Tensions Israël/Gaza

Le Hamas vote Netanyahou

Mercredi 12 mai 2021 par J Call

Depuis 48 heures, le Hamas a déjà envoyé plus d’un millier de roquettes sur Israël et des ballons incendiaires sur les champs mitoyens de Gaza. Ce n’est plus seulement Sderot ou Ashkelon qui sont les objets de ces attaques, mais Jérusalem et le centre du pays jusqu’à des villes côtières. Le bilan à cette heure est déjà de 6 morts et de plusieurs dizaines de blessés en Israël.

Missiles du Hamas au-dessus d'Ashkelon

Avant toute analyse de la situation, nous affirmons d’abord notre total soutien à Israël et à sa population qui subit ces bombardements venus de Gaza. Israël a le droit de défendre sa population. Nous déplorons également les victimes civiles palestiniennes. Le Hamas fidèle à son habitude utilise sa population comme des boucliers humains.

Pourquoi cette embrasement en ce moment ? Il y a comme toujours au Moyen Orient plusieurs grilles de lecture des évènements. Elles sont probablement toutes justes, mais certaines sont plus déterminantes que d’autres.

Premier niveau : C’est une réaction à des semaines de provocations effectuées par des groupes d’extrémistes juifs, sous la conduite du député kahaniste nouvellement élu à la Knesset Itamar Ben Gvir, venus soutenir les projets d’expulsion du quartier Sheikh Jarrah, située à Jérusalem Est, de 13 familles palestiniennes, soit plus de 300 personnes. Ce sont tous des descendants des réfugiés de 1948 ayant abandonné leurs biens situés à l’Ouest et qui avaient été relogés par les Jordaniens en 1952 dans des maisons appartenant à des Juifs avant 1948. Ces projets d’expulsion sont anciens. Déjà en 2008, plusieurs familles avaient été expulsées en vertu d’une loi votée à la Knesset en 1970, autorisant des Juifs à engager une procédure afin de récupérer des biens perdus en 1948. Et depuis, chaque vendredi, des manifestations, à laquelle participent des Juifs et des Arabes, ont lieu pour s’opposer à la poursuite de ces expulsions et ont réussi à les bloquer jusqu’à présent. La Cour suprême, saisie par les Palestiniens, a décidé de repousser à plus tard sa décision sur la validité de ces nouvelles procédures d’expulsion.

Cette provocation des extrémistes juifs s’est déroulée pendant la période du Ramadan et les forces de l’ordre ont contribué à la mobilisation des Palestiniens en leur interdisant, comme c’était le cas les années précédentes, de se réunir le soir devant l’esplanade de la porte de Damas après la rupture du jeune. Les forces de l’ordre israéliennes se sont heurtées aux manifestants palestiniens, les poursuivant jusque sur l’Esplanade des mosquées et même au sein de la mosquée El Aqsa. Ces images des affrontements entre forces de police israéliennes et jeunes palestiniens sur ce lieu sacré pour les musulmans ont produit l’effet recherché. Des Arabes israéliens se sont à leur tour mobilisés et ont voulu rejoindre la ville sainte. La police les a empêchés, pensant ainsi réduire les tensions. Cette maladresse a provoqué l’effet inverse et n’a fait qu’accentuer la colère des manifestants qui s’est traduit ces dernières heures en émeutes dans des villes mixtes comme Lod ou St jean d’Acre où l’on a assisté à des scènes de guerre civile entre les communautés, avec incendies de voitures et de synagogues et tentatives de lynches contre des civils. Ces images étaient impensables justement en ce moment, où tout le pays encensait encore il y a peu ses soignants, juifs et arabes, dont l’engagement conjoint a permis de juguler la pandémie.

Deuxième niveau : Depuis la décision prise par Mahmoud Abbas de repousser les élections palestiniennes prévues en juin, sous le prétexte du refus d’Israël que soient installées des urnes à Jérusalem Est pour permettre l’organisation du vote pour ses habitants, le Hamas, à qui les sondages prédisaient une victoire, se sentait floué. En prenant l’initiative d’envoyer des centaines de roquettes sur Israël, en soutien aux Palestiniens de Jérusalem, il montre à la fois sa capacité militaire et sa détermination à défendre la cause palestinienne, à la différence du Fatah.

