Communiqués

    • Le CCLJ se retire du MRAX

      Jeudi 18 mai 2017
      Communiqué

      Le Centre communautaire laïc juif David Susskind (CCLJ) a décidé de se retirer du conseil d’administration (CA) du Mouvement contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Xénophobie (MRAX). Le CCLJ avait rejoint le CA dans le cadre d’un projet d’ouverture à des organisations partageant les valeurs de l’association.

    • Le CCLJ condamne l'adoption de la loi légalisant les colonies sauvages de Cisjordanie

      Vendredi 10 Février 2017
      Communiqué

      Le Centre communautaire laïc juif - David Susskind (CCLJ) condamne vigoureusement l’adoption, lundi 6 février 2017, par la Knesset du projet de loi permettant à Israël d'exproprier, contre compensation, les propriétaires palestiniens de terrains privés situés en Cisjordanie occupée. Plusieurs centaines d’hectares sur lesquels des colons israéliens ont construit des implantations sans autorisation officielle.

    • Le CCLJ condamne le décret anti-immigration du Président Trump

      Vendredi 3 Février 2017
      Communiqué

      Le Centre communautaire laïc juif David Susskind (CCLJ) condamne le décret adopté par le Président américain Donald Trump fermant les frontières des Etats-Unis aux réfugiés et suspendant l’entrée sur le territoire américain des ressortissants de sept pays musulmans (Iran, Irak, Libye, Somalie, Soudan, Syrie, Yémen) pendant quatre mois.

    • L’enfermement d'enfants en centres fermés est indigne d'un Etat de droit

      Jeudi 1 décembre 2016
      Communiqué du CCLJ

      C’est avec consternation que le Centre communautaire laïc juif David Susskind (CCLJ) a appris que Théo Francken (N-VA), le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, envisage dans sa note de politique générale la détention en centres fermés d’enfants et de familles avec enfants ayant fait l’objet d’une mesure d’expulsion du territoire.Le CCLJ condamne cette mesure indigne d’un Etat de droit démocratique. Des innocents, et à plus forte raison lorsqu’ils sont mineurs, n’ont pas leur place dans un centre de détention.

Pages