Extrême droite

Quand un oligarque juif « cashérise » Marine Le Pen

Lundi 13 juillet 2015 par Ouri Wesoly

Fort de l’autorité que lui confère la vice-Présidence d’un organisme dénué d’existence réelle, l’oligarque ukrainien Vadim Rabinovich a décidé que, tout compte fait, la Présidente du Front National était « bonne pour les Juifs »

Marine saluant son nouvel ami Vadim (Naan, on plaisante)

Pour Marine Le Pen, cela a été comme un coin de ciel bleu entre deux orages. Attaquée par son père, en délicatesse avec le fisc à propos des comptes de son micro-parti, la Cheffe du Front National a marqué un point majeur dans sa lutte pour « dédiaboliser » son parti.

C’est par un modeste tweet en date du 8 juillet : « Je participe, avec des élus du groupe ENL* à une réunion avec la délégation du Parlement juif européen » qu’elle a annoncé ce succès d’importance : le FN est désormais « cachère » pour la communauté juive de France.   

Croit-elle vraiment cela ? Marine Le Pen ignore-t-elle qu’elle n’a eu affaire qu’à un groupuscule de la droite dure juive, dénué de toute représentativité et qui ne (sur)vit que grâce aux dollars de deux oligarques ukrainiens, Igor Kolomoïsky et Vadim Rabinovich ?

C’est très improbable : certes, la quasi-totalité des non-Juifs (et nombre de Juifs) ignorent jusqu’à l’existence de ce pseudo « Parlement ». Et ceux qui le connaissent doivent avoir du mal à le distinguer, par exemple, du « Congrès juif mondial », une institution sérieuse, elle.

Ce qui est précisément le but recherché par les oligarques en adoptant ce nom ronflant de « Parlement juif européen » (PJE) et en installant ses locaux près de ceux du Parlement européen  à Bruxelles comme à Strasbourg…

Mais, à son niveau de responsabilités, guettée comme elle l’est par ses adversaires, la présidente du 3ème parti politique de France ne peut se payer le luxe de rencontrer n’importe qui, surtout dans le contexte délicat de ses relations avec les Juifs.

Si donc elle a accepté, c’est en connaissance de cause et parce qu’elle y trouvait son intérêt : dorénavant, elle a de quoi renvoyer sèchement dans les cordes quiconque l’accusera encore d’antisémitisme : « Antisémite, moi ? Tel n’est pas l’avis du Parlement juif européen »

Et comme les médias sont toujours dans l’urgence, il est douteux qu’ils laissent à son interlocuteur le temps d’une laborieuse intervention pour préciser que, non ce n’est pas un Parlement, non, ses membres n’ont pas été élus, non, ils ne représentent pas les Juifs….

Qui plus est, copiner avec Vadim Rabinovitch (et donc aussi avec I. Kolomoïsky) n’est pas non plus sans intérêt : même si leur étoile a pâli là bas, les deux hommes restent des puissances financières et politiques en Ukraine.

Et, de son côté, Vadim Rabinovitch sait-il à qui il a affaire ? Peut-il ignorer qu’une bonne partie du FN n’a renoncé à la « ligne » de J.-M. Le Pen : antisémitisme, révisionnisme, pétainisme, etc. uniquement dans l’espoir de parvenir au pouvoir ?

Le PJE, un « Machin » créé de toutes pièces

Ignore-t-il que dans l’ENL se trouve, entre autres partis extrémistes, le FPÖ autrichien, proche des néo-nazis, négationniste et raciste ? Bien entendu qu’il est au courant, lui aussi. Et qu’il s’en fiche, lui aussi.

Car il considère très probablement qu’il s’agit d’une rencontre « gagnant-gagnant » : grâce à Marine Le Pen, son gadget, le PJE, connaîtra une médiatisation inespérée à chaque fois qu’elle l’utilisera comme « caution » de son philosémitisme.

Mais pourquoi maintenant ? Après tout, c’est  en 2011 que Rabinovitch et Kolomoïsky ont créé de toutes pièces ce « Parlement Juif européen » et, après un pseudo processus électoral*** désigné les 120 membres qui le composent, tous, par pur hasard, tenants comme eux de la droite dure israélienne.

