Carte blanche

Désarmez le Hamas et levez le blocus !

Mardi 5 août 2014 par Henri Gutman, Président du Centre communautaire laïc juif David Susskind

Carte blanche  parue dans Le Soir du 5 août 2014 dans laquelle le CCLJ se prononce en faveur de la démilitarisation de Gaza, la levée du blocus de cette zone et une initiative diplomatique visant à aboutir à la création d'un Etat palestinien aux côtés d'Israël. 

 

Une énième fois, l’espace compris entre mer Méditerranée et Jourdain s’est embrasé. Le Hamas a pris prétexte des recherches par Israël des tueurs des trois adolescents israéliens pour arroser de missiles le Sud et le centre du pays depuis la Bande de Gaza. Israël a encaissé plus de 2.500 tirs. Les alertes affectaient jusque la région de Tel Aviv. La vie était devenue infernale dans la zone limitrophe de la Bande côtière et au Néguev. Sous pression d’une opinion publique chauffée à blanc, le gouvernement israélien décide de frapper. L’écrasante majorité des Israéliens l’approuve. Difficile de ne pas les comprendre.

A Gaza, Israël cherche à détruire les capacités militaires du Hamas. Entreprise hasardeuse en terrain surpeuplé. La milice islamiste proclame aimer « la mort comme vous aimez la vie ». Pour le Hamas, protéger la population qu’il administre depuis 7 ans compte pour roupie de sansonnet. Il utilise les habitants comme bouclier humain. Il entrepose ses armes dans les écoles et les mosquées. Il établit ses postes de commandement dans les hôpitaux. Il véhicule ses hommes dans des ambulances. Il installe ses pas de tir à proximité des habitations. Il dissimule dans des demeures les entrées de ses tunnels d’infiltration vers Israël. Comme toujours, ce sont les civils qui trinquent et, parmi eux, des enfants par dizaines. Visions insoutenables ! Arrêtez la boucherie !

Sur un plan militaire, Israël possède sur le Hamas une écrasante supériorité. Il anéantira le réseau de tunnels destinés aux infiltrations terrestres. Il détruira les stocks de roquettes. Il liquidera un certain nombre de miliciens islamistes. Il réduira le Hamas au silence. Et ensuite ? Le Hamas peut être défait par les armes. Il ne peut être éradiqué car il bénéficie d’un soutien massif au sein de l’opinion palestinienne. C’est pourquoi, après l’option militaire, il faut revenir à la diplomatie. Au plus vite au mieux.

La crise de Gaza provient de l’échec des 9 mois de négociations conduites en 2013-2014 sous la houlette de John Kerry. La reprise à court terme d’un processus de paix global reste improbable. Par contre une initiative locale positive à partir de Gaza, si elle réussissait,  pourrait peser comme mesure de confiance afin de relancer les négociations de paix. Dans un conflit comme celui qui oppose Israéliens et Palestiniens, la défiance ou la confiance réciproques constituent des facteurs décisifs.

La destruction des facultés de nuisance du Hamas offre la perspective, et de sécuriser à long terme le territoire d’Israël exposé aux missiles et aux tunnels, et d’améliorer de manière durable la vie des Gazaouis. Soulignons-le : contrairement à la Cisjordanie, il n’existe à Gaza ni litige sur les frontières ou les Lieux saints, ni implantation juive. De plus la continuité territoriale se trouve assurée sur les 40 km de la Bande. Autant d’opportunités à saisir.

C’est le projet que présente Yuval Diskin, ex directeur du Shin Beth (Sécurité intérieure israélienne), dans un article publié sur YNetNews.com / Yediot Aharonot (22.07.2014). Il avait déjà exposé son plan lors de la Conférence pour la Paix organisée le 8 juillet dernier à Tel Aviv par le quotidien Haaretz, à laquelle le CCLJ assistait. Yuval Diskin préconise d’annihiler le dispositif militaire du Hamas. Simultanément, Israël déploierait une offensive diplomatique vers l’Egypte, l’Autorité palestinienne, la Ligue arabe et la communauté internationale sous l’égide des Etats-Unis. Il s’agirait de garantir une démilitarisation effective et permanente de Gaza, abolir progressivement le blocus, élargir la zone de pêche, lever des capitaux pour reconstruire et développer la Bande, etc. Par des pressions adéquates le Hamas se verrait contraint d’abandonner sa posture de parti armé pour devenir un parti « normal. »

