Droit de réponse

Chantage à l'antisémitisme ! Encore... et toujours

Lundi 24 septembre 2012

 

Suite à la parution dans notre numéro de septembre 2012 (n°761) de l’humeur de Joël Kotek Un monde sans repères, ni valeurs, Pierre Piccinin nous demande de publier ce droit de réponse.

« Si Joël Kotek n’était pas obsédé par la seule manière de pourfendre tous ceux qu’il juge comme étant des ennemis d’Israël, il aurait fait l’effort intellectuel minimum d’objectiver non seulement la situation prévalant en Israël (…), mais aussi le parcours qui est le mien. »

Le prologue de ce droit de réponse à M. Kotek n’est pas de moi ; M. Kotek qui, dans le numéro de Regards de septembre 2012, me taxait d’antisémitisme et, extrayant du contexte de mes articles quelques segments de phrases, les remployait pour réécrire mon propos, suggérant des interprétations vers lesquelles mes textes ne tendaient pas.

Ces mots ont en effet presque dix ans déjà ; ils sont de Pierre Galand, président de l’Association belgo-palestinienne.

Mais c’est qu’il n’y a rien d’étonnant à ce que les droits de réponse se succèdent et se ressemblent…

En effet, M. Kotek, comme tous ses pareils du « Lobby qui n’existe pas », emploie la bonne vieille recette qui, jusqu’à présent, a souvent fait mouche.

Au risque de lasser et d’attirer sur eux et leur communauté la haine que génère cette politique ignoble, ces gens-là pratiquent sans relâche un chantage à l’antisémitisme, au point de n’en plus être crédibles (sauf, bien sûr, dans le chef de ceux qui, voulant donner des gages de bonne vassalité, font mines, hypocrites, d’aboyer avec la meute).

Me qualifiant d’emblée de « pseudo-reporter » ( !?), M. Kotek prétend que, depuis des années, j’aurais « encensé toutes les dictatures arabo-musulmanes ».

Moi ? Qui ai toujours dénoncé la corruption de la monarchie marocaine, le totalitarisme de la famille royale d’Arabie saoudite et de l’émir du Qatar, les violences des régimes syrien et égyptien ?

Il poursuit par une équation qui, simplifiée, édifie elle aussi quant à l’honnêteté intellectuelle de l’honorable professeur de l’ULB : c’est « assurément », asserte-t-il, que Piccinin « partage » « la croyance antisémite qui fait des Juifs les maîtres exclusifs des médias », ce qui constitue bien « la preuve » de son antisémitisme.

Moi ? Qui, depuis des années, ai été publié dans La Libre Belgique, L’Echo, Le Soir, Le Monde, L’Orient-Le Jour, El Paìs, La Stampa, Afrique-Asie, Politis, L’Humanité, etc. ? Que voilà un intéressant paradoxe…

Et M. Kotek de renchérir : je serais « un obsédé du complot juif ». La preuve (une autre !) : « dans un article au titre évocateur » (que ne mentionne pas M. Kotek, et pour cause…), j’ai « dénoncé » la trahison de Serge Dassault et des ingénieurs juifs qui transmirent aux services secrets israéliens les plans du Mirage français. Le Mirage, que Charles de Gaulle avait refusé de vendre à l’État hébreux, et ce du fait de la violation du droit international que constituait (et constitue encore à ce jour) l’occupation des terres conquises en Palestine par la guerre de 1967 (deux détails que M. Kotek omet bien sûr de rappeler…).

Or, l’article en question ne comporte pas la moindre référence à cette thèse absurde du « complot juif » ; il portait sur l’inversion de la politique étrangère de la France sous Sarkozy, rapport à l’OTAN et, entre autre, à son rapprochement avec Israël et les États-Unis.

Le titre « évocateur » ? Nicolas Sarkozy ou le Gaullisme en miettes… Chacun jugera des procédés rhétoriques de M. Kotek.