Mais, à peine créé, le  « Machin »  était tombé en catalepsie.  Peut-être parce que les deux oligarques ont décidé de faire plutôt carrière dans leur pays ?  En mai 2014, Vadim Rabinovich a posé sa candidature aux présidentielles ukrainiennes. Et perdu.

De son côté, I. Kolomoïsky a été nommé gouverneur de la région de Dniepropetrovsk avant d’en être récemment limogé dans le cadre d’un plan de lutte contre la corruption. Alors, pourquoi ne pas tenter à nouveau de conquérir les organisations juives européennes ?

N’est-ce pas de la sorte qu’ils ont pris la direction de leur communauté ? Après avoir essayé en vain de s’emparer de la  « Fédération  des Organisations juives d’Ukraine », ils ont lancé à coup de millions de dollars, un organisme concurrent : le « Congrès juif ukrainien ».

Alors, pourquoi ne pas réactiver le Parlement juif qui a été inventé précisément dans le même but : concurrencer puis remplacer le Congrès juif européen et toutes ces organisations « trop molles » et dirigées par  des « leaders qui ne pensent qu’à eux-mêmes ».

Traduisez : qui ne soutiennent pas totalement l’ultra droite israélienne et ne combattent pas avec assez de virulence l’antisémitisme. S’entendre avec Marine Le Pen pour lutter contre le musulman, cet ennemi commun  du FN, des Juifs et d’Israël entre bien dans cette démarche.

D’autant que, selon Rabinovich, elle « a confirmé que l’antisémitisme n’a pas sa place au Front National » et qu’elle « n’acceptera pas au sein du FN des membres qui ont des opinions antisémites ou qui soutiennent le boycott contre Israël. ».

Devant des propos aussi clairs, que pèsent les états d’âme de l’un ou l’autre « mou» ou même de ces deux députés du Parlement juif européen qui ont démissionné après la rencontre avec la présidente du FN ?

Car il s’est tout de même trouvé deux des marionnettes de Vadim Rabinovitch pour se révolter contre lui. Deux Français, Jean-Marc Moskowicz, président de l’organisation Europe-Israël et le rabbin Levi Matusof qui ont compris, eux, à quel point la rencontre serait mal prise :

«Il n’appartient pas au PJE de s’ingérer entre les partis politiques français et la communauté juive de France » a lancé le premier. « C’est une démarche opportuniste et inappropriée » a complété le second. Par contre, on attend encore la réaction de l'homologue de V.Rabinovitch, l'autre vice-Président du PJE, Joël Rubinfeld, ancien dirirgeant du CCOJB et actuel dirirgeant de la "Ligue belge contre l'antisémitisme.

Pourtant, cela intéresse certainement la communauté de connaître sa position sur ce rapprochement de son parlement et Marine Le Pen. Son silence est-il dû aux vacances parlementaires ou vaut-il approbation ?  

 

*ENL : Europe des Nations et des Libertés. Nom du groupe que Marine Le Pen est parvenue à fonder et à présider au Parlement européen.

**http://www.cclj.be/actu/politique-societe/grande-guerre-oligarques

***Les noms des candidats étaient inconnus, il n’existait pas de listes électorales et le vote s’est fait par internet, sans le moindre contrôle. Moyennant quoi, « 400.000 votants issus de 47 pays européens »  auraient participés au vote…

 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par pierre - 14/07/2015 - 16:12

    Vous êtes mal placé pour donner des leçons de démocratie puisque en Belgique la communauté juive n'a jamais pu élire librement ses représentants.

    C'est une bande d'autoproclamés qui pensent représenter la communauté mais qui ne la représentent nullement puisque non élus.

    Si ce que j'écris est erroné merci de m'indiquer la date des dernières élections ayant permis de nommer nos représentants et surtout ne me parlez pas du CCOJB qui ne représente que quelques institutions et certainement pas la base juive de la communauté juive de Belgique.

    Evidemment comme il n'y en a pas eu je suppose ne pas recevoir de réponse de votre part.

  • Par ezekiel - 14/07/2015 - 22:37

    Monsieur Ouri

    Savez vous faire autre chose que de prendre systématiquement à partie Mr Rubinfeld et faire des sous entendus désobligeants ? J'en doute de plus en plus.

