Vocabulaire

'Le petit Juif' et l'imprégnation de l'antisémitisme dans les langues européennes

Jeudi 11 octobre 2012 par Laurent-David Samama

Quelque part à Paris, une dame tout ce qu’il y a de plus classique prend le bus. Alors qu’elle s’installe, la passagère se cogne malencontreusement le coude contre le rebord de la fenêtre et s’exclame : « Ah, un petit Juif, ça fait mal ! ». Si, comme l’écrit le philosophe allemand Friedrich Hegel « C’est dans les mots que nous pensons », alors il y a de quoi s’inquiéter de l’emploi de cette expression associant le juif à la douleur…

 

On trouve ici ou là, dans des livres ou sur Internet, des explications « rationnelles » à l’emploi de cette locution. L’expression remonterait ainsi au temps où les populations juives restaient cantonnées à l’exercice de certains métiers, parmi lesquels l’usure et le petit commerce. Parmi ces derniers, les tailleurs avaient coutume de mesurer les longueurs de tissu avec leurs avant-bras, soit, en d’autres termes, « mesurer à l’aune ». La technique demandant une habileté toute particulière, il n'était pas rare de voir les commerçants se cogner le coude au cours de la manipulation. La population juive étant largement représentée parmi la profession de tailleur, on associa rapidement la gène physique éprouvée à « l’Israélite », en oubliant bien vite le pourquoi de l’expression et jusqu’au nom scientifique de la zone concernée, le nerf ulnaire. Voilà pour la petite histoire. Mais que penser objectivement de l’association opérée ici entre le Juif et la douleur, une douleur totalement inattendue qui frappe son sujet lorsqu’il s’y attend le moins ? Il y a indéniablement une part de malaise.

Oui, la langue française doit encore produire quelques efforts pour bouter hors de son vocabulaire des expressions véhiculant des stéréotypes racistes, offensants et tout simplement idiots. Pour autant, les francophones ne sont pas les seuls à incriminer. Un bref tour d’Europe de ces expressions que l’on croyait à tort inusitées permet ainsi de mesurer le degré d’imprégnation des clichés antisémites dans la culture européenne.

Dans une enquête, Adriano Farano, journaliste au webzine café Babel, nous apprend par exemple que des dizaines d’équivalents à l’expression française « manger en Juif » (signifiant manger seul, ne daigner partager) existent. Les Hongrois disent ainsi « ne lézy zsido » (ne fais pas ton Juif), alors qu’en italien, on dira « qué rabbino ! » (quel rabbin !) pour exprimer la même idée. Dans le même ordre d’idée, les Hollandais utilisent le mot « jodenfooi » pour dénommer un pourboire ridicule.

A l’heure de l’antiracisme érigé en pensée mainstream -Alain Finkielkraut dit qu’il serait même devenu le communisme du 21esiècle-, le constat est difficile et l’on s'étonnera d’autant plus de la survie (d’aucuns parlent de seconde jeunesse) de ces abus de langages.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Santo FRANCO - 17/10/2012 - 9:36

    A Bruxelles, certains golfeurs appellent "un petit Juif" un swing raté mais dont le résultat n'est pas mauvais (un swing raté mais qui rapporte beaucoup)

  • Par Lola - 21/10/2012 - 16:23

    J'ai souvent entendu l'expression quel youpin celui-ci ou celle-là pour désigner quelqu'un de regardant par rapport à son argent. Je pense, malheureusement ces expressions fortement ancrées dans le langage courant des français, se n'est pas demain que cela changera. merci pour vos infos elles sont toujours aussi intéressantes. Cordialement

  • Par patcat - 13/09/2014 - 20:55

    Tout a fait d'accord. Les mots en apparence les plus insignifiants ne sont pas toujours si insignifiants que cela, surtout quand ils traitent des questions relatives au racisme et à l'antisémitisme.

  • Par Daniel Donner - 15/09/2014 - 9:32

    Ben mon colon

    Oups, pardon, ca m'a echappe!

  • Par zimmermann - 6/12/2014 - 22:07

    il faut quand même dire que la vraie expression est "manger en suisse" !!!
    cf les mercenaires de François1er pendant les campagnes d'Italie.

