Laïcité

Des accomodements raisonnables ? Que Messieurs les intégristes commencent.

Vendredi 12 juillet 2013 par Ouri Wesoly

Il n’y a pas que les intégristes musulmans pour réclamer des exceptions à la règle commune. Les fondamentalistes juifs aussi. Moins brutalement mais avec des résultats tout aussi désastreux pour leur communauté.

Une même loi pour tous

Aujourd’hui, si vous êtes français, vous connaissez à coup sûr la Seine Saint Denis, au nord de Paris. Le « 93 » est connu pour être le département de banlieue le plus « criminogène » du pays. Chômage, trafic de drogue, agressions émeutes. Et antisémitisme.

Il n’en a toujours été ainsi. Durant plusieurs décennies, le 93 a surtout été connu pour compter une des principales communautés du pays : environ 15.000 familles, essentiellement des  Juifs « pieds noirs » ayant fui après 1962 une Algérie devenue indépendante.

Mais, ces dernières années, avec la montée de l’intégrisme musulman dans ces banlieues défavorisées, l’antisionisme, qui a vite glissé vers l’antisémitisme, a explosé. Et une bonne partie des Juifs –dont la situation financière s’est aussi améliorée- à quitté le département.

En même temps, comme un peu partout, les parents inquiets ont fait quitter l’école publique à leurs enfants au profit d’écoles privées juives dont bon nombre sont ultra-orthodoxes. C’est ici que commence l’histoire.

Fin juin, se déroulent les épreuves pour le « Brevet des Ecoles* » qui  se déroule au niveau national. Raison pour laquelle  une cinquantaine de garçons venant d’une école juive viennent le passer dans un collège du département.

Ils portent tous la kippa, ce qui ne contrevient pas à la loi qui interdit le port de signes religieux (foulards, croix, calottes) dans les écoles : elle n’est pas d’application pendant les examens ou concours.

Ce qui est moins orthodoxe, si l’on ose écrire, c’est qu’ils refusent d’être surveillés par deux  surveillantes pendant les épreuves. Et cela, ça contrevient à  « l’obligation  de se soumettre aux règles d’organisation de l’examen » que prescrit également la loi .

encore une occasion de vérifier que fondamentalistes musulmans et intégristes juifs partagent la même obsession : la séparation des sexes. Comme pour les piscines dans lesquelles ils demandent –et obtiennent souvent-  des heures de baignades séparées pour hommes et femmes.

Même combat aussi afin d’obtenir que la loi commune se plie à leurs exigences particulières. La différence étant que les Juifs privilégient la coopération avec les autorités à l’affrontement. C’est certainement moins spectaculaire mais beaucoup plus efficace…

C’est ainsi qu’en avril 2011, N. Sarkozy régnante, l’Elysée est intervenu auprès de plusieurs écoles d’ingénieurs pour qu’elles aménagent les dates de leurs concours d’entrée en fonction de la Pâque juive.

Suite aux protestations, l’Union des étudiants juifs de France (UEJF) avait alors déploré des «crispations laïcardes »... Rebelote en mai de cette année : la faculté de Droit de l’université de Paris-Est a repoussé d’une dizaine de jours la date d’examens partiels.

Des concessions futiles sinon néfastes

Il a fallu que des étudiants insistent pour apprendre que c’était à cause de la fête  juive de Chavouot**. Le doyen a expliqué cette décision en se basant sur une circulaire ministérielle de 2004 imposant le respect des fêtes religieuses aux établissements d’enseignement.

« La laïcité n’est pas remise en cause. » a-t-il conclu. Comme elle ne l’a sans doute pas été dans le cas qui nous occupe même si la direction de l’établissement a immédiatement remplacé les surveillantes par deux hommes ?

Un des résultats de ces événements est de montrer à quel point est futile, sinon néfaste, l’idée des « accommodements raisonnables », ces concessions que l’on accorde aux religions dans l’espoir de favoriser le « vivre ensemble ».

Sauf que, à chaque fois que l’on leur accorde de « petites choses » comme celles-ci, les intégristes, loin de s’apaiser, émettent de nouvelles revendications plus importantes…. Un autre résultat, certes involontaire,  est d’accroître la paranoïa des jeunes de banlieues.

Non qu’ils en aient besoin pour attiser un antisémitisme que leur situation économique et les discours haineux de prêcheurs islamiques nourrissent déjà à profusion. Mais est-il bien nécessaire de renforcer leur croyance en un « pouvoir juif » qui dominerait en secret la France (et le monde) ?

Quitte à être traités d’ « islamophobes » ou d’antisémites par quelques exaltés, nos gouvernants seraient bien inspirés de ne pas accorder la moindre concession, si mineure soit elle, à quelque religion que ce soit.

Si des accommodements sont nécessaires, c’est aux fondamentalistes de les trouver. Comme le font d’ailleurs la plupart des croyants, c’est à eux de se plier au mode de vie choisi par  la majorité de la population.  Ou de subir les conséquences de leur refus de la démocratie

*Pour ceux qui ne connaissent pas le système français, il s’agit d’une sorte de pré-baccalauréat que les élèves à mi cycle du lycée.

**Chavouot : fête commémorant le don de la Torah aux Hébreux.

 

 

 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Daniel Donner - 14/07/2013 - 10:28

    "Ce qui est moins orthodoxe, si l'on ose écrire, c'est qu'ils refusent d'être surveillés "

    Et a la fin, qu'en fut-il?

    Cherchez-vous pour trouver des problemes et pouvoir sans cesse comparer ce qui ne l'est pas?
    Jamais des Juifs n'ont impose la cacherout a un etablissement d'enseignement que je sache, la oui, vous forcez des gens a manger ce qu'ils ne desirent pas.
    En quoi le fait de repousser la date d'un examen de quelques jours gene quelqu'un? En quoi ce resultat est desastreux pour la communaute?

    "Si des accommodements sont nécessaires, c'est aux fondamentalistes de les trouver."

    Vous proposez des examens le 25 decembre aussi? Ou le 1er janvier?

    En Belgique, faute de ne pouvoir trouver des "accommodements raisonnables", l'ULB envoye les Juifs pratiquants a l'UCL et ne peut ainsi proposer sa libre pensee a ceux qui justement en ont besoin. A quoi sert-il de precher des convaincus, ou pire des indifferents?

  • Par Serge Rosenbaum - 16/07/2013 - 18:27

    En France on accorde aux Chrétiens des avantages qu'on refuse aux autres religions pour des raisons de laïcité.
    Les accommodements raisonnables sont nécessaires pour contrebalancer les avantages qu'on les Chrétien pour des raisons historiques et vu leur proportion de la population.