Covid-19

Campagne de vaccination inédite et passeport vert

Lundi 4 janvier 2021 par Nicolas Zomersztajn

Deux millions de personnes auront reçu la double injection du vaccin contre le nouveau coronavirus d'ici fin janvier en Israël. La faculté d’adaptation aux situations d’urgence des Israéliens explique en grande partie le succès de cette campagne de vaccination.

 

La campagne de vaccination nationale a été lancée le 19 décembre à cadence forcée. Selon le directeur général du ministère de la Santé, Hezi Levi, environ un cinquième des neuf millions d'habitants d'Israël -en commençant par le personnel soignant et les plus de 60 ans-, auraient reçu leur double injection d'ici fin janvier. « Nous devrions ainsi avoir inoculé deux millions de résidents », a-t-il précisé sur la radio publique Kan.

Israël va réduire le rythme de cette campagne pour gérer les stocks de vaccins et assurer l'injection à trois semaines d'intervalles des deux doses distinctes auprès de la population concernée, a expliqué dimanche M. Levi.

Vendredi, un million de personnes avaient reçu leur première injection, selon le bureau du Premier ministre.

Selon le programme exposé initialement, le gouvernement israélien espérait une sortie de crise début mars, juste avant les nouvelles législatives le 23 mars.

En attendant, confronté à une reprise du nombre d'infections, il a décrété le 27 décembre un nouveau confinement quasi généralisé d'au moins deux semaines. Plus de 435.800 personnes ont été contaminées par le virus en Israël, selon le dernier bilan communiqué par le ministre de la Santé dimanche, et 3.400 sont décédées.

Passeport vert

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein a également présenté ce lundi à la Commission des lois de la Knesset les bases du « passeport vert » qui sera attribué à tous les Israéliens ayant reçu les deux doses du vaccin contre le coronavirus.

« Le passeport vert est aussi notre façon d'encourager de plus en plus de gens à se faire vacciner et à juste titre. Les personnes vaccinées ne sont pas dangereuses », a déclaré le ministre de la Santé.

Le document sera disponible pour les personnes vaccinées une semaine après l'administration de la seconde dose de vaccin, via l'application du ministère de la Santé et sur son site Internet.

Ce certificat permettra à toute personne qui le détient d'éviter notamment une mise en quarantaine après un contact avec un patient testé positif, ou après un retour de l'étranger.

Les personnes en possession du passeport vert seront également exemptées de test de dépistage. Pour l'heure, il est toutefois difficile de déterminer si le précieux document sera reconnu au niveau international.

Faculté d’improvisation et indiscipline israéliennes

Comment expliquer le succès de cette campagne de vaccination alors que la plupart des pays européens, dont la Belgique, prévoient de réaliser en plusieurs mois ce qu’Israël a déjà accompli en plus de deux semaines ? « Dès l’été 2020, alors que les en étaient encore au stade expérimental, Israël a signé des contrats d’achat avec différentes entreprises pharmaceutiques en pariant sur leur succès et en payant le prix fort. Israël a donc reçu très tôt ses commandes de vaccin », explique Emmanuel Nahshon, ambassadeur d’Israël à Bruxelles.

Mais il y a aussi des facteurs israéliens qui expliquent cette efficacité. « Comme le système de santé publique est efficace, la campagne de vaccination se déroule bien. Environ 150.000 personnes sont vaccinées quotidiennement », précise Emmanuel Nahshon. « Le manque de planification et l’indiscipline des Israéliens ont été des facteurs positifs. Cela nous a permis de mettre en avant notre faculté d’improvisation et d’adaptation aux contraintes du moment. Ce qui signifie que dès que nous avons appris que les vaccins sont en Israël, tout le système s’est mis en ordre de marche pour que cela avance vite. Ainsi, il y a des centres où les vaccins sont administrés 24h sur 24h. Et chaque personne vaccinée reçoit ensuite un sms pour une convocation pour la deuxième dose ».

La question que tout le monde se pose : Est-ce un modèle exportable ? « C’est évidemment possible de faire comme Israël. Mais cela nécessite une faculté d’adaptation aux situations d’urgence que les Israéliens ont développé depuis longtemps », estime Emmanuel Nahshon. Il est donc peu probable que la Belgique s’engage dans la voie israélienne. Le porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus en Belgique, le professeur Yves Van Laethem a d’ailleurs réagi en expliquant que le système belge ne peut pas reproduire ce que fait Israël, « un des rares Etats démocratiques qui peut se permettre de vacciner à un tel rythme ».


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Daniel donner - 5/01/2021 - 5:35

    D apres cet article le merite d avoir commande tot des vaccins serait du a "israel". Encore une facon de ne pas le nommer. Natanyahou ne serait donc pas que negatif?

  • Par Amos Zot - 5/01/2021 - 13:38

    En résumé, les politiciens qui ne savent pas comment résoudre un problème simple chez eux disent à Israël comment il faut faire pour résoudre un problème complexe. Très bon article si ce n'est l'ommission de mentionner le nom de Netanyahu à savoir le Premier Ministre du gouvernement qui est parvenu à réaliser le record mondial de vaccinations proportionnellement à sa population.