GRAND COLLOQUE - DÉBAT

Vendredi 28 Novembre 2014 à 20:30

Fraternité 2014 : ' Devoir(s)de Mémoire(s) : Enrichissement commun ou concurrence victimaire ? '

Dans le cadre du Parcours Diversité de Saint-Gilles.
" LES RENCONTRES DE LA LAÏCITÉ, L'ÉGALITÉ ET DE LA MIXITÉ " en collaboration avec le R.A.P.P.E.L (Réseau d'Action Pour la Promotion d'un Etat Laïque), le CAL (Centre d'Action Laïque) et le Comité Ni Putes Ni Soumises.

Sont invités à cette conférence:

  • Joël Kotek (Politologue et historien de la Shoah),  
  • David Berliner (Anthropologue et Professeur à l'ULB)
  • Jérôme Jamin (Licencié en philosophie et Chargé de cours au Département de Science politique de la Faculté de Droit à l'Université de Liège),
  • Philippe Mesnard (professeur des Universités en littérature générale et comparée à l'Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand et directeur de la Fondation Auschwitz de Bruxelles)
  • Modératrice : Ina Van Looy (Directrice du Centre d'Education à la Citoyenneté - CCLJ

De tous temps, les sociétés organisées se sont créées une mémoire collective. Cela a permis d'en exploiter les enseignements et de créer l'histoire d'une civilisation, c'est d'elle aussi que la philosophie s'est développée, que les bases de l'éducation et l'enseignement se sont instituées. Aujourd'hui, l'Europe, par exemple, est l'aboutissement de réflexions issues des erreurs du passé et de la volonté d'en "corriger" les défauts. Mais aujourd'hui, la mémoire collective cède peu à peu la place à "des" mémoires collectives, chacune revendiquée par des groupes humains désireux  d'y ajouter la leur ou, parfois, de substituer l'une au profit de l'autre. Ce bouleversement repose pourtant sur une confusion quant au sens précis de l'importance d'une mémoire collective. Que signifie la notion de "mémoire collective " ? Pourquoi une telle mémoire est-elle si importante ? La mémoire collective peut-elle être revisitée sans cesse ? Que cache cette volonté de la remettre en question en permanence ? De quoi la concurrence victimaire est-elle le nom ? Les questions sont très nombreuses et le sujet brûlant d'actualité. A l'ère de l'internet souvent comme seule source d'information, le recul nécessaire à la réflexion historique, philosophique et sociétale à de plus en plus de mal à trouver sa place, au milieu de la surcommunication exercée par les réseaux sociaux.

 

En savoir plus

  • La mémoire de la Shoah, pour quoi faire ?

    La mémoire de la Shoah a permis aux Juifs de se reconstruire et de structurer leur identité. Mais aujourd’hui, quelle fonction remplit-elle et comment faut-il la décliner face aux autres crimes de masse ? Georges Bensoussan, historien et responsable éditorial du Mémorial de la Shoah (Paris), et Philippe Mesnard, directeur scientifique de la Fondation Auschwitz (Bruxelles), tentent de répondre à ces questions.

Informations

Où : Centre Culturel Jacques Franck - Chaussée de Waterloo, 94 à 1060 Bruxelles

Quand : Vendredi 28 Novembre 2014 à 20:30

Contact : 02/543.02.70 ou [email protected] RÉSERVATION OBLIGATOIRE !