Polémique

Affaire Al Dura: un curieux rapport pour une curieuse commission

Mardi 21 mai 2013 par Ouri Wesoly

Ce 19 mai, le gouvernement israélien a rendu public un rapport officiel sur l’affaire Al Dura*. Sa conclusion : le reportage de Ch. Enderlin est un faux.  Fin de l’histoire ? Il est permis d’en douter. 

La famille Al Dura devant la tombe du petit Mohammed

En recevant le rapport de la Commission Kuperwasser sur le reportage de France 2, Benjamin Netanyahou a été catégorique : « Il n’existe qu’une seule manière de contrer  les mensonges, c'est par la vérité »  Celle du gouvernement israélien s’énonce comme suit :  

1) « Il est extrêmement douteux que les balles puissent avoir été tirées depuis la position israélienne comme l'implique le reportage de France 2 ».

 2) : « Il n’y a pas de preuves que Jamal al Dura ou l'enfant aient été blessés de la manière présentée par le reportage (...). Au contraire, il existe de nombreuses indications selon lesquelles aucun des deux n'a été touché ».

Des propos sans équivoque issus d’une commission d’enquête officielle. Fin de la polémique ? Avec tout le respect dû au gouvernement de l’Etat d’Israël, on en est loin. Commençons par la commission elle-même : « officielle » n’est pas synonyme d’ « indépendante ».

Dans ce cas précis, c’est d’ailleurs le contraire : elle était dirigée par Yossi Kuperwasser, actuel directeur général du ministère des relations internationales et partisan convaincu depuis longtemps de la théorie du faux reportage.

Quant aux membres de la commission, il s’agissait d’une part, de représentants de divers ministères, tous dirigés  soit par le Likoud soit par le très droitier « Maison juive ». Et de l’autre de « nombreux spécialistes du Technion ainsi que d'autres institutions académiques »  

On ne cite pas leurs noms (ce qui n’est pas inhabituel pour une commission) sauf celui de Nahum Shahaf : un physicien connu pour ses théories conspirationnistes : en 2001, il avait prétendu que ce n’était pas Igal Amir qui avait tué Itzhak Rabin mais des tireurs payés par Shimon Pérès…**.

N. Shahaf avait aussi contesté en 2002 la thèse des tirs israéliens mais tant le général Yom Tov Samia  (qui commandait la région sud) que Shaül Mofaz, chef d'Etat- Major de Tsahal, avaient alors pris publiquement pris leurs distances avec ses déclarations….

Venons-en à présent au rapport proprement dit que le quotidien Haaretz décrit comme « un des documents les moins pertinents écrits par le gouvernement israélien ces dernières années ». De fait, si vous lisez l’anglais, cela vaut la peine d’y jeter un coup d’œil***

Une démonstration uniquement à charge

Cela ne vous prendra d’ailleurs que peu de temps : le rapport ne compte que 44 pages dont 7 à peine (5-12) sont consacrées à l’affaire proprement dite. Le reste ? Une introduction et un  résumé des positions de la commission (1-4).

Puis (12-18), une liste des crimes qui auraient été générés par le reportage de Charles Enderlin : lynchage de deux soldat israéliens en 2000,  attentats-suicide durant la 2ème intifada, assassinat du journaliste Daniel Pearl en 2002,  crimes de Mohamed Mérah en 2012…

Suit en 6 pages (18-24), une leçon de morale à l’usage des médias : « L’affaire Al-Dura  fait toucher du doigt le besoin pressant que les médias appliquent scrupuleusement des standards de professionnalisme et d’éthique lorsqu’ils font la couverture médiatique de conflits asymétriques »

Les 20 pages restantes sont composées d’appendices allant tous dans le sens de la démonstration du reportage « truqué ». Précisément, comment s’articule-t-elle, cette démonstration ?

On notera qu’elle est uniquement à charge. La commission n’a interrogé aucun de ceux qui tiennent le reportage pour véridique : ni Charles Enderlin lui-même ni le cameraman palestinien Talal Abu Rahmeh ni France 2.

Pas davantage, le principal concerné encore en vie, Jamal al Dura. Elle ne s’est pas non plus intéressée aux organisateurs de cette vaste supercherie. Ni à ses innombrables participants : les journalistes présents ou les ambulanciers qui ont évacué les victimes.

Ou encore les infirmiers de la morgue qui ont constaté le décès du petit Mohamed Al Dura, les médecins qui ont soigné son père à Gaza ou ceux qui l’ont opéré en Jordanie. A quoi bon, puisque ce sont tous, à priori, des menteurs ?  

Sur quoi la commission fonde-t-elle dès lors son opinion ? Uniquement sur le visionnage du reportage de Ch. Enderlin et les parties qui n’ont pas été montrées. Une manière de faire qui rappelle celle de l’ineffable Philippe Karsenty : on torture les images jusqu’à ce qu’elles avouent ce que l’on veut.

Comme l’explique encore Haaretz : « Les preuves et les arguments présentés dans le rapport peuvent convaincre ceux qui sont déjà convaincus, mais pas davantage »  Il existe pourtant une moyen aussi simple que radical de clore définitivement toute cette affaire.

Il suffit que le gouvernement israélien accrédite une commission d’experts internationaux afin d’exhumer le corps présenté comme celui de Mohammed Al Dura qui est inhumé dans le cimetière de Buriej à Gaza et de comparer son ADN avec celui de son père.

Un procédé simple et imparable mené par des scientifiques à l’expertise incontestable. Jamal Al Dura y est disposé, Ch. Enderlin en est partisan. Et Benjamin Netanyahou ? Ne serait-ce pas bien plus efficace que d’engager sa crédibilité en soutenant un rapport aussi  unilatéral?  

*L’affaire Al Dura : en septembre 2000, au début de la 2ème intifada, Charles Enderlin, correspondant de France 2 en Israël diffuse un reportage tourné par son cameramen palestinien dans la bande de Gaza, alors occupée par l’Etat juif.

On y voit Jamal Al Dura et son fils Mohammed pris sous une pluie de balles. A la fin, l’enfant est tué et le père blessé. Le commentaire de Ch. Enderlin laisse entendre que les tireurs sont israéliens.

Très vite deux polémiques éclatent : l’une qui affirme que les tirs ne viennent pas de Tsahal, l’autre qui prétend que l’ensemble du reportage est « bidonné » et qu’aucun des Al Dura n’a été touché. 