Troisième niveau : Tout cet embrasement se déroule à un moment historique où, pour la première fois depuis 1948, un parti arabe, Raam, dirigé par Mansour Abbas, est en train de finaliser un accord pour soutenir la création d’un gouvernement regroupant tous les partis de l’opposition à Netanyahou, un gouvernement Lapid Bennett qui irait du Meretz à gauche à Yamina à droite. Cet embrasement des tensions entre Juifs et Arabes au sein d’Israël, et entre Palestiniens et Israéliens, rend difficile, s’il devait durer, la poursuite de ces négociations et pourrait conduire à l’éclatement de cette coalition des anti Bibi en poussant certains des députés des partis de droite à la quitter. Si ce scénario devait se produire, il y aurait deux vainqueurs : Netanyahou, d’abord, qui resterait ainsi au pouvoir jusqu’à l’organisation d’un 5ème tour où il pourrait espérer retrouver une majorité qui lui donnerait l’immunité pour échapper à la justice. Et le Hamas qui conforterait ainsi, au sein de la population palestinienne, un pouvoir dont il a été volé par l’annulation des élections. Cette alliance objective entre ces deux « vainqueurs » n’est pas pour nous étonner. Elle s’inscrit dans la continuité de la politique suivie par Netanyahou et le Likoud qui, depuis des années, ont choisi de renforcer le Hamas en laissant entrer à Gaza les valises de dollars en provenance du Qatar, plutôt que le Fatah et l’Autorité palestinienne avec lesquels ils n’ont mené aucune négociation.

Quelle que soit la grille de lecture de ces évènements, nous devons proposer, avant que cette confrontation ne dégénère encore plus, une perspective de sortie de crise. L’expérience des précédentes confrontations entre Israël et le Hamas a montré qu’il n’y avait pas de solution militaire à ce conflit. Il est temps, de part et d’autre, de sortir de cette logique de la force où, toutes les quelques années, on assiste à une nouvelle explosion de violence dont les civils sont les premiers à en payer le prix, et de retourner à des négociations. La majorité des Israéliens, qui par quatre fois, n’ont pas donné de majorité à Netanyahou, doivent pouvoir bénéficier d’un nouveau gouvernement auquel ils aspirent. Il aura comme tâche en priorité de réconcilier les différentes composantes de la population, et notamment Juifs et Arabes en Israël. Si son hétérogénéité rend sans doute difficile sa capacité à ouvrir des négociations avec les Palestiniens, il peut néanmoins s’atteler à baisser les tensions, en retrouvant le climat politique que les récents accords passés avec certains pays arabes ont impulsé dans la région.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Roland Douhard - 13/05/2021 - 12:43

    Comment les Israéliens ne voient-ils pas le piège tendu par leurs ennemis ?
    Depuis trois jours, le Hamas et le Djihad islamique de Gaza ont pris le prétexte des événements de Jérusalem pour lancer sur Israël, du sud au centre, plus de 1500 roquettes. L'Etat hébreu a réagi vigoureusement en détruisant les emplacements de tirs de missiles ainsi que des immeubles occupés par les milices armées de ces organisations. Comme celles-ci s'installent intentionnellement dans des habitats où vivent des civils, ces derniers sont victimes collatérales des bombardements israéliens.Il est notable d'observer le jeu, à fronts renversés, d'alliance objective entre le Hamas et la droite israélienne; un Benjamin Netanyahou, en quête d'une coalition gouvernementale introuvable, va sortir renforcé de l'épreuve de force. Montrer ses muscles l'a toujours servi auprès de citoyens obsédés, à juste titre, par la sécurité. En face, le Hamas va voir grandir son image héroïque parmi les populations palestiniennes déçues par l'OLP et leur Autorité évanescente. C'est un scénario bien connu, qui vise à mettre l'opinion internationale du côté des terroristes, en rendant difficile tout rapprochement avec Israël. Comment ses responsables politiques ne voient-ils pas le piège tendu par leurs ennemis ?Il ne peut y a avoir de compromis avec des groupes radicaux qui prônent "la destruction totale du Satan juif". Nous apportons notre soutien et notre solidarité au peuple israélien, juifs et arabes, indistinctement frappés par la pluie du feu gazaoui et le déchaînement de la haine. Il n'en reste pas moins que l'entreprise de colonisation en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, initiée par des ultras-juifs nationalistes et/ou religieux et légitimée par le Premier ministre sortant, n'est ni tolérable moralement ni acceptable politiquement. En persévérant dans cette fuite en avant, Israël va droit vers une impasse.Un nouvel isolement international ne ferait que renforcer les pires démons qui travaillent la société israélienne. Si la solution à deux Etats n'est plus possible - les enclaves juives en territoires occupés sont telles aujourd'hui qu'il paraît impensable de les faire évacuer, comme ce fut le cas à Gaza, lorsqu'Israël s'en retira le 12 septembre 2005 - un seul Etat pour deux peuples semble tout aussi douteux. De deux choses l'une, soit cet Etat pluriel sera démocratique et les Juifs y seront à terme minoritaires, soit les Juifs y bénéficieront d'un statut privilégié par rapport aux Arabes et cet Etat n'aura plus rien de démocratique ... Comment comprendre une dérive idéologique qui tourne ainsi le dos à toutes les valeurs universalistes du judaïsme ainsi qu'aux principes cardinaux, humanistes et laïques, des fondateurs d'Israël ? Ben Gourion et Rabin, réveillez-vous !