis toujours la victime d&#39;un racisme intol&eacute;rable, oui? J&#39;imagine que, de m&ecirc;me, il est de peu d&#39;int&eacute;r&ecirc;t&nbsp; pour un Arabe musulman d&#39;&ecirc;tre mal consid&eacute;r&eacute; parce que ses ennemis d&eacute;testent plus son pays d&#39;origine ou ses opinions que sa religion, hum?</p>
    <p>
    Quelle qu&#39;en soit la raison, il y a toujours 50% de jeunes qui sont racistes, ce que vous condamnez comme moi, j&#39;en suis bien certain. Ce point acquis, on fait quoi pour que cela change?&nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>

  • Par owesoly - 27/02/2015 - 12:40

    <p>
    Bon, je commence &agrave; comprendre ce que vous dites, Mohammed (d&eacute;sol&eacute; d&#39;&ecirc;tre un peu lent): pour vous l&#39;anits&eacute;mitisme de ces jeunes est &quot;politique&quot;, disons, et non religieux? Il est li&eacute; &agrave; leur &quot;arabit&eacute;&nbsp; et non &agrave; leur foi et est donc caus&eacute; surtout&nbsp; par le conflit isra&eacute;lo-palestinien?&nbsp;</p>
    <p>
    Admettons - bien que je ne sois pas tout &agrave; fait convaincu- que vous ayez raison. (Je ne suis pas l&agrave; pour d&eacute;fendre cette &eacute;tude) Le fait que la cause soit diff&eacute;rente ne change rien &agrave; la cons&eacute;quence. Je -Juif- suis toujours la victime d&#39;un racisme intol&eacute;rable, oui? J&#39;imagine que, de m&ecirc;me, il est de peu d&#39;int&eacute;r&ecirc;t&nbsp; pour un Arabe musulman d&#39;&ecirc;tre mal consid&eacute;r&eacute; parce que ses ennemis d&eacute;testent plus son pays d&#39;origine ou ses opinions que sa religion, hum?</p>
    <p>
    Quelle qu&#39;en soit la raison, il y a toujours 50% de jeunes qui sont racistes, ce que vous condamnez comme moi, j&#39;en suis bien certain. Ce point acquis, on fait quoi pour que cela change?&nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>
    <p>
    &nbsp;</p>

  • Par Mohamed - 3/06/2011 - 16:16

    Je vais essayer d'être plus clair encore, pour être sûr de bien me faire comprendre. Il me faut clarifier ce que je dis:

    1. Je pense que les jeunes se disant musulmans semblent en effet plus susceptibles d'amalgames envers les juifs que des jeunes qui ne se disent pas musulmans (ces derniers étant selon moi susceptible de faire des amalgames racistes envers d'autres minorités, probablement dans les mêmes proportions - l'antisémitisme n'est pas le seul racisme). Ceci est pour moi la confirmation qu'il y a dans les relations judéo-musulmanes en Belgique un problème spécifique, que je constate dans la communauté juive avec la même ampleur, et auprès de jeunes également (sans que ça soit lié au niveau social non plus).

    2. les raisons de ces amalgames n'ont rien à voir avec la religiosité. Un jeune musulman n'est pas défini par ce seul critère. Je veux dire qu'il y a, derrière la revendication d'islamité d'un jeune, des "biais". Etre musulman en Belgique implique/suppose souvent d'autres choses : souvent une histoire familiale d'immigration, des sensibilités politiques/philosophiques particulières liées à ces histoires familiales, un statut social particulier, etc.
    Je simplifie : conclure, sous prétexte qu'il y a une corrélation entre le nombre d'amalgames et la revendication de "musulman" de ces jeunes, que la cause est théologique (donc d'inspiration religieuse, coranique), est biaisé, à cause de ces facteurs sous-jacents.