**http://www.conspiracywatch.info/Israel-la-theorie-du-complot-sur-l-assassinat-de-Rabin-quinze-ans-apres_a583.html

***Le rapport intégral (en anglais) est visible ici : http://www.desinfos.com/IMG/pdf/The_France_2_Al-Durrah_Report_.pdf_Consequences_and_Implications-1905-2.pdf

 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Marc Reisinger - 21/05/2013 - 16:01

    Ouri, décidément, rien ne peut vous faire entendre raison.
    J'aimerais aussi que le gouvernement israélien procède à des test d'ADN, ne fut-ce que pour vous mettre le nez où il finira.
    Mais les résultats des tests ADN n'étant jamais certains à 100%, mais plutôt à 98% ou 99%, vous triompheriez encore en insistant sur les 1%ou 2% de risque d'erreur. Même à 100%, vous pourriez répondre: "Qu'est-ce qui prouve que la mère de Mohamed Al Durah n'a pas trompé son mari?"
    Face à votre jusqu'auboutisme et à celui du Haaretz, je me dis que malheureusement les restes putrides du camp de la paix ne pourront pas contribuer à une solution pacifique du conflit israélo-arabe.

  • Par Marc Reisinger - 21/05/2013 - 16:32

    Ouri,
    Décidément, rien ne peut vous faire entendre raison. J'aimerais aussi que le gouvernement israélien procède à des test d'ADN, ne fut-ce que pour vous mettre le nez là où il finira. Mais les résultats des tests ADN n'étant jamais certains à 100%, mais plutôt à 98% ou 99%, vous triompheriez encore en insistant sur les 1%ou 2% de risque d'erreur. Même à 100%, vous pourriez répondre: "Qu'est-ce qui prouve que la mère de Mohamed Al Durah n'a pas trompé son mari?"

    En outre, rappelez-vous, le Dr Tawil, de l'hôpital de Gaza, a déclaré qu'aux environs de 10 heures (alors qu'Enderlin situe le début des tirs à 15 heures), on lui a amené le corps d'un enfant décédé, un certain « RAMI JAMAL Al-Dura » (pas Mohammed).

    Arlette Chabot, ancienne directrice de rédaction de France 2, a elle-même enquêté et constaté que DEUX enfants auraient été tués ce jour là. Si Rami est un frère ou un cousin, il y aura forcément des concordances génétiques qui ne prouveront rien. D'où peut-être le zèle du père à procéder à cet examen.

    Face à votre jusqu'auboutisme et à celui du Haaretz, je me dis que malheureusement les restes putrides du camp de la paix ne pourront pas contribuer à une solution pacifique du conflit israélo-arabe.

  • Par Hennenberg,M. - 21/05/2013 - 16:51

    On en est toujours au meme point. Un chat n'y retrouverait plus ses petits et chacun trouvant midi a sa porte, la Verite est la derniere chose qui importe. Lamentable comme conclusion et aucun element ne parait ni convaincant ni faux pour s'en faire une opinion une bonne fois pour toutes

  • Par Votre nom - 21/05/2013 - 18:12

    Bonjour
    Comme toujours M. Wesoly pioche les infos qui l'arrange (pas un mot sur l'enquête de la MENA, la mieux documentée de toutes à n'en point douter).
    Monsieur Enderlin a affirmé dans un interview a un hebdomadaire Français qu'il avait coupé au montage les images de l'agonie.
    Simple: il montre ces images et tout s'arrête.....
    Mais voilà il a menti , ces images de l'agonie n'existent pas, il a bien été incapable de les produire au tribunal ou devant les 3
    journalistes de renom qui ont visionné l'ensemble du film.
    Tournez cela comme vous voulez M. Wesoli mais M. Enderlin a menti, et cela éclate à chaque étape. Aujourd'hui avec ce rapport.
    Bav
    David Douénias

  • Par owesoly - 21/05/2013 - 20:08

    <p>
    Mais non, Marc. Promis, jur&eacute;: j&#39;accepterai le verdict de l&#39;ADN, quel qu&#39;il soit.&nbsp; Par ailleurs,&quot;les restes putrides du camp de la paix&quot;, vraiment... Allons, Marc, allons, on dirait du Victor Perez, paix &agrave; son cerveau...</p>

    <p>
    Pour David: je connais la Mena et les propos de cette soi-disant &quot;agence d&#39;information&quot; ne me semblent ni plus pertinents&nbsp; ni plus convaincants que ceux d&#39;un Karsenty ou d&#39;un autre conspirationniste. Maintenant, si vous trouvez les trouvez&nbsp; meilleurs, vous &ecirc;tes bien libre de vos choix.</p>

    <p>
    &nbsp;</p>

    <p>
    &nbsp;</p>

  • Par Rudi - 21/05/2013 - 20:11

    le nombre de discordances dans les paroles d'Enderlin et Abou Rahmi suffisent déjà pour comprendre qu'il y a anguille sous roche. en plus Wesoly n'a été à aucune séance du procès à Paris et n'a pas vu et entendule sérial menteur Enderlin en direct. Mais le comble c'est que pour le CCLJ c'est plus courageuxde s'en prendre à des juifs que d'agir dans l'affaire St Michel ou les dérapages antisémites pendant l'émission de J-P Heck. L'argent des juifs assassinés que la Fondation donne au CCLJ est donc utilisé pour courber l'echine et jouer au bon dhimmi. Ce sont les blogs non-subsidiés par l'argent volé qui doivent faire ce que le CCLJ ne fait pas par peur ou soumission?

  • Par Marc Reisinger - 21/05/2013 - 21:11

    "Les restes putrides": j'admet que l'image est violente. Sans doute inspirée par ton idée de déterrer le cadavre d'un enfant.
    Dans le 2e post, complétant le premier qui était en suspens, je montre pourquoi cet examen ADN ne servirait à rien.

    Nous sommes à nouveau dans cette situation où certains s'intéressent aux faits:
    - les déclarations du médecin palestinien
    - celles d'Arlette Chabot
    - la chronologie, etc.

    Tandis que d'autres s'en désintéressent pour défendre un pote (Enderlin) en s'accrochant à ses 60 secondes de "reportage" et en disqualifiant ses adversaires (Karsenty, la MENA). Arguments ad personam. Je me demande pour combien d'années encore. Après tout il suffit de tenir jusqu'à la retraite (Enderlin y est presque) ou jusqu'à la mort, ce qui est plus sûr (oups! encore une idée morbide).

  • Par owesoly - 21/05/2013 - 23:02

    <p>
    Toujours le grand n&#39;importe quoi, hein, Rudi? Et si&nbsp; vous essayiez de ne manifester votre juste courroux que sur un sujet &agrave; la fois, pour changer? Juste pour qu&#39;on aie une petite id&eacute;e de ce que vous essayez de de dire....</p>

  • Par Marc Reisinger - 22/05/2013 - 9:33

    Monsieur Hennenberg,
    Je ne pense pas que l'affaire soit confuse si l'on utilise sa raison.
    J'ai tenté de la résumer, il y a 2 ans, sur le site de Regards : http://www.cclj.be/article/2/1816
    Un point me semblait encore obscur: "Pourquoi n'a-t-il jamais été possible d'interroger les soldats qui étaient de faction le 30 septembre 2000 au carrefour de Netzarim?"
    Je découvre aujourd'hui, grâce au récent rapport du gouvernement israélien (page 37), que le colonel Nizar Fares a donné, dès septembre 2000, un compte-rendu détaillé des événements montrant que l'armée israélienne ne pouvait pas être à l'origine des tirs qui auraient atteint Mohamed Al Durah et son père.
    La seule chose qui semble difficile à admettre c'est qu'une mise en scène palywoodienne (bien visible dans les rush de France 2), couverte avec complaisance par Charles Enderlin, ait pu endormir l'esprit critique de tant de gens pendant 13 ans (Il est vrai que la vérité sur l'affaire Dreyfus n'a été reconnue qu'après 12 ans).
    Pour le reste, ne vous contentez pas des conclusions, examinez les faits plutôt que l'écran de fumée dressé par les amis de Charles Enderlin. Choisissez entre votre sens critique et une loyauté imaginaire à l'égard d'un enfant qui n'a pas été tué et d'un futur ex-grand journaliste.