Cela dit, cette affaire de trahison (qui impliquait Serge Dassault, que je ne confonds pas avec son père Marcel, contrairement à ce qu’asserte encore M. Kotek) est une réalité, qui ne devrait dès lors pas être inconnue de notre distingué historien.

Le 10 octobre 2007, cette affaire fut développée dans l’émission Droit d’Inventaire, présentée sur France 2 par Marie Drucker, de famille juive.

M. Kotek accusera-t-il Marie Drucker, elle aussi, d’être obsédée par le « complot juif » et, donc, « assurément », d’être antisémite ?

Enfin, M. Kotek compare mon article Pour que s’arrête la peur ! aux Protocoles des Sages de Sion (rien moins !), m’accusant de placer les institutions juives au cœur d’une vaste conspiration.

J’avais écrit ce texte pour dénoncer les terribles pressions subies, pour avoir critiqué la politique de Tel-Aviv lors de la fusillade du Marmara, qui s’était soldée par la mort de neuf civils et une cinquantaine d’autres blessés par balles, attaqués dans les eaux internationales par des commandos israéliens.

Des séries de courriers et d’e-mails avaient demandé ma tête à ma direction. Plusieurs de mes conférences avaient été déprogrammées. On avait même été jusqu’à m’adresser des menaces de morts...

Rien n’est inventé : les pièces ont été  enregistrées et déposées auprès du Procureur du Roi.

Quant aux institutions juives et à leur organigramme pyramidal, je constatais seulement que nombre d’entre elles, en Belgique, sont affiliées au Comité de Coordination des Organisations juives de Belgique, lui-même affilié au Congrès juif européen, lui-même affilié au Congrès juif mondial…

Mais, en fin de compte, face à tout cela, je m’interroge… Ne serais-je pas vraiment antisémite -sans en avoir moi-même conscience- puisque je critique Israël et ses crimes ?

Non, M. Kotek !

Critiquer la politique de l’État d’Israël qui, depuis plus d’un demi-siècle, viole le droit international et, régulièrement, massacre des civils en Palestine, ce n’est pas être antisémite.

Antisioniste ? Peut-être. Mais ni le Littré, ni le Larousse ou le Robert ne renvoie d’un terme à l’autre sous l’occurrence « synonyme » : l’antisionisme consiste à marquer son opposition à cette politique-là, que je viens d’évoquer. Et qui, en âme et conscience, pourrait-il soutenir une telle politique ?

N’est-il pas, d’ailleurs, que de nombreux Juifs eux-mêmes s’en indignent ? Mais « le Lobby qui n’existe pas » n’a pas hésité à les attaquer, eux aussi, voire à les accuser d’être des « antisémites ». Stéphane Hessel, par exemple ! Norman Finkelstein, Charles Enderlin, Olivia Zemor ou encore mes amis Eric Hazan et Jacob Cohen… Rien ne l’arrête, n’est-ce pas ?

Toujours cet amalgame, donc, par lequel ce « Lobby qui n’existe pas » essaie de faire taire, en collant l’hideuse étiquette de l’antisémitisme.

J’avais dénoncé cette pratique, en 2010, dans un article publié par L’Orient–Le Jour (Antisémitisme et antisionisme : les confusions et tabous de l’Occident). J’y dénonçais une fois de plus -et sans ambiguïté- l’antisémitisme et le racisme.

Mais, de cela, M. Kotek n’a pas fait état. Peut-être a-t-il estimé que le mentionner eût déforcé sa thèse à mon propos ?

Il n’est pas le premier à s’être essayé à cet exercice. D’autres avaient usé des mêmes amalgames, tel Manuel Abramowicz, dans Points Critiques, publication de l’Union des Progressistes juifs de Belgique, ou Claude Demelenne, ce journaliste islamophobe de l’hebdomadaire d’extrême-droite Ubu–Pan (M. Kotek est décidément en « bonne » compagnie !).

