Culture/Livres

Notre sélection Jeunesse

Mardi 2 décembre 2014 par Michèle Baczynsky
Publié dans Regards n°810

Comme chaque année, à l’occasion de Hanoucca et des fêtes de fin d’année, Regards vous propose une sélection de livres jeunesse, ados, et autres BD, souvent bien instructives.

 

David Grossman, Les aventures d’Itamar, 6 histoires à lire le soir, traduction d’Emmanuel Moses, éditions du Seuil/Jeunesse, A partir de 8 ans

Comme Itamar, toute une génération d’enfants israéliens s’est promenée sur les murs. Ils sont rentrés dans les tableaux et sont partis à la chasse aux rêves avec lui. Ils ont aussi beaucoup ri, surtout des peurs d’Itamar : « Itamar a peur des lapins, hahahaha », un stratagème très habile que Grossman utilise à bon escient pour les détourner de leurs propres peurs en dédiabolisant l’objet même de cette peur, l’inconnu. Voici enfin réunis les six récits inséparables d’Itamar, construits à la façon d’un livre d’aventures.

Les crayons et surtout le talent de Charlotte des Ligneris ont su traduire en images la tendresse, la fantaisie, l’humour, le regard clairvoyant, les couleurs primaires de l’univers de Grossman. L’illustratrice française a dessiné Itamar et son père sous les traits de l’auteur et de son fils Ouri, deux personnages à la chevelure rousse flamboyante. Un joli clin d’œil. 

Loïc Dauvillier (écriture) / Marc Lizano (illustration), L’enfant cachée,  éditions du Lombard, A partir de 9 ans

Une grand-mère raconte à sa petite-fille son expérience d’enfant cachée pendant la guerre en faisant revivre la petite fille qu’elle était, ses humiliations, l’arrestation de ses parents, son passage dans la clandestinité, l’héroïsme de ces Justes qui l’ont cachée, ses voisins de palier.

Tout est dit et dessiné avec justesse, avec une émotion à hauteur d’enfant. Ces aller-retour entre le présent et le passé amèneront les enfants à regarder différemment leurs grands-parents et déjà arrière-grands-parents. Le temps avance, mais l’Histoire ne recule pas si l’on peut en tirer une leçon : sensibiliser les enfants à toute forme de discrimination. Un livre très précieux à partager entre toutes les générations.

Harlan Coben, A quelques secondes près, traduit par Cécile Arnaud, éditions Pocket jeunesse, Ados

Mickey Bolitar et ses amis d’école Emma et Spoon, tous aussi déjantés que lui, se retrouvent mêlés à une affaire de meurtre impliquant leur amie Rachel. Mickey, dont le père est mort dans de curieuses conditions, mène son enquête et se retrouve bien malgré lui sur les traces du  « boucher de Lodz ». Mickey va devoir élucider ces deux affaires de front.

Harlan Coben, l’un des maîtres incontestés du polar américain, tire ici un portrait d’adolescents très réussi, avec leurs fêlures, leurs secrets, leur double vie, nous entraînant dans une enquête pleine d’intrigues et de rebondissements.

Jérémie Dres, Dispersés dans Babylone, éditions Gallimard, Ados

Voici une BD qui vaut le détour. La passion que nourrit Jérémie Dres pour la culture rasta, la musique reggae combinée avec ses origines juives le conduisent, tel un sourcier, à mener une enquête initiatique à la limite de l’obsession : pourquoi la culture rasta entretient-elle des relations privilégiées avec le judaïsme ? Quelle est sa relation avec l’Ethiopie et l’Empereur Sélassié ? Qui sont les Juifs noirs et les falashas ? Avec son bâton de pèlerin, au sens propre, Jérémie Dres va retrouver, en amont, jusqu’à la source, à New York et Tel-Aviv en passant par Addis Abeba, les traces de ces Juifs noirs et des rastas. Il ira encore et encore leur poser les questions qui le taraudent et qui l’interrogent indirectement sur sa propre identité.


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/