    3. les causes ne sont donc pas théologiques, ni religieuses. Les répercussions du conflit israelo palestinien en belgique sont telles que chacune des deux communautés juive et musulmane a tendance, sauf exceptions, à s'identifier spontanément à son "camp naturel", en raison des sensibilités familiales particulières. Un musulman, victime parfois d'exclusion (oui, l'islamophobie aussi est de plus en plus inquiétante), sujet à des sensibilités politiques particulières (par ex. un passé d'immigration, parfois des ancêtres colonisés, etc.) verra dans la cause palestinienne un miroir (accentué) de sa propre situation, ou à tout le moins, une cause emblématique pour lui. De l'autre coté, un jeune juif, avec l'histoire familiale de ses parents, sa perception de sa judéité, etc., a tendance à s'identifier spontanément à la cause israélienne quand il est sensible au conflit. PAR conséquent, ces jeunes, de part et d'autres, seront plus susceptibles de faire des amalgames du type "les Juifs amènent la guerre et rejettent la faute sur les autres" (l'une des propositions ayant servi à déterminer si le jeune interrogé est antisémite) que quelqu'un qui ne s'identifie pas au conflit, sans que ça soit lié à sa religiosité.

    4. Je remets également en cause la méthodologie utilisée pour qualifier de manière irrévocable un jeune de raciste (il s'agit par ailleurs de lycéens, je vous demande quel était la moyenne d'age, 14? 13? 15? 12?). Si je ne me trompe, l'étude accuse de racisme tous les jeunes qui répondent "oui" à au moins une des 4 affirmations proposées (je viens d'en citer une). Je vous rappelle qu'il s'agit de jeunes, et qu'il y a une différence entre un amalgame et un racisme haineux, même si les deux sont regrettables. Combien de jeunes de cet age auraient répondu oui à des affirmations du type : "les noirs ont le rythme dans la peau", "les arabes sont souvent des voleurs", "les juifs ont du pouvoir", "les wallons sont gentils mais paresseux" ?

    5. On peut ne pas banaliser des amalgames ou du racisme sans entrer dans de la stigmatisation à outrance. Il est pour moi très grave d'attribuer ces amalgames à la religiosité comme si c'était une évidence. Puis de reprendre une conclusion biaisée comme seul argumentaire, en la validant par la prétendue scientificité d'une étude dont la plupart de ceux qui s'en servent ne savent d'ailleurs que peu de choses, si ce n'est qu'elle sert leurs à prioris idéologiques. On peut expliquer des amalgames sans chercher à les justifier ou à atténuer leur gravité.

    6. En collant aux jeunes musulmans une étiquette d'antisémites, comme l'étude le fait et comme vous l'avez fait dans votre article, vous participez à la stigmatisation de citoyens souvent déjà exclus. Le vivre-ensemble ne s'en trouvera pas amélioré.

  • Par motl - 8/06/2011 - 10:49

    Quand on écrit qu'un racisme est théologique, cela signifie qu'il prend sa source, ses arguments et son imagerie dans un ensemble textuel et culturel religieux. Si les auteurs de l'étude ont utilisé ce terme, c'est qu'ils ont - jusqu'à preuve du contraire - estimé que les stéréotypes antisémites rencontrés parmi les jeunes arabo-musulmans bruxellois répondaient bien à cette caractérisation. Qui niera que la culture musulmane traditionnelle charrie des stéréotypes antisémites, indépendamment de tout rapport au conflit israélo-palestinien?

  • Par Mohamed - 8/06/2011 - 14:53

    c'est précisément ce que je dis, il n'a pas été prouvé par l'étude que les amalgames faits par des musulmans tiraient leur source dans le Coran. Donc conclure cela comme si c'était uniformément vrai, c'est une erreur et un tort grave

  • Par motl - 8/06/2011 - 15:53

    Et d'où donc tirent-ils ces stéréotypes antisémites? De la politique israélienne? Des évangiles? De la DH? Etre en désaccord avec ce que fait Israël, même être scandalisé par cela, s'identifier aux Palestiniens (en guise d'identité de substitution pour celles que l'on a largement perdues au fil de l'émigration et de l'intégration, réussies ou non), élargir cette opposition aux institutions qui soutiennent ici Israël (sa politique - remettre en question l'existence d'israël, Etat juif, relève d'une autre dimension) n'expliquent en rien ces stéréotypes.

  • Par Mohamed - 8/06/2011 - 23:41

    Mais ça relève d'autre chose pour vous, pas pour des jeunes de 14 ans ! Evidemment que les stéréotypes viennent davantage de là que de versets coraniques que ni vous ni EUX ne connaissent !