Et que dire des sites Philosémitisme et Juif.org, dont les propos haineux sont simplement incroyables ? Et dont je me suis souvent demandé comment leur référencement sur Google pouvait être aussi excellent… Que l’on entre dans un moteur de recherche le nom d’un de ceux qui y sont attaqués et ces sites apparaissent, arborant leurs titres suggestifs et infâmants, qui ruinent la réputation de leurs victimes.

Mais M. Kotek n’est pas au-dessus des lois qui, heureusement, protègent encore les honnêtes citoyens qu’il attaque. Et le voilà confronté à ce droit de réponse !

Mais attention : les années passant, l’opinion publique n’accepte plus ce terrorisme intellectuel. De plus en plus régulièrement –mais l’a-t-il seulement remarqué ?-, des voix s’élèvent, agacées, irritées, contre ces pressions.

Ainsi, par leur comportement, M. Kotek et ses pareils nous font courir à tous un terrible danger : s’ils n’y prennent garde, leur odieuse attitude pourrait bien nous mener à revivre cette haine tragique qui, en d’autres temps -et bien détestables-, a plongé nos sociétés européennes dans l’abjection la plus abominable.

Mais, cette fois, ce seraient eux –et eux seuls- qui en seraient comptables.

Pierre PICCININ

(« Pseudo-reporter » et, accessoirement, historien et politologue)

--------------------------------

Nous avons beaucoup hésité avant d’accepter un droit de réponse à Monsieur Piccinin. Notre courageux investigateur n’avait-il pas dévoilé Urbi et Orbi et ce, à la suite de Monsieur Dieudonné, notre formidable organisation à caractère pyramidal ?

C’est donc plein de doute et non sans appréhension que j’ai été amené à me rendre au Congrès annuel de nos Sages, réunis cette année-ci, à Pitchipoï. A ma grande surprise, une majorité des 14 Rabbins de la commission (contrôle) de la presse (mondiale) s’est dessinée en faveur du droit de réponse et ce, malgré l’opposition déclarée de ses membres francs-maçons, notamment du très distingué Maharal de Prague et de son élève Haïm Golemski, le célébrissime auteur du Triangle secret de Chelm.

Faute de place dans notre précédent éditorial, nous n’avons pu, en effet, évoquer le travail de sape anti-maçon de notre illustre confrère. On se rappellera, en effet, que dans la Libre Belgique du 22 juin 2010, dans une carte blanche au titre évocateur, « Qui veut la peau de l’Eglise ? », tout spécialement destinée à laver l’honneur de l’Eglise catholique belge bien injustement soupçonnée de vouloir couvrir des « cas de déviances sexuelles », notre courageux journaliste n’hésita pas à dénoncer les véritables commanditaires de la perquisition effectuée par le juge De Troy dans l’Archevêché Malines-Bruxelles : « Et ce n’est pas tout : selon certaines sources, le juge De Troy serait franc-maçon, membre de cette puissante association secrète qui ambitionnerait d’imposer ses propres valeurs au monde et aurait juré la perte de l’Eglise. Ceci expliquerait-il cela ? ». Notre valeureux Achéen, preux défenseur du Grand Occident, n’a décidément pas peur des Troyens.

Joël KOTEK

Directeur de publication de Regards

  


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par pierre - 1/10/2012 - 12:41

    Ce Piccinin en rajoute une couche. Sa prose est digne de Drumont et ses amis. Et à par cela, il n'est pas antisémite. Ben voyons...

    Pire, il se lance dans une prophétie analogue à celle du Caporal de Bohème en 1939.

  • Par Daniel - 1/10/2012 - 12:50

    Le "crétin de Gembloux" (c'est ainsi que Johathan Littell avait qualifié Piccinin dans une de ses enquêtes sur la Syrie) veut donc faire les Juifs. Joël Kotek a vu juste dans son article de Regards. Piccinin n'est qu'un obscur obsédé du complot. Je ne comprends toujours pas comment un quotidien comme Le Soir accorde du crédit à scribouillard de 57e zone. par ailleurs, cette manie d'exiger des droits de réponse est typique de l'extrême droite.

