Culture/Voyages

Valiske : "Chaque voyage est un Shtetl"

Mardi 21 juin 2011 par Géraldine Kamps

Parce que la valise est un de ces symboles du destin juif, parce qu’elle est aussi chargée de ces biens précieux que l’on aime conserver, André Kosmicki et sa femme Lloica Czackis ont imaginé « Valiske ». Un concept de voyages original né en 2003, qui pourrait se résumer en une phrase : « Pour lutter contre l’oubli, montrons la vie ».

 

Doté d’une formation en histoire, diplômé en sciences politiques de l’Institut des Hautes études européennes de Strasbourg, André Kosmicki n’a jamais cessé de voyager. C’est cette passion de la découverte qu’il partage désormais avec quelque 350 personnes chaque année. « Nous avions un programme et un public, et nous recherchions une structure », se souvient celui qui pensait, dans un premier temps, pouvoir s’associer avec un tour opérateur français réputé. « Mais ce dernier nous a répondu que se lier à une organisation juive pouvait être « mauvais » pour son image... », raconte André.« Cela nous a donné plus de motivation encore pour obtenir notre propre licence ». Le premier voyage, proposé à l’Association juive laïque Wladimir Rabi de Strasbourg, dont il est aujourd’hui le vice-président, sera organisé en Pologne, à l’occasion de l’anniversaire du soulèvement du ghetto de Varsovie.« Je suis né en Pologne, et assister au dialogue des générations a été une expérience formidable », témoigne-t-il après ce séjour commémoratif, mais avant tout lié à la vie juive... « Notre idée est qu’il faut commémorer la Shoah en montrant la vie d’avant, pour mieux rendre compte de la destruction. Nous sommes tout à fait opposés à ces voyages d’un jour à Auschwitz, qui réduisent dix siècles de vie juive à la Shoah ! ».

Fort de ce succès, c’est une quinzaine de voyages par an que le couple organise aujourd’hui, de New York à Vilnius, en passant par la Hongrie, l’Argentine ou l’Italie. Comment expliquer cet engouement ? « Je pense que nous proposons des voyages d’un très haut niveau culturel pour les Juifs comme les non-Juifs », répondAndré. « Certains viennent chez nous pour renouer avec leur propre histoire familiale, mais nos voyages ont également une dimension universelle, dans laquelle nous tentons de montrer les contributions juives. Tout se passe dans une ambiance incroyable, mêlant esprit de curiosité, partage de perspectives juives, débat et ouverture ».

Musicothérapie

« Chaque voyage est un Shtetl », sourit l’animateur dont la femme, musicienne de formation, née en Allemagne de parents argentins, accompagne également le groupe. « On s’occupe tous les deux de l’organisation, mais Lloica propose aussi des concerts de chants yiddish dans des lieux chargés de symbole, le chant étant utilisé comme musicothérapie », souligne-t-il.

Outre un voyage qu’il prépare pour septembre dans la Podolie juive, de Kiev à Odessa, avec des concerts dans les centres communautaires locaux, un tango yiddish notamment qui y sera interprété pour la première fois depuis 1945, André Kosmicki et Lloica Czackis travaillent actuellement sur un projet de transmission à destination des associations juives laïques. Avec cette volonté toute particulière de mobiliser les jeunes, grâce àun voyage culturel qui permettra aux 18-26 ans de se réunir autour d’un projet commun : la rénovation d’un cimetière juif abandonné, au beau milieu des Carpates.

André n’est pas de ceux qui parlent. Il veut « faire », comme plusieurs bénévoles qui l’accompagnent activement. C’est le cas de Régine et Albert Waksman, couple de Belge, juifs polonais, établis à Strasbourg, très impliqués dans ce projet. Et pour cause : Albert est belge, mais il est aussi le président de « Valiske ».  

Plus d’infos et programme : www.valiske.com- Tél. (+33) 03.88.97.86.02         


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/