  • Par Victor PEREZ - 22/05/2013 - 11:17

    Oury,

    J'adore votre méthode. lol ! Vous mettez en doute le sérieux de cette commission puis... plus rien. Où sont donc vos contre-arguments ? Vos impressions, basées sur le torchon Haaretz, on s'en moque. De faits, rien de des faits. Et il faut l'avouer, Enderlin n'en a aucun concernant la mort annoncée.

    Quant à demander l'exhumation de l'enfant.... Cela prouvera t-il qu'il s'agit du même enfant ? Ou qu'il a bien été tué par Tsahal ce jour là ? Le mieux n'est-il pas d'expertiser les blessures du père ?

    Gageons que l'on attendra encore longtemps.

  • Par Victor PEREZ - 22/05/2013 - 11:23

    Oury,

    Je ne vous savez pas aussi facétieux.

    Je vous cite : "Allons, Marc, allons, on dirait du Victor Perez, paix à son cerveau..."

    Rassurez vous, je vais très bien. On ne peut en dire de même pour vous qui vous sentez obligé de parler de moi de cette façon peu intelligente. Façon due probablement à la lecture de votre hebdomadaire israélien préféré.

  • Par owesoly - 22/05/2013 - 13:01

    <p>
    Vous avez raison, Marc, apr&egrave;s vos explications, les choses sont beaucoup plus claires .. Rappellez-moi juste qui joue le r&ocirc;le du capitaine Dreyfus dans cette affaire?</p>

  • Par owesoly - 22/05/2013 - 13:24

    <p>
    Ah, Victor, je constate que votre sens de l&#39;humour est toujours aussi affut&eacute;: je ne parlais pas de votre cerveau physique: au vu de la mani&egrave;re dont vous vous en servez, je ne doute pas qu&#39;il soit comme neuf.&nbsp; Je faisais allusion &agrave; ces flatulences de l&#39;esprit qui embaument vos textes lorsque vous &eacute;voquez vos adversaires politiques.&nbsp;</p>

    <p>
    Quant au fond, il me semble que Ch. Enderlin en a une bien concr&egrave;te, de preuve: le cadavre du petit Mohammed Al Dura. Comme vous contestez sa mort, il suffirait &agrave; votre camp de faire comparer les ADN et&nbsp; mettre ainsi radicalement fin &agrave; ce que vous appellez &quot;une imposture&quot; Mais l&#39;id&eacute;e ne semble pas vous interesser. N&#39;est-ce pas &eacute;trange? .&nbsp;</p>

  • Par Victor PEREZ - 22/05/2013 - 14:08

    Oury,

    Mes flatulences de l'esprit sont loin d'égaler les vôtres dans la haine des Juifs qui ne sont pas de votre bord politique. La haine suinte de votre plume qui nous voit, forcément, d'extrême droite. Vous êtes le seul à ne pas vous en rendre compte.

    Ceci dit, exhumez le corps de l'enfant. Je n'y vois aucun problème. Je doute même que cela se fasse un jour. Mais comme je vous le disais dans mon précédent commentaire :"Cela prouvera t-il qu'il s'agit du même enfant ? Ou qu'il a bien été tué par Tsahal ce jour là ? Le mieux n'est-il pas d'expertiser les blessures du père ?

    Gageons que l'on attendra encore longtemps."

    Vous avez évitez de répondre à ces simples questions et à ma proposition. "Mais l'idée ne semble pas vous intéresser. N'est-ce pas étrange?"

    Mille excuses de vous pasticher mais vous êtes un sacré comique.

  • Par mon nom - 22/05/2013 - 16:23

    Le fait que ce site maintienne son soutien à Enderlin - en dépit de la détestation primaire et obsessionnelle qui règne à l'égard de celui-ci dans la communauté juive - à Enderlin qui est insupportable à entendre et à lire en raison de son analyse de la mise en pièces du processus de paix par Barak et par la droite israélienne - est à l'honneur du CCLJ.
    Il fallait que la communauté invente en interne son capitaine Dreyfus... Aux USA et ailleurs, sur le site de la Mena par exemple, Dershowitz, soutien indéfectible d'Israël, ennemi juré de JStreet, se voit battre froid parce qu'il a osé publiquement envisager un arrêt de la colonisation... Alors Enderlin...

  • Par Daniel Donner - 23/05/2013 - 7:37

    Test d'ADN?
    Le pere propose aujourd'hui de deterrer son fils.
    Tiens, moi je me rappelle qu'a l'epoque, Arafat and co avaient refuse. Paraissait que ce serait interdit en Islam.
    Depuis Arafat lui-meme...

    Pour les anti-conspiration: ce test ne prouvera rien (j'ai l'imagination febrile), on peut avoir change le corps dans la tombe... :-)

    Ce que je ne comprends pas du tout. Pourquoi de tous les cotes vous mettez Enderlin et son cameraman dans le meme sac. L'un est vraisemblablement partie prenante, l'autre le soutient. Ce qui n'est pas pareil.
    Oury, vous aimez parler de Dreyfus pour cette affaire. Dans l'Affaire, aussi, il y eut des fraudeurs, et d'autres qui se sont lentement enfonces. Au point en voulant defendre l'honneur de la France (contre Dreyfus) qu'ils l'ont sali.
    A mon avis, si fraude il y a eu, ce que les faits semblent affirmer, Enderlin s'est lentement enfonce dans son erreur, qu'il n'est pas pret de reconnaitre, que son cameraman n'est pas tout blanc. Il l'a soutenu les yeux ouverts et menti (puisqu'il n'y a pas de film "encore pire" qui montre l'agnonie d'a-Dura), peut-etre parce qu'il avait acccepte le scoop les yeux fermes, et comme la plupart des gens dans l'erreur, il refusera de reconnaitre ses torts.