  • Par motl - 9/06/2011 - 9:58

    Ils ne les connaissent sans doute pas (au contraire des salafistes qui travaillent les quartiers) mais ils ont grandi dans un "certain" climat culturel dans lequel la vision des Juifs héritée de la tradition musulmane (textuelle ou populaire) a son poids. Pour ce qui est des sources que j'indiquais (politique israélienne, évangiles et DH), il s'agit évidemment d'exemples a contrario. Ces jeunes n'ont certainement pas lu (non plus) les évangiles... la DH bien par contre mais ce n'est pas un journal antisémite. Et la politique israélienne n'explique pas ces stéréotypes antijuifs, elle leur donne juste l'occasion de s'exprimer.
    On montre icci beaucoup d'indulgence et de compréhension alors qu'on n'en montre aucunes - par exemple - quant il s'agit de skinheads blancs et racistes. Eux aussi ont des "excuses" sociales et culturelles. Et pourtant, on ne les rate pas.

  • Par Mohamed - 9/06/2011 - 14:01

    Ce qui est très drôle c'est que vous ne voyez les choses que d'un oeil. vous parlez d'identité "de substitution" de la part des militants pro-palestiniens issus de l'immigration alors que le mécanisme identitaire est exactement le même du côté des pro-israéliens de tradition juive qui vivent aussi leur identité en la rattachant à israël. Je veux dire le procédé identitaire est le même et se retrouve dans les mêmes proportions. Alors quand vous parlez d'un racisme musulman antijuif qui d'après vous tire ses sources dans la tradition musulmane elle-même, vous ne parlez pas de la réciproque, où l'on constate autant de préjugés, auprès de jeunes y compris.
    Voir le problème judéo-musulman en belgique sous les deux angles, ne permet pas d'excuser ou de se renvoyer mutuellement la balle mais d'admettre que si les amalgames existent aussi dans l'autre communauté réciproquement, c'est que le probleme n'est pas religieux

  • Par Mohamed - 9/06/2011 - 14:09

    Et je serais curieux que vous m'expliquiez en quoi "la politique israelienne n'explique pas ces stéréotypes antijuifs" quand on sait que partout dans le monde, à chaque fois que deux populations ou ethnies sont en conflit, le politique a des répercussions sur le vivre ensemble des communautés concernées. Interrogez des jeunes kurdes sur les turcs, des turcs sur les arméniens, des croates sur des bosniaques, des israeliens sur les palestiniens, des afghans sur les américains. Vous verrez que oui, un conflit politique est générateur de racisme quand des gens s'identifient à un camp contre l'autre

  • Par motl - 9/06/2011 - 23:37

    1° Jamais dit qu'il n'y avait pas identité de substitution aussi au sein de la communauté juive. Mais voilà, ce n'est pas d'elle qu'on parlait ici.
    2° Puisque vous parlez de "préjugés" antimusulmans au sein de la dite communauté juive "auprès de jeunes y compris", il faut s'entendre. Il ne faut pas confondre une islamophobie construite à la fois sur le refus largement répandu en Belgique et ailleurs des populations musulmanes et de leurs traditions (la question du voile, etc) et sur une double perception des arabo-musulmans en tant que a) soutiens des ennemis d'Israël b) antisémites agressifs, avec des préjugés de même type que les préjugés antisémites. Aucune caractére "atavique" n'est prêté aux Arabo-musulsmans. Les sentiments répandus au sein de la communauté juive sont, pour leur part locale, largement réactifs. Ils se construisent sur un sentiment d'insécurité basé sur des faits très concrets et, peut-être, hypertrophié (mais les expériences du passé).
    3° Que des "amalgames" existent de part et d'autre ne prouve rien de part et d'autre, à moins d'en rester à des arguments formels. Il faudrait par ailleurs interroger le sens de ce terme "amalgame, utilisé à toutes les sauces et dans tous les sens. Le problème n'est d'ailleurs pas "religieux" au sens strict, il est culturel au sens large. Il n'est certainement (probablement?) pas indiqué dans le Coran qu'il faille traiter les indésirables de "Juif" mais c'est pourtant ce qui se fait, y compris entre jeunes Arabo-musulmans. Ca se faisait longtemps avant qu'Israël et les Palestiniens soient au centre des préoccupations.
    4° Quoi qu'il en soit, il y a un adage de droit romain, qui existe certainement sous une forme ou l'autre dans le Talmud et dans le Coran et qui établit qu'on ne peut arguer des turpitudes d'autrui pour justifier les siennes.
    5° Comparer les conflits nationaux (ou quasi-tribaux) entre Turcs et Kurdes, Croates et Bosniaques,.. et, c'est le comble, entre Afghans et Américains, et le racisme qu'ils produiraient (dans la plupart des exemples évoqués, le racisme a d'ailleurs précédé et déclenché conflits et massacres) avec les clichés antisémites laisse penser que la nature du phénomène antisémite vous échappe quelque peu. Il ne s'agit pas d'un conflit qui générerait du racisme entre adversaires (ce que vous appelez des "répercussions"). Ces clichés antisémites ont une histoire longue, ils sont "construits", ils ne sortent pas du néant. Et surtout, ces clichés précèdent le conflit - si tant est qu'il y ait ici conflit (chacun dans un pays démocratique a le droit de défendre ses idées, court le risque de les voir critiquer mais ne doit pas pour cela être la victime éventuelle d'un discours raciste extrême) - ils n'en sont pas le produit. L'antisémitisme n'a jamais été le résultat d'un "conflit" entre les Juifs et leurs "accusateurs". Les Juifs ne sont ni n'étaient d'ailleurs en guerre avec personne ce qui n'a pas empêché le développement de discours antisémites variés et se régénérant à chaque époque. Nous sommes à l'heure de l'antisémitisme "musulman".

