Mémoire de la Shoah

Le pavé en mémoire de Mala-Leja Susskind a été posé à Anvers

Lundi 4 juin 2018 par Nicolas Zomersztajn

Un pavé de mémoire a été inauguré ce dimanche 3 juin à Anvers. Il s’agit du pavé de Mala-Leja Gutgold-Susskind, la mère de David et Tony Susskind.

Sur le même sujet

    Ce pavé de mémoire (Stolperstein) a été posé à l’initiative de Tony Susskind-Weber, la fille cadette de Mala-Leja Gutgold-Susskind, qui s’est battue depuis des années pour qu’un pavé soit placé sur le trottoir devant leur ancien domicile familial situé au 167 Provinciestraat. 

    Tony et son frère aîné David (Suss), ont pu être sauvés grâce au courage et à la détermination de leur mère. Ayant tous échappé à la rafle anversoise du 15 août 1942, ils ont tous les trois été marqués par la brutalité et les violences des Allemands et des policiers anversois. Mala-Leja Susskind a donc décidé de vendre le peu de biens qu’elle possède pour mettre ses enfants à l’abri.

    Péniblement, elle réunit la somme pour uniquement deux passages clandestins vers la Suisse. Elle organise alors le voyage de ses deux enfants qu’elle compte rejoindre lorsqu’elle trouvera l’argent nécessaire.

    Ses derniers mots pour son fils David seront les suivants : « Zei a Mentsh, Douvid » (Sois un mensch David). Quant à sa sœur Tony, il n’y aura pas un jour qui passe sans qu’elle ne revive cette effroyable séparation. « J’aurais dû empêcher que nous soyons séparés d’elle », ressasse Tony Susskind lors de la pose du pavé.

    Réfugiée chez une femme qui l’emploie, Mala-Leja Susskind continue malgré tout de se rendre à son ancien domicile pour nourrir un vieux monsieur resté dans cette maison. Mala-Leja Susskind-Gutgold y sera arrêtée le 6 octobre 1942 à Anvers et déportée de Malines vers Auschwitz-Birkenau le 10 octobre 1942 où elle sera assassinée.

    Le pavé de Mala-Leja Gutgold-Susskind a été posé ce dimanche 3 juin 2018 en présence de sa famille et d’amis venus soutenir Tony dans cet hommage qu’elle a toujours voulu rendre à sa mère.

    Après une prise de parole d’une représentante de l’Association pour la Mémoire de la Shoah (AMS), Menia Goldstein, président du CCLJ, a rappelé à quel point cette période a été cruciale pour les engagements et les combats futurs de David Susskind en tant que Juif et en tant que dirigeant communautaire.

    La cérémonie s’est terminée par quelques mots prononcés par Tony-Susskind-Weber. Pour honorer la mémoire de sa mère, elle a déclamé El Male Rahamim, la prière pour les morts dans sa version pour les victimes de la Shoah.

    Comme les deux premiers pavés anversois inaugurés le 11 février dernier, le pavé de Mala-Leja Gutgold-Susskind a été posé sans l'autorisation des autorités communales. 


     
     

    Ajouter un commentaire

    http://www.respectzone.org/fr/
    • Par JOSEPH - 4/06/2018 - 16:35

      La raison l à enfin emporté sur la dictature religieuse qui sévit impunément depuis trop longtemps à Anvers.

    • Par Eric Picard - 4/06/2018 - 18:33

      Tout comme le Président du CCLJ, la représentante de l’AMS a un nom: Nicole Weismann.
      Marcel Zalc, le Président de l’AMS s’esr également adressé publiquement à Tony Susskind.

    • Par Ezekiel - 6/06/2018 - 13:42

      Éric
      Certaines vérités sont bonnes à dire comme vous le faites très justement
      Il est bien de rappeler que d autres que le président du cclj ont aussi un nom
      Ceci dit je trouve lamentable que vous ayez été obligé de le rappeler