La sortie de crise à Gaza devrait bénéficier à une reprise des négociations entre Israël et l’Autorité palestinienne, avec la volonté d’aboutir. Soulignons la responsabilité du gouvernement de Jérusalem dans leur échec actuel. Il a poursuivi sans relâche sa politique d’implantations en Cisjordanie. L’aile ultra du Cabinet Netanyahou ambitionne même d’annexer 60% de celle-ci (plan Bennett), rendant impossible toute création d’un Etat palestinien souverain et viable aux côtés d’Israël. Du reste, elle rejette le principe même d’une paix à deux peuples et à deux Etats. Elle mise sur un statu quo perpétuel. Posture suicidaire car le temps et la démographie jouent contre Israël. Rappelons-le, seuls l’établissement de frontières sûres et reconnues entre Israël et un Etat palestinien à créer ainsi qu’une solution négociée sur le statut de Jérusalem et sur les descendants des réfugiés de 1948 sont de nature à amener la paix et à garantir la pérennité d’Israël comme Etat juif et démocratique.

L’échec du dernier round des négociations de paix est aussi imputable à la timidité et à la mollesse du coaching américain. Après avoir annoncé un plan de partage, il a renoncé à le mettre sur la table. Saura-t-il se montrer demain à la hauteur ? L’Europe évanescente sortira-t-elle du bois ? La Belgique au sein de l’Europe prendra-t-elle ses responsabilités ? Nous le souhaitons pour notre part de tout cœur. Il y a urgence. Des vies humaines sont en jeu.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par candide - 5/08/2014 - 13:37

    Bravo et quelle chance que l'on aie accepté au "Soir" une contribution du CCLJ (et non de l'UPJB bien muette entretemps) ou de ce cher Victor.
    Ce qui n'est pas dit c'est qu'à vouloir condamner Israël à travers tout l'Occident rate son coup et ne parviendra pas à contraindre le gouvernement israélien à adopter la seule solution qui permettra de sauvegarder ce pays d'un anéantissement certain, si pas aujourd'hui ni demain ce sera après-demain car le temps ne joue pas en sa faveur.

    Mais, de grâce, que l'on cesse de nous bassiner les oreilles avec des arguments de "morale" qui sont inutiles car on a depuis longtemps oublié des scandales arméniens, rwandais, soudanais, syriens, bosniaques, espagnols, nord-américains, chinois, cambodgiens, birmans, indonésiens, marocains, algériens, etc....etc...En effet, il n'y avait pas de juifs dans tout cela alors ce n'était pas la peine de fustiger, ou alors bien mollement..

    La solution proposée est la seule possible pour de simples raisons raisonnables de pur réalisme.


  • Par Miodezky - 5/08/2014 - 15:50

    Mieux que je ne pourrais l'écrire.
    http://www.express.co.uk/comment/columnists/leo-mckinstry/495280/Leo-McKinstry-We-will-pay-a-terrible-price-for-supporting-Hamas

  • Par Lévêque Marianne - 5/08/2014 - 16:39

    Ce qui m'horripile le plus ce sont les images que l'on voit à la télé qui sont toujours les mêmes si vous regardes combien de fois n'a t'on pas vu le même homme avec le même enfant, les mêmes brancardiers c'est vrai que c'est triste tous ces enfants et femmes morts mais que fait le hamas il les envoie à la mort avec des gliets bardés d'explosifs il sait que ce sont les couloirs creusés pour envahir Israël qui est la cible alors que la presse soit plus juste et le monde comprendra mieux mais ceci dit la guerre n'est pas la solution et surtout pas oeil pour oeil, dent pour dent

  • Par avinou - 5/08/2014 - 18:55

    Excellente texte, ce serait idéal ! No more blood. Et fin du blocus et liberté de circulation pour les civils, si on les accepte ailleurs. Mais si j'étais le Hamas, vu l'ambiance dans la région et le nombre croissant (fertile) de ses "non-amis", j'hésiterais à désarmer unilatéralement. C'est sans doute ce que se dit aussi le Hezbollah libanais. Patience.

  • Par Yoram - 6/08/2014 - 10:17

    "Le Hamas a pris prétexte des recherches par Israël des tueurs des trois adolescents israéliens".
    .
    Henri Gutman n'aurait-il pu se donner la peine de nous dire la nature concrète de ces "recherches" dont le Hamas aurait pris "prétexte" ? Ce "détail" risquait-il de faire tache ? Était-il à ce point impératif pour Monsieur le Président du CCLJ de biaiser d'emblée la perspective ?

  • Par Daniel - 6/08/2014 - 10:28

    Proposition très intéressante et constructive du CCLJ que de nombreux observateurs proposent.
    Si tout cela ne plaît pas à Yoram, qu'il cesse de lire le site du CCLJ.

  • Par charles - 6/08/2014 - 16:15

    Je retrouve bien là l'esprit de tolérance égal à zéro du CCLJ pour qui ce qui existe bien c'est la pensée unique.

