Documents Wikileaks (II)

Et le Moyen Orient dans tout cela ?

Lundi 29 novembre 2010 par O.W.

H. Moubarak : B.Netanyahou ne tient pas ses promesses.

 
Pas plus que les autres, les « mémos » diplomatiques américains ne sont vraiment déstabilisants, ni pour les pays arabes ni pour Israël. Juste un peu désagréables, parfois.
 
Selon les rapports des diplomates américains, les chefs d’Etat de la région ne s’apprécient guère entre eux. Mais qui s’étonnera qu’un diplomate israélien décrive Recep Tayyip Erdogan, le Premier Ministre turc, comme « un démagogue religieux haïssant l’Etat juif » ?
 
Ou que Jean-David Lévitte, conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, qualifie l'Iran d’« Etat fasciste » ? Ou encore que le président égyptien Hosni Moubarak considère le Premier ministre Benjamin Netanyahou comme « un homme élégant et raffiné mais qui ne tenait jamais ses promesses » (selon un autre document, M. Netanyahou aurait moyennent apprécié).
 
A part cela, quelques révélations… au conditionnel : selon des rumeurs à Téhéran, le Guide Ali Khamenei souffrirait d’un cancer au stade terminal. Et le (relativement) réformiste   Hachemi Rafsandjani se préparerait à lui succéder. Dans un autre domaine, il semble avéré qu’en 2006, l’Iran aurait utilisé des ambulances, supposées être neutres, pour fournir le Hezbollah en armes et en hommes pendant sa guerre avec Israël.
 
Et quelques confirmations : les pays arabes sont largement aussi inquiets qu’Israël du programme nucléaire iranien. Le roi Abdallah d'Arabie saoudite n’a cessé d’appeler les Etats-Unis à « couper la tête du serpent » en bombardant les centrales nucléaires iraniennes.
 
D’une façon générale d’ailleurs, les dirigeants saoudiens n’apprécient guère les Iraniens : « On ne peut pas leur faire confiance »… « C’est un pays aventurier dans un sens négatif du terme ». Et ils ne sont pas les seuls : Mohammed bin Zayed, le prince héritier d’Abou Dhabi estime que les bombardements ne suffiront pas et qu’il faudrait « envoyer des troupes au sol ».   
 
La "faiblesse" des Palestiniens
 
Le Premier ministre du Qatar, Hamad bin Yassim Al-Thani décrit ainsi la relation entre son pays et l'Iran : « Ils nous mentent, et nous leur mentons ».  En Jordanie, on considère l’Iran comme « une pieuvre dont il faut couper les testicules ».
 
Et bien entendu, l’Etat juif, de son côté, insiste sur tous les tons pour que Washington durcisse sa position vis-à-vis de l’Iran, accroisse les sanctions économiques et, soit anéantisse lui-même ses infrastructures nucléaires ou laisse Tsahal le faire.
 
Les documents WikiLeaks confirment aussi qu’en 2008, Israël a essayé d’obtenir l’appui de l’Egypte et de l'Autorité palestinienne (A.P.) pour son opération « Plomb durci » contre le Hamas à Gaza. Lesquels ont refusé. Ce qui n’a pas amélioré l’opinion des Israéliens sur la « faiblesse » de l’A.P.… Là non plus, on le voit, rien de très neuf.

 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/