  • Par Marc Reisinger - 23/05/2013 - 10:13

    3e TENTATIVE(révisée):
    Oury, je ne vais pas demander d'analyses de contrôle de l'état de votre cerveau, mais la compréhension des tests ADN ne semble pas l'avoir totalement pénétré.
    Pour prouver que Mohamed Al Durah est mort il faudrait disposer d'ADN de lui vivant, ce qui est peu probable. Une corrélation avec l'ADN du père ne prouverait pas non plus qu'il s'agit de Mohamed Al Dura plutôt que de Rami Jamal Al Dura, dont le corps a été amené à l'hôpital 5 heures AVANT le début des tirs au carrefour de Netzarim. Décès qui a sans doute inspiré la mise en scène sinistre à laquelle vous accordez toujours crédit.
    Même Arlette Chabot - qui semble une honnête femme - a eu la maladresse de reconnaître en 2008 que sa propre enquête (jamais diffusée) montrait qu'un autre enfant était décédé ce jour là - conformément aux dires du médecin palestinien.

    Je voudrais aussi vous faire remarquer que votre sondage comporte un biais: "Le rapport officiel sur l'affaire Al-Dura contient-il suffisamment d'éléments pour clore la polémique?"
    A priori je répondrais NON car au lieu se s'empresser de CLORE la polémique (comme vous essayez constamment de le faire), il faut la poursuivre à la lumière de ce nouveau rapport. Le "camp du non" n'implique pas que l'on pense qu'Enderlin a dit vrai.
    Pourquoi ne pas proposer la question suivante: "Le rapport officiel sur l'affaire Al-Dura contient-il des éléments permettant de mettre en doute le reportage de Charles Enderlin pour France 2 ?"

  • Par owesoly - 23/05/2013 - 17:55

    <p>
    Nous sommes d&#39;&#39;accord, Marc: obtenir l&#39;ADN de Mohammed Al Dura <strong>vivant </strong>risque de prendre une &eacute;ternit&eacute;, sinon davantage. Ceci &eacute;tant, vous qui &ecirc;tes bien plus intelligent&nbsp; et rationnel que moi, vous croyez s&eacute;rieusement&nbsp; &agrave; cette histoire des deux fils Al Dura?</p>

    <p>
    L&#39;un, qui se nommerait Rani, aurait &eacute;t&eacute; tu&eacute; avant les &eacute;venements puis le p&egrave;re Al Dura aurait fait une ballade avec son autre fils Mohammed, lequel aurait fait semblant de se faire tuer avant d&#39;&ecirc;tre remplac&eacute; &agrave; la morgue par son fr&egrave;re et dispara&icirc;tre &agrave; jamais ?</p>

    <p>
    Comme c&#39;est convaincant, comme c&#39;est cr&eacute;dible. Ne serait-ce pas plus simple de se dire que, dans un h&ocirc;pital empli de bless&eacute;s et de morts, le type de la morgue a &eacute;crit trop vite sans se soucier des d&eacute;tails? Cela devrait pourtant&nbsp; plaire &agrave; ceux de votre camp qui aiment &agrave; parler de &quot;travail arabe&quot; pour un boulot mal fichu.</p>

    <p>
    Je reste sur mon id&eacute;e, v&eacute;rifions la correlation des ADN et, si d&eacute;j&agrave;, faisons examiner les blessures du&nbsp; p&egrave;re Al Dura. Les deux par une commission ind&eacute;pendante.</p>

    <p>
    A part cela, vous ne me dites toujours pas qui est le capitaine Dreyfus dans cette affaire?</p>

    <p>
    Autre point mineur: ce n&#39;est pas moi qui r&eacute;dige ni&nbsp; relit les questions de nos sondages. &nbsp;</p>

  • Par Marc Reisinger - 23/05/2013 - 19:39

    D'abord le capitaine puisque la question vous turlupine. Non, je ne vous donnerai pas la réponse que vous mourrez d'envie de me donner car il ne vous échappe pas que dans une comparaison c'est la relation qui compte plus que les termes. A est à B comme C est à D, n'implique pas que B = D.
    Dans l'affaire Dreyfus, un faux déclenche une vague d'antisémitisme. Même chose dans l'affaire Al Dura. C'est assez pour faire la comparaison.
    Le reste dans un autre post.

  • Par Marc Reisinger - 23/05/2013 - 19:41

    La réouverture du débat sur le reportage de France 2 par Charles Enderlin sur Mohamed Al Dura à l'aube de la 2e Intifada met en évidence un aspect terrifiant de l'antisémitisme : la capacité des Juifs à se maltraiter eux-mêmes.

    Il devient de plus en plus clair que rien ne confirme le reportage diffusée en 2000 par France 2 où Charles Enderlin affirmait d'une voix sinistre : « Jamal et son fils Mohamed sont la cible de tirs venus des positions israéliennes. Mohammed a douze ans, son père tente de le protéger. Il fait des signes, mais une nouvelle rafale... Mohamed est mort et son père gravement blessé ».

    Les recherches entreprises depuis 13 ans autour de cette séquence de 60 secondes, ainsi que le récent rapport du gouvernement israélien, montrent qu'aucun élément matériel ne confirme cette narration. Il est bien plus probable que Charles Enderlin, qui se trouvait à 100 km des lieux, a « acheté sans voir » le montage effectué par son cameramant palestinien, dans la plus pure tradition palywoodienne.

    Pourtant une quantité de Juifs, notamment la rédaction de Regards - et peut-être une partie de ses lecteurs - persistent à soutenir férocement Charles Enderlin, sans s'appuyer sur une analyse de son reportage, mais uniquement sur base de sa notoriété de « grand journaliste », d'« honnête homme ».

    La haine antisémite est plus simple à comprendre que cette haine auto-infligée, relevant d'un réflexe d'auto-défense peu valeureux de certains juifs de la diaspora: « C'est pas nous, c'est les Mauvais juifs (israéliens)! »

  • Par Georges Brqnds... - 24/05/2013 - 8:42



    1.Cherles Enderlin n'est pas présent sur les lieux.

    2. Il se base sur le docuement filmé et trés partial du cameraman qui se contredit a plusieurs reprises !

  • Par owesoly - 24/05/2013 - 15:03

    <p>
    Marc, lire vos deux derniers messages me confirme dans l&#39;opinion que vous &ecirc;tes bien un intellectuel. Au sens que donnit Sacha Guitry au terrme, bien s&ucirc;r:&nbsp; &quot;quelqu&rsquo;un qui parle jusqu&rsquo;&agrave; ce qu&rsquo;il ait quelque chose &agrave; dire&quot;. Bien &agrave; vous.</p>

  • Par Marc Reisinger - 24/05/2013 - 15:33

    Oury, voilà une pirouette qui montre encore une fois que vous n'avez rien à dire sur la question. Belle projection !

  • Par JEA - 24/05/2013 - 16:43

    Comment body text

  • Par Arnold Cigé - 24/05/2013 - 17:44

    Ouri Wesoli est tellement aveuglé par ses certitudes qu'il perd tout sang-froid face à ses contradicteurs, surtout lorsque ceux-ci avancent des arguments pertinents !
    Son besoin pathologique à vouloir inlassablement régler ses comptes avec la droite israélienne et les religieux (sionistes ou non), fait ,qu'il le veuille ou pas, le jeu de ceux qui quotidiennement oeuvre à délégitimation de l'Etat d'Israël !

