Décès

Un autre Mensch nous quitte : Henry Bulawko

Mardi 29 novembre 2011 par Nicolas Zomersztajn

Un vieil ami du Centre communautaire laïc juif (CCLJ) est décédé ce 28 novembre 2011. Fondateur du Cercle Bernard Lazare (Paris), résistant et rescapé d’Auschwitz, Henry Bulawko portait en France la voix du judaïsme laïque et de la gauche sioniste. A trois jours d’intervalle, il rejoint son ami et camarade de combat David Susskind.

 

Ceux qui fréquentent le CCLJ depuis de nombreuses années ont toujours su qu’il existe un endroit à Paris où il y a des Juifs qui leur ressemblent. Et cet endroit, c’est évidemment le Cercle Bernard Lazare fondé en 1954 par des anciens résistants issus de l’Hashomer Hatzaïr. Henry Bulawko en faisait partie. Comme son ami David Susskind, il était animé par la passion de la continuité juive et il exprimait son amour d’Israël de la même manière : en militant activement pour que ce pays vive en paix avec ses voisins arabes et palestiniens.

Ce que les militants du CCLJ savaient aussi, c’est qu’au Cercle Bernard Lazare, on cherchait aussi à porter la voix des Juifs laïques. On y organise d’ailleurs encore les fêtes juives de manière laïque et le programme des Bnei Mitzvah existe aussi au Cercle Bernard Lazare.

L’histoire d’Henry Bulawko présente de nombreuses similitudes avec celle de David Susskind. Ils sont issus d’un même monde : la yiddishkeit polonaise, d’un même milieu : le judaïsme orthodoxe. S’ils ont tous les deux rompu avec la tradition religieuse, ils n’ont jamais tourné le dos à leur judéité ni à leur langue maternelle, le yiddish.

Le bref rappel biographique qui suit montre à quel point l’histoire d’Henry Bulawko reflète celle de toute une génération. Né le 25 novembre 1918 à Lida (Biélorussie), Henry Bulawko, dont le père était rabbin, était arrivé à Paris en 1925 avec sa famille. Très tôt, il adhéra au mouvement de jeunesse Hashomer Hatzaïr. Dès le début de la guerre, il fit partie du comité Amelot, qui venait en aide aux Juifs menacés. Arrêté en novembre 1942, il fut déporté à Auschwitz. Il réussit à survivre à cette épreuve effroyable. En 1945, il retrouva Paris. « Bien plus tard, je suis rentré gare de Lyon à Paris Mon frère était sur le quai, parmi la foule. Il m'a dit: « Maman t'attend ». Et c'est comme une parenthèse, atroce, que je pouvais enfin refermer », confie-t-il à un journaliste de l’Humanité.

Bien que cela soit une parenthèse de sa vie, Henri Bulawko a mené une action soutenue en faveur de la mémoire de la Shoah et participa activement à la reconstruction de la vie juive en France. Président de l’Amicale des déportés d’Auschwitz, président de l’Hashomer Hatzaïr, fondateur du Cercle Bernard Lazare, conférencier, journaliste, écrivain, Henry Bulawko était devenu une figure incontournable du judaïsme français. Il présida pendant de très nombreuses années la commission du souvenir du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), qui organise des commémorations de la Shoah. Il accéda à la vice-présidence du CRIF avant d’être nommé vice-président honoraire à vie.

N’oublions pas une autre figure du judaïsme français qui nous quitte : Roger Ascot (Askolovitch) est mort le 27 novembre 2011 à Courbevoie. Ancien rédacteur en chef de l’Arche et sioniste de gauche, il milita activement à Avoda France. D’après le directeur général du CRIF, Haïm Musicant, « Roger Ascot participa à la prise de conscience politique de la communauté juive de France et mena de pair sa fonction de journaliste romancier et son action militante ».

Responsable en France de Shalom Archav et secrétaire général de J Call Europe, David Chemla a commenté avec beaucoup de justesse le décès de ces personnalités : « Après Suss, ce sont Roger Ascot et Henri Bulawko qui nous ont quittés ce week-end. Deux autres mensch, des compagnons de route comme on disait dans un autre temps... Ils étaient tous deux à la tribune de notre premier meeting en mars 80 à la Sorbonne. S'il y a un au-delà, je suis sûr qu'ils se retrouveront avec David Susskind dans la même section du Poalei Tsion Smol » !


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/