  • Par fischer - 15/08/2016 - 20:29

    ah, l'antisemitisme !!!!!!
    arretez de nous le mettre a toutes les sauces
    Regardez la langue francaise, l'allemande, l espagnole, la suedoise.....
    Toutes ont des locutions faisant appel à leur minorité, aux étrangers, aux infirmes...
    Mais touchez aux juifs, aux israeliens, voilà le sacré bafoué
    Instruisez vous, achetez de l'intelligence
    Arretez de creer de la haine par réaction
    Vivez dans votre présent
    Et surtout commencez par respecter vos proches

  • Par ajustement de b... - 13/06/2018 - 22:03

    Merci pour l'article et merci aussi pour l'historique de cette expression vieille de bien longtemps. Spécifiquement je ne trouve aucun antisémitisme dans l'utilisation de cette locution. Il y en a bien d'autre dans la langue française qui pourrait également blesser d'autres race ou certains types de personnes mais je pense que c'est juste une expression. Cela n'a encore rien de déshumanisant ni d'humiliant. Rechercher une nouvelle locution à cette expression obligerait les hauts gradés de l'Académie des Lettres à revoir en profondeur d'autres locutions de la langue de Molière à conotation raciste. C'est comme chercher une aiguille dans une boîte de fouin.

  • Par Nom - 29/11/2018 - 3:09

    Votre article me fait penser aux Femmes savantes de Molière et à cette dangereuse fureur de la javellisation du langage. Vous cherchez le moindre petit pou pour conforter votre théorie et, ce faisant, vous risquez de susciter par réaction ce que vous dénoncez. Et le ping pong immémorial continue. Pourquoi est-ce que les autres peuples ne se plaignent pas de « soûl comme un Polonais », « to go Dutch », « filer à l'anglaise », « take a French leave », « pardon my French », « parler comme une vache espagnole », « décrasse tes portugaises ensablées », « tête de Turc », « chinoiseries », et j'en passe? Y a-t-il une cause de tourment qui dépasse les autres? Oi vey iz mir...

  • Par Helene Bouniol - 16/01/2019 - 13:58

    Tres intéressant. Avez vois une biblio sur le thème du vocabulaire antisémite à conseiller? Merci

  • Par ALUF HANITZAHON - 21/01/2019 - 16:41

    Et chez nous ne pas oublier l'expression "smauze bazar" c-à-d une situation très compliquée qu'on ne retrouve que chez des Juifs ou encore dans un bruxellois francisé " il a fait çà smauzement" c-à-d comme un Juif
    Çà fait partie de l'antisémitisme populaire depuis des siècles

  • Par Lamouche Sylvie - 29/05/2019 - 20:18

    Merci pour ces précisions, mais bien que je sois désormais senior, je n'avais jamais entendu l'expression « petit juif » pour une douleur au coude. c'est vous qui me l'apprenez. Quant à « manger en juif », idem, je ne l'ai jamais entendu dire. En revanche, je connais bien l'expression courante en français « Manger en Suisse », qui signifie ne pas partager.

  • Par didier - 1/04/2020 - 12:55

    Bonjour,
    Je vous rejoins sur le dernier paragraphe et les nombreuses expressions à venir : "manger en juif", "fait pas le crochu"... qui sont totalement inacceptable.
    En revanche, si l'expression "se cogner le petit juif" provient bien de ce temps où les métiers étaient associés à une origine geographique ou appartenance religieuse, je ne vois pas ce qu'il y a de choquant. La banir sous pretexte d'association de l'idée de juif et de douleur me semble un peu "capilotractée".

  • Par jérôme Ben Gourion - 17/04/2020 - 14:42

    Attention, je suis Juif Suisse et Genevois.....

    Il y en a plein chez nous, c'est comme pour les belges :
    - le petit juif (pas péjoratif), plutôt marrant
    - pour les Rabbi (voire humour juif : Editions que sais-je ? Je ne dis pas plus, je serais lapidé, avant d'ouvrir m'a bouche. Eh, la Halaka et les Mizvots...
    Sauf, entre copins.....

