Politique israélienne.

Demain, peut être. Ou pas

Jeudi 5 mai 2011 par O.W.

D’une part, les sondages ne reflètent l’état de l’opinion qu’à un moment donné. De l’autre, les prochaines législatives israéliennes ne sont prévues qu’en 2013.  Par ailleurs, rares sont ceux qui pensent que l’actuelle coalition tiendra jusque là. Et donc...

Qui s'installera sur les sièges de la prochaine Knesset ?

A quoi ressemblerait  la 19ème  Knesset si les élections avaient dans les mois qui viennent ? Curieusement, selon un sondage publié voici peu par le Yediot Aharonot*, cela dépendrait beaucoup... du parti travailliste, pourtant réduit en ce moment à 9 députés sur les 120 du Parlement.

Mais, selon le chef qu’il se donnera le 12 septembre prochain, il pourrait (ou non) tailler des croupières tant à Kadima qu’au Likoud. Quatre candidats sont en effet en lice : Amir Peretz, Itshak Herzog, Shelly Yachimovitz et Amram Mitzna.

Si Peretz est réélu président, le parti tombe à 7 députés. Si c’est Herzog qui gagne, il reste à 9. Avec Yachimovitz, il monte à 10. Et avec Mitzna... il bondit à 17 ! Premier enseignement : dans tous les cas de figure, l’annonce de la mort du parti des fondateurs de l’Etat juif  était quelque peu prématurée.

En supposant que l’Avoda choisisse Mitzna, les 120 députés du Parlement israélien se répartiraient donc comme ceci : avec 25 députés (-3),Kadima resterait le premier parti du pays, suivi par le Likoud à  24 (-3).

Viendrait ensuite Israël Beteinou,  le parti d’Avigdor Lieberman avec 16  députés (+1). L’extrême droite resterait stable avec l’Ihoud Leoumià 4 et «Foyer juif »  à 3. (Ces deux partis envisagent de fusionner).

Côté religieux, le Shass tomberait à 9 (-2) et le « Judaïsme de la Tora »  monterait à 6 (+1). A gauche, outre donc  les Travaillistes à 17 (+ 8), le Meretz grimperait à 5 députés (+ 2). « Indépendance », le nouveau parti de l’actuel ministre de la Défense, Ehud Barak n’aurait aucun représentant.

Et enfin, il y a les partis arabes : (« Liste arabe unifiée », Hadash et Balad) qui gagneraient 3 députés pour passer à 11. Mais ils sont hors jeu puisque les autres partis – à tort ou à raison- ne veulent pas s’allier avec eux.

Le Likoud, fléau de la balance

L’actuelle coalition serait donc désavouée puisqu’elle tomberait à 58 députés (-8). A partir de là, deux scénarii sont possibles et c’est le Likoud qui déciderait de quel côté la balance pencherait.

Il pourrait choisir de reconduire les restes de la coalition actuelle : Likoud, Israël Beteinou, Shass et « Judaïsme unifié » en y ajoutant  l’Ihoud Leoumiet/ ou  «Foyer juif ». Ce qui signifierait, outre le chantage financier habituel des religieux, un gouvernement  totalement inféodé à l’extrême droite.

Ou il pourrait décider d’une coalition  Kadima-Likoud-Travaillistes. Avec 66 députés, celle-ci aurait l’avantage de se passer des religieux et de pouvoir pratiquer une politique étrangère plus réaliste.

Soucis pour le Likoud: Tsippi Livni, la chef de Kadima, premier parti de la coalition réclamerait sans doute le poste de premier Ministre. D’autre part, la majorité du parti est beaucoup plus faucon que colombe...

Reste que tout cela relève pour l’heure d’un jeu de l’esprit. Un nouveau parti mené par un nouveau leader peut surgir et brouiller les cartes. Des partis existants pourraient s’effondrer car leur chef est mis en accusation par la justice (Avigdor ? J’ai dit Avigdor, moi ?) .

Sans parler d’une détérioration brutale de la situation aux frontières. Ou, pour nos lecteurs croyants, l’arrivée du Messie, ce qui résoudrait nombre de petits embarras.  En vérité, on vous le dit, rien n’est encore joué.

 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Daniel Donner - 5/05/2011 - 20:58

    Selon les sondages des precedentes elections, Shimon Peres etait donne gagnant a chaque fois.
    Oups, il n'a jamais gagne aucune election.

    PS: Les sondages ca sert a quoi en Israel? A alimenter les journaux vides?
    PS2: Apres cette lecture, nous n'en savons pas plus des differences entre Amir Peretz, Its'hak Herzog, Shelly Yechimovitz et Amram Mitzna. Au fait, le premier et le dernier ont deja ete candidat au poste et ont gagne les elections internes avant de perdre les nationales. Yechimovicz a l'avantage de parler de social sans faire de "bourdes" sur le national. Mitzna a celui d'avoir gere (avec succes) une petite ville perdue du sud du pays (Yerou'ham) depuis sa perte aux elections (et le vote de Haifa son ancien fief lui est accorde). Herzog vient de presque se discrediter sur une histoire sepharades-ashkenazes. Quant a l'ancien leader de la Histadrout, les sondages montrent sa popularite... Comme les sondages penchent toujours a gauche par rapport a la realite qui suit, il a peu de chance de gagner.