Zoom sur...

L'oeuvre de Papa Maistriau revit au Congo

Mardi 3 avril 2012 par Géraldine Kamps
Publié dans Regards n°753

Robert Maistriau, le Résistant, le Partisan armé, un des acteurs de l’arrêt du 20e convoi qui a permis de sauver un grand nombre de personnes de la déportation, Juste parmi les Nations… On connait moins sa vie au Congo, où il a passé après la guerre plus de quarante ans. La Fondation Robert Maistriau poursuit son œuvre, comme il en avait rêvé.

 

Le nom de Robert Maistriau est bien connu de la communauté juive de Belgique, comme le sont ceux de Jean Franklemonet Youra Livschitz, tous trois auteurs de l’attaque du 20e convoi le 19 avril 1943 à Boortmeerbeek. Robert Maistriau est aussi une figure de la commune de Woluwe-Saint-Lambert, qui l’a fait citoyen d’honneur en 2008, un mois avant sa mort. Pour honorer sa mémoire, l’école Parc Malou, a d’ailleurs été rebaptisée école « Parc Malou-Robert Maistriau ».

C’est pourtant à Bois Fleuri, sur le Territoire de Feshi, au Congo, que Robert Maistriau a accompli cette œuvre dont les habitants parlent encore. Avec son ami Lambert, Roland Schmid, président de la Fondation Robert Maistriau, en constitue la cheville ouvrière, se dévouant sans relâche pour combiner les aller-retour sur place et rechercher les fonds nécessaires à la réalisation de ses objectifs.

Aujourd’hui, grâce à la Fondation, près de 250 enfants des travailleurs locaux et des villages environnants fréquentent ainsi gratuitement l’Ecole Robert Maistriau de Bois Fleuri. Dans le cadre d’un partenariat quinquennal, la commune de Woluwe-Saint-Lambert prend d’ailleurs en charge la rémunération des six enseignants du cycle primaire, permettant à deux classes de secondaires d’avoir pu ouvrir leurs portes en septembre dernier.

A côté de son volet éducatif, la Fondation Robert Maistriau est le plus grand acteur de reboisement dans la région. Elle possède aussi un cheptel de bovins qui a quadruplé en cinq ans. Les 3.800 bêtes qu’était parvenu à obtenir Robert Maistriau par l’élevage avaient été massacrées lors des troubles des années 90, et le cheptel réduit à quelque 29 bêtes avait presque dû reprendre son développement à zéro. Il compte 130 vaches à présent.

Les projets sont ambitieux : outre la diversification des plantations (domaine de 4.000 hectares, dont 200 hectares de forêt, arbres à bois, palmiers, arbres fruitiers tropicaux…), la Fondation envisage dès juillet 2012 de croiser ses vaches réservées à la viande avec des zébus de l’Est du Congo, producteurs de  lait. « Trois entités sont déjà intéressées », se réjouit Roland Schmid, « et l’Université de Kikwit, la première grande ville à 200 kilomètres avec un million d’habitants, nous accompagnerait au niveau scientifique.En dehors de la poudre de lait, très chère, il n’y a pas de produits laitiers à Feshi, ni à Kikwit. C’est pourtant essentiel pour la santé. Si ce projet fonctionne, l’activité rayonnera rapidement grâce à la vente de nos produits. Un enclos à vaches, à côté de notre école, nous permettra d’offrir quotidiennement du lait aux enfants qui arrivent souvent avec le ventre vide et 5 kilomètres de marche dans les jambes ! ».

Rompre l’isolement

Parce que Bois Fleuri se trouve totalement isolé, sans moyen de communication, sans électricité ni eau potable, à l’exception de la rivière en contrebas, la Fondation Robert Maistriau entend apporter des changements qui révolutionneraient la vie des habitants. Elle planche sur l’installation d’une pompe mécanique pour alimenter en eau les habitations et les champs en saison sèche. En collaboration avec les autorités locales, elle installera avant la fin 2012 un poste internet qui servira aux enseignants de son école, comme aux habitants de Feshi. Enfin, en matière de santé, « l’hôpital de Feshi nous a demandé d’installer un poste de santé à Bois Fleuri », poursuit Roland Schmid, « en nous payant un infirmier et les médicaments. S’il ouvre comme prévu en avril, il s’adressera aux malades et aux accidentés de notre concession, mais aussi aux huit villages qui nous entourent, réduisant fortement la distance à faire en cas de souci ».

Jamais à court d’idées, Roland Schmid vient d’écrire une pièce de théâtre intitulée « Robert Maistriau - Toujours ! » qu’il compte proposer aux enfants des deux écoles Robert Maistriau, à Bois Fleuri et à Woluwe-Saint-Lambert. Pour pérenniser la mémoire de Robert Maistriau et parce qu’on ne comprend jamais mieux une réalité que lorsqu’on la vit.

Infos [email protected] ou 0477/264.911

Vos dons sont les bienvenus sur le compte de la Fondation Robert Maistriau : 001-649 54 50-18. Un grand merci d’avance !


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par pistola - 25/11/2013 - 15:58

    bonjour a la fondation robert maistriau, je suis né a feshi et je voudrais contribuer au développement de ces projets en mettant mes capacités du travail dans la fondation