    Arnold Cigé
    Un lecteur d'une " autre gauche "

  • Par Yoram - 24/05/2013 - 17:47

    Je ne me suis jamais intéressé à ce ramdam autour de "l'affaire" en question. Al Doura ou pas Al Doura, les cas d'enfants palestiniens tués par des soldats israéliens ne manquent pas. Certains intervenants semblent vouloir croire qu'en évacuant la mort d'Al Doura, on se blanchit l'esprit de tout le reste. C'est peut-être ça l'idée ?
    .
    Tout de même, ce qu'il y a de bien dans ledit ramdam, c'est qu'il fait fleurir de jolies choses. Par exemple : "un aspect terrifiant de l'antisémitisme : la capacité des Juifs à se maltraiter eux-mêmes" (publié ici même le 23/05/2013). Une idée pareille, cela vaut bien des fromages. Cela vous a du vent dans les voiles !
    .
    J'ai dit que je cherchais encore un interlocuteur honnête ET se disant sioniste. J'ai dit ça à Elkhanan qui aurait pu essayer. Mais l'auteur de la citation ci-dessus est du genre à désespérer ma quête. Le "terrifiant" n'est pas là où il le met...

  • Par Marc Reisinger - 24/05/2013 - 19:21

    Yoram, si vous n'avez jamais vu de Juifs capables de se maltraiter eux-mêmes, vous n'avez pas vécu et vous n'avez jamais entendu une blague juive.
    Je ne me dis pas "sioniste", donc vous pouvez me considérer comme honnête, jusqu'à preuve du contraire.

    JEA: vous vous contentez d'un copié/collé d'Enderlin. Pourquoi ne pas vérifier vous-mêmes ce dont il parle? Vous trouverez aisément les documents qui prouvent que Jamal Dura est censé avoir été traité les 1er, 2, 3 et 4 octobre 2000 à Amman, alors qu'il se trouvait à Gaza. Et pas même à l'hôpital Shifa mais à son domicile, dans le camp de réfugiés d'El-Bourej. Ca demande un peu de travail plutôt qu'une profession de foi, qui illustre le point soulevé par Yoram: quel plaisir avez-vous à imaginer que l'armée israélienne ait abattu CET enfant?

  • Par Yoram - 24/05/2013 - 20:34

    Je ne sais pas si vous êtes juif, Marc, et je m'en fous. Vous avez peut-être besoin de le croire et c'est très bien, je vous assure. Ne pas "avoir vécu" est peut-être ce qui me permet de savourer pleinement vos perles. Votre usage du "terrifiant" ne me paraît pas honnête alors même que vous ne vous dites pas sioniste. La "preuve du contraire", c'est qu'à lire le peu que j'ai lu de vous, je ne peux exclure que vous maltraitiez votre cerveau (je vous emprunte votre verbe "maltraiter" et vous le rends aussitôt).

  • Par Albert Rosen - 24/05/2013 - 23:26

    Mr Wesoly,

    vos contradicteurs ( y compris ceux de la Mena ou du reportage de l'ARD très détaillé d'Esther shapira) parlent d'éléments factuels (absence totale de la moindre tache de sang, outre le ridicule chiffon rouge qui voyage sur le corrps de l'enfant), d'analyses scéniques sur le comportement curieux des deux "victimes" regardant régulièrement vers la camera située en face , de topographie des lieux montrant l'impossibilité pour les soldats israéliens d'atteindre à 45 ° le Al dura , cachés derrière une barrique etc... etc ...

    Vous, vous faites de l'idéologie ,comme beaucoup de vos semblables du prétendu parti de la Vertu, de la Morale, et in fine, de La Vérité, refusant de considérer que même un "brillant et honnête" journaliste de gauche puisse un jour, par paresse professionnelle, avaliser sans le vérifier ou le recouper, un reportage qui ressemble plus à du bidonnage journalistique.
    Et une fois le scoop "offert" au monde entier, difficile de faire marche arrière sans se couvrir de honte.
    Les Gens de Gauche sont par définition "irréprochables " et pour le reste, circuler, il n'y a rien à voir !

    Cela nous rappelle furieusement le reportage inouï dans le "Nouvel Obs" de Sara Daniel (la fille à papa) sur ces soldats israéliens qui violaient les jeunes femmes palestiniennes pour qu'elles se fassent occire par leurs proches dans ces rituels de crimes d'honneur.
    Ou ce scoop de sylvain Cypel dans le "Monde" sur la découverte d'un immense réseau d'espionnage israélien aux USA, qui n'existait que dans son imagination

  • Par JEA - 26/05/2013 - 11:25

    @ Monsieur Reisinger
    Il semble que par malheur, j'ai proposé ici et "pour info" la première partie d'une interview de C. Enderlin publiée sur le site du NO.
    Et aussitôt vous me convoquez devant votre tribunal. Motifs : je me "contente" de ce copié/collé, je ne "vérifie" rien, je me refuse à "un peu de travail", je tombe dans "la profession de foi", j'éprouve du "plaisir...à imaginer que l'armée israélienne ait abattu CET enfant"...
    Pardon, mais cette une brève "info" (avec sa référence et les guillemets de service) me semblait se justifier parce que son contenu ne figurait pas encore dans les commentaires et réactions.
    Il s'agissait uniquement d'une réaction de C. Enderlin. Rien ne vous permet d 'en déduire votre avalanche d'accusations me mettant personnellement en cause d'autant qu'elles aboutissent à une ignominie. Ce "plaisir" que vous me prêtez à "imaginer" un enfant mis à mort par des militaires !!! Là, non seulement vous m'insultez mais vous me calomniez. Je laisse aux responsables de ce courrier et à ses lecteurs le soin d'apprécier.

  • Par Marc Reisinger - 26/05/2013 - 21:20

    @JEA
    Vous avez copié/collé Enderlin. J'ai réfuté.
    Si vous ne croyez pas Enderlin sur parole, je regrette d'avoir supposé le contraire. Si vous n'imaginez pas que l'armée israélienne a abattu cet enfant ou si cela vous déplairait, ,je regrette d'avoir pu imaginer le contraire. Gardons cette accusation pour Oury Wesoly. Heureusement je n'ai pas pu vous mettre "personnellement" en cause, puisque personne ne sait qui vous êtes.

