• Le journal d'Eva sur Instagram

      Mardi 3 décembre 2019
      Vu du Net

      Et si une jeune fille avait eu Instagram pendant la Shoah ? Telle est la question que pose ce compte Instagram lancé il y a quelques mois par l’homme d’affaires israélien Mati Koshavi et sa fille Maya avec l’aide d’une agence de publicité et qui nous raconte sur les réseaux sociaux l’histoire d’Eva Heyman, jeune Juive hongroise de 13 ans qui périra à Auschwitz en 1944.

    • Jim Moskovics, de Radio Judaïca à BX1

      Mardi 3 décembre 2019
      Nouvelle génération

      Après cinq années passées sur les ondes de Radio Judaïca, Jim Moskovics a depuis la rentrée rejoint l’équipe de la nouvelle radio numérique BX1+. Un vrai challenge et une belle opportunité pour ce Bruxellois de 32 ans, fier de sa région.

    • Comics et mémoires juives

      Mardi 3 décembre 2019
      Expo

      Après le succès d’expositions organisées par les Musées juifs de Paris et d’Amsterdam, le Musée juif de Belgique accueille à Bruxelles une rétrospective de la BD américaine dans ses rapports à l’histoire juive. L’expo « Super Heroes Never Die » est ouverte jusqu’au 26 avril 2020.

    • Avoir ou non une brick dans le ventre

      Mardi 3 décembre 2019
      Carnet de cuisine

      La brick fait partie de la vaste famille des beignets fourrés, entre le samosa indien et le borek des pays de l'ancien Empire ottoman. Elle est préparée à partir d'une feuille de pâte très fine à base de farine et de semoule de blé et frite ensuite, à la poêle. Vendue à la sauvette dans la rue, au Maghreb, elle est, chez les Séfarades, au menu de tous les grands événements de la vie : naissance, mariage, bar mitzva, servie en apéritif ou comme snack, à Shabbat.

    • Etude annuelle 2019 : Les centres d'extermination nazie, spécificité de la Shoah (1941-1944)

      Jeudi 26 décembre 2019

      Belzec, Chelmno, Sobibor et Treblinka ressortent-ils à l’univers concentrationnaire ? Peut-on, lorsqu’on les évoque ou qu’on les étudie, avoir recours au même vocabulaire que lorsque sont évoqués ou étudiés Dachau ou Mauthausen ? Suffit-il, afin de les distinguer des camps de concentration « classiques » et marquer leur terrible singularité, de leur accoler un simple qualificatif, les désignant comme des camps d’extermination ou des camps de la mort ?

    • Israël, État "russophone" ?

      Mardi 3 décembre 2019
      L'opinion de Galia Ackerman

      Il y a trente ans, la chute du mur de Berlin donna le signal très clair que les changements en train de s’opérer en URSS et dans les pays de l’Est étaient irréversibles. 

Pages