    - Il y a tous ceux sur les nazis, qui viennent de je ne sais pas où ? Est-ce que c'est pas des comiques Juifs qui les racontent aussi, vue le clan de la télévision Française et ceux qui travaille dans les médias.... Pas tristes

    Le problème est pas de savoir si c'est de l'antisémitisme ou pas, car il y en a plein en hébreu aussi, sur les Juifs, et les arabes aussi....

    Dans toutes les langues, surtout venant de Marseille et du sud de la France....

    Les Suisses sont lents, et ils aiment le chocolats, et surtout radin... Image du Suisse Allemand (peut-être différent du Suisse Romands et Italiens).
    Chez nous, ils y a encore tous ce qui est inter-canton, Romands, et sur Totto pour les Suisses Allemands et l'armée. C'est comme la France avec les Brettons...

    Je ne pense pas que c'est de l'antisémitisme, c'est plutôt des expressions qui sont des stéréotypes du passés, surtout que " des familles de confessions juives, il y en a dans tous les pays du monde ", et encore de nos jours la diaspora est 15 millions d'individus qui vivent en dehors d'Israel, soit les 60 % de la population de religion juives, toutes tendances confondues sur 186-187 pays autour du globe ( donc des minorités partout ).

    Je pense que les drôles, ils faux les garder, mais celle qui sont de mauvais goût devraient disparaître, mais on les connait, elles sont liés à la Shoa...

    Disparaitrons-elles ou pas dans une ou deux générations, impossible de le savoir. Il y a toujours le dilemme de savoir, que celle sur Hitler disparaisse en 2100 car elles seront dépassées; cela pourrait faire oublié le devoir de mémoire car en ne racontant plus d'histoire drôle, les jeunes ado, risquent d'oublier cette période simplement en l'étudiant moins que ceux de nos jours.

    En tout cas, si pencheront plus, et cela deviendra comme un récit " que l'on étudiera comme la Tora "

    Récit de l'Abraham, de l'Exode de Moise, du 2ème Exode, et de la fête d'Ester.... Vue que notre histoire est parsemée de bonnes périodes, et de massacres ( des up and down ) depuis 5700, va savoir ce que le bon Yahve, nous a encore réservé....

    Seule lui sait ?????


    Attention, j'espère que les lecteurs ont au moins lu la Tora, le nouveau Testament, et le Quran pour comprendre toutes les ambiguïtés de notre Seigneur l'Eternel, un et unique, qui n'a pas d'ascendants, ni de descendants, qui est omniscients et omnipotents;
    lui seule est Maître de l'Univers.


    Mazal Tov... Jérôme






  • Par Anastasia Alura - 19/04/2020 - 13:47

    'LE PETIT JUIF' ET L'IMPRÉGNATION DE L'ANTISÉMITISME DANS LES LANGUES EUROPÉENNES

    Pour me distraire pendant cette crise, j'ai décidé d’améliorer ma connaissance de la langue Française ce matin-ci. .A Londres, je lis chaque semaine, Jewish News. Je ne suis pas d'origine Juif. Je le lis parce qu'il est bien écrit

    Advanced French class:
    https://www.youtube.com/watch?v=eUBuIJuKptw

    Phrase numéro 7 (à la fin de vidéo-clip).

    'Äie, je me suis tapé le petit juif, ça fait mal !'

    https://www.ciao.ch/questions/423360-expression-insultante/
    RÉPONSE
    Bonjour
    Alors cette expression vient de l'époque où les commerçants juifs mesuraient des tissus en les enroulant autour de leur avant-bras, ce qui leur servait d'unité de mesure. Par ce geste, ils pouvaient facilement se cogner le coude et donc toucher le nerf ulnaire.

    Donc à notre avis, comme elle se réfère à une pratique de base non offensante, ce n'est pas une expression insultante.

    À Londres, il y a toujours les commerçants importantes qui vendent les tissus. A mon avis, les expressions anti-sémite n'ont pas acceptable nul part. Comme l'insulte: il est rabbin...