  • Par owesoly - 26/05/2013 - 22:42

    <p>
    En ce qui concerne Mohammed Al Dura, Marc ma religion, si j&#39;ose &eacute;crire n&#39;est pas faite quant &agrave; ceux qui l&#39;ont tu&eacute;. Par parenth&egrave;se, je m&#39;&eacute;tonne que vous vous inqui&eacute;tiez de ses assasssins puisque selon vos amis, il n&#39;est pas mort... Fin de la parenth&egrave;se.</p>

    <p>
    Par contre, je sai,s &agrave; mon grand regret,&nbsp; que l&#39;arm&eacute;e isra&eacute;lienne a tu&eacute; plusieurs dizaine d&#39;autres enfants que ce soit dans des combats ou des bombardements, etc. C&#39;&eacute;taient des bavures, Tsahal a pr&eacute;sent&eacute; des excuses mais enfin, du point des familles de ces petits morts, ce doit &ecirc;tre une maigre consolation.</p>

  • Par allegra - 27/05/2013 - 15:03

    @ OuriW
    J'ai parcouru les commentaires et j'ai constaté qu'aux faits présentés par les uns et les autres, vous répondiez presque toujours par des « arguments » ad hominem, avec une ironie malveillante. Faut-il que vous soyez bien démuni !
    Mais puisque vous évoquez les enfants tués par Tsahal, n'êtes-vous pas quelque peu troublé par le peu de lamentations suscitées par les enfants morts en Syrie ?
    Avez-vous en mémoire un seul visage d'enfant syrien tué par les tirs d'Assad ou par ceux des opposants ? Je ne crois pas. Pas plus que moi sans doute. Mais vous connaissez parfaitement celui de Mohammed al Dura ?
    Aucun des 15 000 enfants syriens assassinés n'est devenu un symbole.
    Lire l'article sur mon blog
    http://lavissauve3.blogs.nouvelobs.com/archive/2013/05/22/ces-enfants-qui-meurent-sans-visage.html

  • Par Moise Rahmani - 27/05/2013 - 15:43

    Lu sur le site du Crif



    Le 30 septembre 2000, France 2 a diffuse un reportage qui pretendait montrer, selon la version de la television publique francaise, la mort d'un enfant palestinien tue intentionnellement par des soldats israeliens. Ce reportage fut rapidement diffuse dans le monde entier par les medias internationaux, repercutant la version des faits fournie par le journaliste de France 2. Les images de Jamal al Dura, et du garcon qui fut plus tard identifie comme Mohamed al Dura, ont eu un impact planetaire devastateur pour la reputation d'Israel. De plus, elles ont encourage la haine et le terrorisme.

    Depuis ce jour-la, les actions d'Israel ont ete vues au travers du prisme offert par le reportage de France 2 qui a inspire nombre de terroristes, d'actes antisemites et abouti a delegitimer l'Etat d'Israel.
    Les repercussions du reportage de France 2, tant en ce qui concerne l'image d'Israel que l'attitude des medias occidentaux avec leurs correspondants locaux, continuent a se faire ressentir dans la couverture mediatique de la guerre que mene Israel contre les organisations terroristes.
    En meme temps, les enquetes et les expertises ont prouve que de nombreuses affirmations importantes du reportage de France 2 etaient fausses, et que les autres etaient plus que douteuses. Tandis que certains ont espere qu'en mettant de cote ces images, le reportage sur Mohamed al Dura serait oublie et qu'il ne causerait plus de degats, il est devenu de plus en plus evident que ce ne serait pas le cas.
    En raison de la persistance des consequences dramatiques[1] liees a la diffusion du reportage al Dura, le Premier Ministre Benjamin Netanyahu a demande au vice-premier ministre et ministre des Affaires strategiques, M. Moshe Ya'alon, de mettre en place une commission gouvernementale chargee de reexaminer l'integralite des elements lies au reportage al Dura du 30 septembre 2000, les images elles-memes, mais aussi ce qui s'est passe par la suite, afin de fixer la position officielle de l'Etat d'Israel et d'en tirer les conclusions necessaires. La commission, composee de representants de plusieurs ministeres, a aussi fait appel a des expertises exterieures[2].
    Apres avoir examine de facon exhaustive les elements lies a l'affaire al Dura, la commission a conclu que les faits rapportes dans le reportage de France 2 sont sans fondements. Contrairement a ce qui est affirme dans le reportage, les images montrent clairement qu'a la fin des rushes de France 2, le garcon est vivant et qu'il bouge de facon deliberee et intentionnelle. Il n'y a aucune preuve que Jamal et le garcon aient ete blesses. Il y a en revanche de nombreux elements qui amenent a penser que les deux n'ont recu aucune balle. Il n'y a aucune preuve que l'armee israelienne ait blesse Jamal et le garcon. De plus, l'analyse balistique montre que les impacts de balles sur le mur, retrouves autour des al Dura, ne pouvaient venir de la position israelienne. L'absence de preuves permettant d'appuyer leurs accusations principales aurait du etre evidente pour France 2, avant meme la diffusion de leur reportage. Neanmoins, les images ont ete montees et commentees de facon a donner l'impression qu'elles soutenaient les accusations enoncee precedemment.
    Avec le temps, des preuves supplementaires ont ete apportees qui confirment que le reportage sur Mohamed al Dura etait trompeur. Des incoherences et des contradictions additionnelles ont ete relevees dans le reportage dont presque chaque element est apparu discutable. Les declarations du cameraman de France 2, Talal Abu Rahma, se sont revelees souvent contradictoires et mensongeres. En depit de tout cela, France 2 et Charles Enderlin, leur correspondant a Jerusalem qui a commente le reportage, ont refuse de reconnaitre leurs erreurs. Bien au contraire, ils ont meme reaffirme leurs accusations initiales.
    Il faut rappeler que, depuis novembre 2000, des sources officielles israeliennes ont constamment repete qu'Israel avait de gros doutes sur l'authenticite du reportage de France 2. Alors que juste apres que les faits se sont deroules, quelques officiels israeliens ont accepte la possibilite que des balles israeliennes aient pu toucher le garcon par accident (certainement pas de facon intentionnelle), d'autres declarations officielles ulterieures, effectuees apres des enquetes plus completes, rejetaient categoriquement, ou consideraient comme hautement improbable, la version des faits donnee par France 2.
    L'affaire al Dura est la preuve que les medias doivent s'appliquer a utiliser les plus hauts standards ethiques et professionnels lorsqu'ils couvrent des guerres asymetriques. Les medias internationaux doivent analyser de facon critique l'information fournie par leurs correspondants locaux, particulierement dans des theatres d'operations ou l'on a pu observer de nombreuses mises en scene et tentatives de manipulations des medias. Les medias doivent aussi reconnaitre leurs erreurs et accepter d'etre critiques par ceux qui les observent. Compte tenu des preuves qui ont ete mises a jour, France 2 aurait du revenir sur ses accusations initiales et sur celles de son journaliste qui affirmait que Mohamed al Dura avait ete la cible intentionnelle de tirs israeliens et qu'il etait decede dans le reportage. France 2 aurait du s'excuser pour le montage trompeur qui a ete diffuse et pour s'etre basee, sans hesitation, sur le temoignage de son cameraman de Gaza.
    Une autre lecon a tirer de l'affaire al Dura est que les pays qui respectent les regles de droit des conflits armes ne doivent pas rester silencieux face aux couvertures mediatiques mensongeres et trompeuses. Les consequences potentiellement dramatiques de telles manipulations montrent qu'elles doivent etre combattues pour permettre a la verite d'apparaitre au grand jour. Les Etats doivent donc analyser serieusement, et sans delai, les affirmations des medias afin de pouvoir presenter les resultats de leurs propres enquetes.
    Conclusion
    Plus de douze ans apres la diffusion du reportage de France 2 sur les al Dura, il est necessaire de le corriger afin de reduire ses effets devastateurs. De facon plus generale, l'affaire al Dura devrait alerter les medias et les journalistes qui couvrent le conflit israelo-arabe. Dans quasiment chaque conflit qui s'est deroule depuis l'affaire al Dura - de l'operation « Bouclier de defense » (2002), en passant par la seconde guerre du Liban (2006) ou l'operation « Plomb durci » (2008-2009), « Pilier de defense » (2012) et l'affaire du Mavi Marmara (2010) - les memes phenomenes de manipulations mediatiques ont ete observes de la part de medias occidentaux qui affirmaient qu'Israel attaquait deliberement les civils, et particulierement les enfants. De nombreuses fois, des mises en scene et des accusations infondees ont ete presentees comme des faits reels ; parfois de facon intentionnelle, d'autres fois par negligence. Alors que certaines informations ont ete corrigees ulterieurement, elles ont neanmoins incite a la haine et au terrorisme tout en contribuant au processus de delegitimisation de l'Etat d'Israel. La plupart des informations trompeuses etaient dues aux correspondants locaux qui travaillaient pour des medias internationaux. L'affaire al Dura rappelle qu'il faut redoubler de prudence lorsque l'information recue est en provenance de tels correspondants locaux qui ne sont pas toujours objectifs et qui, souvent, travaillent dans des environnements non-democratiques.
    Independamment du contexte israelien, l'affaire al Dura revele les difficultes que rencontrent les medias occidentaux lorsqu'ils sont amenes a couvrir des guerres asymetriques. Les journalistes y sont des elements essentiels de la bataille pour gagner l'opinion publique. De leur cote, les etats non democratiques et les entites non etatiques possedent un avantage sur les democraties en communiquant rapidement, sans avoir a verifier l'authenticite de leurs declarations. Les differentes pressions subies dans de telles situations imposent aux medias et aux journalistes d'etre tres rigoureux en verifiant les informations et les images recues, tout en separant les faits des declarations et en corrigeant leurs erreurs lorsqu'elles surviennent.
    En meme temps, l'affaire al Dura confirme que les pays qui respectent les lois internationales, tout en devant affronter des organisations terroristes, ne peuvent rester silencieux face a la diffusion de fausses informations. Les consequences potentiellement dramatiques de tels reportages, a court-terme et a long-terme, montrent bien que nos democraties ne peuvent esperer voir ces polemiques disparaitre d'elles-memes. Nous devons analyser precisement les affirmations des medias afin de presenter rapidement nos conclusions a l'opinion publique.
    Nous esperons qu'en ayant presente la position officielle de l'Etat d'Israel au sujet de l'affaire a Dura, en ayant decrit ses consequences et implications, nous parviendrons a limiter une partie des degats causes par ce reportage mensonger et que nous eviterons que de tels incidents se reproduisent a l'avenir.