  • Par athée étonné - 3/10/2012 - 10:59

    CCLJ, ce centre est juif et laïc et communautaire ?

  • Par François - 3/10/2012 - 16:56

    Le recours au qualificatif "antisémite" revient trop souvent de nos jours pour s'appliquer aux personnes qui parlent écrivent ou jugent la politique relative au moyen orient.Cela n'est pas banal dans le sens ou le mot outre le fait de rejet d'un peuple fait toujours appel à la réminiscence d'évènements abjectes .....
    Faut il que je pense que celui qui n'est pas pro est contre ?
    Si je ne suis pas Juif ,si je suis Catholique Chrétien , de par l'histoire suis je forcement anti sémite ?
    La réponse est bien sur non !
    c'est pourtant tout ce que cette histoire m'inspire!!

  • Par thierry thomas - 4/10/2012 - 10:34

    Je m'étonne cependant, M. Kotek, que vous ne répondiez pas aux objections de M. Piccinin. Bien que rarement d'accord avec lui sur pas mal de points, je ne peux que constater que
    -vous ne vous reprenez pas sur vos citations tronquées ou fausses;
    -vous ne contre-argumentez pas sur l'opposition antisionisme-antisémitisme;
    -vous gardez à votre compte des erreurs factuelles, notamment concernant l'amour imaginaire de M. Piccinin pour les "dictatures arabes";
    -vous vous contentez d'observez comme de haut l'évocation de la pyramide d'organisations, alors que vous avez peut-être beaucoup à dire dessus.

    Pour connaître bien M. Piccinin, je lui connas beaucoup de défauts, mais pas celui d'antisémitisme. Je sus loin de partager son combat contre la maçonnerie et son affection pour l'Eglise catholique, mais je pense décidément que vous vous trompez de guerre en lui assénant une haine qu'il n'a pas.

  • Par Albert - 5/10/2012 - 9:32

    Non seulement la réponse de Piccinin démontre à quel point sa vision des choses est antisémite (le complot, etc) mais en plus ou surtout, il ment sur ses engagements passés. Citons le : "Moi ? Qui ai toujours dénoncé la corruption de la monarchie marocaine, le totalitarisme de la famille royale d'Arabie saoudite et de l'émir du Qatar, les violences des régimes syrien et égyptien"

    En réalité, Piccinin a soigneusement effacé de son site toute trace de son soutien constant aux dictatures libyennes et syriennes. Jusqu'à ce qu'il se trouve lui-même en danger, il défendait avec acharnement sur son site et ceux d'ultra-gauchistes proches comme Collon le régime d'Assad.

  • Par Joël KOTEK - 8/10/2012 - 17:08


    Cher Thierry,
    Je n'ai tronqué aucune citation ! La prose du C... de Gembloux est trop profonde pour être dénaturée. Je reconnais m'être trompé sur un point. Tout comme le Grand Colon, c'est uniquement les dictatures arabes, supposées progressistes telles l'Irak de Saddam, l'Algérie, la Libye, la Syrie d'Assad (jusqu'à récemment), sans oublier les Hamas et Hezbollah que M. Piccinin ne critique pas. Il est sans doute hostile aux régimes arabes pro-américains, du Maroc à l'Arabie Saoudite. Si cela vous intéresse, j'ai conservé tous ses articles où il encense le régime d'Assad. On le voit même poser avec une belle kalatchnikov.
    Quant à la différence entre antisémitisme et antisionisme, elle est évidente. C'est justement parce que je suis spécialiste de cette question, que je puis distinguer l'un de l'autre. Bien sûr, l'on peut être antisioniste et dénué de tout antisémitisme. C'est une évidence que je partage avec vous. Un indice pour comprendre la différence entre ceux-ci et ceux-là: l'obsession du complot... pyramidal. Si vous voulez que je vous adresse un article théorique sur l'antisémitisme, n'hésitez pas à m'écrire sur mon adresse ULB.
    Bien à vous,
    Joël K

