Gastronomie

Un excellent houmous à Matongé !

Vendredi 13 novembre 2015 par Maskil Tarbout

Qui aurait imaginé il y a 25 ans qu’Israël devienne un endroit où la gastronomie est à l’honneur ? Mais qui aurait aussi pensé dans ses rêves les plus fous que des Israéliens ouvrent à Londres, à Paris et même à Bruxelles, des restaurants où l’on sert une cuisine israélienne inventive, pleine de saveurs et branchée ? Personne évidemment. Et pourtant…

« Si vous le voulez, ce n'est pas un rêve », avait écrit Théodore Herzl dans Altneuland, le roman utopique qu’il a écrit en 1902. C’est peut-être cette phrase emblématique qui a poussé une jeune génération de chefs israéliens a réussi à relever ce défi avec talent et succès. La figure emblématique de ce phénomène est Yotam Ottolenghi, cet ancien journaliste d’Haaretz qui a ouvert des delicatessen et un restaurant à Londres où l’on sert une cuisine israélienne fusion aux influences orientales et méditerranéennes.

Pas besoin de prendre l’Eurostar pour découvrir cette cuisine israélienne revisitée. Rendez-vous chaussée de Wavre, en plein cœur de Matongé, au Kitchen 151. C’est là que Simona El-Harar a ouvert son restaurant. Dans cet endroit cosy et simple, cette israélienne vous servira un Houmous digne de ce nom accompagné de pitas chaudes et couvertes d’un zaatar (mélange d’épices à base de thym, d’origan, sésame, marjolaine, etc.) fait maison. « Ce n’est pas facile d’obtenir un résultat aussi satisfaisant qu’en Israël car on ne trouve pas en Belgique des pois chiches aussi bons qu’en Israël », avoue Simona qui prend toutefois soin d’ajouter fièrement que « ceux qui ont eu l’occasion de manger du houmous en Israël m’ont dit que c’est le meilleur de Bruxelles ».

Il n’y a pas que le houmous. N’hésitez-pas à gouter le Baladi, ce plat juif irakien d’aubergines nappés de Tahina et grenades. Et pour les amateurs de tomates et de poivrons et d’œufs, ne ratez pas la Chakchouka, ce plat des Juifs du Maghreb à base de poivrons, tomates, oignons et d’œufs cuits en surface.

Pour les plats de résistance, la créativité est de mise et Simona El-Harar a réussi à puiser dans ce que les cuisines du bassin méditerranéen et du Moyen-Orient offrent de mieux. Que ce soient les légumes farcis, les keftas, ou le calamar à la plancha. On y trouve aussi de belles illustrations de la cuisine fusion avec un filet de thon rouge et sa croute de pistache accompagné de salsa de mangue.

Ces influences orientales ne s’expliquent pas nécessairement par la nécessité de s’inscrire dans une tendance fusion très en vogue aujourd’hui. Simona El-Harar est israélienne d’origine marocaine. Toutes ces saveurs et ces épices ont toujours été utilisés par sa mère.

Si cette Israélienne a atterri à Bruxelles il y a quelques années, c’est pour des raisons professionnelles et artistiques : artiste peintre, elle a toujours souhaité ouvrir sa propre galerie d’art. Ce qu’elle a fait avec son mari, Tim Grosvernor, un peintre britannique, au 151 de la chaussée de Wavre (Gallery 151). Ce n’est qu’après avoir créé cette galerie d’art, qu’ils ont décidé d’ouvrir leur restaurant.

Simona El-Harar incarne bien cette génération de jeunes Israéliens partis à la conquête du monde dans des domaines et des disciplines où personne ne les attendait. Cosmopolite, curieuse de tout et très entreprenante, Simona El-Harar a des projets plein la tête : livres de cuisine, bed & breakfast, etc.

N’hésitez donc pas à franchir la porte de ce restaurant, vous ne risquerez que d’y bien manger. Et à en croire les commentaires sur internet, c’est un endroit qui en vaut la peine.

KITCHEN 151, chaussée de Wavre 145, 1050 Bruxelles. 02/512.49.29. Ouvert du lundi au samedi. 


 
 

Ajouter un commentaire

http://www.respectzone.org/fr/
  • Par Natascia Cool-Mandl - 3/01/2016 - 8:50

    Boker Tov,

    Depuis ma plus tendre enfance j'ai évolué dans un milieu majoritairement Sépharade. En 1999 j'ai rencontré Davide Mandl. Nous nous sommes mariés en 2001. Malheureusement son état de santé s'est fortement dégradé et je n'étais plus en mesure d'assumer. Le service des urgences de l'hôpital Saint Luc a téléphoné à mes parents afin qu'ils me receuillent chez eux pour me permettre de reprendre des forces.

    La cuisine est une de mes passion. J'ai reçu lors de mon mariage un livre de cuisine juive "La cucina Ebraica" qui est devenu mon livre de référence avec le "Cucchiao d'Argento".

    Depuis un an je m'attèle à écrire un livre de cuisine dans lequel je reprends la cuisine grecque que ma soeur a apprise de sa belle-famille. Les recettes marocaines, tunisiennes et algériennes de mes amies, la cuisine mexicaine d'une amie de ma maman et u chapitre sur la cacheroute.

    Je souhaiterais entrer en contact avec vous pour discuter de cuisine et d'art. J'habite à Bertrix mais me rends au moins tous les deux mois à Bruxelles.

    Cordialement,

    Natascia Cool (Sara Cohen)
    061400920

  • Par aliza - 4/01/2016 - 7:26

    Ce n'est pas un article, c'est une véritable page publicitaire. Quelle honte !