La Haine, je dis non !

L'éducation à la citoyenneté face au Covid-19

Mercredi 21 octobre 2020 par La Haine je dis non
Publié dans Regards N°1068

En dépit des difficultés liées au Covid-19, « La haine, je dis non ! », le programme d’éducation à la citoyenneté du CCLJ poursuit ses activités dans les écoles en s’adaptant aux aléas de la situation sanitaire. Voici ce qu'elle proposera cette année scolaire 2020-2021.

L'équipe de La haine, je dis non !

Le 20 février dernier, le Centre d’Education à la Citoyenneté du CCLJ en charge du programme « La haine, je dis NON ! » organisait le vernissage de notre nouvelle exposition « Garder les yeux ouverts. Mémoire de la Shoah » à l’Athénée Royal Leonardo da Vinci. Cette exposition retrace l’exemplarité d’un travail de mémoire de la Shoah mené par une classe de primo-arrivants de l’Athénée en 2018 et présente également trois panneaux consacrés à l’histoire du Mémorial National aux Martyrs Juifs de Belgique et à son devenir. Cette réalisation s’inscrivait dans une vaste programmation que nous coordonnions autour des 50 ans du Mémorial.

Quelques jours après cet événement, la Belgique entrait en confinement. Nous avons dû stopper net nos activités dans les écoles et avons rapidement compris qu’il nous serait impossible de retrouver les élèves avant la fin de l’année académique. Cette mise au vert forcée nous a permis de finaliser certains de nos outils pédagogiques, en particulier le catalogue bilingue de notre exposition. Nous avons mis cette période particulière à profit pour interroger notre méthode de travail, développer de nouveaux outils pédagogiques et programmes. Le déconfinement progressif nous a autorisés à retrouver le public du monde associatif qui bénéficie de plus de souplesse côté mesures sanitaires.

A l’heure de cette rentrée scolaire en partie masquée, nous restons optimistes et avons élaboré une programmation qui tente de prendre en compte l’incertitude à laquelle nous sommes tous confrontés, en optant pour plus d’adaptabilité en particulier via les médias numériques. Dès la fin septembre, « La haine, je dis NON ! » lancera sa page Facebook qui permettra à nos publics (professeurs, animateurs, élèves, jeunes d’être informés hebdomadairement de nos activités et qui relaiera les innovations en matière d’éducation à la citoyenneté, de vivre ensemble (avec ou sans Covid !), d’enseignement de l’histoire et de transmission de la mémoire.

Nous avons créé un nouveau programme « vivre ensemble » pour les élèves du 3e cycle de l’enseignement primaire. Dès octobre 2020, nous inviterons les élèves à s’enrichir de leurs différences, à questionner la notion d’identité(s) et à refuser la haine. Notre fil rouge sera l’histoire de Sophie Rechtman-Granos, enfant cachée à Bruxelles sous l’Occupation. En pratique, sur 8 mois de travail, nous prévoyons 4 animations en classe, une rencontre au CCLJ et -c’est une nouveauté - 3 activités en ligne. Celles-ci seront accessibles aux élèves et à leurs professeurs sur une page de notre site internet qui leur est spécialement réservée.

Carte interactive de Cureghem

Un de nos nouveaux outils numériques consiste en une carte interactive de Cureghem (Anderlecht). Elle permettra aux élèves de partir à la découverte de ce quartier d’immigration. Ils pourront cliquer sur des lieux liés au passé juif du quartier, aux souvenirs de Sophie Rechtman-Granos, à des faits de Résistance et à la mémoire de la Shoah.

Pour chacun de ces lieux, ils visionneront un court reportage vidéo guidé par notre équipe et feront quelques belles rencontres : Daniel Rabinovitsj, leur ouvre les portes de la synagogue d’Anderlecht ; Luc Kreisman, celles de son ancien atelier de maroquinerie; Agnès Graceffa et Jean-Jacques Bouchez, celles des collections du Musée de la Résistance. Adolphe Nysenholc, le président de l’association L’enfant caché, évoque son histoire personnelle devant les pavés de Mémoire aux noms de ses parents et celle du sauvetage des fillettes du Couvent du Très-Saint-Sauveur. Hazem Yabroudi, médiateur culturel à la commune d’Anderlecht, leur parle des nouvelles réalités migratoires du quartier. Un représentant du Comité Yom HaShoah rappelle l’histoire et l’importance du Mémorial National aux Martyrs Juifs de Belgique. Chloé Van Lancker et Veronica Fernandez, enseignantes à l’Athénée Royal Leonardo da Vinci, école voisine du Mémorial, reviennent sur le travail de mémoire de la Shoah mené par leurs élèves et sur la transmission de cette histoire auprès des jeunes. Enfin, des informations et explications supplémentaires sur base de documents d’époque leur seront communiqués. Cet outil sera bientôt accessible à tous sur notre site internet.

L’accueil des élèves de l’enseignement secondaire au CCLJ pour une journée consacrée à l’histoire et la mémoire d’un des crimes de génocide du 20e siècle reprendra en 2021. Nous organiserons trois journées qui proposent, outre un film et un témoignage ou une rencontre, des ateliers d’éducation à la citoyenneté visant à ouvrir des portes aux élèves leur permettant de mieux appréhender notre monde et les encourager à s’y inscrire en tant que citoyen. Nos « Journées Mémoire » (visites du Musée Kazerne Dossin et du Fort de Breendonk) sont d’ores et déjà complètes et se dérouleront en mai 2021.

Nous en profitons pour remercier les professeurs qui tous nous disent leur rentrée compliquée mais expriment leur hâte à nous retrouver pour, comme l’écrit l’un d’entre eux : « (…) poursuivre vos activités, qui, je ne cesserai de le dire, non seulement enthousiasment nos élèves mais surtout leur ouvrent les yeux sur certaines réalités et les rendent plus matures ». Notons que nous voilà enrichis d’une nouvelle offre pédagogique grâce au travail d’Alejo Steimberg sur un sujet qui nous préoccupe tous : les théories du complot.

Enfin, la lutte contre l’antisémitisme reste notre préoccupation majeure. « Plumes de fiel. Images de haine. Esquisse d’une collection insolite », exposition au CCLJ présentant quelques pièces de la collection Arthur Langerman d’images antisémites, nous donne l’opportunité de proposer, couplé à la visite de l’exposition, un atelier aux élèves de l’enseignement secondaire supérieur. Cet atelier sera prochainement accessible en ligne aux professeurs afin de les aider à déconstruire les stéréotypes antisémites qui s’expriment parfois dans leurs classes. En 2021, nous réaliserons une adaptation pédagogique de cette exposition et lui donnerons une forme itinérante afin que toutes les écoles et associations de la Fédération Wallonie-Bruxelles puissent l’accueillir.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/