Culture/Expo

La Maison des vivants au Musée juif de Belgique

Mardi 5 Février 2013 par Roland Baumann
Publié dans Regards n°771

« La Maison des vivants », nouvelle exposition temporaire du Musée juif de Belgique (MJB), aussi savante qu’insolite, se caractérise par son approche multidisciplinaire des mémoires, mentalités et formes d’art associées aux pratiques funéraires des communautés juives à travers les âges.

La visite commence au rez-de-chaussée de manière à la fois documentaire et ludique par « La mort dans tous ses états » : une série d’objets emblématiques évoque le souci des vivants pour les morts et incite le visiteur au questionnement sur la mort, la croyance en l’au-delà, la mémoire, le deuil, au travers de ses représentations artistiques, symboliques et épigraphiques. Ingénieusement mises en scène par le scénographe Christian Israël, une série de stèles funéraires anciennes proviennent de France, du Grand-Duché de Luxembourg et de Belgique, telle la célèbre stèle de « Dame Rébecca » (13e siècle) trouvée à Tirlemont, ou celle d’Henriette Sasserath-Wolff (19e siècle), vestige du cimetière juif de Namur. Des textiles exceptionnels d’Alsace et du Maroc, des objets et des livres religieux, des photographies et des cartes postales anciennes formant un ensemble cohérent, reconstituent l’univers complexe des pratiques funéraires juives, ses rituels et ses institutions.

Cette exposition retrace l’histoire des cimetières juifs de Belgique, et en particulier la partie juive du Dieweg à Uccle, ce véritable joyau du patrimoine juif européen. Commissaire de l’exposition, Philippe Pierret est d’ailleurs l’auteur de l’ouvrage de référence sur l’art et la symbolique des monuments funéraires de Juifs de ce vieux cimetière bruxellois : Mémoires, mentalités religieuses, art funéraire : la partie juive du cimetière du Dieweg à Bruxelles (éd. Peeters).

Au premier étage de l’exposition, le surprenant travail documentaire photographique de l’écrivain-artiste André Chabot, co-fondateur de l’association culturelle « La mémoire nécropolitaine », explore l’incroyable diversité formelle des monuments funéraires juifs, en diaspora comme en Israël. Ce singulier photographe accumule les clichés en noir et blanc de nécropoles et exprime sa surprise face à l’art funéraire juif dont la diversité contrevient parfois aux traditions religieuses : la réputation d’extrême sobriété voire la pauvreté des cimetières juifs se heurte à une évolution historique qui a vu peu à peu se multiplier les monuments d’importance, voire les mausolées grandioses, en même temps que s’affirmait l’adoption plus ou moins évidente des styles, des architectures, des ornementations en vigueur dans tel ou tel pays, au détriment des formes traditionnelles...

Indispensable œuvre de sauvegarde

On découvre ainsi le travail documentaire honnête et créatif d’un photographe qui sauvegarde à sa modeste manière, par l’image, le patrimoine funéraire et les témoins de pierre qui racontent les bonnes et les mauvaises fortunes d’un peuple.

Enfin au second étage, « La vie après la mort » retrace l’œuvre remarquable accomplie par les jeunes volontaires internationaux des chantiers de restauration de cimetières juifs, organisés chaque été par l’Aktion Sühnezeichen Friedensdienste(ASF) en France, Belgique et Grand-Duché de Luxembourg, en collaboration avec le Musée juif de Belgique (MJB). Documentant le travail de terrain réalisé par Philippe Pierret et Olivier Hottois depuis 2005 dans une série de cimetières juifs du 17eau 19esiècle, l’exposition livre au visiteur une intéressante chronique au quotidien des chantiers ASF-MJB, décrivant toutes les étapes de l’entreprise de restauration et de sauvegarde des monuments funéraires juifs dans laquelle s’engagent tous ces jeunes qui, pour la plupart, ne savent au départ quasi rien du judaïsme, de ses pratiques religieuses et de son histoire.

Le 19 février prochain, dans sa conférence « La vie après la mort », Philippe Pierret fera le bilan de ces campagnes de sauvegarde, étroitement associées à son engagement personnel dans la recherche historique et la mise en valeur du patrimoine funéraire juif. •

Jusqu’au 30 septembre 2013

« La Maison des vivants »

Ouvert tous jours (sauf lundi) 10h-17h

Mardi 19 février 2013, 12h30-13h30 au MJB (« Les mardis du musée ») :

Conférence de Philippe Pierret « La vie après la mort »

Musée juif de Belgique, 21 rue des Minimes, 1000 Bruxelles. Infos : 02/512.19.63 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par pascale.leribaux - 26/05/2014 - 17:06

    Bonjour Philippe,

    J'ai une pensée énorme et émue pour toi et toute l'equipe au MJB, comme tant de monde. Je vous souhaite à tous courage et en ces jours difficiles, et de sentir combien de personnes vous soutiennent de tout coeur.
    Un grand bonjour à Patricia,

    Amicalement,

    Pascale.

  • Par geraldine - 26/05/2014 - 17:13

    <p>
    <span style="color: rgb(42, 42, 42); font-family: Verdana, 'DejaVu Sans', 'Bitstream Vera Sans', Geneva, sans-serif; font-size: 17px; line-height: 25.5px; background-color: rgb(255, 255, 255);">Suite &agrave; l&#39;effroyable tuerie qui s&#39;est d&eacute;roul&eacute;e ce samedi 24 mai 2014 au Mus&eacute;e juif, le public peut exprimer sa peine et son soutien aux familles et au mus&eacute;e en envoyant un message &agrave; l&rsquo;adresse [email protected]</span></p>