Antisémitisme

Miss Provence insultée ou la banalisation de l'antisémitisme antisioniste

Mardi 22 décembre 2020 par Renée Fregosi (Tribune – Figarovox)

Miss Provence, alias April Benayoum, a reçu un torrent d’insultes antisémites sur les réseaux sociaux suite à son passage dans Miss France samedi 19 décembre dernier, déplore Rénée Frégosi. Pour la philosophe et politologue, ce nouvel antisémitisme sur internet se cache souvent derrière le déguisement de l’antisionisme.

Renée Fregosi - Capture d'écran Youtube

Samedi 19 décembre, élection de Miss France: April Benayoum, Miss Provence élue Première dauphine, en présentant ses origines multiples, dit que son père est italien et israélien. Aussitôt sur le net, le nombre de tweets faisant référence à Israël explose pour atteindre près de 40 000 dans la soirée: «Israël: vous connaissez cette origine? Moi pas. Israël n’est pas un pays» ou encore «Israël n’existe pas, c’est la Palestine».

Une fois encore, l’antisémitisme antisioniste se déchaîne sans retenue. Car c’est bien sous cette forme que l’antisémitisme a principalement ressurgi depuis quelques années. Violence verbale, l’insulte antisioniste fait écho à la violence physique contre des personnes juives, le nombre et la gravité des attentats antisémites ne cessant d’augmenter en France notamment.

Or, qu’on le veuille ou non, on doit constater que cet antisémitisme antisioniste accompagne comme son ombre l’offensive islamiste. Les assassinats antisémites des enfants de l’école Ohr Torah, des vendeurs et clients de l’Hyper Cacher, de Mireille Khnoll, de Sébastien Selam ou de Sarah Halimi ont été perpétrés par des islamistes au cri d’Allah est grand. Car les fourriers de la réislamisation des populations assignées à la religion musulmane, en «terres d’Islam» comme en France, du wahhabisme au salafisme en passant par les Frères musulmans, utilisent sans vergogne l’antisémitisme dans leur stratégie victimaire et revancharde. Et l’antisionisme permet de «normaliser», de «justifier» l’agressivité à l’égard des Juifs.

Articulé étroitement à la défense de la «cause palestinienne», l’antisémitisme antisioniste construit une chaîne d’identifications, du Palestinien à l’Arabe, au musulman, à l’immigré, à l’ex-colonisé prétendument néo-colonisé. Cette nouvelle judéo-phobie anti-israélienne articule antisémitisme et racisme anti-blanc: le Juif étant considéré comme un colonialiste, ancien supplétif des colons français, nouveau «colon» des «territoires occupés», un «super-blanc» en quelque sorte.

Supposé ainsi anti-Palestiniens «donc» anti-Arabes, «donc» antimusulmans, le Juif est renvoyé à cet ennemi principal du musulman désigné à la vindicte du «bon croyant» par nombre de versets du Coran («une telle vie ne le sauvera pas de la punition», «Ce sont ceux-là les pires ennemis») et de passages des hadiths («Vous combattrez les juifs», «Périssent les juifs et les chrétiens. Il n’y aura pas deux religions en Arabie»).

L’antisionisme se présente en effet comme une forme à la fois ancienne et nouvelle d’antisémitisme. Archaïque, l’antisionisme d’aujourd’hui recycle le vieux discours déniant aux Juifs la légitimité à avoir un territoire national, de la pax romana effaçant le nom de Judée pour en faire la Palestine, à la dhimmitude de l’empire califal puis ottoman. Nouveau aussi, parce que cet antisémitisme est désormais centré sur le conflit israélo-palestinien, l’Etat d’Israël né en 1948 étant accusé de tous les maux et en premier lieu de mettre en œuvre «une guerre d’extermination du peuple palestinien» (!).

Lire la suite sur: https://www.lefigaro.fr/vox/societe/miss-provence-insultee-ou-la-banalis...

Renée Fregosi est philosophe et politologue. Dernier ouvrage paru: Français encore un effort … pour rester laïques! (Ed. L’Harmattan, 2019).


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Rami - 24/12/2020 - 15:49

    La seule institution qui réagit comme il se doit au déferlement d antisémitisme que l on connait aujourd'hui est l l'union des étudiants juifs de Belgique.

    Quant à la fédération sioniste de Belgique, au consistoire et à la centrale c est le silence radio habituel.

    A force de ne pas condamner l antisémitisme on en devient complice.

  • Par Mico - 30/12/2020 - 20:20

    Rami

    Vous n etes visiblement pas au courant de la vie des institutions communautaires

    La Fédération sioniste de Belgique est morte depuis la fin du mandat de Monsieur Spiegel. L histoire ne retiendra pas le nom de ceux qui l ont suivi.

    Le consistoire est inexistant depuis le départ de Julien Klener. Ce qui a suivi est insignifiant et je reste courtois.

    La Centrale n a pas pour vocation de faire des commentaires politiques mais se doit d'aider les gens en difficulté

  • Par Rami - 13/01/2021 - 0:31

    Je m excuse pour mes propos concernant la Fédération sioniste
    Il vient de m etre rappelé que cette institution organise chaque année une belle fête à l occasion de l anniversaire de l etat d Israël sans oublier le remarquable oulpan tenu dans les locaux du CCLJ sous la direction de Mora Yehoudit.

    Rami

  • Par BOAZ - 16/01/2021 - 15:11

    Aux dernières nouvelles, l'inénarrable Houria Bouteldja a twitté que Miss Provence n'était pas à plaindre , car selon elle, "on ne peut être israélien innocemment". Sur ce, le leader de l'UJFP -Aquitaine, André Rosevègue, a renchéri en estimant que le tweet de la Bouteldja n'était pas xénophobe, avec à l'appui un long texte venimeux de Michel Warschawski, dit "Mikado" ( son pseudo chez les trotskistes). Informations contextuelles pour les lecteurs d'Outre-Quiévrain: l'UJFP, organisation-soeur de l'UJPB, a été cooptée en la personne de Rosevègue à la Commission contre le racisme et l'antisémitisme de la municipalité de Bordeaux par le nouveau maire Vert Pierre Hurmic, provoquant la sortie de cette commission de la LICRA.