    http://www.crif.org/fr/actualites/traductions-fran%C3%A7aises-de-qualit%C3%A9-du-r%C3%A9sum%C3%A9-et-de-la-conclusion-du-rapport-isra%C3%A9lien-sur-l%E2%80%99affaire-al-dura/37064

  • Par Daniel Donner - 29/05/2013 - 10:07

    J'aurais voulu avoir ecrit cela.

  • Par JEA - 28/05/2013 - 13:58

    @ Monsieur Reisinger
    Vous écrivez à mon propos : "je regrette d'avoir pu imaginer le contraire. Gardons cette accusation pour Oury Wesoly".
    Une précision s'impose.
    Soit votre "gardons" ne concernerait que vous et vous vous exprimeriez au pluriel, style Louis XIV. C'est le moindre de vos droits.
    Soit, je serais l'un des sujets (pour ma part, involontaire et non consentant) de ce "gardons" . Auquel cas je vous en dénie bien évidemment le droit. Vous m'avez d'abord accablé sous la calomnie en affirmant noir sur blanc que la mort d'un enfant sous les balles d'un militaire me procurerait on ne sait quel "plaisir" ignoble ! Vous n'espérerez quand même pouvoir ensuite m'instrumentaliser, me récupérer à vos côtés, me placer sur le plateau d'une balance pour la faire pencher en défaveur de Oury Wesoly ...
    NB : Ceci est mon dernier commentaire à ce sujet, mais je tenais à mettre les points sur les i afin d'éviter toute interprétation du "gardons" impliquant mon assentiment tacite.

  • Par candide - 3/06/2013 - 16:22

    Hum!hum!
    Dire que c'est une théorie "conspirationniste" c'est jeter le doute dans nos esprits si ouverts et assimiler le rapport aux théories fumeuses de ceux qui ont même accusé les "juifs" d'avoir quitté les tours du world trade center à NY le 11/9 car c'est eux qui ont manigancé les attaques...alors que Al-Qaida a revendiqué l'attentat.

    Mais revenons à nos moutons: dire que Ch. Enderlin est blanc comme neige parce que c'est Ch. Enderlin c'est un argument d'autorité inacceptable tout comme dire que Netanyahou est complice parce que on est contre ses positions politiques (je le suis aussi) est tout aussi inacceptable.

    La seule chose qui compte c'est la vérité et les faits réels. Alors pourquoi Enderlin a-t-il MENTI en disant que les rushes des images étaient insupportables et qu'il ne pouvait pas montrer à l'écran l'agonie de cet enfant martyr (reproduit à l'infini sur les places arabes, les timbres postes des amis, etc...) devenu l'icone de cette enfance martyrisée par ces méchants soldats israéliens qui ne songent qu'à tuer; reproduisant ainsi la célèbre image de l'enfant juif du ghetto de Varsovie mi en joue par un soldat allemand, ALORS QUE CES IMAGES D'AGONIE N'EXISTENT PAS. Voilà qui est troublant et inacceptable alors que le célèbre Charles n'était pas présent!!!
    Enfin pourquoi le papa "blessé" a-t-il usé de faux certificats antidatés?
    Enfin encore pourquoi ne fait-il pas examiner ses blessures (qui seraient provoqués pas des armes blanches et non par des balles ) par des médecins indépendants ? Il ne peut pas quitter le pays? inexact il l'a déjà fait plusieurs fois.

    Bref, il faut bien réfléchir avant de prendre une position, che Ouri, qui me semble dictée par une attitude "idéologique" :il n'y a de vérité que celle de nos amis?

