Culture/Expo

Vivian Maier : La découverte d'une photographe

Mardi 3 juin 2014 par Roland Baumann
Publié dans Regards n°800

L’abbaye Saint-Pierre à Gand expose cet été une sélection d’œuvres de Vivian Maier (1926-2009), photographe de rue américain hors-norme à la biographie énigmatique et dont le talent prodigieux est aussi le sujet d’un film documentaire.

Chicago, fin 2007, John Maloof, jeune agent immobilier, passionné d’histoire locale et de brocantes, achète par hasard un important lot de négatifs et de films non développés lors d’une vente publique. Maloof y cherche en vain des photos d’un quartier de Chicago sur lequel il prépare un livre, mais en examinant les négatifs, puis lorsqu’il développe les pellicules, le jeune homme réalise vite la valeur esthétique de sa trouvaille et part à la recherche des acheteurs d’autres lots, accumulant ainsi rapidement un important patrimoine photographique. Ce n’est qu’en 2009 qu’il apprend, lors d’une recherche sur Internet, que l’auteure de l’imposante masse de négatifs et de films rassemblée, Vivian Maier, vient de décéder. Les trois frères Gensburg, dont Vivian fut la « gouvernante » de 1956 à 1972 et qui se sont occupés d’elle dans les dernières années de sa vie, sont les auteurs de l’avis nécrologique qui permet enfin à John Maloof de commencer sa recherche sur la photographe, jusqu’alors tout à fait inconnue, et de faire d’elle un grand nom dans l’histoire de la photographie américaine.

La découverte de l’œuvre de Maier fait en effet vite événement sur la scène de la photographie internationale. Début 2011, une exposition au Chicago Cultural Center et la parution d’un livre édité par John Maloof (Vivian Maier : Street Photographer, révélent l’œuvre de Vivian Maier au grand public. Depuis, les expositions se succèdent, tant aux Etats-Unis qu’en Europe.

On compare aujourd’hui le travail photographique de Vivian Maier aux œuvres de grandes photographes américaines, comme Lisette Model, Helen Levitt ou Diane Arbus. Portraits d’enfants, de clochards et de la communauté afro-américaine de Chicago sont au cœur de ses photographies de rues prises à Chicago dans les années 1950 et 1960 et témoignent de sa fascination pour la vie populaire dans les rues de la grande ville. Née à New York, de mère française et de père immigré de l’Empire austro-hongrois, Vivian Maier commence à travailler comme bonne d’enfants à New York, avant de se fixer à Chicago, où elle est employée par la famille Gensburg à Highland Park, quartier du nord de la ville caractérisé par son importante communauté juive. Et le travail photographique de Vivian Maier constitue donc aussi un témoignage sur la vie juive à Chicago, saisie dans son intimité, au quotidien, par la singulière « nanny », folle de photographie !

Lumière sur les laissés pour compte

Les archives de John Maloof comptent aujourd’hui quelque 150.000 négatifs. Un collectionneur d’art de Chicago, Jeffrey Goldstein, acquiert par ailleurs 19.000 négatifs, 1.000 tirages et 30 films à des acheteurs de la vente de 2007. Goldstein et Maloof collaborent dans leurs recherches sur la biographie de Vivian Maier et leur énorme travail d’archivage indispensable contribue à la mise en valeur du patrimoine photographique et à l’inventaire de son œuvre dont ils sont devenus les héritiers et les promoteurs. John Maloof est aussi le co-réalisateur du film A la recherche de Vivian Maier, relatant sa découverte et explorant la biographie de la mystérieuse photographe. Un intéressant film documentaire dans lequel les avis d’experts, tels le photographe Joel Meyerowitz et le galeriste Howard Greenberg, mais aussi les interviews d’anciens « enfants » de la « nounou » contribuent à tirer de l’ombre le parcours d’une grande artiste. Portrait très contrasté et énigmatique d’une « Mary Poppins » passionnée de photographie, qui, armée de son Rolleiflex, n’hésitait pas à emmener « ses enfants » dans les bas quartiers de Chicago dont elle arpentait les rues, à la recherche de sujets intéressants, se présentant elle-même comme « une sorte d’espionne », tout en capturant les visages de tous les laissés pour compte du rêve américain. 

L’exposition de l’Abbaye Saint-Pierre présentera quelque 120 photos, pour la plupart en noir et blanc et une série de courts-métrages 8mm filmés par la singulière « nounou » passionnée d’images.

Signalons aussi au Musée de la photographie à Charleroi, l’exposition d’un ensemble d’images inédites de Bruxelles sous l’occupation allemande réalisées par le photo-reporter belge Jimmy Bourgeois, documentant la vie quotidienne dans notre capitale pendant la Seconde Guerre mondiale.

Exposition : Vivian Maier. De ontdekking van een fotografe, du 27 juin au 17 août 2014, 10-18h (sauf lundi), Sint-Pietersabdij, 9 Sint-Pietersplein, 9000 Gent - www.sintpietersabdijgent.be film : Finding Vivian Maier (2013) de John Maloof et Charlie Siskel, édité en DVD par A-Film (VO angl. sous-titres néerlandais) - www.a-film.nl

Exposition : Jimmy Bourgeois. Bruxelles à l’ombre allemande, du 24 mai au 7 décembre 2014, 10h-18h (sauf lundi), Musée de la photographie, 11 Avenue Paul Pastur, 6032 Charleroi (Mont-sur-Marchienne) - www.museephoto.be


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/