  • Par edmond.david - 6/08/2014 - 10:42

    L'analyse est impeccable; j'y souscris pleinement. Mais j'ai peur que le projet de Diskin soit très difficilement accepté par les palestiniens, tant leurs positions en sont éloignées, malgré l'affaiblissement important que l'opération leur a fait subir. Mais je suis peut-être trop pessimiste...

  • Par Yoram - 6/08/2014 - 17:48

    Plutôt que de se soucier (pourquoi ?) d'un désarmement de Gaza - souci auquel Norman Finkelstein avait répondu par avance (http://www.youtube.com/watch?v=NIg2XeSrx18#t=232) - pourquoi Henri Gutman ne se soucierait-il pas de la reconstruction de Gaza ? Et pourquoi ne se découvrirait-il pas la capacité d'envisager ce que dit Richard Silverstein et qui n'est que de bons sens ?
    .
    "International bodies are now organizing a conference to pledge reconstruction aid to Gaza. This is a ridiculous undertaking. It is just what the world did the last time Israel attacked Gaza in Operation Cast Lead. Not to mention that Israel prevented most of the aid from entering Gaza for its intended purpose. Why should the world bear the responsibility to reconstruct Gaza when it didn't destroy it? The onus should be squarely on Israel to do so. And if it refuses, as it clearly would, then further action must be taken to force it to accept responsibility. Of course, this would never happen under existing circumstances. But those circumstances will and must change."

  • Par Henri Delporte - 6/08/2014 - 19:31

    Cher Henri,
    Ton article, paru dans Le Soir, a attiré l'attention de mon épouse qui m'en a fait part. Après lecture, je partage cette analyse de la situation. Mais le Hamas souhaite-t-il la paix ? J'y croirai le jour où le Hamas aura retiré de ses statuts la destruction de l'Etat d'Israël.
    Ce que je constate, depuis le début de ce conflit, est que la presse diffuse une opinion favorable au Hamas et non une analyse objective de la situation.
    Je te souhaite beaucoup de courage face à cette situation.
    Amitiés.
    Henri Delporte
    3A rue du Rouvoir
    7610 Rumes
    e-mail : [email protected]

  • Par Daniel Donner - 7/08/2014 - 13:35

    Cher Henri
    De la part des dirigeants du monde plus rien ne m'etonne, mais de la part d'amis d'Israel j'en esperais plus.
    Oui, tu veux la paix. Oui, tu n'es pas seul. (Et je ne parle pas ici de l'immense majorite qui l'affirme mais de fait n'en pense pas un mot et defile automatiquement CONTRE Israel et non pour la paix ou la Palestine, et en vient a ne pas etre meme genee par des cris de haine demandant ta mort dans les defiles ou elle se trouve).
    Tu parles de negociations. Oui, mais avec qui? Tu sais toi ce qu'est la demonisation que l'on a toujours utilisee contre les Juifs. Tu sais aussi cette meme demonisation que l'on fait aujourd'hui d'Israel. Mais elle t'influence pourtant.
    D'ou vient cette obsession a devoir toujours parler de nos propres extremistes (sur ce site) pour les mettre en balance avec ceux qui dirigent le destin des Palestiniens? Les notres sont pourchasses en Israel, certains sont plus derriere les barreaux qu'en liberte. Les autres sont elus en AP. Et lorsqu'ils ne sont plus assez extremistes, lorsqu'ils comprennent que la paix sera avant tout benefique a leur peuple, ils sont assassines, a Bruxelles ou au Caire, comme a Aman.
    Tu proposes quoi, des negociations avec des hommes qui ne representent presque rien? En quoi cela aidera, meme si nous arrivions a un accord? Comment avec le 'Hamas peut-on en venir a la diplomatie? Ouvres les yeux! La crise des negociations ne peut etre responsable de la recrudescence des attaques du 'Hamas. Partout le monde musulman brule. C'est l'enfer, pas le printemps. Le tout sans que personne ne le condamne vraiment, meme du bout des levres. En Irak, en Syrie, en Afghanistan, pour ne citer que les endroits les plus sanglants.
    Citer la crise des negociations permet de considerer des terroristes comme des combattants (ces gens qui ne veulent que tuer pour, par la peur, obtenir un gain politique).
    Le Hamas ne peut devenir un parti "normal". Sa raison d'etre est la destruction d'Israel. Quel qu'en soit le prix. Des deux cotes de la frontiere. Je te rappelle que le Hamas est partie prenante dans le gouvernement de l'AP. En te lisant l'echec des negociations ne serait jamais a impute qu'a un cote. La balance des responsabilites ne serait pas autre? Y crois-tu vraiment?