    Mr Rubinfeld a aussi droit à prendre des vacances (il est actuellement à Versailles) surtout après avoir tellement travaillé à lutter contre l'augmentation de l'antisémitisme en Belgique.

    Lui au moins, avec ses collègues de la Ligue belge contre l'antisémitisme, agit contrairement à ceux qui sont censés nous défendre mais qui ne font rien ou pas grand chose d'utile. Je parle des barons du CCOJB et du Forum.

    Enfin relisez vous avant de publier cela permettra d'éviter des fautes de français.

  • Par ilan - 15/07/2015 - 18:49

    Monsieur le Rédacteur,

    Pour quelle raison utilisez-vous des mots comme "cachériser" ?
    Qui êtes vous pour décider que les propos du président du PJE constituent une cachérisation de la politique de Madame Le Pen.

    Le CCLJ n'est certainement pas expert en la matière puisque vous ne respectez même pas le jour de Kippour pendant lequel votre institution est ouverte.

    Merci de m'informer aussi de ce que signifie la lettre "J" de votre raison sociale si même Kippour n'est pas respecté.

    Salutations,

    Ilan

  • Par owesoly - 15/07/2015 - 20:20

    Toujours la même vieille tactique : quand on est incapable de répondre sur le fond, on fait diversion: pour l'un, c'est le manque de démocratie en Belgique.
    Pour l'autre, on est trop méchant avec ce pauvre J. Rubinfeld qui a bien le droit d'être en vacances
    Quant au 3ème, il nous impose silence parce que le CCLJ ne respecte pas Yom Kippour

    Le grand n'importe quoi parce qu'aucun des trois ne semble en mesure de défendre cet oligarque juif qui sympathise avec les dirigeants de partis d'extrême droite au racisme plus ou moins visible

  • Par OrianeBorja - 26/07/2015 - 14:17

    Très bien vu.J'avais été contactée, en tant que proche de Marine et élévée dans la religion juive, par les lobbies russo israéliens d'extrême-droite.Après qu'ils m'aient brossée, ils en sont vite venus à leur projet "d'aider Marine à foutre tous les bougnoules à la mer".Je les ai envoyées bouler comme il se devait, je ne mange pas de ce pain-là et ai une conscience politique plutôt fine par rapport avec une Marine que j'ai cotoyée pendant vingt ans et qui est complètement larguée dès qu'il s'agit de réfléchir en dehors des clous de propagande auxquels elle est habituée.Elle plonge tête baissée dès lors qu'elle croit percevoir une stratégie de haute volée dans une couche de vernis de lobbies clinquants.Ces lobbies d'extrême-droite m'avait d'ailleurs violemment insultée après coup (ils ont une certaine éducation, à défaut d'avoir une éducation certaine) et m'avaient en gros promis la mort, selon une logique maffieuse d'extrême-droite assez reconnaissable.Pas de bol, après moultes tentatives d'assassinats politiques, je résiste toujours et mets à jour toujours plus, tous les réseaux auxquels ils sont affiliés.Dans le sillage des partisans d'Eurabia et des réseaux libertariens auxquels ils sont affiliés, on voyage très loin vers le dessous des cartes politiques.Il faut bien comprendre que le prétexte religieux est mis en avant mais très anecdotique dans le projet.Le choc des civilsiations n'est qu'un des leviers pour les libertariens et les grands groupes financiers et multimilliardaires qui les soutiennent (familles Mellon Sacaife, Horowitz, Koch, Beigbeder, Malofeev, Cato Institue, Heritage Foundation, American Enterprise Institute, Hoover Foundation, Opus Déi, Contribuables Associés et déclinaisons, Exxon Mobil, etc.).Il s'agit d'offensives libérales de réseaux d'influence pour lesquels l'Ecole de Chicago américaine est encore trop étatiste à leur goût plus "autichiens".

  • Par Max - 27/07/2015 - 7:39

    Contrairement a vos affirmations calomnieuses,le FPO autrichien n'est PAS un parti neo-nazi; si tel devait etre le cas comment expliquez-vous que ce parti dirige les regions autrichiennes du Burgerland, de la Styrie et de la Haute-Autriche en compagnie des sociaux-chretiens de socialistes et dans cette derniere region des verts???

    VOIR;Parties ans Elections;regions d'Autiche.

    J'attend vos explications eclairees!