Mémoire
Le projet Kazerne Dossin
Rubrique: Politique & Société
L’actuel Musée juif de la déportation et de la Résistance de Malines va être agrandi et une section consacrée à la problématique des droits de l’homme y sera insérée. En dépit des inquiétudes légitimes de la communauté juive, les auteurs du projet de ce nouveau musée assurent qu’ils veilleront à ne pas banaliser la singularité de la Shoah.
 
Réaliser un Musée de la Shoah relatant l’extermination des Juifs de Belgique était une idée ancienne chère à la communauté juive, en particulier à l’Union des déportés juifs de Belgique. Ce fut une bataille difficile menée par le Consistoire, présidé alors par Georges Schnek. En 1991, ce Musée reçut le feu vert pour s’installer dans la Caserne Dossin, antichambre de la déportation des Juifs et des Roms.
Un des premiers musées multimédias en Belgique, l’actuel Musée juif de la déportation et de la Résistance de Malines connaît depuis son ouverture en 1996 un immense succès (plus de 30.000 visiteurs par an). En 2001, le Ministre-Président du gouvernement flamand, Patrick Dewael, a jugé que ce musée devait être agrandi. Aujourd’hui, le projet de la Communauté flamande est entré dans sa phase de réalisation sous le nom de Kazerne Dossin : Memoriaal, Museum en Documentatiecentrum over Holocaust en Mensenrechten (Caserne Dossin, mémorial, musée et centre de documentation sur l’Holocauste et les droits de l’homme), en partenariat avec le Musée juif de la déportation et de la Résistance. L’espace occupé actuellement par ce musée deviendra le Mémorial.
Quel est donc le contenu de ce nouveau projet ? Pour Herman Van Goethem, historien en charge de sa conception, « les thèmes et le contenu du musée actuel seront quasi intégralement repris et élargis, tout en continuant à mettre l’accent sur les particularités belges. Pour mieux situer la nature et l’ampleur de la tragédie dans son contexte belge, la vie des Juifs avant la guerre sera abondamment mise en lumière ». Le dilemme « obéir ou se cacher » qui se posait aux Juifs de Belgique lors des convocations pour se rendre à Malines pour le travail obligatoire sera abondamment illustré, ainsi que les choix tragiques dûs à la méconnaissance de la situation par les futures victimes. Le thème des enfants cachés sera important dans le futur Musée. Le retour des rescapés des camps et le traumatisme de l’accueil, souvent glacial, qui leur fut réservé sera illustré par plusieurs témoignages très forts.
Le Musée présentera les différents camps d’extermination et de concentration, ainsi qu’une carte digitale de l’univers concentrationnaire nazi avec ses innombrables camps, ghettos et lignes de chemins de fer y menant. L’accent sera surtout mis sur Auschwitz, destination principale de la déportation des Juifs de Belgique, même si les différents mécanismes de la mise en application de la « Solution finale » y seront explicités, y compris la Shoah par balles.
 
La banalité du mal questionnée
La thèse de « la banalité du mal » de Hannah Arendt développée suite au procès Eichmann, selon laquelle celui-ci était un homme banal, soumis à l’autorité et incapable de distinguer le bien du mal, sera questionnée par la mise en lumière de l’efficacité redoutable de la machine à tuer nazie. L’une des missions récurrentes du Musée sera justement d’insister sur la possibilité, toujours présente, de dire « non » à la barbarie. Le thème de la Résistance, sous toutes ses formes, sera bien mis en évidence, tout en privilégiant celles qui se sont manifestées en Belgique. On estime les cas de refus d’obéissance aux injonctions nazies à 5 %. Les sauveurs seront mis à l’honneur même si la problématique de la dénonciation ne sera pas évacuée.
La nouvelle composante consacrée aux droits de l’Homme pose des difficultés. Elle se fera « en marge » de la barbarie nazie et s’efforcera de répondre à des questions fondamentales : comment est-il possible que des policiers raflent des familles avec femmes et enfants ?, comment peut-on comprendre qu’un homme puisse exécuter de sang froid un civil innocent et en rire ?… On pourra généraliser la problématique à d’autres génocides. Pour l’éducation des jeunes, l’histoire de l’antisémitisme, préliminaire nécessaire à une meilleure compréhension de son apogée nazie, sera présentée à travers un film conçu par l’historien Joël Kotek.
Natan Ramet, ancien déporté, président du Musée de Malines et président d’honneur du futur Musée, est confiant pour le présent. Mais il craint pour l’avenir, si les majorités politiques devaient changer. Ça, c’est une autre histoire…
Mercredi 2 mars 2011
Michel Laub

Ajouter un commentaire

Le contenu de ce champ sera maintenu privé et ne sera pas affiché publiquement.
CAPTCHA
Cette question est destinée à éviter les spams.
CAPTCHA visuel
Entrez les caractères (sans espace) affichés dans l'image.

Je suggère que l'espace consacré aux " Enfants cachés de Belgique" dans le nouveau Musée de la Shoah de Malines soit
dédié à la seule REPRESENTANTE DES JUSTES PARMI LES NATIONS DE BELGIQUE !!!dd

Précisions sur la représentante des "Justes parmi les Nations de Belgique" que je propose pour l'espace réservé aux "enfants
cachés de belgique". Son nom : Madeleine Sorel. Ex Vice directrice de l'Oeuvre Nationale de l'Enfance, sous les ordres de Mm
Yvonne Nevejean , nièce d'un des fondateurs du Patriote devenu , La Libre Belgique. Ses titres :
Résistante
8 Mai 1994 Nommée Représentante de tous les " Justes parmi les Nations" de Belgique ( Cabinet du 1er J.L.Dehaene)
8 Mai 1994 Accolade et remise de la Médaille des "Justes" par Chaim Herzog , Président de l'Etat d' Israel
8 Mai 1998 Instalée aux coté d' Yvonne Jospa , elles se voient toutes deux honorée par le Roi Albert II,le titre
d' Officier de l'Ordre de le Couronne leurs est décernés
Le home " Beaux Séjour" de Madeleine à Linden était le seul du pays pouvant reçevoir des petits
dès huit jours et celà 24 H sur 24 H tout au long de cette sale guerre.
Ses pensionnaires à 80% juifs , son personnel à 30 %, je fut l'un d'eux !
Ce personnel mérite la " Palme d' Or !! Ils y ont tout fait et se sont donné à fond !! . Tout et plus encore
a été fait pour ces petits compagnons d'infortune .j

Intimes de Madeleine Sorel : ils étaient deux à prendre le café quasi tous les Dimanches !!!
Mgr Rene Ceuppens, secrétaire particulier de Mgr le Cardinal Van Roey, prima de Belgique, chargé du bien-ètre
des enfants venu chez nous lors de la guerre d' Espagne,
le Pere Bruno Reyders, en Allemagne lors de la nuit de Cristal, plus de trois cents enfants juif lui doivent d'avoir
été sauvés, leurs engagements à tous deux, nous le devont à notre héroine .

Bonjour,
Je cherche tous témoignages, photos ou documents relatifs à la vie de Madeleine Sorel.
Ces informations pourront me permettre de compléter un documents en hommage à ma tante.
Merci d'avance
Patrick G. Sorel