  • Par Golda - 9/10/2012 - 20:30

    "Quant à la différence entre antisémitisme et antisionisme, elle est évidente. C'est justement parce que je suis spécialiste de cette question, que je puis distinguer l'un de l'autre. Bien sûr, l'on peut être antisioniste et dénué de tout antisémitisme." (Joel Kotek)

    Le simple fait d'utiliser le mot "antisionisme" est un problème puisque sa signification est très ambigue. La grande majorité de ceux qu'on qualifie sont avant tout "opposés à la politique israélienne dans les territoires occupés" ou encore "anti-israéliens", ce qui est nettement plus difficile à amalgamer à antisémitisme.

    Messieur Kotek, pouvez-vous nommer 3 personnalités antisionistes qu'on ne peut en aucun cas qualifier d'antisémite ? Juste pour prouver que cela existe bien à vos yeux...

  • Par Joël KOTEK - 10/10/2012 - 10:55

    "Chère Golda",
    En aucun cas antisémites: George Steiner, Kurt Tucholsky, Dominique Vidal ou encore évidemment Edgard Morin.
    Bien à vous,
    Joël K

  • Par Golda - 11/10/2012 - 8:53

    Mr Kotel,

    Soit vous avez l'humour incisif soit vous avez un problème. Ces 4 personnalités sont issues de la communauté juive. J'en conclus qu'à vos yeux seul un Juif peut être antisioniste sans être antisémite.

  • Par Golda - 13/10/2012 - 11:28

    Mr Kotek,

    "veut dire", pas "vous dire"... Lapsus révélateur... (Mais je comprends bien que vous ne sachiez pas quoi répondre.)

    Si vous ignorez ce que "Juif veut dire" et que vous justifiez cette "ignorance" par l'inexistence des races (frôlant à deux doigts le point Godwin à mon égard), alors vous ignorez également que le CCLJ, centre communautaire laïc juif veut dire. A moins que vous ne me disiez que dans le CCLJ, "juif" fait référence à la religion...

    Vous devriez méditer sur la Haskala. Qu'est-ce qu'un Juif ? Les Juifs sont des personnes suffisamment attachées à leurs racines culturelles juives pour continuer à en perpétuer les traditions voire pour les afficher ouvertement. C'est très bien et c'est un choix de vie. Dans un contexte laïc, on pourrait comparer cela aux "Bruxellaires" ou aux Liégeois qui participent aux fêtes d'Outremeuse et fêtent Marie même s'il est agnostique voire athée. Nous sommes les héritiers de l'environnement dans lequel nous avons vécu.

    Pour le seconde fois, votre argumentation tend à m'interdire (ou à me discréditer de) l'usage du mot "Juif". Seul un Juif peut parler des Juifs et d'Israël, les autres parleraient que de "race". Heureusement que je n'en parle pas comme certaines organisations juives sur bases d'études réalisées par des universités israéliennes (études qui me révulsent) : http://en.wikipedia.org/wiki/Genetic_studies_on_Jews (Etudes génétique sur les Juifs). C'est autre chose que du Piccinin ou du Dieudonné, ça... Ce sont les petits-enfants des victimes de la Shoah (et de l'eugénisme nazi) qui nous expliquent sur base d'études génétiques qu'on peut déterminer qui est Juif ou non et trouver des souches de Judaïsme dans les khazars... Bel exemple de sionisme antisémite et par rapport à votre réponse ci-dessus, cela mériterait une attaque en règle de votre part. Que pensez-vous des ces études réalisées ouvertement et de leur usage en politique ?

    Sur le fond, vos exemples ne me conviennent pas.Gilles Deleuze et Régis Debray ne sont pas des personnalités antisionistes ni opposées à la politique israélienne. Ils ont peut-être émis un jour un avis à ce sujet mais il n'est pas fondamental à leur pensée et sans doute peu construit ou mûri. Et pareil pour Lénine qui ne s'est pas opposé au sionisme (qu'il n'a d'ailleurs pas réellement connu) mais à un mouvement politique bien virtuel.