  • Par Mohamed - 10/06/2011 - 9:47

    Je comprends mieux sur quoi se fonde votre point de vue, même si je ne suis toujours pas d'accord. Répondons par point:

    1/ Au sujet de la construction des clichés antisémites : je n'ai jamais dit que tous les clichés antisémites venaient du conflit eux-même, et je sais qu'il y a des clichés antisémites séculaires (notamment le rapport des juifs à l'argent, avec les métiers d'argent traditionnellement relégués aux juifs, etc.). Ces clichés sont véhiculés dans la population musulmane comme ailleurs. Je dis qu'une partie des clichés de jeunes peut être expliquée directement par le conflit (notamment la proposition "les juifs amènent la guerre puis rejettent la faute sur les autres") et que d'autres non, mais néanmoins que leur existence auprès de jeunes musulmans peut être accentuée par leur perception du conflit. Ces clichés ne sont pas expliqués par la "culture" musulmane comme vous le dites puisque les mêmes clichés existent chez des non-musulmans.

    2/ vous semblez faire partie de cette catégorie de personnes qui considèrent que l'antisémitisme existe depuis toujours et pour toujours, dans une conception presque mystique de la haine antijuive ("quoi qu'il arrive, où qu'ils soient, les juifs sont détestés"). La haine antisémite perdure avec la même intensité, seuls les bourreaux changent de visage. Nazis hier, musulmans aujourd'hui?

    3/ Vous nous expliquez ensuite que les préjugés antimusulmans dans la communauté juive sont "réactifs". Merci pour le jeu de ping pong. Qu'ils ne seraient, quand il y en a, qu'une hypertrophie de menaces bien réelles. Par contre, les préjugés musulmans sont structurels, intrinsèques à la culture musulmane. La "culture musulmane" véhicule de l'antisémitisme, qui, EN REACTION, provoque chez certains juifs des préjugés antimusulmans. Vous vous rendez un peu compte de la dangerosité de votre argumentaire ? Et avec une conception pareille de la culture, qu'est ce qui différencie votre analyse d'une analyse "génétique" ? Il n'y a pas dans la communauté juive que des clichés "réactifs", on y retrouve toute une série de clichés classiques, souvent répandus avec plus de force encore pour venir justifier des tensions qui tirent leur source le plus souvent dans le conflit lui même.

    4/ "chacun dans un pays démocratique a le droit de défendre ses idées, court le risque de les voir critiquer mais ne doit pas pour cela être la victime éventuelle d'un discours raciste extrême". OK merci pour l'info mais dans les faits, les conflits politiques créent/accentuent du racisme partout dans le monde auprès des populations qui s'identifient aux camps respectifs. Et cela d'autant plus quand il s'agit de jeunes de 14 ans. L'ingérence américaine provoque du racisme anti-américain dans la population qui en est victime, le racisme anti-américain n'est pas créé spontanément ou uniquement idéologique.