  • Par owesoly - 4/06/2013 - 8:51

    <p>
    Vous m&eacute;ritez bien votre pseudo, Candide. Si je parle de &quot;conspirationnite&quot;, c&#39;est parce que telle est la th&egrave;se en vigueur chez les calomniateurs de Ch. Enderlin. Selon eux, il s&#39;agit d&#39;un gigantesque montage destin&eacute; &agrave; salir l&#39;image d&#39;Isra&euml;l. Mais pas moyen qu&#39;ils disent qui l&#39;a con&ccedil;u: Enderlin, sionsite qui a fait son alyah en 1968? Le cam&eacute;raman, histoire de fiche en l&#39;air son emploi aupr&egrave;s de plusieuus cha&icirc;nes de t&eacute;l&eacute;s?</p>

    <p>
    Ou les Al Durah qui ont &eacute;t&eacute; se promener dans un secteur dangereux poyr faire semblant d&#39;y mourir? Un r&eacute;seau palestinien qui ne s&#39;en serait jamais vant&eacute; et qui n&#39;aurait plus r&eacute;cidiv&eacute; apr&egrave;s un si joli coup?&nbsp; De m&ecirc;me pour ce qui s&#39;est pass&eacute; ensuite: qui a r&eacute;uni autat de com&eacute;diens pr&ecirc;ts &agrave; risquer leur cr&eacute;dibilit&eacute; et leur carri&egrave;re professionnelle: les ambulanciers, les employ&eacute;s de la morgue, les m&eacute;decins palestiniens, l&#39;ambassadeur de Jordanie, les m&eacute;decins jordaniens et, si d&eacute;j&agrave;, le Roi de Jordanie...</p>

    <p>
    Et c&#39;et &agrave; moi que vous reprochez une &quot;attitude id&eacute;ologique&quot;?&nbsp; .</p>

  • Par candide - 4/06/2013 - 19:38

    Comment body text

  • Par Marc Reisinger - 7/06/2013 - 18:51

    Là où vous êtes sans doute candide, cher Candide, c'est en espérant qu'Oury réponde un jour sur les faits. Je suppose qu'à force de battre le beurre il se dit qu'il finira par en sortir.

    Plus sérieusement: même le Haaretz n'a pas été complètement aveuglé par la mise en scène d'Enderlin. Voici un article de 2010 où tout est démonté : http://www.haaretz.com/misc/article-print-page/mohammed-al-dura-israel-s-greatest-pr-failure-1.261970?trailingPath=2.169%2C2.225%2C2.227%2C

    Citation : "L'histoire de Mohammed al-Dura est une victoire formidable de la propagande palestinienne".

  • Par owesoly - 9/06/2013 - 9:42

    <p>
    Quels faits, Marc? Les images du reportage scrut&eacute;es au microscope par des monomaniaques? Des d&eacute;clarations minueures contradictoires des uns ou des autres? Quant &agrave; moi, je vois deux faits av&eacute;r&eacute;s: le cadavre de Mohammed Al Durah et les blessures de son p&egrave;re. Que des gens ind&eacute;pendants -je r&eacute;p&egrave;te: ind&eacute;pendants - examinent l&#39;un et les autres et on verra bien.</p>

    <p>
    C&#39;est clair, simple et assez facile &agrave;r&eacute;aliser. Si on le veut, ce qui n&#39;est pas votre cas, n&#39;est-ce pas? Ceci dit, je vous laisse comme d&#39;habitude le dernier mot , cela vous fait tellement plaisir.</p>

  • Par Daniel Donner - 10/06/2013 - 9:26

    Les declarations d'Enderlin sur ce qui existerait dans les rush non diffuses et qui n'existe pas?

  • Par Marc Reisinger - 10/06/2013 - 17:05

    "Si on le veut, ce qui n'est pas votre cas, n'est-ce pas?"
    Au contraire, je veux bien qu'on examine le cadavre de l'enfant enterré. Je doute Malheureusement que cela permette d'établir son identité.

    Quant aux cicatrices du père, je souhaite aussi qu'elles soient examinées, puisque le chirurgien israélien, Yehuda David, qui a opéré Jamal al-Dura en 1994 a affirmé, dossier médical à l'appui, que les blessures exhibées par le père du petit Mohammed sont bien antérieures à la fusillade filmées par France 2.

    Autres faits intéressants:
    - Les images de "l'agonie" de l'enfant qu' Enderlin a prétendu détenir, mais qui n'existent pas.
    - Les 10 secondes d'images POSTERIEURES à la prétendue mort de Mohamed Al Dura, où l'enfant lève le coude et regarde la caméra...

  • Par Zollah - 18/06/2013 - 13:37

    Les contestataires du reportage ne disent que 3 choses, qui sont visibles sur les rushs de Fr2 - et confirmés par les autres films :

    - l'enfant n'est pas mort sur les images, puisqu'il bouge consciemment à la fin
    - les tirs vers les Al-durah sont peu nombreux et ne peuvent provenir de la position israélienne - ce montrent des expertises faciles à comprendre
    - le contexte, à Netzarim ce jour-là, était celui de provocations et de montages à intention médiatique - ce que les images non diffusées montrent facilement.

    Le commentaire d'Enderlin, constatant une mort sur images et l'attribuant à Israël, est donc hasardeux. Il n'est pas besoin de croire à une conspiration pour le dire.
    Une suspicion de montage est aussi légitime. La plus vraisemblable est l'improvisation, similaire à celles que l'on peut voir avant le tournage, où de nombreux acteurs d'un jour singent des blessures. Les déclarations contradictoires de Talal doivent dès lors être analysées avec circonspection.
    Dans ce contexte, il est évident qu'Enderlin ne pratique pas, ce jour-là, un journalisme rigoureux. En termes journalistiques, son commentaire est faux, en ce sens qu'il conclut à partir d'éléments largement insuffisants.

    Au-delà, il y a d'innombrables indices du montage collectif de cette image inespérée d'Israël tuant un enfant de manière ciblée.

    Qu'il soit probablement mort (après le tournage et de balles palestiniennes) ne change rien à cette problématique.
    On est fondé à contester et de chercher à connaître la vérité. La différence avec le conspirationnisme, c'est que le ressort du mensonge est déjà avéré : de nombreux palestiniens fabriquent des images et s'en cachent même curieusement assez peu ; c'est comme une sorte de devoir patriotique dévoyé.

    Même Elie Barnavi reconnaît les aspects troublants du reportage..

  • Par JEA - 27/06/2013 - 17:32

    26 juin 2013, communiqué de presse auquel peu d 'échos furent réservés :
    - « La Cour d'Appel de Paris a confirmé le jugement du Tribunal correctionnel du 19 octobre 2006. Elle a condamné Philippe Karsenty pour diffamation à l'encontre de Charles Enderlin et France Télévisions à la suite de ses accusations infondées sur le reportage effectué sur la mort de Mohamed Al-Dura. »