    Je vais faire comme vous et balayer l'histoire : Raghib al-Nashashibi, Edwar Said et Jamal al-Durah.

  • Par sucher - 16/10/2012 - 9:02

    "veut dire", pas "vous dire"... Lapsus révélateur...
    pourriez-vous préciser (sans déraper)

  • Par Golda - 17/10/2012 - 19:17

    @ Sucher :

    Mr Kotel a retiré sa réponse ce qui bien entendu retire tout sens à la mienne...

    Dans celle-ci, entre autres choses, il a commis un lapsus et il a écrit "je ne sais pas ce que vous dire Juif" alors qu'il voulait dire "je ne sais pas ce que veut dire Juif".

    Sinon, en synthèse, dans sa réponse :
    * il m'invectivait en m'interpellant sous le terme "tante Golda" entre guillemets
    * il affirmait ne pas savoir ce que voulait dire "Juif" et qu'en tout cas ce n'était pas une race (sous-entendant que je l'affirmais).
    * il citait Deleuze, Debray et Lénine comme antisionistes non antisémites.

  • Par De Lathouwer Claude - 20/11/2012 - 17:36

    Je découvre à l'instant le droit de réponse de Mr Piccinin sur le site du Cercle des Etudiants Arabo-Européens.

    CI-dessous, copie de mon commentaire posté sur ce site:

    Extrait terminal du droit de réponse de Mr P.:
    "Mais attention : les années passant, l'opinion publique n'accepte plus ce terrorisme intellectuel. De plus en plus régulièrement -mais l'a-t-il seulement remarqué ?-, des voix s'élèvent, agacées, irritées, contre ces pressions.

    Ainsi, par leur comportement, M. Kotek et ses pareils nous font courir à tous un terrible danger : s'ils n'y prennent garde, leur odieuse attitude pourrait bien nous mener à revivre cette haine tragique qui, en d'autres temps -et bien détestables-, a plongé nos sociétés européennes dans l'abjection la plus abominable.

    Mais, cette fois, ce seraient eux -et eux seuls- qui en seraient comptables."

    Ai-je bien compris? J'ai peine à le croire. Pourtant...
    Monsieur P. n'est pas antisémite puisqu'il le dit. Il n'empêche: à le lire, le débat d'idées qu'il qualifie de terrorisme (génocide?) intellectuel dont Mr K et ses semblables seraient (seuls) responsables (il est ici question de l'accusation récurrente d'antisémitisme qui serait portée à tort et à travers; mais ne pourrait-on, à bon droit, faire la même exercice avec l'accusation de ... islamophobie? Enfin, je dis ça, mais je ne dis rien) ...
    (citation) "pourrait bien nous mener à revivre cette haine tragique qui, en d'autres temps - et bien détestables-, a plongé nos sociétés européennes dans l'abjection la plus abominable. Mais, cette fois, ce seraient eux -et eux seuls- qui en seraient comptables. (citation)"!!!!

    Mais Mr P., pas cette fois-ci seulement, cela a déjà été dit la première fois, en ces temps détestables, quand les Juifs se plaignaient (déjà) d'antisémitisme: "Si les Juifs veulent la guerre, ils l'auront et ce sont eux qui seront anéantis" (traduction libre mais apparemment vous connaissez l'original. Dame, vous êtes historien, non?). Dans votre texte, il ne s'agit pas réellement de guerre mais (seulement) "d'attitude odieuse". Il n'empêche, la sanction n'est pas différente. "En clair, les Juifs ont été et ... seraient (seront?) responsables (euh, comptables!) de leur propre extermination ... si Mr K. et ses pareils continuent à vous taxer d'antisémitisme (ou autres babioles)? Oh, pour ma part, je m'en garderais bien! Merci de vous en souvenir.