  • Par Mohamed - 10/06/2011 - 10:01

    "Juifs en terre d'Islam", Bernard Lewis, flammarion, p.21:

    "Qu'entendons-nous en effet par ce terme ? [tolérance] Dans ce domaine, on a inévitablement tendance à porter un jugement par comparaison. Ainsi, en examinant la tolérance en Islam, serons-nous rapidement tentés de la comparer à celle d'autres société - la Chrétienté, l'Inde, l'Extrême Orient voire le monde occidental contemporain. Il s'agit là d'un procédé fort prisé par les extrémistes de tous bords, car il est toujours plus facile d'argumenter lorsque l'on choisit ses termes de comparaisons. (...) Je me souviens d'une savoureuse petite brochure qui prétendait démontrer la supériorité du califat islamique sur le régime présidentiel américain (...) Naturellement, grâce à cet artifice, on pourrait tout aussi facilement démontrer le contraire"

    "Bien que très répandu, ce genre de parallèle ne mène pas loin. Comparer la doctrine de l'un à la pratique de l'autre satisfait peut-être les passions, mais offense la probité intellectuelle. De même est-il tout aussi malhonnête d'opposer le meilleur de l'un au pire de l'autre. Si, comme terme de comparaison pour la chrétienté, nous prenons l'inquisition espagnole ou les camps d'extermination nazis, nous n'auront aucun mal à démontrer la tolérance de toutes les autres société ou presque."

    "il existe également d'autres formes de comparaison, plus subtiles mais non moins abusives, qui consistent à rapprocher des époques, des lieux ou des situations très différents. On peut ainsi comparer une société médiévale avec une société moderne, ou alors une société profondément croyante, où la foi joue un rôle de premier plan et où la tolérance religieuse sert effectivement de test, avec une société laicisée dans laquelle la religion n'est plus qu'un facteur secondaire. Il est aisé d'être tolérant pour ce qui nous est indifférent, et autrement plus difficile quand ils 'agit de domaines qui nous touchent de près. Que l'on considère à cet égard les limites de la liberté d'expression qui subsistent encore aujourd'hui dans les milieux universitaires des démocraties les plus avancées"

  • Par Amos Zot - 18/10/2020 - 10:15

    Si l'étude avait été menée en posant d'autres questions ; pour vérifier l'utilisation de double standard à l'encontre des Juifs et d'Israël, les taux de respectivement de 10 et 50% auraient été beaucoup plus élevés. Même chez les Juifs, ce taux pourrait sans doute être supérieur à 10%. Pour rappel, la définition de l'IHRA (International Holocaust remembrance Alliance) , adoptée par de nombreux pays et votée par le Parlement européen, précise très clairement que ce double standard à savoir des critères différents pour juger les Juifs et/ou Israël d'une part et les autres peuples ou pays d'autre part, est de l'antisémitisme.
    Quand on est soumis à la désinformation quotidienne de la majorité des journalistes et des politiciens, il est très difficile de ne pas devenir antisémite. Pour les jeunes musulmans, c'est encore plus difficile puisque certains imans (pas tous) jouent un rôle très négatif et que les jeunes musulmans s'identifient à la partie arabe ou palestinienne dans le conflit au Moyen-Orient.
    Les derniers développements dans cette région à savoir les accords de paix entre d'une part les Emirats Arabes Unis et Bahreïn et d'autre part Israël. Mais également les bonnes relations entre l'Egypte et Israël ; les derniers accords entre la Jordanie et l'Arabie saoudite d'une part et Israël d'autre part en matière de navigation aérienne ; les négociations entre le Liban et Israël en ce qui concerne les frontières maritimes, .... ; les attaques de nombreux leaders arabes contre les politiciens palestiniens accusés de corruption, d' incompétence et responsables de l'absence d'un accord de paix avec Israël.

    Toutes ces informations sont quasi censurées sur les médias et/ou noyées dans un flot d'informations fausses.

    Les nains médiatiques ne pourront plus longtemps cacher ce tsunami politique qui réduira très sensiblement le taux d'antisémites en ce compris parmi les jeunes musulmans qui sont en fait les victimes des diffuseurs souvent conscients mais parfois inconscients (voir certains articles dans Regards) de la haine anti-juive.